Archives par étiquette : Gagnepan

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

08 mai 2021 : Nous partons en milieu de matinée pour Lourdes, ville importante dans l’existence de Zaza.

                         

©Tiphaine Martin                                                                              ©Tiphaine Martin

Elle s’y rendait en famille chaque année pour le Pèlerinage national, c’est-à-dire un grand rassemblement des catholiques aux alentours du 15 Août, fête de la Vierge. Quoique profondément croyante, Zaza exerce sa verve aux dépens du clergé local, suite à la guérison d’une paralytique :

Quand elle s’est mise à marcher pour aller au bureau des constatations, tout le monde s’est rué à sa suite et, pendant que les brancardiers organisaient les barrages, les évêques prenaient le petit trot et passaient au pas accéléré sous les cordes pour entrer dans la salle avec la miraculée ; je n’avais jamais vu de course d’évêques, c’était assez drôle1.

La causticité de la jeune fille relève l’envie des prêtres de se faire bien voir aux côtés de la personne guérie. Pour ma part, je suis soulagée qu’il n’y ait aucune foule ni aucune boutique d’ouverte – contrairement à hier à Biarritz. En effet, j’aurais eu l’impression d’être voyeuse dans une mise en scène destinée aux croyant·es et d’assister à un spectacle qui n’est pas pour moi. Je suis contente de me reposer et de pique-niquer à l’ombre des arbres et au frais de la rivière qui passe entre l’église et les abris à cierges.

 

©Tiphaine Martin                                                     ©Tiphaine Martin

L’ensemble est intéressant à visiter et je suis fort aise de visualiser le chemin qu’empruntaient Zaza, ses frères et ses sœurs lorsqu’elles étaient infirmières et eux brancardiers, mais cela me suffit amplement.

Place à Cauterets, avec Zaza et avec Beauvoir. Zaza écrit à son père en 1925 depuis cette ville, mais je n’en dirai pas plus, réservant le document en question pour mon exposition.

Beauvoir, quant à elle, s’est rendue dans cette station thermale avec son oncle Gaston et sa tante Marguerite en juillet 1926, d’où elle a envoyé deux cartes postales à son mentor Robert Garric, fondateur des Équipes sociales de Belleville2. Plongée dans les affres de sa passion pour son cousin maternel Jacques Champigneulle, elle n’a pas goûté plus que cela le point de vue des cascades. Que n’a-t-elle lu mon article sur « Le Syndrome du Grand Meaulnes », et, surtout, que n’a-t-elle lu, relu et médité la lettre que Zaza lui envoie le 3 septembre 1927, depuis Gagnepan : 

J’ai beaucoup pensé depuis deux jours aux influences que moi aussi j’ai subies au cours de ces deux ans ; il y a un livre que j’ai aimé et qui a influé sur moi au point de fausser peut-être ma propre vérité et de m’imposer une contrainte de mes sentiments naturels, c’est Le Grand Meaulnes. J’ai puisé là un amour, un culte du rêve auquel aucune réalité ne sert de fondement, qui m’a égarée peut-être loin de moi-même. Aujourd’hui, je distingue nettement tout ce qu’il y a eu de forcé, d’artificiel, dans un sentiment entretenu pendant deux ans à force de volonté et d’imagination3.

Zaza parle ici de son amour pour son cousin André, qu’elle a idéalisé via sa lecture du Grand Meaulnes. Elle a préféré, comme Beauvoir, fuir la réalité et cultiver son imagination plutôt que d’avoir le cœur vide et passer, peut-être, à une autre inclination.

Pour ma part, je suis ravie – au sens propre du terme – par le site du Pont d’Espagne: cascade profonde et majestueuse,

 

   

©Tiphaine Martin                                   ©Tiphaine Martin

 

… jaillissements de-ci de-là que l’on voit depuis des rambardes astucieusement aménagées, petits arcs-en-ciel qui feront très bien sur mes photos, chemin en boucle qui permet de passer d’une rive du torrent à l’autre. Bien sûr, ma Cascade du Rouget, dite « La Reine des Alpes », n’est pas détrônée dans mon affection, loin de là, mais… ma foi… celle de Cauterets n’est pas mal du tout, merci Simone – et Zaza – de m’y avoir conduite. Et dans d’autres circonstances, je me ferais bien quelques randonnées dans le coin, qui a l’air peuplé de sites magnifiques, avec lacs naturels à disposition des touristes. En plus, je n’ai même pas à conduire, je peux donc me relaxer en savourant cette très belle journée.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1835

 

 

1 Lettre du 26 août 1926, à Geneviève de Neuville. Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 80-81.

2 Cf. notre thèse Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, p. 200, 201.

3 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 101.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

30 avril 2021 : Nous passons une partie de la matinée à Dax, où Zaza devait avoir ses habitudes à la Maison Cazelle, pâtisserie qui produit uniquement des madeleines. Je peux témoigner du bon goût de Mlle Lacoin, tant ces madeleines sont à la fois légères, craquantes et avec un parfum délicat de citron.

©Tiphaine Martin

Je trempe ensuite mes bouts de doigt à la fontaine chaude (64°), avant de faire un saut à la librairie – inexistante à l’époque de Zaza -, où je prends le texte du film La Classe américaine (1993).

©Tiphaine Martin

Puis, direction la gare. La jeune fille y a vécu des moments drôles et tragiques.

©Tiphaine Martin

En juillet 1925, depuis Biarritz, le temps est à l’humour : « Quant à sa bicyclette, elle n’est pas ici; Bonne-Maman a cru qu’il l’avait emportée, mais il l’a tout bonnement laissée à la consigne de Dax où elle paie 75 centimes par jour en attendant son propriétaire. »

Son frère Bernard, dit Nard, a en effet oublié le vélocipède en question à la gare, et c’est sa grand-mère qui règle les frais. Quelques mois plus tard, en janvier 1926, l’atmosphère est aux larmes :

Je ne pourrai jamais oublier cette journée. J’avais tellement souffert toute la nuit que j’étais en arrivant dans une hallucination douloureuse. André était sur le quai dans cette gare (…) où quelques mois auparavant il m’avait accompagnée alors que je prenais le train pour Bayonne.

Infinie tristesse des amours longues à mourir et marquées par le sceau de l’impossible. La passion s’effiloche au fil des mois, Zaza souffrant corps et âme avant d’arriver à la conclusion qu’André n’était pas fait pour elle.

Nous continuons par une visite à Bruno Desjobert, fils de Germaine Lacoin (Maine), une des sœurs de Zaza, et à son épouse Michelle. Bruno se souvient que sa mère racontait comment sa sœur aînée l’avait sauvée d’une situation d’humiliation, alors qu’elle avait été punie par les religieuses du pensionnat d’Aire-sur-l’Adour : Germaine devait rester dans la cour de récréation, une carafe au cou, pour une faute vénielle. Zaza avait surgi dans la cour, jeté la carafe, pris sa sœur par la main, et l’avait emmenée à la pâtisserie Daugé pour la consoler, geste ô combien sororal et chevaleresque.

De retour au présent, nous sommes invitées à déjeuner – crêpes au froment succulentes et gâteau vegan de pain perdu -, de quoi attaquer le travail sur Zaza dans de bonnes dispositions.

Le reste de la journée se passe en lectures et photographies, avant l’apéritif au coin du feu et les discussions toujours passionnantes, et pas seulement sur Zaza. Impression d’être en famille.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1694

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

27 avril 2021 : J’ai passé une matinée studieuse, l’après-midi s’est déroulé à Gagnepan, l’autre résidence familiale des Lacoin. Marie Darracq, dite Anmé, y accueillait ses petits-enfants, dont Zaza :

C’est là qu’habite notre Anmé

C’est, je crois, parce qu’elle est sienne

Que cette habitation ancienne

Est le séjour le plus aimé1

Cet éloge est paru dans le Cocorico du 15 août 1920, et il est signé Zaza. Ce journal familial est produit par Zaza, et ce quatrain final exprime toute son affection pour Anmé.

Pour ma part, j’ai été superbement accueillie à Gagnepan par Bernard Malherbe, petit-fils de Marie-Thérèse Lacoin (dite Zon), et par Marie-Elisabeth, son épouse. Après une discussion sur fond de pâtisserie pâte d’amandes-pignons de pin2 de chez Daugé – la pâtisserie célèbre d’Aire-sur-l’Adour où Zaza et sa famille se fournissaient -, Bernard m’a montré la place herbeuse où a été prise la fameuse photographie de Zaza avec Simone de Beauvoir, photographie qui est en couverture des Mémoires d’une jeune fille rangée en format Folio, édition de 2020, et sur le bandeau des Inséparables, parues chez L’Herne. J’ai aussi vu la pièce où Beauvoir a dormi en compagnie de Zaza et de Stépha Avdicovitch, jeune fille au pair qui deviendra une amie proche,

©Tiphaine Martin

… le tennis où elles ont disputé des parties,

©Tiphaine Martin

… ainsi que la voiture à cheval où Zaza et sa famille s’entassaient joyeusement pour des promenades3.

©Tiphaine Martin

Quel voyage dans le temps !

Avant de savourer une croustade aux pruneaux au dîner (autre spécialité sucrée locale), j’ai vu l’église sainte Quitterie, où Marguerite et Maurice Lacoin se sont mariés le 3 octobre 1901.

L’église :

©Tiphaine Martin

 

La croustade :

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1648

 

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 39.

2  https://www.tourismelandes.com/commerce-service/patisserie-dauge-op026aqu0400015m/

3 Photographie visible en bandeau du site de l’Association Élisabeth Lacoin et avec un détail dans l’onglet galerie photo : http://zazalacoin.fr/?page_id=19

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn