Archives par étiquette : Garçon

Géographie en musique (1) : deux chansons de Raymond Fau VADMC

Géographie en musique (1) : deux chansons de Raymond Fau

Parcourir tout un pan du monde en quelques couplets est une gageure, parfois relevée avec brio dans les chansons pour enfants. Deux d’entre elles, « Un joli bateau » (piste n°2) et « Par les prés par les bois » (piste n’°3), paroles et musique de Raymond Fau, figurent sur le 45 tours, non daté, Allez on chante ? N°1 – Avec les enfants de Nancy, maison d’édition Arc-en-ciel, qui comprend également « Toi mon petit âne » (piste n°1) et « Le chat-huant »  (piste n°4).

La photographie de couverture du vinyle montre un groupe de petits garçons, coiffés et habillés à la mode des années soixante-dix. Au dos du disque figure la précision suivante : « groupe d’élèves de 7e, 8e, 9e de l’Ecole Saint Sigisbert de Nancy. » Ces chansons sont donc destinées à un public enfantin et masculin, sans doute avant la mixité scolaire obligatoire de 1976 (https://www.senat.fr/rap/r03-263/r03-2637.html#:~:text=Les décrets d’application du,l’enseignement primaire et secondaire.). Nous entendons d’ailleurs les petits garçons en question au début du vinyle, criant leur joie de chanter avec Raymond Fau.

Presque cinquante ans plus tard, nous pouvons dégager ces chants de leur spécificité sexiste et nous attacher aux paroles et à la musique entraînantes. Les paroles de chacune des chansons décrivent des coins d’univers (transcription personnelle) :

C’était, oui c’était un joli bateau, oh la la, tout le long de l’île,

C’était, oui c’était un joli bateau, oh la la, tout le long de l’eau,

Oh oh oh les matelots ! Oh  oh oh les matelots !

Adieu mon pays, ma jolie Margot,

Oh oh oh les matelots ! Oh oh oh les matelots ! (…)

Et :

Par les prés, par les bois, par les rout’ et par les champs,

Moi je m’en vais écoutant la chanson du vent.

Il me dit des histoir’ de pays merveilleux (…),

Il me dit les longues routes qui s’en vont loin de chez moi,

Et les ciels de nuit qui cloutent des étoiles plein leur toit.

Nous voyageons immédiatement avec le narrateur, soit par bateau avec un équipage, soit en marchant sur la route du vent.

Nous passons ensuite du Nord au Sud, d’abord, dans « Un joli bateau » avec une forte ambiance marine :

Partant vers le Nord, passons par Oslo (…),

Pique la baleine et le cachalot (…).

Partant vers le Sud, abordons Rio (…),

T’en ramènerai de jolis cadeaux (…),

Reviendrai bientôt te revoir, Margot (…)

Notons la référence extra-textuelle à la chanson d’Hugues Aufray « Santiano » (1961), qui parle également d’une certaine Margot : « Je pars pour de longs mois en laissant Margot (…) Au pays, j´irai voir Margot (…). ». La Norvège est le pays de la pêche, donc du travail, le Brésil celui de la dépense, mais pas pour soi, pour la femme aimée, le tout avec une assonance en « o » : Oslo, cachalot, Rio, cadeaux, Margot.

Dans « Par les prés par les bois », nous restons dans les pays du Sud :

Il me dit le sable rose les palmiers ébouriffés,

Les vagues vertes qui osent déchirer les grands rochers (…)

Il me dit les villes blanches qui se chauffent au soleil,

Les toits de tuile qui penchent

En cachant le bleu du ciel (…)

Sans précision de lieu particulier, nous pouvons rêver tant à l’Amérique centrale et à l’Amérique du Sud, qu’aux pays d’Afrique, qu’à la Grèce et qu’au sud de la France.

Vocalisons donc avec bonheur pour aller tout autour du monde.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Géographie en musique (1) : deux chansons de Raymond Fau », Voyages autour de mon cerveau, mai 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/16255

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube