Archives par étiquette : Gaspard

Pourquoi les chats parlent-ils aux humains ? VADMC

 Pourquoi les chats parlent-ils aux humains ?

Les liens entre animaux non humains et animaux humains datent d’une époque lointaine, mais leur communication est souvent compliquée, faute de langue commune. Alors, faute de mieux, certains félins se résignent à adopter le langage humain. Mais pour quelles raisons et dans quelles circonstances ? 

Que ce soit dans la bande dessinée Le Chat du rabbin (Joann Sfar, 2002 – en cours), dans les romans jeunesse Le Chat qui parlait malgré lui (Claude Roy, 1982), Le Rêveur (The Daydreamer, Ian McEwan, 1994) et dans le roman Le Chat qui voulait sauver les livres (Hon O Mamoroutosuru Neko No Hanashi, Sôsuke Natsukawa, 2017), les quadrupèdes sont aux côtés des bipèdes dans leurs tourments, quelle que soit l’époque où se déroule l’intrigue et quel que soit le pays où ils se trouvent. Les quatre chats sont mâles et ils sont auprès d’hommes et de garçons. 

En effet, même si le Chat du rabbin Sfar, vivant à Alger dans les années 1920, voudrait rester avec sa jeune maîtresse Zlabya, sa faculté de langage, acquise en ayant croqué le perroquet de la maisonnée, lui interdit désormais toute intimité avec celle-ci. En effet, le rabbin préfère avoir son chat sous la main plutôt qu’occupé à lire des romans avec sa fille. Le chat décide alors de devenir un humain de confession juive comme un autre, afin de pouvoir rejoindre sa maîtresse. Ce qui l’entraîne dans de folles équipées antiracistes et œcuméniques, sur le continent africain et européen, plutôt sans Zlabya, qui finit par trouver un amour humain, remettant le Chat à sa place de félin, parlant humain ou non. Le langage humain n’apporte pas le bonheur espéré, mais permet de discuter sans fin et de découvrir d’autres espaces.

Gaspard, le fameux « Chat qui parlait malgré lui », de haute lignée écossaise, n’est pas heureux de sa nouvelle faculté, comme l’indique le titre, suite au mâchouillage intempestif d’une herbe étrange, dans un pays et une époque qui ne sont pas mentionnées, mais qui sont au moins francophones et de la fin du vingtième siècle, vu la technologie utilisée. Il était parfaitement tranquille sans. Outre la crainte d’être découvert par les parents de Thomas, son jeune maître (ou doit-on dire « esclave » ?), il ne peut s’empêcher, dans un premier temps, de dire, depuis le dessous de la table, leurs quatre vérités aux invité·es des parents de Thomas, ce qui provoque des incidents de voisinage et amicaux. Jusqu’à ce que Gaspard aide à arrêter deux malfaiteurs, via le père de Thomas. Et que celui-ci découvre la vérité, pour le plus grand bonheur de la famille. Le secret continue à être bien gardé, et Gaspard peut convoler avec Mina-la-Minnie, qui apprend également le langage humain. Gaspard joue un rôle de Pygmalion traditionnel, dans ce roman à l’humour léger.

Guillaume, le chat de Peter l’adolescent britannique qui est un « rêveur », ne parle pas directement, mais émet des phrases compréhensibles à l’oreille de Peter, une fois qu’ils ont à nouveau échangé leurs identités. Car c’est tout l’enjeu du chapitre « le chat » que de confronter Peter à l’existence quotidienne d’un chat, puis, à la fin du chapitre, au décès de Guillaume, âgé de dix-sept ans. Au-delà de l’anecdote amusante et ô combien virile de l’échange corporel entre un adolescent qui aimerait rester à la maison au chaud plutôt que d’aller à l’école, et un chat qui a envie de goûter à la vie de son maître, chacun réglant les problème de l’autre, il y a la fin de la vie du Guillaume. C’est-à-dire que l’écrivain met en scène le décès d’un animal de compagnie aimé et choyé au sein d’une famille lambda. C’est au moment du retour à l’enveloppe charnelle de chacun, puis lors de l’enterrement de Guillaume, que Peter entend celui-ci le remercier, en langage humain.

Le chat japonais qui, de nos jours, dit s’appeler Le Tigre, a lui aussi une mission claire et précise, bien moins funèbre que celle de Guillaume, moins amusante que celle de Gaspard, pas amoureuse comme celle du Chat du rabbin : celle de sauver les livres de leur effacement dans le monde humain. Le Tigre demande au jeune Rintarô, adolescent qui vient de perdre son grand-père libraire, qui l’a élevé, de l’aider dans sa tâche. Ensemble, ils affrontent, dans le labyrinthe d’un univers parallèle qui prend source au fond de la librairie familiale, « celui qui enfermait les livres », « celui qui découpait les livres », « celui qui liquidait les livres » et « celle qui ne ressentait rien ». Non seulement Rintarô sort de sa dépression, mais il prend confiance en lui et apprend que les livres sont des médiateurs vers les autres, et non un moyen de s’enfermer profondément en soi. Et, haricot rouge sur le mochi, il se rend compte de l’amour que lui porte une de ses camarades de classe, Yuzuki. Et il se laisse convaincre de retourner au lycée et de ne pas abandonner sa scolarité, mais de rester parmi ses pairs. Le Tigre peut alors partir définitivement.

Dans tous ces ouvrages, les félins sont anthropomorphisés afin de révéler les travers humains et d’aider les plus jeunes à devenir meilleurs et à cheminer vers l’âge adulte. Seul le Chat du rabbin interagit plus avec les adultes qu’avec les jeunes, mais il conserve alors la même attitude de questionnement sans fin de l’existence.

Les chats cités ont tout de même droit à une existence propre. Alors, à nous humain·es d’apprendre à parler félin afin d’aider les chat·tes ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pourquoi les chats parlent-ils aux humains ? », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/15571

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Danger pour les exploratrices VADMC

Mon épouse favorite et L’Ours et la Poupée : danger pour les exploratrices

Partir un jour, c’est une belle expérience, mais peut-être comporte-t-elle des dangers auxquelles les exploratrices ne songent pas. Ainsi, Ellen Arden (Irene Dunne) est-elle surprise de constater que son mari Nick (Cary Grant) a-t-il fait valider au tribunal son décès, sept ans après sa disparition lors d’une exploration dans les îles des mers du Sud. Nick explique au juge qu’il a fait toutes les recherches possibles et imaginables pour retrouver sa femme. Et que s’il n’a pas accompagné son Épouse favorite (Garson Kanin, 1940), c’est parce que leur plus jeune enfant faisait ses dents.

Trente ans après, c’est toujours l’homme qui reste au foyer pour garder les enfants, dans L’Ours et la Poupée (Michel Deville, 1970). Gaspard (Jean-Pierre Cassel) arrive ainsi à résister aux assauts méthodiques et constants de Félicia (Brigitte Bardot) pendant toute une nuit, telle une nouvelle Blanchette, la chèvre de M. Seguin. Il entend demeurer fidèle à son épouse, exploratrice partie en Australie depuis de longs mois.

Puisque son pull orange en laine piquante ne suffit pas à repousser Félicia, ni sa transformation en faux Suédois bourru, ni ses lunettes carrées, ni son journal, ni sa hache, ni les bûches en bois qu’il lui fait porter, ni son violoncelle de musicien de la Maison de la Radio, ni le tricot qu’il feint de prendre pendant que Félicia lui prend le menton de ses doigts effilés, dans un remake réussi de L’Équipée sauvage (The Wild One, László Benedek, 1953), avec Bardot en Brando à mini-jupe, Gaspard se barricade dans sa chambre. Et ce, pendant que ses trois enfants comptent les points, s’amusent et trouvent tout de même le temps long, surtout qu’elles et il aimeraient bien dormir. Par contre, le chien Sully et le chat Prudhomme apprécient totalement la partie de cache-cache dans le jardin normand de la maison de Gaspard.

La situation de Nick est plus délicate. Il apparaît qu’il aime toujours Ellen, mais il est désormais marié à Bianca (Gail Patrick), qui croit en son amour. Et comment annoncer le retour d’Ellen à leurs deux enfants (une fille, un garçon) ? Se souviennent-ils seulement de leur mère ? Heureusement pour lui, Bianca le quitte d’elle-même, exaspérée par les réticences de Nick à passer leur nuit de noces en sa compagnie. Et ses enfants, non réduits à des entités bêtifiantes, comprennent que la dame qui les regarde avec tendresse et qui est prête à supporter leur ânonnement d’une poésie et leurs accords faux au piano toute une soirée est leur mère biologique.

Par contre, il faudra à Nick déployer tout son charme et ruser pour récupérer Ellen. Mais les costumes de Père Noël n’ont pas été inventés que pour amuser (ou faire peur) aux enfants… et les portes âgées qui grincent et n’arrivent pas à se fermer dans les chalets familiaux sont également bien utiles… le coucou peut alors sonner de tout son cœur, Ellen et Nick sont bien réunis, et pour toujours.

La morale commune n’est pas sauve dans L’Ours et la Poupée, puisque Gaspard rattrape Félicia, au bord d’une rivière, sous le regard ahuri d’une vache qui passe par là. Et qu’ils s’embrassent – et plus si affinités, au public d’imaginer la suite. Mais son épouse lui ayant écrit qu’elle prolongeait ses explorations… et Félicia étant incarnée par l’icône BB, tout charme, élégance, intelligence et esprit pétillant dehors (merci aux dialogues de Nina Companeez)… et il a déjà résisté toute la soirée et toute la nuit… à chacun et chacune de se faire son opinion.

Deux comédies réjouissantes à voir et à revoir, où les femmes, belles et intelligentes, mènent la danse, pour un monde joyeux, désirant et amoureux.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Mon épouse favorite et L’Ours et la Poupée : danger pour les exploratrices », Voyages autour de mon cerveau, avril 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9464

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube