Archives par étiquette : Glacier Dodin

A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

07 mai 2021 : Après une matinée de travail, je me rends à pied au centre-ville de Biarritz. Il est toujours aussi déprimant de voir tous ces rideaux de boutique baissés, même sans être une sur-consommatrice. Pour me remonter le moral, j’entre d’abord dans un « commerce essentiel », le Bookstore, librairie où je pioche Mes combats de Simone Veil (ses discours sur l’Europe, pour la santé, pour les droits des femmes, des handicapé·es…) et J’ai oublié de Bulle Ogier et Anne Diatkine (souvenirs de Bulle Ogier, prix Médicis Essai 2020).

 

                                     ©Tiphaine Martin

                                                   ©Tiphaine Martin

 Une glace de Dodin plus tard, je me trouve sur la plage, à regarder les vagues tout en savourant les mots de Bulle et d’Anne, qui ont bien mérité leur récompense. Extrait du livre, sur fond de spectacle fou dans les années soixante :

Je me livre au name dropping, et heureusement il y avait aussi des psycho-sociologues qui nous délivraient de grandes séances de psychothérapie de groupe après le spectacle, car on était infernaux, on n’arrêtait pas de se battre, tout le monde couchait avec tout le monde, on s’adorait autant qu’on se haïssait, et on épuisait Félix Guattari, qui pour notre plus grande chance faisait partie des spectateurs1.

Quelle époque ! Et quelle existence palpitante, racontée avec drôlerie – du moins ici, puisque la tristesse arrive brutalement lors de ses évocations de la mort de sa fille Pascale, décédée en 1984 à l’âge de vingt-cinq ans, après son triomphe dans Les Nuits de la pleine lune de Rohmer.

Je goûte une dernière fois à l’eau salée sur mes pieds nus, puis repars tranquillement. Demain, ce sera une journée chargée avec deux belles visites en perspective, je suis impatiente d’y être.

 

           ©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1815

 

Bulle Ogier et Anne Diatkine, J’ai oublié, Paris, Points, 2020, p. 46-47.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

04 mai 2021 : Matinée de travail, puis promenade active dans Biarritz l’après-midi. Nous allons en navette gratuite jusqu’au phare. De là, nous progressons tranquillement sur le front de mer,

©Tiphaine Martin

… admirant  là les surfeurs, ici les grosses vagues scintillant au soleil, là encore une partie de l’exposition Jackie et les Kennedy. Nous faisons halte chez le glacier Dodin (chocolat-pêche pour moi), fournisseur de la famille Lacoin sur plusieurs générations.

©Tiphaine Martin

Françoise me montre le rocher du Boucalot jusqu’où Zaza nageait, en face du Port-Vieux (le gros rocher au troisième plan de ma photo) :

©Tiphaine Martin

C’était une véritable sportive, loin de l’image coincée d’une jeune bourgeoise d’une famille catholique ultra-traditionnelle. Le sport féminin a pourtant eu du mal à s’implanter en France, se heurtant aux réticences des médecins et des prêtres. À l’été 1928, Zaza exprime sa joie marine et pique gentiment une de ses sœurs :

A Biarritz, où nous nous sommes arrêtés un moment, la mer était splendide ; j’ai pris un bain délicieux en compagnie de Germaine qui n’avait pas voulu enlever ses lunettes et qui, les cheveux bien collés par l’eau salée, avait l’air de quelque grosse bête marine. Elle se laissait rouler par toutes les vagues et se retrouvait avec ahurissement dans les jambes ou sur le dos d’un gros monsieur non moins surpris qu’elle1.

Les corps féminins bougent avec aisance et sans mauvaise honte, la joie de vivre et d’être entre sœurs éclate.

De retour en 2021 et en haut de la côte des Basques, nous avons ensuite pris l’apéritif chez une collègue du lycée agricole de Saint-Pandelon de Françoise, Cécile, très sympathique, après cette journée bien chargée, surtout au niveau de mon bronzage, qui s’améliore de jour en jour.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

 

Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn