Archives par étiquette : Haubardin

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 6

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

29 avril 2021 : Après une journée de travail, Françoise de Dianous nous rejoint pour une promenade au lac de Vieillote, en bas de Haubardin.

©Tiphaine Martin

Retour par les anciens remparts de cette demeure, dont ne subsiste qu’un court côté, lieu propice aux confidences en tout genre. Je me plais à y imaginer Zaza rédigeant ses lettres à Maurice Merleau-Ponty, sa dernière passion tragique.

©Tiphaine Martin

Le futur philosophe hésitait à s’engager nettement avec elle, sous la forme de fiançailles officielles qui auraient rassuré Marguerite et Maurice Lacoin. Mais, pas encore agrégé, pas encore dégagé du service militaire, avec un frère qui se mariait et laissait leur mère veuve seule chez elle, Merleau-Ponty balançait entre son amour, sa raison et sa situation financière non réalisée. Le décès de Zaza a mis un terme définitif aux tiraillements sociaux de part et d’autre des deux familles, sur fond d’affections différentes pour la jeune fille : profonde tendresse pour sa mère et fort attachement pour Merleau-Ponty. Zaza ayant dû arrêter ses études pour des raisons de convenances – sinon elle courrait le risque de devenir une intellectuelle, donc non mariable comme son amie Beauvoir -, elle n’avait aucune indépendance financière à venir et peu d’occasions de se distraire des feux qui la déchiraient. Des pistes à creuser grâce aux archives dont je dispose, en plus des lettres et des carnets déjà publiés.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 6 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1683

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 3

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

26 avril 2021 : J’ai travaillé toute la journée sur des lettres et des photos de Zaza, me plongeant un peu plus chaque jour dans son intimité, ce qui me permet d’affiner ma vision de son existence et mes analyses. J’ai également visité Haubardin. Joie profonde de ma part d’être dans les lieux où Zaza a passé tant de temps à lire, rêver, jouer au tennis avec André L., un de ses cousins,

©Tiphaine Martin

… s’occuper de ses frères et sœurs… sans oublier ses amies parisiennes ni leurs réussites, comme en témoigne cette lettre du 6 août 1929 :

Toutes les personnes de Haubardin qui sont capables de comprendre ou de vaguement soupçonner ce que peut être l’agrégation de philosophie ont dû m’écouter et j’ai obligé jusqu’à Maria, la vieille cuisinière, à reconnaître que cette place de seconde est vraiment un magnifique triomphe1.

En effet, Simone de Beauvoir vient de réussir son concours, en deuxième place après son compagnon Jean-Paul Sartre, et son amie s’en réjouit, avec l’emphase pleine d’humour qui est la sienne.

J’ai donc vu la chambre où Zaza dormait quand elle venait chez sa Bonne-Maman, ainsi que les autres pièces de la demeure. Comment savoir exprimer ma reconnaissance quand je remercie la famille Lacoin de sa confiance ?

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 3 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1631

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 307.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

25 avril 2021 : Le matin, j’ai vu avec émotion le tombeau de Zaza, enterrée à Saint-Pandelon avec un de ses frères cadets, Joseph, décédé quelques jours après sa naissance ; sa grand-mère maternelle Céline Darracq dite Anmé et propriétaire de Gagnepan, à environ quatre-vingts kilomètres de Haubardin ; ses parents, Marguerite et Maurice Lacoin ; une de ses sœurs cadettes, Françoise, dite Bichon ; son dernier petit frère, Vincent Lacoin.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

J’ai ensuite aperçu le beau château de Saint-Pandelon (fermé au public), à moins de deux kilomètres de Haubardin. C’était la résidence française du cousin qui a le plus compté pour Zaza, André L. André vivait la plupart du temps au Chili avec ses parents, ce qui ne l’a pas empêché de tomber éperdument amoureux de sa parente, et réciproquement, lorsqu’il s’est installé dans les Landes pour cause de mauvaise santé.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

La jeune fille note dans son journal intime du 19 juillet 1927 : « Du jour où il m’a aimée, j’ai vécu, j’ai tout compris, j’ai tout admis et j’ai aimé toutes choses. (…) Nous avons eu ensemble quelques vacances splendides1. » L’histoire est sans lendemain, car Zaza est issue du mariage de cousins germains, et André étant un de ses cousins issu de germains, l’hérédité serait alors trop chargée pour de futurs enfants. Le parc du château est très Cocteau, avec ses herbes folles, ses grands buissons, qui mènent à une fontaine à sec, couverte de lierre et de mousse. Atmosphère poétique s’il en est, éloignons-nous pour ne pas réveiller les fantômes des évêques qui s’y sont promenés il y a longtemps, très longtemps.

Changement d’époque pour la halte suivante, nous passons, mes guides et moi-même, au dix-huitième siècle restauré, c’est-à-dire au Moulin de Bénesse, à deux kilomètres de Haubardin. Zaza s’y est rendue un matin de 24 avril 1924, avec André et d’autres cousin·es, comme elle le narre à son père : « Entre deux parties de tennis, nous avons été ce matin au moulin de Bénesse. Une vue ravissante avec des jeux d’ombre très bizarres et une lumière très chaude2. » Pour la chaleur lumineuse on repassera (temps gris et venté), mais le site est très joli et me console de ma déception enfantine lors de ma visite au Moulin de Daudet, dans le sud-est. Je me souviens d’un tertre pelé et d’une habitation close, ne dégageant en rien de la magie tragique des Lettres de mon moulin.

©Tiphaine Martin

Depuis les années vingt, le moulin de Bénesse a donc été restauré, les arbres ont poussé. Ceci dit, il est très agréable de s’y promener et de prendre pain et brioche bio à la boutique du moulin. J’ai souri en voyant écrit « chocolatine » devant les pains au chocolat, le vocabulaire est bien différent d’une région du nord (chez moi) à une région du sud (ici). Le pain s’appelle « bénessois », il est au curcuma, le « pastis », une sorte de brioche, est très moelleux et parfume délicieusement le palais de son arôme de vanille-rhum-beurre. Zaza se proposait d’ailleurs de flatter la gourmandise de Beauvoir en lui en confectionnant3.

©Tiphaine Martin

L’après-midi, nous nous sommes rendues, Anne-Marie et moi, à Arzeth, après un accueil chaleureux chez deux neveux de Zaza, Dominique Le Masne puis Pierre Le Masne, tous deux fils de Geneviève Lacoin (Bichette, une des jumelles), qui habitent chacun non loin d’Arzeth et avec lesquels nous échangeons sur Zaza, en compagnie de Chantal, épouse de Pierre.

 

©Tiphaine Martin

Arzeth a été construite au dix-neuvième siècle par l’arrière-grand père de Zaza, Emile Darracq. Deux de ses filles, Marie (Bonne-Maman) et Céline (Anmé) ont marié leurs enfants Maurice et Marguerite, futurs parents de Zaza. Au retour, nous avons bu l’eau de la Fontaine salée, dont les vertus curatives seraient attestées depuis la plus haute Antiquité.

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1605

 

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 93.

2 Ibid., p. 57.

3 Lettre du 5 août 1928. Ibid., p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn