Archives par étiquette : Helen Reddy

Etre debout être femme VADMC

Être debout, être femme : “L’hymne des femmes”, “I am Woman”

Être une militante féministe, c’est lutter pour l’égalité femmes-hommes. Ces combats peuvent être fatigants et irritants, par la lenteur des progrès, jamais définitivement acquis, comme l’avait déclaré l’autrice féministe Simone de Beauvoir à la militante féministe Claudine Monteil après la première victoire pour le droit à l’avortement, en 1975 (Claudine Monteil, Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, 2011, p. 41) :

Vous aviez donc une fois de plus raison lorsque vous me répétiez qu’aucun droit des femmes n’est définitivement acquis. Il suffira d’une crise politique, économique et religieuse pour que ceux-ci soient remis en question.

La constitutionnalisation de l’IVG en France le quatre mars 2024 permet de penser qu’au moins ce droit-ci sera pérenne. En attendant, quoi de mieux que de chanter la sororité ?

Retournons dans les années soixante-dix du vingtième siècle pour y prendre deux hymnes féministes de 1971, l’un français, l’autre nord-américain. La chanson française est composée par des militantes féministes. Voir son histoire ici : https://balises.bpi.fr/hymne-des-femmes/#:~:text=L’Hymne des femmes est écrit à l’occasion d,défense du fort d’Issy. Elle prend le titre d’ « Hymne des femmes » et elle est explicitement politique. L’appel à la révolte et à la sororité est clair :

Levons-nous, femmes esclaves,

Et brisons nos entraves,

Debout ! Debout !

(…)

Ensemble on nous opprime, les femmes,

Ensemble révoltons-nous.

(…)

Connaissons notre force, les femmes,

Découvrons-nous des milliers.

L’analogie entre les femmes et les esclaves rappelle celle établie par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe entre les femmes, les Juifs, les colonisé·es et les Noir·es Américain·es (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/12136). Combien de manifestations, de réunions, de chants sous la douche et dans la cuisine avec cet « Hymne des femmes » et avec « I Am Woman » ? Tant et tant, sans aucun doute.

La chanteuse féministe Helen Reddy, connue en France en 1977 pour son rôle de Nora dans le film Peter et Eliott le dragon (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/9885), a eu droit à sa biographie filmée en 2019, I Am Woman, par la réalisatrice Unjoo Moon. Le titre reprend son hymne féministe « I Am Woman », co-écrit avec le chanteur et parolier Ray Burton. Voir son histoire ici : https://ig.ft.com/life-of-a-song/i-am-woman.html La chanteuse nord-américaine Katy Perry, comme noté dans l’article cité, a rendu hommage à cet hymne dans sa propre chanson « Roar » (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1873).

Les paroles de l’hymne de Reddy, « I Am Woman », sont plus personnalisées que dans l’hymne français, mais elles appellent tout autant à la révolution et à l’indépendance :

You can bend but never break me

‘Cause it only serves to make me

More determined to achieve my final goal

And I come back even stronger

(…)

I am strong (strong)

I am invincible (invincible)

I am woman

C’est-à-dire (traduction personnelle) :

Tu peux me faire plier mais jamais tu ne me brisera

Parce que ça ne sert qu’à me rendre

Plus déterminée à atteindre mon objectif final

Et je reviens encore plus forte

(…)

Je suis forte (forte)

Je suis invincible (invincible)

Je suis femme

Reddy proclame sa détermination contre le patriarcat et sa fierté d’être femme, ce qui ne va pas forcément de soi. L’individualité s’étend à toutes les femmes, qui peuvent reprendre ses paroles et en faire leur force, autre manière d’être sorore.

Et Reddy tend la main aux hommes, dans le troisième couplet : « With such a long, long way to go/Until I make my brother understand » C’est-à-dire : « Avec un long, si long chemin, jusqu’à ce que mon frère comprenne » (traduction personnelle). Les chansons révolutionnaires étant généralement écrites et pensées au masculin, on ne peut que saluer la solidarité de Reddy.

Deux hymnes, deux chants, pour une lutte commune, en sororité et en gaieté. Allez, on chante ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Être debout, être femme : “L’hymne des femmes”, “I am Woman” », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14929

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube