Archives par étiquette : Homeland

Interview sur Antonia Bird 2

À la redécouverte d’Antonia Bird

“Rencontre avec Guillaume Banniard et Muriel Cinque, corédacteurs en chef du second numéro du magazine indépendant L’Infini Détail qui consacre un dossier à Antonia Bird. Une immense et invisibilisée cinéaste britannique qui n’avait, jusqu’ici, pas eu les honneurs d’un article à la mesure de sa carrière.”

Tiphaine Martin – Comment est né votre projet ?

 

Muriel Cinque – de la curiosité et du désir de partager. En visionnant les différents projets de madame Bird, il nous est apparu à Guillaume et moi-même que nous avions affaire non seulement à une cinéaste de qualité mais à un être humain de grande valeur. Son approche des sujets qu’elle traite, sa maîtrise des tourments intérieurs de ses personnages, son sens de l’observation et son absence de jugement font de son travail une mine d’or.

Guillaume Banniard – pour ma part, il est aussi né d’un sentiment de frustration, celle de découvrir les films d’Antonia Bird tout en découvrant que personne, en fait, ne les connaissait. Son long-métrage Vorace compte parmi mes dix films favoris depuis sa sortie, en 1999, mais j’ai moi-même mis des années avant d’explorer le reste de sa filmographie. La création de ce dossier nous est apparu comme une évidence. Ce magazine est aussi le fruit du dévouement de notre maquettiste, Marie Lemoine, qui a donné un magnifique écrin à notre travail. L’identité visuelle de L’Infini Détail lui est entièrement due.

©Rackdamn

T.M. – Qui est Antonia Bird et pourquoi n’est-elle pas/peu connue aujourd’hui ?

G. B. – C’est une cinéaste londonienne décédée prématurément, fin 2013, à l’âge de 62 ans. Nous-mêmes nous posons la question de son anonymat. Notre revue, L’Infini Détail, la pose également. Et y répond en explorant ses œuvres. Ses films, il faut insister là-dessus, sont taillés pour le public. Ils sont engagés autant que divertissants, accessibles.

M. C. – Antonia Bird est une cinéaste de l’humain. Son cinéma est engagé, social et surtout populaire dans le sens noble du terme. Elle n’a jamais renoncé face à l’adversité, qu’il s’agisse du mépris des distributeurs qui ont littéralement sacrifié son œuvre la plus connue, Vorace, ou des menaces de mort suite au tournage de son film sur l’Église britannique, Prêtre. Elle reste peu connue car sa filmographie n’a pas ou peu eu l’heur de sortir en salle et sa disparition prématurée a fait que les plateformes ne s’y sont pas intéressées. Pas plus que les télévisions françaises. Il faut donc faire l’effort de chercher. 

T.M. – Quels sont ses films et où peut-on les visionner ?

G. B.et M. C. – Légalement, c’est un sacerdoce ! Les options sont limitées pour mettre la main dessus. Côté support physique, il existe des DVD français de VoracePrêtreDe l’amour à la folie et La Cellule de Hambourg. Ils se trouvent sur le marché d’occasion. Vorace, lui, est actuellement présent sur le catalogue de la plateforme FilmoTV. Sinon, certains sont visibles sur YouTube dans une qualité toute relative, et sans sous-titres. Nous espérons organiser des projections dans des festivals, une fois le magazine sorti. Voire une rétrospective à l’Institut Lumière ou à la Cinémathèque française. Charlotte Wensierski, la directrice du Festival du Film Subversif de Metz, a envie depuis plusieurs années de passer Vorace. Ce serait formidable qu’elle projette plusieurs films de Antonia Bird durant la prochaine édition.

T.M. – Quels sont leurs points communs, leur fil directeur ?

M. C. – Le choix de ses comédiens et leur emploi. Ce n’est pas pour rien si, malgré le fait qu’elle reste méconnue de nombreux cinéphiles, elle reste dans le cœur de ceux qui ont côtoyé ses œuvres. La manière dont elle s’empare des sujets qu’elle choisit de traiter, quels qu’ils soient, rend son cinéma absolument unique. Leur diversité montrent aussi son ouverture d’esprit, son empathie.

G. B. – Je suis entièrement d’accord. J’ajouterais que le point commun de tous ses films, c’est une direction d’acteurs merveilleuse. Le style visuel de Antonia Bird se met toujours à leur service. Ses films sont d’une grande efficacité, car soucieux de captiver le public, peu importe le sujet abordé. Et entre les troubles psychiatriques, le terrorisme, l’homosexualité ou encore le cannibalisme, Dieu sait qu’elle a abordé des sujets difficiles.

T.M. – Quelle est l’évolution dans sa filmographie ?

G. B. – De mon point de vue, on peut davantage parler de constance. Ses œuvres de début de carrière, comme l’excellent téléfilm Safe, étaient déjà très puissants. Antonia Bird a su conserver l’acuité de son regard sur ses projets suivants, téléfilms comme films de cinéma, productions britanniques comme américaines.

M. C. – Je pense que l’on peut parler de constante plus que d’évolution. Certes elle a débuté en travaillant pour la télévision et le passage au grand écran peut passer comme telle, de même que traverser l’océan le peut aussi mais dès ses premiers métrages, son écriture, ses personnages et sa caméra ont la même puissance. 

T.M. – A-t-elle inspiré d’autres cinéastes, d’autres artistes (plasticien·nes, écrivain·es, musicien·es…) ?


G. B. – Pas à ma connaissance, mais comment en être sûr ? J’ai découvert le cinéaste hongrois Jan Kadar le jour où John McTiernan, réalisateur de Predator, l’a mentionné lors d’une interview dans l’émission BiTS de Rafik Djoumi. « Sa maîtrise suprême de la caméra n’a jamais eu la reconnaissance méritée », disait-il. S’il n’avait pas cité ce cinéaste, aurais-je jamais entendu parler de Jan Kadar ? Sans doute pas, alors qu’il a influencé l’un des cinéastes hollywoodiens les plus importants des années 1980-1990 ! J’ai commencé la filmographie de Jan Kadar par Le Miroir aux alouettes, que j’ai ensuite fait découvrir à Muriel. C’est une merveille. Allez savoir si des cinéastes établis n’ont pas été influencés de la même manière par Antonia Bird ?


M. C. – Je ne crois pas vraiment. Ses partenaires lui ont été fidèles, et les influences sont parfois si bien digérées… Elle a travaillé avec de futures stars comme Linus Roache (Homeland), Guy Pearce, Aidan Gillen (Game of Thrones) ou encore Robert Carlyle, avec qui elle était amie. C’est un beau CV pour une femme oubliée.

Lien vers la page Ulule :  Revue – L’Infini Détail n°2 – Ulule

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Guillaume Banniard et Muriel Cinque, « À la redécouverte d’Antonia Bird », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/2437

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube