Archives par étiquette : Islande

Masculinités aquatiques 2 Effet aquatique VADMC

Masculinités aquatiques (2) : le projet together

Comédie, romantique jusqu’au bout du cratère islandais, L’Effet aquatique (Sólveig Anspach, 2016) multiplie les points d’eau, lieux de rencontres souvent très charnelles.

Ainsi, Corinne (Olivia Côte), maîtresse-nageuse, palpe en riant le corps de Samir (Samir Guesmi, dans un nouveau rôle d’amoureux post-Camille redouble), grutier, qui se douche à la piscine de Montreuil, sous couvert de vérifier qu’il se savonne bien. Samir se dérobe et refuse cet attouchement non consenti. Pour Samir, la personne la plus importante de la piscine reste Agathe (Florence Loiret-Caille), également maîtresse-nageuse, dont il est amoureux. Sauf qu’Agathe n’a pas encore fait le deuil de son mari décédé.

Lorsqu’elle s’abandonne, un soir, sur le haut plongeoir de la piscine alors déserte, leur duo amoureux est interrompu par l’irruption de Reboute (Philippe Rebbot), maître-nageur, ivre, et deux jeunes femmes, ivres également. Samir, qui a fait semblant de ne pas savoir nager pour séduire Agathe, plonge à la rescousse d’une des deux femmes, qui a chuté dans la piscine et se noie, alcool aidant.

Ce sauvetage a des impacts négatifs sur la vie de trois personnages. D’abord, Reboute, honnête père de famille, est mis à pied pour faute professionnelle et sexisme, tandis qu’Agathe s’éloigne de Samir, en refusant de lui parler et en partant pour un congrès international de maîtres et maîtresses-nageuses en Islande, comme le lui apprend le flegmatique Daniel (Estéban), collègue d’Agathe. Derrière Samir, dans l’entrée de la piscine et ce, depuis le début du film, sont suspendus les drapeaux de tous les pays, dont celui d’Israël. Samir perd donc doublement Agathe.

Cependant, cette seconde partie offre l’occasion à Samir de déclarer publiquement son amour à Agathe, qui de blonde est devenue brune, mais sans harcèlement ni pression. Ayant usurpé l’identité du délégué israélien au congrès international, Samir se retrouve à la session d’ouverture. Et, convié malicieusement par Agathe à exposer le projet palestinien, il finit par construire un projet politique fabuleux, qui est aussi une fabuleuse déclaration d’amour à Agathe, le « projet together » : que les Israéliens et Palestiniens construisent une piscine ensemble, la piscine de la paix, où Israélien·nes et Palestinien·nes nageraient ensemble, car nager est une activité paisible. Samir agrippe ses mains l’une à l’autre pour symboliser cette proposition, sous les applaudissements de ses « collègues », dont le délégué palestinien, très ému quoique surpris (Samer Bisharats), de la déléguée brésilienne, yeux brillants et applaudissant frénétiquement (Johanna NIizard), et d’Agathe, muette et yeux ronds. Ou comment l’amour conduit à l’humanisme, donc à la solidarité universelle.

Il faudra pourtant bien d’autres eaux pour qu’Agathe et Samir s’enlacent définitivement, sans être dérangés. D’abord, celle, chlorée, d’une piscine islandaise, où Agathe nage de concert avec Samir, qui a perdu la mémoire suite à une électrocution (Claude François nous voilà). Puis, à la toute fin, Agathe a fait son propre chemin mental et sensuel de son côté. Elle est donc prête à accueillir un nouveau amour, celui que Samir lui porte, depuis qu’il l’a vue dans un café de Montreuil remettre un harceleur à sa place.

C’est dans une source d’eau chaude que tout se conclut. Agathe, ayant reconnu son attachement pour Samir, l’a perdu de vue, lors d’un déplacement en groupe. Elle le retrouve dans une source d’eau chaude, en compagnie de la déléguée brésilienne, qui savonne délicatement le visage de Samir, qui a les yeux fermés. Sur la musique aérienne, délicate, bref sublime, de Martin Wheeler, le couple d’amis islandais (Didda Jónsdóttir, Frosti Jón Runólfsson) d’Agathe et de Samir kidnappent en douceur la déléguée, et Agathe prend sa place. Et c’est…

La grande vie

Le sacre des amants

Qui justifie tous tes chagrins d’avant

Alors là, oui, ça ressemble à quelque chose

Alors là, oui, ça les vaut toutes les roses1

1 Bénabar, « La grande vie », Inspiré de faits réels, Jive Epic, 2014.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Masculinités aquatiques (2) : le projet together », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7840

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City

Julie Marangé, co-fondatrice de l’entreprise Feminist in the City, a bien voulu répondre à mes questions, au nom de sa collègue Cécile Fara et en son nom. Qu’elle en soit chaleureusement remercié.

Tiphaine Martin – Comment votre parcours privé et professionnel vous a-t-il amené à la création de Feminist in the City ?

Julie Marangé – J’ai fait mes études en Angleterre après le lycée. J’y ai développé mon militantisme féministe, car j’étais dans une université avec un engagement féministe prononcé (University of Bath). Il y avait des cours en études de genre ET les études de genre étaient partout dans les autres cours, sans barrières.

En ce qui me concerne, j’ai eu un parcours similaire à celui de Simone de Beauvoir, dans ma scolarité élémentaire et secondaire : je suis allée au cours catholique Madeleine Daniélou jusqu’au lycée. J’y ai reçu une éducation empreinte d’un profond conservatisme et de sexisme ordinaire. Je suis donc passée d’un cocon fermé à une université ouverte sur le monde. Et…en dernière année de faculté à Bath, j’étais présidente d’une association féministe. J’ai enchaîné avec un Master en politiques publiques à Sciences Po, où j’ai rencontré Cécile Fara. Nous avons créé Feminist in the City afin de démystifier le féminisme, accusé d’être un groupuscule d’hystériques – pour faire vite -, pour créer une entreprise pédagogique, pour éduquer au féminisme et à l’histoire des femmes. Nous avons choisi le street art comme première porte d’entrée. Notre première visite, street art et féminisme, a eu lieu en mars 2018.

T.M. –  Pourquoi un titre d’association en anglais ?

J.M. – Nos premières visites étaient en anglais, car nous souhaitons avoir un public très large. Nous avons mis notre entreprise sur Air B & B pour voir si nos visites suscitaient de l’intérêt, ce qui a été le cas. Notre volonté est de parler à l’international, de pouvoir parler à beaucoup de monde, d’où le choix de l’anglais.

T.M. – Quel est le but de Feminist in the City ?

J.M. – Ne plus exister, car il n’y aurait plus d’inégalités. Aujourd’hui, nous souhaitons sensibiliser aux inégalités entre les genres ; mettre les femmes en lumière dans l’art et dans l’espace public de manière pédagogique, rassembler les générations et ne pas faire de politique au sein de notre entreprise. Développer chez tous et toutes la culture de l’égalité et du féminisme pour lutter contre le patriarcat, initiant ainsi un cercle vertueux.

T.M. – Pourquoi avoir choisi Claudine Monteil comme marraine ?

J.M. – Claudine est venue à une de nos visites et nous avons ensuite échangé. Son expérience au sein du M.L.F.1 nous a enrichies et a permis d’établir un dialogue fructueux entre générations. C’est cet aspect intergénérationnel et ce qu’on a en commun qui nous anime à Feminist in the City, plutôt que les divisons internes aux différents mouvements féministes d’hier et d’aujourd’hui. Ou comment on peut être plus efficace ensemble en prenant des leçons de féminisme aux côtés de Claudine.

T.M. – Quels sont vos projets pour Feminist in the City ?

J.M. – A court terme, nous avons la conférence en anglais « What’s next for feminism ? » le 4 octobre. Il y a quatre intervenantes, originaires des USA, d’Islande, d’Argentine, de France. A moyen et long terme, nous souhaitons créer une solidarité féministe internationale, pour lutter ensemble contre le patriarcat.

Julie Marangé

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Julie Marangé, «Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City  », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/604

 

MLF sans points étant la marque déposée par Antoinette Fouque en 1979.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube