Archives par étiquette : Jackson Pollock

Stella est amoureuse VADMC

Bouger en solidarité (1) : Stella est amoureuse

Être une transfuge de classe n’a pas que de mauvais côtés (cf. l’œuvre d’Annie Ernaux), on peut même se faire des amies pour la vie. Ainsi, dans les années 1980, à Paris, dans Stella est amoureuse de Sylvie Verheyde, la lycéenne Stella (Flavie Delangle), dont la mère (Marina Foïs) est patronne de bar et le père démissionnaire et alcoolique (Benjamin Biolay), a-t-elle des amies bourgeoises.

Celles-ci sont de bonnes élèves et se préparent à enchaîner baccalauréat avec mention, ENS et agrégation. Stella, dont les parents peinent à écrire un chèque, n’arrive pas à se projeter dans ce type d’avenir, car rien, pas même le sytème scolaire, ne l’y a préparée.

C’est uniquement par la force et les encouragements de ses plus proches amies que Stella réussit à avoir son bac. Au rattrapage, certes, mais au moins son horizon n’est-il plus bouché et en répétera-t-elle pas le destin de ses géniteurs. Et elle y gagne un radio-réveil et un pull, appât de ses copines pour qu’elle révise son latin pour le rattrapage. La solidarité inter-classe et la sororité passent par une pression financière de la part de celles qui ont le pouvoir monétaire. Il faut dire que Stella a refusé les encouragements verbaux de Gladys (Louise Malek), d’Élodie (Prune Richard) et de Marion (Agathe Saliou) pour traîner avec Sophia (Léonie Dahan-Lamort) aux Bains-douches, une boîte de nuit branchée, où elle tombe amoureuse d’André (Dixon), un danseur-compositeur-musicien.

Mais là aussi, son appartenance au peuple est un handicap, car si elle a une solide culture littéraire, acquise par elle-même et grâce à l’école, elle ne connaît rien au monde de l’art, et Yves Klein, Jean-Michel Basquiat et Jackson Pollock sont des inconnus pour elle. Elle ne peut donc pas participer aux débats où l’entraîne André. La honte sociale étant la plus forte, elle choisit de faire appel à Gladys, pour lui expliquer qui sont ces artistes.

Mais il n’y a pas que le savoir et la culture qui passent par la sororité, il y a aussi la danse, le sexe, les garçons et l’Italie. Comme dans La Bonne Épouse de Martin Provost (2020) et comme dans La Vie ne me fait pas peur (Noémie Lvovsky, 1999), la bande de filles est soudée par de beaux moments de danse collective, où elles restent ensemble, acmé de leur joie de vivre et de leur plaisir d’être amies.

Leurs histoires d’amour ne les séparent pas, qu’il s’agisse de celle de Gladys et Vincent, ou de celle, profonde, d’André et de Stella, qui sort également de sa classe en tombant raide dingue d’un Français à la peau noire, cultivé et artiste, loin des blagues racistes de son père et de certains clients du bar de sa mère. La réalisatrice évite les écueils de surcharger le personnage d’André de bonnes intentions anti-racistes, celui-ci reste normal, dans le milieu cultivé où il évolue.

De même, la perte initiale de la virginité des filles est groupée, lors d’un séjour en Italie avant l’année de la terminale – encore que Stella mente légèrement à ce sujet. Comme à la fin de La Vie ne me fait pas peur, c’est le voyage en Italie qui permet la libération sexuelle, non par exotisme, mais par commodité spatiale, les parents étant vraiment loin, derrière la frontière, et la barrière des langues facilitant le langage des corps.

Corps qui se retrouvent un an après, avant l’entrée en fac pour toutes. De quoi passer d’agréables vacances, et nous de rêver à la suite des aventures de Stella.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (1) : Stella est amoureuse », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7597

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube