Archives par étiquette : Jacques Champigneulle

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

08 mai 2021 : Nous partons en milieu de matinée pour Lourdes, ville importante dans l’existence de Zaza.

                         

©Tiphaine Martin                                                                              ©Tiphaine Martin

Elle s’y rendait en famille chaque année pour le Pèlerinage national, c’est-à-dire un grand rassemblement des catholiques aux alentours du 15 Août, fête de la Vierge. Quoique profondément croyante, Zaza exerce sa verve aux dépens du clergé local, suite à la guérison d’une paralytique :

Quand elle s’est mise à marcher pour aller au bureau des constatations, tout le monde s’est rué à sa suite et, pendant que les brancardiers organisaient les barrages, les évêques prenaient le petit trot et passaient au pas accéléré sous les cordes pour entrer dans la salle avec la miraculée ; je n’avais jamais vu de course d’évêques, c’était assez drôle1.

La causticité de la jeune fille relève l’envie des prêtres de se faire bien voir aux côtés de la personne guérie. Pour ma part, je suis soulagée qu’il n’y ait aucune foule ni aucune boutique d’ouverte – contrairement à hier à Biarritz. En effet, j’aurais eu l’impression d’être voyeuse dans une mise en scène destinée aux croyant·es et d’assister à un spectacle qui n’est pas pour moi. Je suis contente de me reposer et de pique-niquer à l’ombre des arbres et au frais de la rivière qui passe entre l’église et les abris à cierges.

 

©Tiphaine Martin                                                     ©Tiphaine Martin

L’ensemble est intéressant à visiter et je suis fort aise de visualiser le chemin qu’empruntaient Zaza, ses frères et ses sœurs lorsqu’elles étaient infirmières et eux brancardiers, mais cela me suffit amplement.

Place à Cauterets, avec Zaza et avec Beauvoir. Zaza écrit à son père en 1925 depuis cette ville, mais je n’en dirai pas plus, réservant le document en question pour mon exposition.

Beauvoir, quant à elle, s’est rendue dans cette station thermale avec son oncle Gaston et sa tante Marguerite en juillet 1926, d’où elle a envoyé deux cartes postales à son mentor Robert Garric, fondateur des Équipes sociales de Belleville2. Plongée dans les affres de sa passion pour son cousin maternel Jacques Champigneulle, elle n’a pas goûté plus que cela le point de vue des cascades. Que n’a-t-elle lu mon article sur « Le Syndrome du Grand Meaulnes », et, surtout, que n’a-t-elle lu, relu et médité la lettre que Zaza lui envoie le 3 septembre 1927, depuis Gagnepan : 

J’ai beaucoup pensé depuis deux jours aux influences que moi aussi j’ai subies au cours de ces deux ans ; il y a un livre que j’ai aimé et qui a influé sur moi au point de fausser peut-être ma propre vérité et de m’imposer une contrainte de mes sentiments naturels, c’est Le Grand Meaulnes. J’ai puisé là un amour, un culte du rêve auquel aucune réalité ne sert de fondement, qui m’a égarée peut-être loin de moi-même. Aujourd’hui, je distingue nettement tout ce qu’il y a eu de forcé, d’artificiel, dans un sentiment entretenu pendant deux ans à force de volonté et d’imagination3.

Zaza parle ici de son amour pour son cousin André, qu’elle a idéalisé via sa lecture du Grand Meaulnes. Elle a préféré, comme Beauvoir, fuir la réalité et cultiver son imagination plutôt que d’avoir le cœur vide et passer, peut-être, à une autre inclination.

Pour ma part, je suis ravie – au sens propre du terme – par le site du Pont d’Espagne: cascade profonde et majestueuse,

 

   

©Tiphaine Martin                                   ©Tiphaine Martin

 

… jaillissements de-ci de-là que l’on voit depuis des rambardes astucieusement aménagées, petits arcs-en-ciel qui feront très bien sur mes photos, chemin en boucle qui permet de passer d’une rive du torrent à l’autre. Bien sûr, ma Cascade du Rouget, dite « La Reine des Alpes », n’est pas détrônée dans mon affection, loin de là, mais… ma foi… celle de Cauterets n’est pas mal du tout, merci Simone – et Zaza – de m’y avoir conduite. Et dans d’autres circonstances, je me ferais bien quelques randonnées dans le coin, qui a l’air peuplé de sites magnifiques, avec lacs naturels à disposition des touristes. En plus, je n’ai même pas à conduire, je peux donc me relaxer en savourant cette très belle journée.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1835

 

 

1 Lettre du 26 août 1926, à Geneviève de Neuville. Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 80-81.

2 Cf. notre thèse Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, p. 200, 201.

3 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 101.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Grand Meaulnes Beauvoir

Le Syndrome du Grand Meaulnes 

Le héros d’Alain Fournier, du roman éponyme paru en 1913, est censé représenter le poète romantique type : perdu dans les nuages radieux de la spiritualité, inapte aux tâches quotidiennes tellement prosaïques voire triviales, appelé à un dessin hors du commun. Et s’il abandonne sa jeune épouse Yvonne alors qu’elle est enceinte et ne revient qu’une fois qu’elle est morte en couches, ce n’est bien entendu pas de sa faute, mais celle de la Vie, dont il est le jouet, incapable de se poser. Drapé dans sa cape de poète, il est alors tout à fait libre de s’en aller par les chemins et par les monts. Foin du foyer, domaine clos des femmes, vive le ciel et l’espace infini réservés aux hommes.

C’est cette étendue qu’envie la jeune Simone de Beauvoir à son cousin Jacques Champigneulle et à ses camarades de classe du collège Stanislas : « Jacques et ses camarades lisaient les vrais livres, ils étaient au courant des vrais problèmes ; ils vivaient à ciel ouvert : on me confinait dans une nursery. » L’écrivaine utilise une métaphore géographique pour distinguer le côté des filles de celui des garçons, au niveau du développement cérébral, donc du droit à se construire soi-même son existence. Ces lignes parallèles se brisent heureusement pour Beauvoir à l’orée de l’âge adulte, puisque, contrairement à ses camarades de classe, elle est obligée à faire des études universitaires afin de pouvoir gagner sa vie en tant que professeure de lycée, du fait de la pauvreté de son père, qui a perdu sa fortune dans les emprunts russes de la Première Guerre mondiale : « (…) aujourdhui, nos vies divergeaient ; je continuais à aller de lavant, je me développais tandis que, pour sadapter à leur existence de filles à marier, elles commençaient de s’abêtir. » Nous ne reviendrons pas sur l’antiféminisme qui empêchait alors la moitié de la population française de devenir véritablement intelligente.

Ce qui nous intéresse, en revanche, est la trajectoire intellectuelle de Beauvoir, qui va la conduire à accepter les conseils de lecture (et de cinéma, et de peinture, et de sculpture, et de musique) de son cousin, à partir de ses dix-sept ans à elle, de ses dix-huit ans à lui. Et, par ricochet, à assimiler Jacques au personnage de Fournier : « Il aimait le Grand Meaulnes, il me lavait fait aimer : je les identifiais. Je vis en Jacques une incarnation raffinée de lInquiétude. » La jeune fille hausse le personnage plutôt plébéien d’Augustin Meaulnes jusqu’à la bourgeoisie dont sa famille fait partie. Le niveau haut de la classe ajoute une touche de distinction, au sens d’héritage social et culturel donc bourdieusien du terme. Prosaïquement, l’adolescente fabrique une image fantasmagorique et fantasmée de son cousin, dont elle tombe bientôt amoureuse : « Je pense qu’il y a eu l’angoisse ordinaire de le connaître si différent, si loin, si vivant en dehors de mon esprit où sans m’en rendre compte je prétendais l’enfermer (…)1. » Cette phrase du six octobre 1926, il lui faudra trois ans pour y faire face, en date du huit octobre 1929 : « (…) mon beau héros mort, mon petit Jacques ; mon rêveur si faible et si peu héroïque que j’avais si somptueusement paré de sa faiblesse2. » Forcée à être lucide par l’annonce du mariage de son cousin avec une riche héritière, Simone écrit sa déception au fil de sa plume, son amertume, « comme si tout avait été vrai3. » Elle pointe déjà le fossé entre l’enveloppe de son imaginaire et la réalité de la personnalité de son cousin, volontairement asservi à son éducation patriarcale, d’après les dires de Beauvoir.

C’est ce que résument les Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958, en une magnifique sentence sénéquienne : « Et puis je me gourmandai. C’était mon rêve qui était faux, ce n’était pas Jacques. » La sévérité de la mémorialiste marque l’arrêt net de son attachement pathologique à son cousin, des nuées mensongères dont elle l’a habillé. En 1949, dans Le Deuxième Sexe, Beauvoir emploie le terme « mythe » pour définir sans le dire son attitude d’alors :

Le mythe est un de ces pièges de la fausse objectivité dans lesquels l’esprit de sérieux donne tête baissée. Il s’agit encore une fois de remplacer l’expérience vécue et les libres jugements qu’elle réclame par une idole figée4.

Sans aller jusqu’à attribuer à l’adolescente qu’elle était un « esprit de sérieux », il est pourtant vrai qu’elle a transformé les propos de Jacques et son attitude (souvent ambiguës) en un bloc de faussetés où elle s’est complue.

La peur de la sexualité a joué un rôle non négligeable dans cette passion sans retour :

Ce n’est pas mon corps qui jamais t’a aimé (…). J’étais devant toi, sans mot, devant toi merveilleux et fragile, tout entière dévouée à te sauver5.

Le refus de l’existence charnelle de Jacques en tant que mâle a mué son cousin en être sans poids réel, en personnage de conte, avec Beauvoir ravie de jouer les infirmières, pour une fois6, dans la continuité de ses fantasmes masochistes d’enfance7. Retournons au Deuxième Sexe et aux analyses beauvoiriennes :

Ces amours de tête prolongent et confirment l’attitude narcissiste où l’érotisme n’apparaît que dans son immanence, sans présence réelle de l’Autre. C’est parce qu’elle y trouve un alibi qui lui permet d’éluder des expériences concrètes que souvent l’adolescente développe une vie imaginaire d’une extraordinaire intensité8.

Hommage implicite rendu à ses fantasmes d’alors, ou découpe au scalpel a posteriori d’un rude apprentissage de la réalité ? Notons que ces analyses concernent les jeunes filles et non pas les jeunes hommes, c’est-à-dire la moitié de l’humanité qui, à l’époque de Beauvoir, est élevée dans la honte du corps et de la sexualité.

En conclusion, nous définirons le « syndrome du Grand Meaulnes » comme : « l’application de fantasmes de type romantiques en vue de refouler une attirance sexuelle inexprimable ».

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Le Syndrome du Grand Meaulnes  », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/779

1 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, Paris, Gallimard, 2008, p. 107.

2 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 796.

3 Ibid.

4 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe I, Paris, Gallimard, 2000, p. 392.

5 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 796.

6 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », p. 78 : « Quand je me déguisais en infirmière, c’était pour ramasser les blessés sur le champ de bataille mais je ne les soignais pas. »

7 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 79-81.

8 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe II, Paris, Gallimard, 1987, p.102.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte nature Beauvoir

Simone de Beauvoir et la nature à Paris

Cette communication  du 16 juin 2010 a précédé de peu mon premier départ pour la Sardaigne, à destination du 18ème Colloque de la Simone de Beauvoir Society, organisé par les Docteurs Andrea Duranti et Matteo Tuveri. La directrice de la Maison de la Suède de la Cité Internationale Universitaire, Vivi-Anne Lennartsson, m’avait proposé ce duo beauvoirien, avec le Docteur Eric Levéel1, alors mon co-directeur de thèse. Un beau souvenir.

Simone de Beauvoir est née à Paris le 9 janvier 1908 et décédée à Paris le 14 avril 1986. Elle y a vécu entre le sixième et le quatorzième arrondissement. Elle peut être définie comme LA Parisienne type, c’est-à-dire comme une femme de Paris n’ayant pas beaucoup bougé de son quartier d’origine, et répugnant à en bouger pour aller en province, à l’instar de très nombreux Parisiens. Chaque séjour prolongé en province, lorsqu’elle est professeure de philosophie à Marseille puis à Rouen, est vécu comme un « exil »2, selon ses propres termes. Pourtant, cette «femme dans la ville », ainsi que l’a nommée Élène Cliche3, éprouve un grand amour pour la nature. Lors de ses voyages estivaux dans les deux propriétés familiales de Meyrignac et de La Grillère, elle apprend :

« (…) le bouton-d’or et le trèfle, le phlox sucré, le bleu fluorescent des volubilis, le papillon, la bête à bon Dieu, le ver luisant, la rosée, les toiles d’araignée et les fils de la Vierge (…).4»

Elle y goûte une liberté presque complète, à l’inverse de la surveillance sans relâche de ses parents à Paris5. Ce n’est que peu à peu qu’elle se libère de la tutelle de ses parents. Cette libération passe par la conquête d’un espace personnel, notamment naturel. Si les voyages hors de Paris sont l’expression même de cette libération, il ne faut pas oublier de prendre également en compte les voyages dans la nature parisienne. Nous opposerons l’espace naturel parisien à l’espace naturel hors Paris, tant dans l’enfance que dans la jeunesse et la vieillesse de Simone de Beauvoir. Nous verrons quels attributs possède la nature dans Paris.

I. Une nature circonscrite ?

Dans Paris, la nature est circonscrite à des lieux bien précis: les parcs et les jardins, mais aussi les bords de Seine. Nous ne nous attarderons pas sur les longues promenades de Simone de Beauvoir le long de la Seine, solitaires6 ou en compagnie de Zaza7 ou de sa sœur8. L’élément liquide n’est pas son favori, le fleuve n’est là que pour accompagner le mouvement méditatif de la promeneuse, que l’on peut assimiler a posteriori à une évocation intertextuelle du fameux poème d’Apollinaire « Le Pont Mirabeau » :

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine/ Et nos amours faut-il qu’il m’en souvienne/ La joie venait toujours après la peine (…). »

Nous noterons que les promenades aquatiques de Simone de Beauvoir sont toujours situées dans des moments où la conscience du temps est forte, et où l’exaltation de la jeune fille est exacerbée. Dans Paris, il n’y a pas de vastes espaces naturels, comme à Meyrignac et à la Grillère. Tandis que Simone de Beauvoir peut courir à l’intérieur des parc familiaux, voire, en faisant attention à l’heure des repas, franchir les barrières des parcs afin de s’évader dans la nature sauvage, elle doit rester dans un espace géographique précis, entouré d’interdits. A Paris, il s’agit d’une nature domestiquée par l’homme, une nature qui a perdu toute trace de son impétuosité première. L’évasion mystique est possible hors du parc de Meyrignac :

« Quand la lune se levait au ciel, je communiais avec les lointaines cités, les déserts, les mers, les villages qui au même moment baignaient dans sa lumière. », mais elle est impossible dans le jardin du Luxembourg, avec ces « (…) massifs intouchables, [ses]  pelouses interdites (…)9

Le jardin du Luxembourg est le centre giratoire de la nature parisienne de Simone de Beauvoir. Situé près du premier appartement rue de ses parents, ce jardin est le théâtre de nombreux épisodes-clés de l’enfance et de l’adolescence de Simone de Beauvoir: socialisation manquée avec les autres enfants10, violentes crises de colère11, ou voyage de noces avec son cousin Jacques à l’âge de huit ans12.

L’être en devenir Beauvoir est présent dans ces courtes scènes infantiles. Y sont exprimés son rapport au monde humain plus qu’au monde naturel: aucun nom d’arbres, aucune référence aux oiseaux ni aux insectes qui doivent pourtant être présents au Luxembourg, comme dans tout jardin, même public. Ce qui est important ici, ce sont les rapports aux autres, et le portrait de Simone de Beauvoir qui se dessine à travers eux. Nous verrons dans la seconde partie quelles conclusions tirer de l’humanisation de la nature parisienne, en opposition avec la nature déshumanisée de la campagne.

Le Luxembourg récupèrera brièvement les caractéristiques d’une nature « naturelle », avec oiseaux lors de la « Drôle de Guerre » : « Le soir on entendait derrière les grilles du Luxembourg des voix militaires et le ululement des hiboux13.» Il s’agit d’une situation historique particulière, où l’abandon d’une partie de la population (masculine) fait de Paris « presque un village14

Le retour à la nature du jardin serait-il dû à la présence majoritaire de femmes, en un raccourci opposant la nature/présence des femmes en grand nombre / présence des hommes/nature socialisée? Ici, les hommes sont déshumanisés, réduits à des « voix » en parallèle avec les hiboux: deux types d’oiseaux nocturnes ? Dans la suite de ses mémoires, le Luxembourg n’est plus cité.

Les autres parcs et jardins de la capitale dont la mémorialiste fait état sont peu nombreux : le Bois de Boulogne15, les Tuileries16, les Buttes-Chaumont17, le jardin du Palais Royal18, avec d’infimes variations linguistiques, dans l’enfance et l’adolescence, puis dans son parcours biographique. Ce sont des points de verdure dans Paris, des haltes dans la conquête d’une libération personnelle.

Il est intéressant de constater que plus la jeune Simone de Beauvoir s’affranchit des contraintes parentales, plus elle étend son champ de promenades, du moins tel qu’elle le rapporte dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée, non pas tant au niveau de la longueur du parcours que du choix des lieux et des personnes qui l’accompagnent ou la côtoie. La Simone de Beauvoir qui va se promener seule aux Buttes-Chaumont, à l’insu de ses parents19, n’est plus la Simone de Beauvoir qui reste à manger des glaces avec sa famille au Luxembourg20. Simone de Beauvoir s’arrache alors physiquement, quoique intra-muros, du quartier de son enfance, donc, au plan symbolique, elle se libère de la tutelle familiale.

  1. La nature parisienne, espace de socialisation

Comme nous avons pu le constater, une des différences majeures entre la nature hors de Paris et dans Paris est l’absence ou la présence de ses contemporains. Il existe une réelle dichotomie entre l’image que donne Simone de Beauvoir de l’espace naturel dans le cadre de ses vacances familiales, et ce qu’elle fait voir à son lecteur de la nature parisienne, comme elle le déclare :

« A la campagne peu m’importait d’être reléguée dans un ermitage : la nature me comblait ; à Paris, j’avais faim de présences humaines ; la vérité d’une ville, ce sont ses habitants ; à défaut de lien plus intime, il fallait au moins que je les voie21

La nature à Meyrignac et à La Grillère est réservée aux découvertes du monde vivant, plantes et bêtes. La nature parisienne est l’occasion, quant à elle, de s’insérer dans un groupe social, familial et amical. Nous avons évoqué plus haut quelques scènes qui se déroulent au jardin du Luxembourg.

Nous allons nous pencher sur la première d’entre elles, qui, à notre avis, nous semble représentative du rapport de Simone de Beauvoir aux autres, dans un cadre naturel. Il s’agit de l’interdiction parentale de jouer avec les autres enfants :

« Au Luxembourg on nous défendait de jouer avec des petites filles inconnues : c’était évidemment parce que nous étions faites d’une étoffe plus raffinéets22. »

Il s’agit d’une scène fondatrice de la personnalité beauvoirienne. La mémorialiste y revient souvent dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, ainsi que dans les autres volumes autobiographiques. Sur le moment, la petite fille tire de ce refus de mélange social une certaine vanité et un sentiment de supériorité. Simone de Beauvoir, fidèle ici à sa méthode de focalisation interne, ne critique pas cette attitude. Elle montre sa propre évolution, dans le même ouvrage, lorsqu’elle a atteint l’adolescence, de blâmer cette attitude :

« Quand je lisais au Luxembourg, si quelqu’un s’asseyait sur mon banc et engageait la conversation, je m’empressais de répondre. On me défendait autrefois de jouer avec les petites filles que je ne connaissais pas et je me plaisais à piétiner les vieux tabouse23. »

Un espace identique est le témoin des changements de mentalité de la jeune fille, de sa libération intérieure, en attendant sa libération spatiale. Elle se rapproche des autres, d’où l’impression de «piétiner les vieux tabous »mais elle n’est pas encore à lui parler, du moins d’égale à égal. Nous noterons au passage le champ lexical de l’enfance : la mémorialiste s’amuse à s’infantiliser une fois encore, par le verbe « piétiner » : Simone de Beauvoir a véritablement un caractère très affirmé…

Les cours qu’elle donne aux Equipes Sociales de Belleville n’instaurent pas un véritable échange entre Simone de Beauvoir et son public de jeunes filles de condition modeste, malgré l’enthousiasme dont Simone de Beauvoir fait preuve dans son article « La Princesse de Clèves à Belleville », où elle rapporte le cours qu’elle a fait sur le roman de Madame de La Fayette, et elle note la « justesse des observations24 » de son public.

Plus tard, elle ne manquera pas une occasion de se rapprocher des autres classes sociales, notamment en voyage. Ainsi, un soir de 15 août 1930, à Tours, elle accepte l’invitation d’un chauffeur de taxi et de sa femme, faute d’avoir pu trouver un hôtel  :

« Ils m’offrirent un café au lait le lendemain matin et n’acceptèrent pas un sou. Leur gentillesse me toucha d’autant plus que je sortais d’un milieu où on se serait cru déshonoré en donnant rien pour rienl25. »

Il y ici un véritable échange, et la mémorialiste s’éloigne de sa classe sociale. En ce qui concerne la socialisation intra-muros de Simone de Beauvoir, les lieux de la nature sont plutôt associés à une socialisation amicale et familiale.

Le Luxembourg est l’espace réservé aux sorties familiales, avec ses parents, sa soeur, voire parfois son cousin Jacques, comme nous l’avons constaté ci-dessus.

Le bois de Boulogne, le Palais-Royal, le Carrousel, eux, sont réservés aux sorties entre amis : amie d’enfance comme Zaza27, mais surtout nouveaux amis de l’âge adulte : Pradelle28, Herbaud29, puis, bien plus tard, Sartre30. Il n’est pas anodin que Simone de Beauvoir situe la fameuse scène du pacte proposé par Sartre à sa nouvelle compagne au jardin du Carrousel, dans le lieu où ils ont l’habitude de se rencontrer. Le Luxembourg était le lieu dédié à l’enfance et à l’adolescence, au « vert paradis des amours enfantines», le Carrousel et le jardin des Tuileries (entre autres) sont devenus le lieu du « temps des copains », si l’on veut bien utiliser ce terme anachronique, et du « temps de l’amour ». Ainsi, Sartre, brièvement aperçu au Luxembourg en compagnie d’Herbaud31, est-il rattaché au Carrousel32. Le seul espace parisien à traverser les deux périodes est le bois de Boulogne, avec tout l’intertexte proustien et colettien qu’il suppose. En effet, on peut trouver des échos entre les visites de Simone de Beauvoir au Bois, Du côté de chez Swann, et Gigi, ce qui expliquerait la sensation d’intemporalité que ces voyages forestiers dégagent.

Ces visitent forment des tableautins de l’amitié, faite de longues discussions et de promenades au fil de l’eau. C’est ici que se cristallise l’amour de Zaza et de Pradelle, c’est ici que Simone de Beauvoir s’enivre de la présence de son cousin. De fait, c’est également un lieu marqué par les sentiments fugitifs : Simone de Beauvoir se défera de son amour pour Jacques, Pradelle n’épousera pas Zaza. Et « Le soleil s’était caché. La nature recommençait à régner sur le Bois (…)33.» Les voyages dans la nature intra-muros sont clos pour le moment, il faut maintenant voyager à l’extérieur.

Ainsi, nous avons pu constater que les espaces naturels à Paris sont rares dans la géographie beauvoirienne. Rares, et peu étendus, contrairement à l’infini de la campagne. Que retenir, au final, de l’espace naturel parisien ?

Qu’il est primordial pour la compréhension de l’ouverture progressive aux autres de Simone de Beauvoir, qui, sans doute, n’aurait pas eu d’autres opportunités de se confronter à différentes classes sociales.

Dans Paris, les espaces naturels cités sont ciblés avec précision par la mémorialiste. Leur fonction est toujours utile à la narration, le portrait de Simone de Beauvoir se dégage plus nettement que dans d’autres lieux.

Les lieux se répondent et s’enchevêtrent, comme les différentes scènes qui rapprochent Simone de Beauvoir des autres. Ces haltes dans la nature sont autant d’occasions pour Simone de Beauvoir de se libérer de l’emprise familiale. Elle conquiert son espace à elle dans la ville, bien avant de pouvoir habiter seule. La nature, lieu indispensable ?

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir et la nature à Paris », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/428

Voir aussi l’interview d’Eric Levéel dans « Beauvoir au masculin », ici. 

1Le texte d’Eric Levéel a été publié dans les French Studies in Southern Africa, No. 42 (2012), p. 107-121. Disponible au téléchargement ici :

https://www.academia.edu/16872607/Les_voyages_parisiens_de_Mlle_de_Beauvoir

2 FA, 105.

3 Élène Cliche, « L’Italie de Simone de Beauvoir : une femme dans la ville », Simone de Beauvoir Studies, 2002-2003, Volume 19, p. 24-34.

4 MJF, 36.

5 MJF, 35, 104.

6 MJF, 440.

7 MJF, 305.

8 MJF, 456.

9 MJF, 173.

10 MJF, 65-66.

11 MJF, 18.

12 MJF, 85.

13 FA, 484.

14 FA, 484.

15 MJF, 360.

16 MJF, 305.

17 MJF, 334.

18 MJF, 395, 436, 451, 462.

19 MJF, 334.

20 MJF, 99.

21 MJF, 76.

22 MJF, 65-66.

23 MJF, 273.

24 Simone de Beauvoir, « La Princesse de Clèves à Belleville », Les Equipes sociales, Bulletin de méthode, Année 1927, juin 1927, N°6, p. 163.

25 FA, 67-68.

26 MJF,

27 MJF, 200, 446, 458.

28 MJF, 360, 458 (Bois de Boulogne) ; MJF, 305.

29 MJF, 436, 438, 451, 462 (Palais Royal).

30 FA, 30-31.

31 MJF, 446.

32 FA, 30-31.

33 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, « Folio », 2005, p. 419.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn