Archives par étiquette : James Bond

Second degré VADMC

Pour en finir avec le second degré

Face aux œuvres d’art, il peut être de bon ton de prendre de la hauteur  et de les décortiquer jusqu’à la moelle. Mais, ce faisant, ne prend-on pas le risque de perdre le plaisir du contact avec l’oeuvre ?

Prendre de la distance, analyser, décrypter, penser, oui, bien sûr. Sans réflexion, impossible d’avoir prise sur le monde, et d’aller au-delà du conformisme et de l’emprise du religieux. Cependant, à trop se poser dans l’éloignement d’un objet, d’un ouvrage, d’un être, ne se trouve-t-on pas dans une nouvelle orthodoxie et dans du snobisme ?

Pour les films, prendre plaisir à un drame auctoriel en noir et blanc muet sur-titré en tchèque n’empêche pas d’apprécier une comédie populaire étasunienne en Technicolor, d’autant que, dans les deux cas, des mécanismes similaires sont à l’œuvre. Les deux films peuvent faire preuve à parts égales d’âgisme, d’antisémitisme, de classisme, d’homophobie, de racisme, de sexisme, de spécisme, de transphobie, de validisme. Avoir un statut d’auteur/d’autrice, qu’il soit auto-accordé ou décerné par la critique, ne garantit pas de toute analyse sur le fond, justement. Et, inversement, une réalisation sans imagination, voire, comble de l’horreur, chronologique, et sans dix mille mouvements de caméra, peut aboutir à une œuvre que l’on suit avec plaisir, grâce au jeu des acteurs et des actrices, à l’intérêt du récit, à des rapports humains égalitaires (race, classe, sexe), à un dialogue bien ficelé, à des décors bien campés.

De même pour les livres. C’est ce qu’écrit Simone de Beauvoir dans Tout compte fait (1972) :

Il faut d’abord que l’univers fictif où je pénètre ait assez de cohérence pour que je puisse m’y ancrer (…). Ainsi dans ses romans Patricia Highsmith commence par inventer une atmosphère, un milieu, des personnages assez vraisemblables pour que j’accepte leur existence ; la suite de l’histoire bénéficie de ce crédit. (…) j’accepte de jouer le jeu. Si dès le début un roman policier m’accroche – par un dialogue vivant, une énigme bien posée, un défi, un pari – l’intrigue peut être extravagante : il me suffit qu’elle soit bien construite, et je feindrai d’y croire ; aiguillonnée par le désir de savoir quel est le coupable, si le hold-up réussira, comment s’y prendra l’agent secret pour accomplir sa mission, je consentirai à considérer comme un héros un agent de la C.I.A., à tenir les Chinois, les Soviétiques ou les Coréens pour des suppôts de Satan1.

L’autrice jongle avec humour entre les clichés des romans d’espionnage des années soixante et ses orientations politiques, à gauche et antiracistes. Beauvoir analyse ses attentes en matière de plaisir de lecture, qui concerne la construction de l’histoire plus que son fond, tout en étant consciente du lieu où elle se trouve, c’est-à-dire de ce qu’elle lit, et, lorsqu’elle évoque les films de James Bond2, de ce qu’elle regarde.

Bien entendu, il ne s’agit pas tomber dans l’excès contraire, à savoir aplanir toutes les œuvres (film, téléfilm, série, chanson, livre, tableau, sculpture, installation…) et les mettre sur le même plan, après analyse. Certaines œuvres sont complexes car elles proposent une vision fouillée du monde, ce qui les place au-dessus d’un simple divertissement, qu’il soit comique ou tragique.

Il s’agit surtout de retrouver de la fraîcheur quand on regarde un film, quand on lit un livre, quand on contemple une œuvre d’art. Et d’éprouver du plaisir, au premier degré.

 

1 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », p. 236-237.

2 Ibid., p. 247.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pour en finir avec le second degré », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7425

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Mourir peut attendre, surtout pour les femmes

Mourir peut attendre, opus 2021 de la saga Bond, se conclue par la mort du héros, et non par sa fin heureuse habituelle, lorsque le héros a accompli sa mission, à savoir sauver le monde capitaliste des griffes des anti-capitalistes, à savoir les communiste, dont l’idéologie de partage est aujourd’hui sérieusement mâtinée d’égoïsme et d’individualisme fort peu marxistes-léninistes. Ce final est plus symbolique que réel et marque plus l’arrêt par Daniel Craig de son incarnation de l’agent 007 que la mort d’un héros – ni Conan Doyle avec Sherlock Holmes ni Maurice Leblanc avec Arsène Lupin n’y sont d’ailleurs arrivés en leur temps. Mais ce décès est intéressant, car il marque la volonté des producteurs, dont Craig fait partie, d’arrêter les féminicides pandémiques dont était parsemés la saga Bond, qu’il s’agisse de la petite amie de l’espion, des méchantes (toujours subordonnées à l’ennemi principal de 007) ou des amantes épisodiques du viril agent de l’empire britannique.

Dans Mourir peut attendre, les femmes vivent et survivent. Elles ne sont pas du tout touchées lors de combats dont elles maîtrisent parfaitement les règles. Après le générique de début, le dynamitage du tombeau de Vesper Lynd, grand amour de Bond morte à cause de lui dans les deux versions de Casino Royale (1967 et 2006), peut être vu comme l’arrêt symbolique du flot de cadavres féminins dans la série, ce qui est réjouissant. Bond n’est plus le protecteur de femmes plus ou moins faibles, plus ou moins perverses et ce n’est certainement pas lui qui leur enseigne et leur révèle ce qu’est le sexe hétérosexuel (Golfinger et sa lesbophobie), l’amour et la tendresse partagées. Espérons que ce féminisme continue dans les prochains films.

De même, côté héros, la mue en homme qui pense les femmes égales à lui est accomplie, d’où son décès, peut-être … ? Il abandonne son masque et sa carapace d’impassibilité et de froideur pour faire face au soleil de l’amour et de la paternité, ce qui n’est pas rien pour le loup solitaire décrit par Ian Fleming et filmé ainsi depuis 1962 dans James Bond contre Dr No. Dans l’opus sorti en 2021, James Bond est conscient que son orgueil lui a coûté cinq ans de bonheur au côtés de Madeleine Swann (Léa Seydoux) et de leur fille Mathilde (Lisa-Dorah Sonnet), sans oublier le doudou lapin de cette dernière, qu’il arbore fièrement à sa ceinture à la fin du film, non comme prise de guerre, mais comme objet précieux à conserver jusque’à la fin, dans sa tombe aquatique, à l’instar des Anciens Égyptiens qui conservaient leurs objets personnels dans leur dernière demeure.

Sinon, cet opus est une très belle vitrine touristique pour la région Puglia (Pouilles), dans le sud-est de l’Italie. Sans vouloir tomber dans du cynisme et de l’ironie faciles, il est presque regrettable que les personnages s’agitent devant les maisons et les places des petits villages perchés, tellement agréables à l’œil et si ensoleillés. Il est vrai que l’exotisme fait aussi partie de la charte filmique des James Bond, au même titre que les gadgets technologiques – toujours aussi impressionnants et dont on ne se lasse pas non plus – et les belles voitures.

Un film à voir et à méditer, en attendant le prochain de la saga, avec un nouvel acteur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Mourir peut attendre, surtout pour les femmes», Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2107

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube