Archives par étiquette : Jardin du Luxembourg

Simone de Beauvoir, dévorer le monde

Article initialement publié dans Le Castor Magazine en 2014.

Simone de Beauvoir s’est déplacée tant par terre que par mer et dans le ciel, de Paris à Pékin, en passant par Rome, Ismaïlia, Quimper, Stockholm, les Cyclades, Marseille, New York, Tokyo, Rouen, Prague, Bamako, Hambourg, Erivan, Manaus, La Havane, Detroit, Castres, Tarquinia, Davos, Mostar… de sa naissance en janvier 1908 à son décès en avril 1986. Ça veut dire quoi, pour Beauvoir, être une femme qui voyage, puis une écrivaine voyageuse ?

Apprendre le monde, étape 1

Tout d’abord, il s’agit de mettre des mots sur les choses de la nature. Son grand-papa du côté maternel l’y aide : “Il me disait le nom des arbres, des fleurs et des oiseaux.” Pour s’approprier le monde, rien de tel que les mots. Dans son sixième arrondissement parisien, elle passe de longues heures penchée sur les images du monde : “Je m’enchantais aussi des planches de mon atlas. Je m’émouvais de la solitude des îles, de la hardiesse des caps, de la fragilité de cette langue de terre qui rattache les presqu’îles au continent (…).” Les représentations de la planète suscitent autant son intérêt que les mots et que l’immersion dans l’herbe ou dans le sable du jardin du Luxembourg. Et gare à qui ose l’empêcher de profiter jusqu’au bout de ses plaisirs  ! Simone griffe, mord, hurle et grince des dents  : “Je hurlais si fort, pendant longtemps, qu’au Luxembourg on me prit quelquefois pour une enfant martyre. “Pauvre petite !” dit une dame en me tendant un bonbon. Je la remerciai d’un coup de pied.” Puisqu’on vous dit qu’il ne faut pas la contrarier cette petite fille modèle !

Pendant son enfance et son adolescence, son univers reste immuable, concentré sur quelques arrondissements : le sixième et le quatorzième, lieux d’habitation successifs, le septième, où se trouve son école pieuse et quelques parcs. Et les deux maisons familiales dans le Limousin, Meyrignac côté maternel et La Grillère côté paternel. L’évasion provient ensuite de lectures choisies et censurées par sa mère, mais qui lui montre d’autres pays, d’autres lieux  : la Russie avec Le Général Dourakine, quatre des cinq continents avec Les Cinq sous de Lavarède, l’Inde coloniale avec La Maison à vapeur de Jules Verne, puis la découverte des mœurs nord-américaines avec Les Quatre Filles du docteur March, entre autres. Beauvoir s’identifie à Jo “l’intellectuelle“, qui comme elle a en horreur “la couture et le ménage” mais a “l’amour des livres“. Pour voyager, foin de l’aiguille et du torchon, mais vive les livres !

L’expérience pratique vient peu à peu, à la fin de l’adolescence, mais de manière désordonnée. Il y a les séjours en Limousin, il y a aussi la découverte de Paris. Initiée par son cousin Jacques Champigneulle aux bars parisiens et à l’alcool, Simone s’amuse à se faire passer pour une prostituée, ce qui lui vaut une remarque cinglante d’un “homme au nez crochu qui écrivait des romans-feuilletons” : “Vous êtes une petite bourgeoise qui veut jouer à la bohème“. Beauvoir expérimente une manière de voyager qui va devenir la sienne pendant sa jeunesse, c’est-à-dire qu’elle ne refuse aucune expérience, même dangereuse, et qu’elle fréquente les endroits mal-famés. Elle reconnaît dans les Mémoires d’une jeune fille rangée (HEM) qu’elle a échappée à plusieurs agressions.

En 1929, après son succès à l’agrégation de philosophie – à la deuxième place, après Sartre – elle se libère de sa famille et part à la conquête du monde.

Apprendre le monde, étape 2

C’est d’abord une conquête limitée par ses maigres moyens financiers de jeune professeure : Italie, Espagne, Maroc espagnol et français, Grèce.

Le plus important est de rattraper le temps perdu : pas un arbre, pas un musée, pas une crique, pas un bar ne lui échappera désormais. Comme rien dans son éducation ne l’a encouragée à se soucier de la politique, elle l’ignore. Il est vrai qu’à cette époque les filles et les femmes sont écartées de la vie politique puisqu’elles n’ont pas le droit de vote. cependant les années trente voient un engagement massif des femmes dans la vie publique : Simone Weil, Andrée Viollis, par exemple. Mais Beauvoir préfère ne pas se soucier du sort des autres. Elle s’indigne qu’il y ait une ville indigène et une ville européenne quand elle se rend au Maroc avec Sartre à l’été 1932, mais elle reste passive. C’est avec l’Occupation qu’elle va se politiser, puis s’engager concrètement après la Libération, notamment en signant le Manifeste des 121 en 1961. Sa renommée grandissante de romancière, de philosophe, de journaliste, d’essayiste et, soyons honnêtes, de “compagne de Sartre”, lui vaut d’être invitée aux quatre coins du monde. Elle est reçue par ses confrères et consoeurs écrivain-e-s, mais aussi par les chefs d’États et les ministres. Elle raconte ses conversations avec Tito, Nasser, Khrouchtchev, Castro, Che Guevara, ainsi que les tournées officielles auxquelles elle est soumise. Pour autant, elle ne se laisse pas prendre à l’encens d’une notoriété quasi planétaire.

Ce qui est primordial pour Beauvoir est de happer le monde, de le dévorer par tous les pores de sa peau, de le parcourir à la force de ses jarrets avant de le transformer en romans, essais, pièce de théâtre et autobiographie. Accidents de vélo et d’auto, tentatives de viol, vols, rien n’arrête sa volonté de dévorer le monde, de le faire sien encore et encore.

Un calligramme en mouvement

Ce n’est pas une personne aux contours flous que le lecteur entrevoit, c’est un corps plein de vie qui est en marche, dont l’entrain connaît peu d’obstacles. Elle se tourne vers ce qu’elle peut saisir de manière tactile  : aliments, plantes, et, peu à peu, êtres humains hors du cercle de famille. Elle s’ouvre au monde, puis le retient en elle-même afin de l’offrir ultérieurement au lecteur. Elle saisit le monde de tout son être. Les cinq sens participent au plaisir d’exister, de sentir son souffle dans sa poitrine. Simone se meut au fil des pages. Le voyage ne la quitte jamais, car elle rapporte des objets et des vêtements de ses différentes explorations autour de la planète. Il s’agit également de garder de la distance par rapport aux évènements, de ne pas s’apitoyer sur son propre sort, et de ne pas laisser le lecteur chercher si les failles ne sont pas plus profondes qu’elles ne semblent l’être à première vue.

Simone gravit, étape par étape, le chemin qui l’amène à s’assumer comme un être indépendant et fort. Elle peut se permettre de choisir ses amis et ses amant(e)s, où et quand elle le désire. Bien entendu, son parcours n’est pas linéaire, il y a des ratés (les voyages dans Paris), de la souffrance (être ou non avec Sartre, avec Nelson Algren, son amant américain), mais ces revers font partie de l’apprentissage de soi-même.

Si elle se laisse périodiquement abattre par le malheur du monde et par son angoisse de la mort, son volontarisme reprend vite le dessus. Être un corps en mouvement, un corps qui jouit de chaque instant, c’est être un corps qui attire le monde à soi, donc un corps qui reste encore en vie, d’autant plus qu’il est écrit.

Elle est celle qui se déploie avec bonheur sous le doux soleil italien ou poitevin, celle enfin qui continue à lutter. Être Beauvoir, c’est se laisser emporter par le mouvement du monde, en être une partie intégrante, mais aussi se retrouver grâce au monde.

Voyager, c’est augmenter ainsi sa puissance d’exister.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir, dévorer le monde », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5464

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte nature Beauvoir

Simone de Beauvoir et la nature à Paris

Cette communication  du 16 juin 2010 a précédé de peu mon premier départ pour la Sardaigne, à destination du 18ème Colloque de la Simone de Beauvoir Society, organisé par les Docteurs Andrea Duranti et Matteo Tuveri. La directrice de la Maison de la Suède de la Cité Internationale Universitaire, Vivi-Anne Lennartsson, m’avait proposé ce duo beauvoirien, avec le Docteur Eric Levéel1, alors mon co-directeur de thèse. Un beau souvenir.

Simone de Beauvoir est née à Paris le 9 janvier 1908 et décédée à Paris le 14 avril 1986. Elle y a vécu entre le sixième et le quatorzième arrondissement. Elle peut être définie comme LA Parisienne type, c’est-à-dire comme une femme de Paris n’ayant pas beaucoup bougé de son quartier d’origine, et répugnant à en bouger pour aller en province, à l’instar de très nombreux Parisiens. Chaque séjour prolongé en province, lorsqu’elle est professeure de philosophie à Marseille puis à Rouen, est vécu comme un « exil »2, selon ses propres termes. Pourtant, cette «femme dans la ville », ainsi que l’a nommée Élène Cliche3, éprouve un grand amour pour la nature. Lors de ses voyages estivaux dans les deux propriétés familiales de Meyrignac et de La Grillère, elle apprend :

(…) le bouton-d’or et le trèfle, le phlox sucré, le bleu fluorescent des volubilis, le papillon, la bête à bon Dieu, le ver luisant, la rosée, les toiles d’araignée et les fils de la Vierge (…).4

Elle y goûte une liberté presque complète, à l’inverse de la surveillance sans relâche de ses parents à Paris5. Ce n’est que peu à peu qu’elle se libère de la tutelle de ses parents. Cette libération passe par la conquête d’un espace personnel, notamment naturel. Si les voyages hors de Paris sont l’expression même de cette libération, il ne faut pas oublier de prendre également en compte les voyages dans la nature parisienne. Nous opposerons l’espace naturel parisien à l’espace naturel hors Paris, tant dans l’enfance que dans la jeunesse et la vieillesse de Simone de Beauvoir. Nous verrons quels attributs possède la nature dans Paris.

I. Une nature circonscrite ?

Dans Paris, la nature est circonscrite à des lieux bien précis: les parcs et les jardins, mais aussi les bords de Seine. Nous ne nous attarderons pas sur les longues promenades de Simone de Beauvoir le long de la Seine, solitaires6 ou en compagnie de Zaza7 ou de sa sœur8. L’élément liquide n’est pas son favori, le fleuve n’est là que pour accompagner le mouvement méditatif de la promeneuse, que l’on peut assimiler a posteriori à une évocation intertextuelle du fameux poème d’Apollinaire « Le Pont Mirabeau » :

Sous le pont Mirabeau coule la Seine/ Et nos amours faut-il qu’il m’en souvienne/ La joie venait toujours après la peine (…).

Nous noterons que les promenades aquatiques de Simone de Beauvoir sont toujours situées dans des moments où la conscience du temps est forte, et où l’exaltation de la jeune fille est exacerbée. Dans Paris, il n’y a pas de vastes espaces naturels, comme à Meyrignac et à la Grillère. Tandis que Simone de Beauvoir peut courir à l’intérieur des parc familiaux, voire, en faisant attention à l’heure des repas, franchir les barrières des parcs afin de s’évader dans la nature sauvage, elle doit rester dans un espace géographique précis, entouré d’interdits. A Paris, il s’agit d’une nature domestiquée par l’homme, une nature qui a perdu toute trace de son impétuosité première. L’évasion mystique est possible hors du parc de Meyrignac :

Quand la lune se levait au ciel, je communiais avec les lointaines cités, les déserts, les mers, les villages qui au même moment baignaient dans sa lumière. », mais elle est impossible dans le jardin du Luxembourg, avec ces « (…) massifs intouchables, [ses]  pelouses interdites (…)9.

Le jardin du Luxembourg est le centre giratoire de la nature parisienne de Simone de Beauvoir. Situé près du premier appartement rue de ses parents, ce jardin est le théâtre de nombreux épisodes-clés de l’enfance et de l’adolescence de Simone de Beauvoir: socialisation manquée avec les autres enfants10, violentes crises de colère11, ou voyage de noces avec son cousin Jacques à l’âge de huit ans12.

L’être en devenir Beauvoir est présent dans ces courtes scènes infantiles. Y sont exprimés son rapport au monde humain plus qu’au monde naturel: aucun nom d’arbres, aucune référence aux oiseaux ni aux insectes qui doivent pourtant être présents au Luxembourg, comme dans tout jardin, même public. Ce qui est important ici, ce sont les rapports aux autres, et le portrait de Simone de Beauvoir qui se dessine à travers eux. Nous verrons dans la seconde partie quelles conclusions tirer de l’humanisation de la nature parisienne, en opposition avec la nature déshumanisée de la campagne.

Le Luxembourg récupèrera brièvement les caractéristiques d’une nature « naturelle », avec oiseaux lors de la « Drôle de Guerre » : « Le soir on entendait derrière les grilles du Luxembourg des voix militaires et le ululement des hiboux13.» Il s’agit d’une situation historique particulière, où l’abandon d’une partie de la population (masculine) fait de Paris « presque un village14

Le retour à la nature du jardin serait-il dû à la présence majoritaire de femmes, en un raccourci opposant la nature/présence des femmes en grand nombre / présence des hommes/nature socialisée? Ici, les hommes sont déshumanisés, réduits à des « voix » en parallèle avec les hiboux: deux types d’oiseaux nocturnes ? Dans la suite de ses mémoires, le Luxembourg n’est plus cité.

Les autres parcs et jardins de la capitale dont la mémorialiste fait état sont peu nombreux : le Bois de Boulogne15, les Tuileries16, les Buttes-Chaumont17, le jardin du Palais Royal18, avec d’infimes variations linguistiques, dans l’enfance et l’adolescence, puis dans son parcours biographique. Ce sont des points de verdure dans Paris, des haltes dans la conquête d’une libération personnelle.

Il est intéressant de constater que plus la jeune Simone de Beauvoir s’affranchit des contraintes parentales, plus elle étend son champ de promenades, du moins tel qu’elle le rapporte dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée, non pas tant au niveau de la longueur du parcours que du choix des lieux et des personnes qui l’accompagnent ou la côtoie. La Simone de Beauvoir qui va se promener seule aux Buttes-Chaumont, à l’insu de ses parents19, n’est plus la Simone de Beauvoir qui reste à manger des glaces avec sa famille au Luxembourg20. Simone de Beauvoir s’arrache alors physiquement, quoique intra-muros, du quartier de son enfance, donc, au plan symbolique, elle se libère de la tutelle familiale.

  1. La nature parisienne, espace de socialisation

Comme nous avons pu le constater, une des différences majeures entre la nature hors de Paris et dans Paris est l’absence ou la présence de ses contemporains. Il existe une réelle dichotomie entre l’image que donne Simone de Beauvoir de l’espace naturel dans le cadre de ses vacances familiales, et ce qu’elle fait voir à son lecteur de la nature parisienne, comme elle le déclare :

A la campagne peu m’importait d’être reléguée dans un ermitage : la nature me comblait ; à Paris, j’avais faim de présences humaines ; la vérité d’une ville, ce sont ses habitants ; à défaut de lien plus intime, il fallait au moins que je les voie21.

La nature à Meyrignac et à La Grillère est réservée aux découvertes du monde vivant, plantes et bêtes. La nature parisienne est l’occasion, quant à elle, de s’insérer dans un groupe social, familial et amical. Nous avons évoqué plus haut quelques scènes qui se déroulent au jardin du Luxembourg.

Nous allons nous pencher sur la première d’entre elles, qui, à notre avis, nous semble représentative du rapport de Simone de Beauvoir aux autres, dans un cadre naturel. Il s’agit de l’interdiction parentale de jouer avec les autres enfants :

Au Luxembourg on nous défendait de jouer avec des petites filles inconnues : c’était évidemment parce que nous étions faites d’une étoffe plus raffinée22.

Il s’agit d’une scène fondatrice de la personnalité beauvoirienne. La mémorialiste y revient souvent dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, ainsi que dans les autres volumes autobiographiques. Sur le moment, la petite fille tire de ce refus de mélange social une certaine vanité et un sentiment de supériorité. Simone de Beauvoir, fidèle ici à sa méthode de focalisation interne, ne critique pas cette attitude. Elle montre sa propre évolution, dans le même ouvrage, lorsqu’elle a atteint l’adolescence, de blâmer cette attitude :

Quand je lisais au Luxembourg, si quelqu’un s’asseyait sur mon banc et engageait la conversation, je m’empressais de répondre. On me défendait autrefois de jouer avec les petites filles que je ne connaissais pas et je me plaisais à piétiner les vieux tabouse23.

Un espace identique est le témoin des changements de mentalité de la jeune fille, de sa libération intérieure, en attendant sa libération spatiale. Elle se rapproche des autres, d’où l’impression de «piétiner les vieux tabous »mais elle n’est pas encore à lui parler, du moins d’égale à égal. Nous noterons au passage le champ lexical de l’enfance : la mémorialiste s’amuse à s’infantiliser une fois encore, par le verbe « piétiner » : Simone de Beauvoir a véritablement un caractère très affirmé…

Les cours qu’elle donne aux Equipes Sociales de Belleville n’instaurent pas un véritable échange entre Simone de Beauvoir et son public de jeunes filles de condition modeste, malgré l’enthousiasme dont Simone de Beauvoir fait preuve dans son article « La Princesse de Clèves à Belleville », où elle rapporte le cours qu’elle a fait sur le roman de Madame de La Fayette, et elle note la « justesse des observations24 » de son public.

Plus tard, elle ne manquera pas une occasion de se rapprocher des autres classes sociales, notamment en voyage. Ainsi, un soir de 15 août 1930, à Tours, elle accepte l’invitation d’un chauffeur de taxi et de sa femme, faute d’avoir pu trouver un hôtel  :

Ils m’offrirent un café au lait le lendemain matin et n’acceptèrent pas un sou. Leur gentillesse me toucha d’autant plus que je sortais d’un milieu où on se serait cru déshonoré en donnant rien pour rien25.

Il y ici un véritable échange, et la mémorialiste s’éloigne de sa classe sociale. En ce qui concerne la socialisation intra-muros de Simone de Beauvoir, les lieux de la nature sont plutôt associés à une socialisation amicale et familiale.

Le Luxembourg est l’espace réservé aux sorties familiales, avec ses parents, sa soeur, voire parfois son cousin Jacques, comme nous l’avons constaté ci-dessus.

Le bois de Boulogne, le Palais-Royal, le Carrousel, eux, sont réservés aux sorties entre amis : amie d’enfance comme Zaza27, mais surtout nouveaux amis de l’âge adulte : Pradelle28, Herbaud29, puis, bien plus tard, Sartre30. Il n’est pas anodin que Simone de Beauvoir situe la fameuse scène du pacte proposé par Sartre à sa nouvelle compagne au jardin du Carrousel, dans le lieu où ils ont l’habitude de se rencontrer. Le Luxembourg était le lieu dédié à l’enfance et à l’adolescence, au « vert paradis des amours enfantines», le Carrousel et le jardin des Tuileries (entre autres) sont devenus le lieu du « temps des copains », si l’on veut bien utiliser ce terme anachronique, et du « temps de l’amour ». Ainsi, Sartre, brièvement aperçu au Luxembourg en compagnie d’Herbaud31, est-il rattaché au Carrousel32. Le seul espace parisien à traverser les deux périodes est le bois de Boulogne, avec tout l’intertexte proustien et colettien qu’il suppose. En effet, on peut trouver des échos entre les visites de Simone de Beauvoir au Bois, Du côté de chez Swann, et Gigi, ce qui expliquerait la sensation d’intemporalité que ces voyages forestiers dégagent.

Ces visitent forment des tableautins de l’amitié, faite de longues discussions et de promenades au fil de l’eau. C’est ici que se cristallise l’amour de Zaza et de Pradelle, c’est ici que Simone de Beauvoir s’enivre de la présence de son cousin. De fait, c’est également un lieu marqué par les sentiments fugitifs : Simone de Beauvoir se défera de son amour pour Jacques, Pradelle n’épousera pas Zaza. Et « Le soleil s’était caché. La nature recommençait à régner sur le Bois (…)33.» Les voyages dans la nature intra-muros sont clos pour le moment, il faut maintenant voyager à l’extérieur.

Ainsi, nous avons pu constater que les espaces naturels à Paris sont rares dans la géographie beauvoirienne. Rares, et peu étendus, contrairement à l’infini de la campagne. Que retenir, au final, de l’espace naturel parisien ?

Qu’il est primordial pour la compréhension de l’ouverture progressive aux autres de Simone de Beauvoir, qui, sans doute, n’aurait pas eu d’autres opportunités de se confronter à différentes classes sociales.

Dans Paris, les espaces naturels cités sont ciblés avec précision par la mémorialiste. Leur fonction est toujours utile à la narration, le portrait de Simone de Beauvoir se dégage plus nettement que dans d’autres lieux.

Les lieux se répondent et s’enchevêtrent, comme les différentes scènes qui rapprochent Simone de Beauvoir des autres. Ces haltes dans la nature sont autant d’occasions pour Simone de Beauvoir de se libérer de l’emprise familiale. Elle conquiert son espace à elle dans la ville, bien avant de pouvoir habiter seule. La nature, lieu indispensable ?

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir et la nature à Paris », Voyages autour de mon cerveau, juin 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/428

Voir aussi l’interview d’Eric Levéel dans « Beauvoir au masculin », ici. 

1Le texte d’Eric Levéel a été publié dans les French Studies in Southern Africa, No. 42 (2012), p. 107-121. Disponible au téléchargement ici :

https://www.academia.edu/16872607/Les_voyages_parisiens_de_Mlle_de_Beauvoir

2 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 105.

3 Élène Cliche, « L’Italie de Simone de Beauvoir : une femme dans la ville », Simone de Beauvoir Studies, 2002-2003, Volume 19, p. 24-34.

4 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 36.

5 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 35, 104.

6 Ibid., p. 440.

7 Ibid., p. 305.

8 Ibid., p. 456.

9 Ibid., p. 173.

10 Ibid., p. 65-66.

11 Ibid., p. 18.

12 Ibid., p. 85.

13 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, op. cit., p. 484.

14 Ibid.

15 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 360.

16 Ibid., p. 305.

17 Ibid., p. 334.

18 Ibid., p. 395, 436, 451, 462.

19 Ibid., p. 334.

20 Ibid., p. 99.

21 Ibid., p. 76.

22 Ibid., p. 65-66.

23 Ibid., p. 273.

24 Simone de Beauvoir, « La Princesse de Clèves à Belleville », Les Equipes sociales, Bulletin de méthode, Année 1927, juin 1927, N°6, p. 163.

25 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, op. cit., p. 67-68.

26 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p.

27 Ibid., p. 200, 446, 458.

28 Ibid., p. 360, 458 (Bois de Boulogne) ; Ibid., p. 305.

29 Ibid., p. 436, 438, 451, 462 (Palais Royal).

30 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, op. cit., p. 30-31.

31 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 446.

32 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, op. cit., p. 30-31.

33 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, « Folio », 2005, p. 419.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn