Archives par étiquette : Jo Akepsimas

Un petit hamster VADMC

 S’installer en France : Un petit hamster

Quel est le point de vue des étranger·es sur la France et comment les accueille-t-on ? Dans la chanson pour enfants « Un petit hamster » (1969), paroles et musiques de Mannick, chant de Jo Akepsimas, le rongeur, d’origine hollandaise, s’installe dans une famille française, d’abord pour l’hiver, puis définitivement.

Quoique discret, il provoque l’effarement des deux animaux de compagnie de la maison de son hôte : le chien s’enfuie « jusqu’au fond du poulailler » et le chat se demande si c’est un plat vivant, ou pas.

Son aménagement est progressif : il goûte vin, pain et radis français ; il met ses vêtements de nuit (culotte à pois et bonnet de nuit). Puis, comme c’est un être vivant et non un saint :

Quand il tombé dans le saladier

Je l’ai pris du bout des doigts, il était, quel maladroit !

De la tête aux pieds, plein de crème au chocolat.

Cet enfant hamster ressemble fort à un enfant humain, d’où l’identification possible entre hamster/enfant humain immigré/enfant humain non immigré. L’inadvertance du petit hamster n’est pas due à son origine néerlandaise, mais à son âge.

Et le refrain insiste sur le « courage » qu’il a fallu à notre héros pour venir en France depuis Amsterdam, et ce, en « tram » :

Le petit hamster a fait un long voyage

Il a pris le tram

Le petit hamster a vraiment du courage

Il vient d’Amsterdam

La migration et l’installation définitive dans un autre pays que le sien ne vont pas de soi. Heureusement, la chanson, le chanteur, la compositrice et musicienne, nous invitent à bien accueillir les étranger·es. À suivre.

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « S’installer en France : Un petit hamster », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9175

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Une fleur m’a dit et Mon amie la rose : évanescences florales

Ces deux chansons des années 1960 disent l’amitié, fragile comme de la soie1. Chantées par des femmes, elles décrivent un cœur ouvert à l’autre. Françoise Hardy édite « Mon amie la rose » en 1964 et Marie-Annick Rétif « Une fleur m’a dit » en 1969.

Françoise Hardy, via les paroles de Cécile Caulier, est la première narratrice d’un carpe diem et d’un memento mori qui se raccrochent aux pétales d’une rose, topoï ô combien classiques ; mais qui fonctionnent parfaitement, au vu du velouté de la musique et de la subtilité des paroles.

Marie-Annick Rétif, dite Mannick, également autrice des paroles, chante la joie de Noël dans le refrain, une joie teinté de mélancolie, sur la musique de Jo Akepsimas. La fragilité de l’existence est soulignée, tout comme la douceur du partage.

Les deux chants fonctionnent en miroir inversé. Là où la rose de Françoise Hardy meurt, celle de Marie-Annick Rétif revit : « On est bien peu de chose, et mon amie la rose est morte ce ma-tin » versus « Je l’ai mise à l’abri pour la faire sécher. Au milieu de la nuit, elle s’est mise à chanter ». La fleur d’Hardy lui donne tout, celle de Rétif reçoit des soins de sa part, dans deux belles leçons philosophiques. La vulnérabilité existentielle est symbolisée par la fleur, qui répond aux questionnement des chanteuses. La rose d’Hardy passe par tous les stades de la vie : naissance, épanouissement, épuisement, décès. La rose de Rétif reprend vie, mais uniquement grâce à la chaleur de l’amitié humaine.

L’amitié est centrale dans les deux chansons, les narratrices ne sont pas seules face à leurs interrogations, puisque les roses leur parlent : d’elles, de leur vie, de l’existence en général, qui passe si rapidement et dont il fait profiter, avant de disparaître. La relation fleur-humaine est d’autant plus intense que leur amitié est forte. Hardy décide de laisser s’effriter son amie et de rester dans la mélancolie, malgré l’ « âme qui dansait, bien au-delà des nues, et qui me souriait », tandis que Rétif préfère fortifier sa rose et chanter à pleine voix la fête à venir (au refrain): « Une Fleur m’a dit, c’est Noël aujourd’hui. Ton sapin fleurit, c’est Noël. »

Reste que ces deux chansons peuvent s’écouter ensemble, pour faire un point philosophique en toute finesse. Pas si mal.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une fleur m’a dit et Mon amie la rose : évanescences florales », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6575

 

 1 Clin d’œil à Yves Simon et à son « Regarde-moi », in Au pays des merveilles de Juliet (1973).

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube