Archives par étiquette : John Gilbert

Quelques Veuves joyeuses VADMC

 Quelques Veuves joyeuses

L’opérette de Franz Lehar a inspiré de nombreux cinéastes. Le film d’Erich von Stroheim (1925) est, bien entendu, monumental, sombre et désenchanté, même dans sa conclusion heureuse. Le bonheur de Danilo (John Gilbert) et de Sally (Mae Murray) est bâti sur le décès du roi et celui du prince héritier Mirko (Roy d’Arcy). Le film étant muet, point de musique.

La version d’Ernst Lubitsch, dont nous avons déjà parlé précédemment, est plus conforme à l’esprit de l’opérette, l’amour entre Danilo (Maurice Chevalier) et Sonia (Jeannette MacDonald) prenant le temps de se construire sur des bases solides et non comme une transaction commerciale.

Lubitsch rappellera son film de 1934 dans son long-métrage Le Ciel peut attendre (Heaven Can Wait, 1943). L’allusion est musicale, lorsque le couple Henry (Don Ameche) et Martha (Gene Tierney) dansent ensemble lors de leur anniversaire de mariage. Ils s’éloignent ensemble, en dansant, de la salle de réception, comme Danilo et Sonia. C’est aussi que Henry est un coureur, avant et après son mariage, donc un Danilo qui ne se serait pas calmé, malgré son amour pour sa femme.

Sorti la même année que Le Ciel peut attendre, L’Ombre d’un doute (Shadow Of A Doubt) d’Alfred Hitchcock fait la part belle à la musique de La Veuve joyeuse et à sa représentation filmée, puisque le générique est construit sur des couples en costumes valsant sur ce thème. Hitchcock file la métaphore, puisque son tueur en série est surnommé « l’assassin aux veuves joyeuses », de riches dames âgées et fortunées. Et que le si gentil oncle Charlie (Joseph Cotten) ne peut s’empêcher de fredonner cet air…

C’est une jeune fille pas si riche que cela – à son aise, mais bien moins que les femmes séduites par son oncle -, la jeune Charlie (Teresa Wright), la préférée de son oncle et réciproquement, puisqu’ils partagent le même prénom, qui fera tomber les masques. Plus de musique romantique, mais le sifflement du train moderne qui signifie la fin des féminicides. La jeunesse et la féminité triomphent, Charlie est vainqueure, vengeant, d’une certaine façon, les « veuves joyeuses » que son oncle décrivait comme d’horribles personnes, âpres au gain et dégoulinantes de mépris social et de hauteur. Mais Charlie se situe du côté de la justice, qui n’a que faire des justifications des tueurs misogynes.

Alors, enfilons nos escarpins et dansons !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quelques Veuves joyeuses », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/15368

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Virgile et Garbo VADMC

 Virgile et Garbo

Au chant IV de L’Énéide (Ier siècle av. J.C.), la reine de Carthage, Didon, découvre que son amant, le Troyen Énée, vient de l’abandonner pour partir à la conquête de l’Italie. Plutôt être le premier dans Lavinium (la cité qu’il va construire après avoir établi son autorité du côté de la future Rome) que le second à Carthage. On est un homme, un vrai, ou on ne l’est pas. Énée choisi l’ingratitude vis-à-vis de Didon, qui l’a recueilli après sa fuite de Troie (en Turquie actuelle).

Pas question d’égoïsme masculin, bien au contraire, dans La Reine Christine (Queen Christina, Rouben Mamoulian, 1933). Au dix-septième siècle, le bel ambassadeur Antonio Pimentel de Prado (John Gilbert) est dévoué, corps et âme, à la souveraine de Suède, Christine (Greta Garbo).   Au vu de cette passion, qu’elle partage, la reine décide d’abdiquer. Sam Behrman et Salka Viertel, les scénaristes, inventent ainsi une histoire d’amour plutôt que des raisons politiques à ce geste. Une femme ne peut être que dirigée par ses sentiments, et non par sa raison, ce serait si peu conforme au sexisme occidental du vingtième siècle.

Didon et Christine ont pourtant un autre point commun, outre leur souveraineté, à savoir leur rapport charnel aux souvenirs de leur amant. Didon se repaît de douleur en embrassant les reliques abandonnées par son amant et se suicide sur le lit de leurs ébats.

Christine, quant à elle, dans une scène passée à la postérité cinéphile, touche chaque accessoire de la chambre où elle passe la nuit avec Antonio, avant de s’étendre sur le lit. Outre le phallisme (grains de raisin, bougie, fuseau du rouet, polochon, colonnes du lit) des objets contre lesquels Christine se presse, notons que le rouet et la position en plongée d’Antonio, vu par Christine depuis le haut de la pièce, annonce la séquence finale, sur le bateau qui emmène l’ex-reine hors de Suède, le corps mort d’Antonio étendu sur le pont, Christine appuyée contre la proue arrondie, pendant que le pilote tient la barre.

Deux femmes malheureuses en amour, mais quel destin impressionnant !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Virgile et Garbo », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7390

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube