Archives par étiquette : Julia Kristeva

Texte Beauvoir à Joigny

Simone de Beauvoir à Joigny

Le jeudi 14 octobre 1965, Simone de Beauvoir revient de Milan et rentre à Paris. A Joigny, dans l’Yonne (89), dans la région Bourgogne, elle perd le contrôle de son automobile et percute un camion de plein fouet. Le journal local, L’Yonne républicaine, publie deux articles les 15 et 16 octobre. Nous en avons parlé dans notre thèse « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir »1, avec les articles du journal, photographiés par nos soins aux Archives départementales de l’Yonne, que nous publions ci-dessous :

15-10-1965, p. 1.

15-10-1965, p. 3.

16-10-1965, p. 1.

Extrait de notre thèse, sur le rapport de Beauvoir à la voiture, qu’elle a pris à conduire à plus de quarante ans, après la Seconde Guerre mondiale :

« Si Simone semble manquer singulièrement de la prudence la plus élémentaire, rappelons qu’à cette époque le code de la route n’obligeait à aucune limitation de vitesse, ni même au port obligatoire de la ceinture de sécurité1. Son manque de précautions est d’autant plus étonnant qu’elle avait été frappée par la mort tragique de Camus en voiture2. Notons qu’elle a un accident en octobre 19653 dans le même département qu’Albert Camus et Michel Gallimard cinq ans plus tôt : “ À vingt-quatre kilomètres de Sens, sur la RN 5, entre Champigny-sur-Yonne et Villeneuve-la-Guyard (…). ”pour Camus, “ à l’entrée de Joigny” pour Beauvoir5. La folie de la vitesse touche tout le monde, puisque Sartre, qui ne conduit pas, exhorte sa compagne à gagner de vitesse les autres automobilistes, anecdote que l’autobiographe situe en 1952 sur les chemins de l’Italie du Nord6. La voyageuse prend toujours des risques. Cette insouciance est une constante de l’époque, puisque leurs amis Alberto Moravia et Carlo Levi parlent sans gêne des nombreux accidents de voiture qu’ils ont eus7. » (Op. cit., p. 416)

1 France, Le Code de la route, ordonnance et décret du 15 décembre 1958, décret du 9 janvier 1960 et arrêtés d’application au 15-8-60, Paris, Éditions S.O.S.P., 1960.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 276-278.

3 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 339.

4 Olivier Todd, Albert Camus : une vie, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 1036.

5 Anonyme, « Simone de Beauvoir échappe à la mort à l’entrée de Joigny », L’Yonne Républicaine, N°240, vendredi 15 octobre 1965, p. 1.

6 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 11.

7 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 209-210.

 

 

Comme indiqué dans l’article de L’Yonne républicaine du 16 octobre, Simone de Beauvoir a été hospitalisée à l’hôpital de Joigny. Nos recherches personnelles ont abouti à la demande de consultation des archives hospitalières, ce qui n’a pas été possible. En revanche, l’archiviste, Madame Yoanna Guffroy, nous a communiqué le scanner du registre médical – consultable par n’importe qui vingt-cinq ans après le décès de la personne hospitalisée. Beauvoir étant décédée le 14 avril 1986, en 2021 nous sommes à trente-cinq ans de sa mort :

Registre médical Beauvoir.

Voici ce qui est écrit :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage MOTS ILLISIBLES nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

Interrogée sur l’identité du médecin, Madame Guffroy nous a répondu qu’il pouvait s’agir soit du docteur André Mercier, soit du docteur Charles Ménage.

 

 

Déchiffré, le registre médical se lit ainsi :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage   Pénisulfa. Nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

La troisième phrase peut se développer comme suit :  brûlure due au frottement du bas nylon.

Nota bene : le Biogaze était une compresse imprégnée d’un produit gras et sert pour les brûlures. Le pénisulfa était une poudre blanche à mettre sur les plaies pour éviter les infections (anti-microbien) à base de pénicilline et de sulfamides. 

 

Nous tenons  à remercier Madame Guffroy, ainsi que Madame Bruleaux et Madame Cros, des Archives départementales de l’Yonne, pour leur aide précieuse et leurs indications juridiques. De vifs remerciements à Denis Martin et à Yvan Ségui pour leur aide dans le déchiffrement du registre médical et leurs précisions médicales.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir», sous la direction de la Professeure Julia Kristeva, Université Paris Diderot-Paris 7 et du Docteur Éric Levéel, Université de Stellenbosch (Afrique du Sud), 2012.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir à Joigny », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1165

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte présentation C. Monteil

Présentation de Claudine Monteil

En 2013, j’avais proposé au Cercle Condorcet d’Auxerre d’inviter Claudine Monteil, afin qu’elle nous parle du féminisme nord-américain, un sujet qu’elle connaît parfaitement. Claudine est donc venue à Auxerre le 7 décembre 2013, en partenariat avec le Cercle Condorcet et la librairie Obliques. J’ai eu l’honneur de la présenter.

Je tiens à remercier le Cercle Condorcet et Michèle Skowron de m’avoir invitée et de m’avoir confié l’honneur et le plaisir de vous présenter Claudine Monteil.

Claudine Monteil est écrivaine et historienne, auteure notamment de six essais et témoignages traduits en plusieurs langues, consacrés à Simone de Beauvoir, à Sartre et à sa sœur, la peintre Hélène de Beauvoir. Elle a bien connu Sartre à partir de 1970 et jusqu’à sa disparition en 1980, et elle est dès 1970 l’une des premières militantes auprès de Simone de Beauvoir dont elle est restée une proche amie pendant seize ans. Claudine Monteil est la plus jeune signataire du Manifeste des 343 en 1971. Outre son engagement dans le mouvement féministe français elle s’est engagée, avec le soutien de Beauvoir, dans les mouvements féministes américains dont elle va également vous dire quelques mots.

Son dernier essai, Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui (éditions Odile Jacob) propose des pistes constructives pour les droits des femmes dans le monde actuel, en s’inspirant de son expérience tant nationale qu’internationale.

Vous ne serez donc pas étonnés que Claudine Monteil se définisse comme féministe. Il est vrai qu’elle est née sous une bonne étoile beauvoirienne, en 1949, l’année de la parution du Deuxième Sexe. Sa mère, normalienne et jeune agrégée de chimie, qui a refusé de consacrer sa vie à la carrière de son mari mathématicien, a lu cet essai pendant sa grossesse. Cela lui a procuré une telle force qu’elle est devenue directrice de l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles (ex Sèvres). Claudine Monteil a beaucoup voyagé, particulièrement aux États-Unis où elle a effectué une partie de sa jeunesse à Princeton. Et en Russie, où lycéenne elle apprenait le russe, ce qui lui donné l’occasion de rencontrer très jeune les scientifiques dissidents amis de sa famille. Claudine Monteil continue de se rendre dans le monde entier, lors, notamment de conférences consacrées aux droits des femmes et aux écrits et engagements de Sartre et Beauvoir.

C’est à l’occasion de la sortie de son livre Simone de Beauvoir, côté femme en 2006 que nos chemins se sont croisés. Suite à mon intérêt pour Simone de Beauvoir, découverte en 1999, je m’étais mise à lire tous les ouvrages critiques qui me tombaient sous la main – je parle d’un temps où je n’avais pas une grosse connexion Internet, et où il m’était difficile de trouver une liste bibliographique. J’avais déjà lu (et acheté) Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Les Amants de la liberté, Les Sœurs Beauvoir, de Claudine Monteil. À la fin de Simone de Beauvoir, côté femme, Claudine Monteil avait inscrit son adresse mail. Or, j’étais en train de terminer d’écrire mon mémoire de maîtrise consacré au Deuxième Sexe et au recueil de nouvelles qui s’intitule La Femme rompue. En tremblant, j’ai envoyé un message à Claudine, en lui exposant mon sujet, et en lui demandant si mon travail l’intéressait. J’ai été plus que surprise de recevoir une réponse affirmative quelques jours plus tard, car je m’imaginais, moi auxerroise étudiant à Dijon, que les « écrivains parisiens » étaient des sommités qui ne répondaient pas au courrier de leurs lecteurs. Mes préjugés réduits à néant, j’ai rencontré Claudine quelques mois plus tard. Puisque je ne venais pas souvent à Paris, il a fallu jongler entre l’emploi du temps de Claudine et le mien. Claudine m’a très gentiment accueillie, tout de suite mise à l’aise : elle s’est intéressée à mon travail, mais également à mes projets d’avenir.

J’ai évoqué mon intention de venir à Paris pour continuer mes recherches, en Master 2 puis en thèse, ce qui me semblait peu réalisable, puisque je ne connaissais personne, aucun professeur qui accepte d’encadrer des travaux de recherche sur Beauvoir, aucune personne à qui demander où louer un studio à Paris. Claudine m’a proposé de me mettre en contact avec une ancienne étudiante de Julia Kristeva, Danièle Fleury. Et là, autre choc : LA Julia Kristeva ? Après avoir rencontré une écrivaine que j’admire, qui a participé aux mouvements féministes, qui a connu Simone de Beauvoir, et qui s’intéresse à mon modeste travail, je serai peut-être sous la direction d’une autre écrivaine, connue pour sa trilogie sur Le Génie féminin, dont Colette, notre écrivaine régionale ? Waouh. Et c’est ce qui s’est passé : j’ai rencontré Danièle un peu plus tard, elle m’a donné l’adresse mail de Julia Kristeva à l’université Paris Denis Diderot ; j’ai contacté Julia Kristeva, je l’ai rencontrée, elle m’a déclaré que mon sujet sur « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir » l’intéressait, et que je pouvais m’inscrire en Master 2 à Paris Diderot. Danièle Fleury m’a fait rencontrer la directrice de la Maison des Étudiants Suédois à Paris, Vivi-Anne Lennartsson, ce qui m’a permis de trouver facilement un logement.

Lors de ma première rencontre avec Claudine, j’ai été frappée par son énergie et sa vitalité, ce dont vous pourrez vous rendre compte dans un instant. Dans les Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Claudine Monteil déclare que Simone de Beauvoir était quelqu’un de très dynamique, je pense qu’elle est de la même trempe, aussi passionnante à écouter et à lire.

Je vous souhaite une très bonne conférence.

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Présentation de Claudine Monteil », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=488&preview=true

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn