Archives par étiquette : Katherine Pancol

Interview Katherine Pancol

La musique de l’écriture – Interview de Katherine Pancol

Nous remercions chaleureusement l’écrivaine Katherine Pancol de nous avoir accordé cette entrevue, énergisante et pétillante.  

Tiphaine Martin – Quand et pourquoi avez-vous commencé à écrire ?

Katherine Pancol – J’ai commencé très tôt. Je devais avoir onze ans. J’écrivais avec une amie des histoires à « épisodes rebondissants » que nous publions dans un journal fait maison que nous distribuions à la classe. Le journal s’appelait Scoop du nom de son teckel blond. On a du faire huit numéros et on a arrêté. Je ne me souviens plus pourquoi. Ce devait être la fin de l’année et on s’est séparées.

T.M. – La littérature populaire, votre choix ?

K.P. – J’ai grandi en lisant Balzac, Colette, Zola, Alexandre Dumas, Daphné du Maurier, Mazo de la Roche, Georges Duhamel,  Roger Martin du Gard, Jules Verne,  Simenon, Romain Rolland, Carson McCullers, Steinbeck, et des dizaines d’autres.  Je lisais comme une affamée. J’étais l’abonnée la plus assidue de la bibliothèque municipale. J’ai appris la structure d’une histoire, le rythme de l’écriture, l’importance du style avec ces écrivains. Leurs livres faisaient de la musique dans ma tête, dessinaient des décors, campaient des personnages.  Ils ont été mes professeurs d’écriture.

T.M. – Vos personnages féminins sont-ils féministes ?

K.P. – Elles ne se posent pas la question, elles sont libres. Et les opprimées essaient de se délivrer, de trouver leur place dans la société et d’être respectées. Comme doit le faire chaque être humain. J’ai été élevée par une mère qui travaillait, qui épousait qui elle voulait, divorçait, voyageait, étudiait et pour laquelle cela allait de soi. La seule entrave qu’elle ait connue fut la maternité et elle s’en est  assez vite débarrassée. Elle a eu deux enfants qui ont appris très vite à vivre tout seuls. À être indépendants.

T.M. – Et vos personnages masculins ?

K.P. – Ils sont, en général, moins forts que mes personnages féminins. Ce n’est pas un parti pris. J’observe  simplement ce qu’il se passe aujourd’hui. Les hommes ont longtemps été des privilégiés. Leur place dans la société était réservée dès la naissance, ils n’avaient plus qu’à remplir leur case,  jouer leur rôle et plastronner. Aujourd’hui, c’est plus difficile. Ils doivent rivaliser avec celles sur lesquelles ils régnaient et ne s’y retrouvent plus. Ils ont perdu leur superbe, leur assurance intérieure, leurs repères. Il leur faut se ré-inventer et c’est ce qu’il y a de plus difficile dans une vie ! 

T.M. – Humour, intelligence et rage de vivre : des caractéristiques de tous vos personnages féminins ?

K.P. – Sans humour, la vie est insupportable. Sans rage, on n’avance pas. Sans intelligence, on se cogne le nez partout et toujours au même endroit. La vie est faite pour apprendre, comprendre et avancer. De préférence avec le sourire, en cultivant le bonheur. Parce que sinon… oh la la ! 

T.M. – Y a-t-il une filiation entre vos différents romans, ou fonctionnent-ils par groupe, par thématique… ou sont-ils tous indépendants les uns des autres ?

K.P. – Ils ont longtemps été indépendants les uns des autres. Et puis est arrivé Les yeux jaunes des crocodiles et je me suis attachée à mes personnages. Ils revenaient sans cesse me titiller et me demandaient « et moi ? Qu’est ce qu’il va m’arriver maintenant ? » Et j’étais comme eux, j’avais envie de savoir ! Je m’endormais en pensant à eux, je mélangeais leurs vies à celles de mes enfants, de mes amis, je ne savais plus dans quelle « famille » je vivais. Et c’est ainsi qu’il y a eu 7 tomes de la famille Cortès ! À cause des personnages, qui revenaient et non parce que je le désirais.

Depuis le dernier tome, Trois baisers, j’ai écrit deux livres qui n’ont rien à voir avec les Cortès.

T.M. – Qu’explorez-vous particulièrement dans votre dernier roman ?

K.P. – Comme d’habitude : la vie quotidienne, la vie intime, les émotions, les trajectoires des personnages, leur apprentissage de la vie, c’est ce qui m’intéresse.

T.M. – Avez-vous un emploi du temps-type, un lieu favori d’écriture ?

K.P. – Un emploi du temps, oui. Je travaille l’après-midi de 14 heures à 19 heures.  Tous les jours. Un lieu favori ? Non. J’ai écrit à Paris, en Normandie, à Londres, à New York, en Californie, à Rome, partout où j’ai vécu. Je transporte mon ordinateur, mes carnets, mon Thésaurus (dictionnaire unique au monde pour trouver LE mot qui montre !), un Balzac, un Colette ( ma came pour me redonner de l’élan quand je suis flapie !). Je peux écrire assise à un bureau, par terre, sur une table de cuisine, allongée sur un lit, dans un train…. Sans problème.

T.M. – Avez-vous des projets d’écriture et hors écriture romanesque (adaptation cinématographique, radiophonique, théâtrale, artistique…) ?

K.P. – J’écris des histoires et parfois, elles sont adaptées à l’écran. Mais ce n’est pas mon problème. Je ne m’en mêle pas. Je continue à (me) raconter des histoires comme lorsque j’était enfant et que je m’endormais… 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Pancol, « La musique de l’écriture – Interview de Katherine Pancol », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2018

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview S. Maeght

Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght

2013. Université Paris 7-Denis Diderot. Préparation de l’agrégation de Lettres modernes. Rencontre avec Sarah Maeght, enseignante en Lettres.
2016. Bibliothèque Nationale de France, Café des Lettres. Scellement de l’amitié entre l’écrivaine Maeght et la chercheuse Martin.
2020. Publication de l’interview de S.M. par T.M. dans VADMC.
Tiphaine Martin – Y a-t-il un rapport entre ton deuxième et ton premier roman ?
Sarah Maeght – Oui, le personnage principal, Basile, apparaissait déjà dans C’est où, le Nord ? C’est un enfant de dix ans, qui était élève dans la classe d’Ella. Ce personnage me trottait dans la tête depuis longtemps.Il es tinspiré de tous les enfants auxquels j’enseigne, et surtout un, Max, asperger, qui m’a beaucoup émue.
L’enfance est un thème très important pour moi. Paris est un autre fil conducteur. J’ai aussi réalisé que j’avais, sans le réfléchir, utilisé la même structure. Une première partie qui se passe à Paris, un moment de crise qui aboutit à un voyage précipité (Budapest dans C’est où, le Nord ? et le Contentin dans Les Imbattables), et la résolution, ou tout du moins un apaisement, dans une dernière partie.
J’ai aussi été très attentive aux dialogues et au rythme resserré.
T.M. – Pourquoi écrire un deuxième roman, d’ailleurs ? C’est-à-dire, qu’est-ce qui te pousse à écrire de la fiction, à écrire tout court ?
S.M. – C’est ça ou je m’ennuie et je me sens empétrée dans le quotidien. Ce qui me pousse à écrire de la fiction, c’est le réel. J’ai envie de “consigner” ce que j’entends et qui m’amuse, m’interpelle, me surprend. J’ai tout le temps envie d’enregistrer, de photographier, de noter des détails.Donc j’ai tout le temps envie d’écrire. Ce qui n’est pas vraiment la même chose qu’avoir envie d’écrire un ROMAN. Ça c’est de la pure folie et franchement je me demande pourquou je me lance dans un truc aussi compliqué et long. Je ne réfléchis pas souvent à pourquoi j’écris de la fiction, mais pour te donner une répone, j’aime raconter des histoires. J’en parlais avec une amie il y a quelques jours, et j’ai réalisé que ce qu’il se passait dans mes livres ne pourrait pas se passer dans la vraie vie. Pas VRAIMENT. C’est intéressant sur ce qu’est la fiction, le vraisemblable, la vérité, le vrai. Non, une baby-sitter de 23 ans ne se retrouverait pas du jour au lendemain avec le gamin qu’elle garde sur les bras. Non, elle ne l’embarquerait pas sur un coup de tête en Normandie pour visiter la maison de Prévert.
T.M. – Quelles sont les influences sur ton œuvre (littéraires, mais également cinématographiques, musicales, artistiques, autres) ?
S.M. – Carson Mc Cullers, Salinger, John Fante, Bukowski, j’adore leur rythmes, leurs personnages, leurs façons d’exploiter le quotidien. J’aime qu’on me raconte des histoires alors j’adore aussi la littérature jeunesse, Marie – Aude Murail, J.K. Rowling, John Green… Pour la musique, j’adore écouter du classique quand je bosse, mais j’ai aussi des moments rap (nekfeu), pop (Angèle, Vampire Weekend)… La musique me plonge dans des états, des émotions. Un peu comme quand on regarde par la fenpêtre d’une voiture avec un walkman et qu’on s’imagine dans un film. Et le cinéma… J’aime bien les séries. J’ai beaucoup re-regardé des épisodes de la première saison de Girls. Gloria, de Cassavettes, m’a beaucoup inspirée pour Les Imbattables. Je vais au cinéma trois fois par semaine avec la carte UGC.
T.M. – Une, des personnes qui t’ont mis le pied à l’étrier en tant qu’écrivaine ?
S.M. – Katherine Pancol, et ça sera toujours ma réponse numéro 1. C’est elle qui m’a dit que je savais écrire, elle qui m’a conseillé d’écrire un roman, elle qui m’a dit que j’étais capable d’en écrire un deuxième. Elle m’a donné tous ses trucs. J’admire sa façon d’écrire, sa concentration. C’est la plus grande bosseusse que je connaisse. C’est une chance immense de l’avoir pour “mentor”.
T.M. – Une, des relation(s) entre tes romans et la pédagogie que tu mets en œuvre en tant que professeure de Lettres dans le Secondaire ?
S.M. – Le naturel, je crois. J’ essaie le plus possible de coller à moi-même. Quand je suis en classe ou quand j’écris,, je ne fais pas semblant. Devant mon clavier ou avec les élèves, je n’adopte pas de posture. J’aime rire avec eux, les considérer comme mes égals, je sais qu’ils ont beaucoup à m’apprendre, je leur fais confiance. C’est sans prétention, comme pour l’écriture. C’est pas tous les jours idylliques, il y a des découragements, des déceptions, mais les instants de joie sont puissants et, encore une fois, sincères. L’enseignement et l’écriture, c’est plein de surprises, c’est jamais tous les jours la même chose malgré une apparence routinière. En fait je considère les deux métiers comme deux immenses chances,  et je m’y sens exactement à ma place.
T.M. –  Quels sont tes projets ?
S.M. – Je travaille sur un troisième roman, un livre pour enfant avec un copain qui vient de sortir des Beaux Arts, une anthologie et des dossiers pédagogiques avec Le Livre de Poche, un petit livre illustré pour lutter contre l’homophobie au collège, j’ai envie d’écrire un roman jeunesse aussi..
Et je veux reprendre un poste en septembre !
Sarah Maeght
Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Maeght,« Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=812

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn