Archives par étiquette : Lac

Interview G. Leprince-Ringuet

Interview de Grégoire Leprince-Ringuet – La Forêt de Quinconces

L’acteur et réalisateur Grégoire Leprince-Ringuet avait bien voulu répondre à nos questions, dans le cadre de notre communication au Festival d’Histoire de l’art, en juin 2017, « Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet » : https://vadmc.hypotheses.org/71 Un très grand merci à lui.

Tiphaine Martin – Pourquoi avoir choisi une forêt plutôt qu’un jardin, qu’un labyrinthe (végétal ou non), qu’un arbre unique (dans un espace urbain, campagnard ou forestier) ?

Grégoire Leprince-Ringuet – Le motif de la forêt plantée en quinconces est une métaphore de l’existence : un espace où en apparence tout est possible, où l’on peut se déplacer partout, mais où les choix que l’on fait, les directions que l’on prend sont irréversibles. La forêt est un labyrinthe inversé : les sorties sont potentiellement partout : au bout de chaque perspective, mais la cruauté de l’espace est qu’il faut en suivre une seule jusqu’au bout, sans se laisser attirer par les autres, et sans confondre la sienne avec une autre, puisque toutes sont identiques en apparence. Toutes les perspectives aboutissent à des sorties différentes : le seul moyen de ne pas sortir de la forêt est de ne pas en choisir une (un peu comme dans la vie). Pour figurer cette image, j’avais besoin d’un espace fini mais immense, pour le spectateur c’est une forêt, pas un jardin.

Par ailleurs, le fait que cet espace soit hors de la ville prend en charge selon mon esthétique, le fait que cet espace soit abstrait et mental. Ainsi la vraie vie du personnage se passe dans la ville, l’image qu’il se fait de cette vie, dans la forêt. Comme toute les images en littérature, celle-ci simplifie le propos qu’on veut tenir tout en le généralisant pour qu’il ait plus de poids. On peut parler d’image-écran : en même temps qu’on projette une vision dessus, cet écran cache ce dont on parle vraiment. Ce fait de cacher correspond dans mon cas à un désir de mystère et de pudeur.

D’autre part, la forêt faite de quinconces correspond à un précepte formel qui soutient toute la conception esthétique du film : le rapport harmonieux du naturel avec l’artificiel. Il en est ainsi de tous les dialogues versifiés du film : les mots et les phrases sont naturels (ou doivent le paraitre selon l’impératif de vraisemblance), et leur forme est artificielle : les vers. Le but étant pour les acteurs de profiter de cet artifice et de cette musicalité pour mieux exprimer le sentiment du personnage : c’est ainsi que j’entends le lyrisme. Le lyrisme selon moi ne va pas sans une certaine structure. Il en va ainsi de la forêt de quinconces : un espace structuré par l’homme ou malgré tout la nature est reine.

T.M. – La forêt peut-elle accueillir de nouvelles rencontres ? ou est-ce un espace de solitude ?

G. L-R. – Non, la forêt est nécessairement un espace de solitude. C’est un univers mental. Le statut d’un autre personnage aurait le même statut qu’une apparition dans un rêve. Et puis il y a l’idée d’une quête, d’une épreuve. Je crois profondément à la solitude des êtres face à leur destin.

T.M. – La forêt de Quinconces est-elle un lieu d’apprentissage? Si oui, le(s)quel(s) ?

G. L-R. – Le film entier est un lieu d’apprentissage. La principale leçon : ne pas tout perdre de sa jeunesse quand on devient adulte.

T.M. – La forêt est-elle un lieu de rêve, pour le rêve ?

G. L-R. – La forêt, à vrai dire, a plusieurs fonctions narratives et allégoriques. Je m’en sers pour dessiner l’espace mental du personnage, mais aussi, effectivement, pour y placer les rêves qu’il fait, donnant ainsi l’impression que ses rêves sont une façon de penser sa vie. Ce que le personnage croit connaître de lui-même, sa situation, sa lucidité, lui vienne de cette forêt qu’il se dessine dans la tête comme quelqu’un se figurerait son existence sur une route ou sur un bateau pour y voir plus clair dans sa vie. Mais ces images supposées nous servir à nous repérer dans l’existence peuvent aussi, à leur tour, produire des illusions et des désirs erronés : des rêves, des cauchemars, des fantasmes… Ce lieu qu’on a créé pour avoir des repères, nous égare, mais par des éléments plus abstraits, plus spirituels, car ces éléments vive dans nos esprits.

T.M. – Les mouvements de caméra filmant la forêt et/ou Paul dans la forêt ont-ils un lien avec la chorégraphie de Camille ?

G. L-R. – Non, il n’y a pas de lien entre les scènes de forêt et la danse où Paul rencontre Camille, si ce n’est peut-être que les deux scènes témoignent de la liberté formelle que je souhaitais exercer.

T.M. – Plonger dans le lac est-il sortir définitivement de sa forêt mentale ?

G. L-R. – Le lac final est aussi une image, une métaphore, une fable sur la condition humaine, et l’existence morale, mais, effectivement, cette image correspond à un temps de la vie où le personnage a résolu certaines questions : il est sorti de la forêt. La question qui se pose à lui maintenant est plus profonde et plus complexe : il est passé au niveau de maturité supérieure. Cette question a directement un rapport avec la mort, le néant et le cosmos, qui sont d’ailleurs souvent représentés par une vaste étendue noire, comme un lac en pleine nuit.

T.M. –  Des cinéastes, des peintres… vous ont-ils influencé lorsque vous filmez la forêt ?

G. L-R. – Avec mon chef opérateur, nous avons beaucoup parlé des peintures de Maurice Denis, de son onirisme. C’était notre principale référence esthétique. Mais les références ne sont qu’un prétexte à s’en éloigner. D’autre part, il faut de gros moyens techniques pour faire qu’un plan de cinéma soit vraiment fait comme une peinture : il faut pouvoir redessiner toute la lumière.

Grégoire Leprince-Ringuet

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Grégoire Leprince-Ringuet, «Interview de Grégoire Leprince-Ringuet », Voyages autour de mon cerveau, juin 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/121

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn