Archives par étiquette : Landes

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Introduction et plan de l’exposition

La figure et l’existence d’Élisabeth Lacoin (1907-1929) sont aujourd’hui connues grâce à sa longue amitié avec l’écrivaine et philosophe féministe Simone de Beauvoir (1908-1986). Cette dernière trace un portrait émouvant, chaleureux et ébloui de sa meilleure amie dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958, sous le nom d’Élisabeth Mabille. C’est le décès d’Élisabeth, dite Zaza, qui clôt ce premier tome autobiographique, à tel point que l’on peut s’interroger sur le titre de ce volume et sur l’importance accordée à cette jeune fille de la bonne bourgeoisie du Sud-Ouest par Beauvoir.

C’est sous un angle autre que nous envisageons Zaza dans cette exposition. Nous souhaitons mettre en lumière ses propos, à travers des extraits de sa correspondance et de son journal intime, ainsi que des images de son existence. Notre but est de montrer Zaza, qui signe ses lettres familiales « votre chatfoin », en vie, avec son humour – son orthographe personnelle de « chafouin » en témoigne -, ses passions (son violon, l’auto qu’elle conduisait, ses études, ses lectures), son envie de secouer les cadres de son éducation, mais aussi ses hésitations, ses difficultés à entrer dans sa vie d’adulte, donc à se détacher de son amour pour sa mère et pour sa grand-mère maternelle, afin d’être elle-même. Cette indépendance mentale et spatiale lui sera refusée par son brusque décès, le 25 novembre 1929, d’une encéphalite infectieuse, c’est-à-dire une méningite très grave.

Mais auparavant, il y a eu beaucoup : la vie quotidienne à Paris ; l’existence, toujours en famille, dans différents points du Sud-Ouest (Aire-sur-l’Adour, Biarritz, Dax, Lourdes) ; les voyages familiaux en Italie ; un voyage raté en Auvergne ; les séjours en Ardèche, chez son amie Geneviève de Neuville ; le départ imposé par sa mère en Allemagne, entre novembre 1928 et février 1929. C’est à ces alternances France/étranger que nous vous convions, avec Zaza comme guide, en ces presque trente premières années du vingtième siècle.

Affiche de l’exposition

Introduction et plan de l’exposition

Chronologie simplifiée de Zaza

Chronologie des voyages présentés dans l’exposition

Arbre généalogique de Zaza simplifié

Interview d’Anne-Marie Taupin, présidente de l’Association des amis d’Élisabeth Lacoin

La vie à Paris – Famille, amitiés, musique, scolarité. 1908-1929

1) Paris, la vie du quotidien

2) Landes-Paris, lettre à son père, 31 mars 1921

3) Paris-Landes, lettre à Anmé, 28 mai 1921

4) Paris-Landes, lettre à Bonne-Maman, 19 mars 1922

5) Paris-Landes, lettre à Anmé, 24 octobre 1922

6) Au Bois de Boulogne, juin 1928, en barque avec…

7) Retour d’Allemagne, 1929

8) Le porte-cartes de Zaza, s.d.

Italie – La beauté des paysages est infinie. 15 avril – 04 mai 1922

1) Lettre à ses grand-mères, 15 avril 1922

2) Lettre à ses grand-mères, 19 avril 1922

3) Lettre à ses grand-mères, 25 avril 1922

4) Carte de Capri à Bonne-Maman, 30 avril 1922

5) Carte de Rome à Bonne-Maman, 1er ou 2 mai 1922

6) Carte de Gênes à Bonne-Maman, 3 mai 1922

Auvergne – Pluvieuse contemplation. Juin 1924

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924

Le Sud-Ouest – L’ABC de la famille. 1908-1929

1) Aire-Gagnepan, en famille avec Simone, 1927, 1928

2) Barroilhet, le cousinage, 1926

3) Bayonne, l’origine, 1924, 1929

4) Biarritz, filer l’eau de la tristesse, 1926

5) Cauterets, les randonnées, 1924

6) Dax-Haubardin, joies et colères, 1926, 1928

7) Lourdes, 1922, 1926

Ardèche – L’amie bien-aimée. Septembre 1925

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925

2) Photographies du Pont, s.d.

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925

4) Photographies d’Ardèche, septembre 1925

Allemagne – Une Française à Berlin. 10 novembre 1928 – 2 février 1929

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928

7) Les Lettres de Mozart, s.d.

8) Carte postale à Germaine, 31 janvier 1929

9) Le Sachs-Villatte, s.d.

Dactylographie des documents

1) Dactylographie Paris

2) Dactylographie Italie

3) Dactylographie Auvergne 

4) Dactylographie Sud-Ouest

5) Dactylographie Ardèche

6) Dactylographie Allemagne

Conclusion

Remerciements

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Introduction et plan de l’exposition », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3873

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Paris

La vie à Paris – Famille, amitiés, musique, scolarité. 1908-1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

2) Landes-Paris, lettre à son père, 31 mars 1921

  Jeudi 31 mars 1921

Mon petit papa chéri,

C’est je crois la dernière lettre que je vous écris et j’en suis très heureuse car cela m’annonce votre arrivée prochaine. Nous avons passé hier toute la journée à Lahontan et nous vous envoyons de la part de tante Marie mille et mille tendresses. Nous avons été traités comme des princes du sang et nous avons rapporté aux absents un superbe gâteau, œuvre de Julie, que nos 3 petits ont apprécié.

Aujourd’hui la vie a repris, régulière, et je viens d’approfondir les hauts faits de Saint Colomban afin de rattraper un peu mon retard d’histoire générale. 

Nous avons aujourd’hui la batteuse ou plutôt la machine qui égrène le maïs ; l’ouvrage avance rapidement et les grains sont très beaux. J’entends les jumelles et Vincent qui rient dans le jardin ; Raton a tout à fait l’air d’un petit chérubin car le soleil passe à travers ses cheveux qui sont dorés comme une auréole. Bichon est toujours aussi belliqueuse et même la nuit elle rêve de bataille et réveille Marie en criant : c’est à moi, c’est [l]e mien. Cette pauvre Mémaine n’a pas de chance ; croyant qu’elle avait la rubéole, le docteur l’a mise au lit ; elle ne l’avait pas du tout mais comme on l’a mise avec Lonlon elle l’a prise et la voilà encore au lit pour deux ou trois jours.

Les jonquilles sont presque fanées mais les roses et les lilas s’ouvrent en votre honneur et j’espère que vous trouverez quelques fleurs à votre arrivée. Je me meurs d’impatience, mon papa et je voudrais déjà être sur vos genoux, vous tenir pour que vous restiez longtemps avec nous, avec votre petit Raton et vos petites jujus car votre pauvre chatfoin est trop insupportable pour que vous soyez heureux de rester avec lui ; j’espère tout de même que vous l’aimez un peu, il faut lui pardonner beaucoup car il aime beaucoup. Riri continue à avoir la fièvre et bonne maman est très ennuyée, une insolation ne durerait pas si longtemps. 

Le facteur va arriver très vite mon papa, je finis donc mon bavardage en vous embrassant de tout mon cœur, arrivez vite et restez longtemps avec nous.

Chatfoin

3) Paris-Landes, lettre à Anmé, 28 mai 1921

                                                                    Samedi 28 mai 1921 

soir

Mon Anmé chérie,

Je ne vous envoie qu’un très petit mot pour vous annoncer une très grande nouvelle. Votre gendre est depuis ce matin ingénieur en chef du matériel et de la traction, c’est-à-dire qu’il a la place qu’occupait hier monsieur Paul Dubois. Je suis écrasée par tant de grandeur mais ravie de ce changement. On crée un poste de sous-directeur, Monsieur Mange ayant besoin d’aide, et on y installe monsieur Paul Dubois ; quant à la place qu’avait papa monsieur de Boysson l’occupe.

Je voulais vous envoyer le compte-rendu de notre voyage en Bretagne mais je ne l’ai pas continué jusqu’au bout et je ne vois pas quand j’aurai le temps de le terminer. Maman est éreintée par ce congrès de la plus grande famille qui l’occupe énormément et après avoir trimé toute sa journée elle veille pour écrire aux rapporteurs adhérents etc. 

Les auditions sont finies très peu brillamment pour vos petits-enfants ; malgré cela je suis encore bousculée par une exposition de dessin qui a lieu demain. Un jury est venu pour examiner nos dessins ; ils sont exposés à partir de 6 sur 10. Quoique je n’aie commencé que depuis un mois et ½  je n’ai pas une mauvaise place ; je suis seconde avec 9 ½ ; nous étions à peu près 15 concurrentes et Margot qui est de mon cours a 8 ½. 

Nous sommes dans le trimestre des compositions ; on vient de nous en rendre une de narration. J’étais 1èreavec 9 sur 10 lorsqu’on a eu la mauvaise idée de m’ôter un point car j’avais fait 5 fautes d’orthographe ; ce changement de point m’a fait descendre et Simone ayant 8 ½ je n’ai été que seconde. 

Germaine a été un peu souffrante mais elle est tout à fait guérie ; elle a fait aujourd’hui au cours une composition de géographie ; je la lui avais très bien fait apprendre mais sa géographie n’ayant pas assez de détails elle a séché sur  bien des points hélas ! Je ne dors plus de joie en pensant que nos petiots seront ici demain ; si mon anmé arrivait avec eux, le chatfoin serait au comble du bonheur mais il y a une tache grise sur la chose la plus heureuse en ce monde et voilà pourquoi il ne faut regarder que le bon côté des choses pour être heureux ; les vacances arrivent et nous nous reverrons très vite : réjouissons-nous. Notre Pierrot va bien mais il est très découragé et si vous avez le temps de lui écrire et de le remonter il en serait je crois très heureux pauvre ermite ! Il se fait tard, je vous ajouterai un mot sur l’arrivée des petiots demain matin.

Toute ma tendresse.

Chatfoin

4) Paris-Haubardin, lettre à Bonne-Maman, 19 mars 1922

                                                                     Dimanche 19 mars 22

Ma chère bonne maman,

Voilà le jour du repos et quoique j’aie une composition à préparer je boucle mes livres et vous écris avant d’aller aux Tuileries profiter de la belle journée de printemps que nous avons aujourd’hui. Marie-Thérèse est arrivée ce matin après un très bon voyage ; elle nous apporte des nouvelles de grand-mère et de Gagnepan et de belles jonquilles jaunes. Je sors d’une très belle retraite prêchée à St Thomas par le père Delor lundi, mardi, mercredi et jeudi derniers. Ce père dominicain est très bien  et nous a dit de très belles choses. Notre petit coin St Thomas a reçu hier la nouvelle officielle des fiançailles de mademoiselle Anne-Marie Rochette de Lempdes avec monsieur Robert de Lafond ingénieur aux chantiers de Penhoët à Saint Nazaire. Marie-Thérèse va pouvoir se précipiter pour féliciter son amie. Nos trois petits sortent de la grippe et j’ai vu hier Minette qui était au lit, tout à fait dans le même état qu’eux. 

Nous préparons notre voyage en Italie par quelques lectures intéressantes. Je n’en reviens pas de voir partant pour l’Italie et faisant un voyage que tant de gens ont désiré faire, et que tant de gens ne font que plus tard. Quel dommage que l’on ne puisse pas emmener ses deux grand’mères voir ces splendeurs. J’aurais bien voulu aller vous dire un petit bonjour avant de partir mais on ne peut pas cumuler tous les plaisirs et mon désir n’a pas été jugé très raisonnable. J’espère que vous avez à Haubardin le même temps que Paris et que Riri  jouit du beau soleil. 

Au revoir ma chère bonne maman, embrassez bien Riri de ma part ainsi que l’oncle Henry et tante Marthe s’ils sont à Arzeth, présentez mes bons souvenirs à mademoiselle et gardez pour vous mes meilleures tendresses.

Zaza

5) Paris-Landes, lettre à Anmé, 24 octobre 1922

                                                                   Tours dimanche

24 octobre 1922

Mon anmé chérie,

Me voilà dans ma ville natale après une journée délicieuse passée sur les bords de la Loire. Nous sommes parties Maman Zon et moi de Paris ce matin à 8 heures. A 10 heures nous étions à Blois. Des autocars magnifiques nous y attendaient et en route pour Chambord. 

Lundi

Nous avons vu Chambord, ce qu’il y a de plus original et de plus beau c’est l’escalier. Il y a deux hanches qui s’entrelacent de telle façon qu’on aperçoit les gens sans jamais pouvoir les rencontrer. De très beaux plafonds en caissons. Partout les armes de François 1er : la salamandre. Nous avons vu dans une salle voisine la copie du portrait de Louis XVI que nous avons à Haubardin. Beaucoup d’autres portraits historiques, une table sur laquelle le maréchal de Saxe a été embaumé. Ce château est immense ; songez qu’il y a 65 escaliers et l’on n’en rencontre pas à chaque pas. Après Chambord retour à Blois en autos-cars. Excellent déjeuner au Grand Hôtel. Puis nous allons à pied jusqu’au château de Blois que nous visitons. Toujours de grandes pièces immenses, des corridors étroits, des escaliers tournants, des portes secrètes, les armoires secrètes de Catherine de Médicis. Sur les murs et au plafond des peintures reproduisant les tapisseries qui ornaient ces salles avant la révolution. A terre de vieux dallages anciens en faïence bleue jaune et noire. Tous les coins sont historiques. Ici, Catherine de Médicis cachait ses poisons, là furent tenus les états généraux, là les Guises furent assassinés. Les autos-cars nous reprennent au château et nous descendons la Loire jusqu’à Amboise. Le chemin est ravissant. Des teintes d’automne admirables, des caves ou grottes creusées dans le sol, les petits villages hauts, aux rues étroites. Nous sommes arrivés à Amboise vers les 5 heures pour y voir un coucher de soleil merveilleux. Ces reflets rougeâtres, puis roses, puis mauves dans l’eau, cette île éclairée par les lueurs du couchant, tout enfin était beau. Nous avons vu la chapelle de St Hubert, véritable dentelle de pierre. Puis une toute petite partie du château, la salle de la conjuration, la grille où des grappes de protestants furent pendus. C’est à Amboise que maman nous a quittées. Elle a pris le train pour Paris tandis que nous filions sur Tours, en auto toujours. Nous sommes princièrement installées à l’hôtel de l’univers, chambre immense, salle de bains-WC pour nous seules.  Devinez mon anmé où j’étais Dimanche à 11 heures. J’étais à l’opéra, plongée dans la musique de Lohengrin. 

Je vous quitte mon anmé. Nous repartons dans une demie heure et je voudrais voir St Etienne avant le départ, je vous embrasse très tendrement ainsi que votre entourage.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Paris», Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3941

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Auvergne

Auvergne – Pluvieuse contemplation. Juin 1924

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924 

                                                                                6 rue du Pré aux Clers

                                                                                   Madame Lacoin

                                                                                   Haubardin

                                                                                   Saint-Pandelon

                                                                                  Dax

                                                                                  Landes

Nous avons quitté ce matin le Mont d’Or et nous voici à Besse ce soir après avoir passé au puits de Saucy et au lac Pavin. Nous avons eu un brouillard intense et pourtant quelques échappées merveilleuses.

Je vous embrasse bien tendrement

Zaza

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924 

                                                                                            Madame P. Lafabrie

                                                                                              Gagnepan

                                                                                              Aire sur l’Adour

                                                                                              (Landes)

Nous voici à Besse, notre première étape, après une journée de marche à travers la montagne. La journée aurait été délicieuse si le soleil s’en était mêlé. Mais nous avons marché à travers le brouillard et la pluie ce qui manquait de charme. Besse une vieille petite ville tout à fait intéressante. Nous avons passé par le lac Pavin qui n’a rien de remarquable mais fait si bien dans le paysage.

Mille tendresses.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Auvergne », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3990

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 16

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

Janvier 2022, nouvelle année. Je me replonge dans mes souvenirs du printemps 2021 pour clore le récit de voyage de mes premières approches territoriales du continent Zaza-le-Chatfoin. Nous en restions resté·es à ma journée à Lourdes en compagnie de Françoise, ma guide et mon hôtesse pour cette seconde semaine dans le Sud-Ouest. Ce dimanche 9 mai, après une matinée studieuse et un bon déjeuner, nous partons à Arcangues, joli village typique, avec son église à bateau suspendu dans la travée centrale, son autel doré avec de belles statues de saints,

©Tiphaine Martin

ses maisons blanches peintes en rouge basque,

©Tiphaine Martin

son terrain de pelote basque, 
©Tiphaine Martin

son lavoir à eau autrefois thérapeutique, et…

Lavoir Arcangues

©Tiphaine Martin

… son cimetière où se trouve la tombe de l’idole des jeunes des années trente, j’ai nommé Luis Mariano.

 

Tombe Luis Mariano

©Tiphaine Martin

Quoique absolument pas fanatique de ses braiments[1] roucoulés à « r » appuyés, j’aime suffisamment l’opérette, l’opéra-bouffe et la comédie musicale pour m’intéresser à ce monument basque-franco-espagnol, dont j’avais lu par hasard la biographie par Jacques Rouhaud et Patchi[2]avant mon départ pour les Landes. Mais je préfère quand même Dario Moreno, son entrain et son souffle de grand interprète de « L’Air du Brésilien » de La Vie parisienne d’Offenbach (1866).

Donc, la tombe de Mariano était très fleurie en ce dimanche de mai, ce qui m’a permis de visualiser l’adoration dont il est toujours l’objet.

Et, sans le savoir, je me suis ainsi psychologiquement préparée au visionnage – merci ARTE et sa programmation estivale – de la version filmée par Richard Pottier en 1956 du Chanteur de Mexico avec, tenez-vous bien et n’éteignez pas votre téléviseur ou votre ordinateur, Annie Cordy, Bourvil et donc Luis Mariano en trio amoureux. Sans commentaire. Mais j’ai eu plaisir à retrouver les vues des maisons rouges et blanches et de place de village basques dans la séquence d’ouverture du film.

Retour en mai et à Arcangues, que nous quittons pour nous rendre sur la plage de Bidart, mais d’un autre côté que celui goûté le 2 mai[3]. Ce dimanche, le temps n’est plus aussi ensoleillé qu’il y a une semaine – à cause de mon départ demain ? Cependant, le vent qui souffle fait de belles vagues et de beaux reflets sur l’océan, tout en accompagnant la progression des nuages dans le ciel bleu, limite Nicolas de Staël.

©Tiphaine Martin

Un peu brumeuse et déjà nostalgique, je me rends avec Françoise chez son amie Cécile, qui nous accueille à nouveau, tout aussi sympathiquement que l’autre jour[4]. Ensuite, je boucle ma valise, nous dînons en devisant, au dodo et…

©Tiphaine Martin

 

 

Départ le lendemain matin. Ma fidèle cavale bleue s’étant reposée une semaine, elle démarre en hennissant, sentant que les huit cents kilomètres qu’elle va avaler la conduisent à son écurie habituelle. Je presse le bouton de mon autoradio et la Providence/Zaza m’envoie tout de suite un signe. La première chanson qui s’en échappe entonne : « Hasta la vista Señora », soit « Ce n’est qu’un au revoir Madame » en traduction libre. Cette chanson de Ricchi e Poveri se trouve sur un cd de tubes[5] de ce groupe italien des années 80 que j’écoute volontiers, histoire d’entretenir mon italien, bien entendu … et surtout pour cette chanson parsemée d’espagnol, et pour le tube des tubes « Sarà perche ti amo », magnifié par Claude Miller et son interprète Charlotte Gainsbourg dans L’Effrontée (1985). Je reviendrai donc dans le Sud-Ouest.

J’arrête ici mon récit, mon voyage s’étant déroulé sans incident.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 16 », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2393


[1] Pardon les ânes et les ânesses.

[2] Jacques Rouhaud et Patchi, Luis Mariano. Une vie, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2006.

[3] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

[4] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

[5] Ricchi e Poveri, Greatest Hits, ZYX, 2002.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn