Archives par étiquette : Laura

Clouzot Pagnol VADMC

Ressouder la communauté : Clouzot, Pagnol

L’Eau des collines (Manon des sources-Ugolin, 1952), de Marcel Pagnol, serait-il la version grise du Corbeau (1943) de H.G. Clouzot ? Dans ces deux films, il est question d’exclusion sociale, de meurtres commis sans laisser de traces, du moins à première vue, et d’une communauté malade de ses vices, de ses tabous et de ses petits secrets. Le tout finissant par la régénération de la cité.

Chez Clouzot, la vision du monde est grinçante, ironique, mordante, tandis que chez Pagnol la bonhomie et le rire affleurent régulièrement. Les personnages du Provençal appartiennent par certains cotés au folklore du sud-est et du théâtre de boulevard : mari trompé, femmes fortes parlant haut avé l’assent, vieilles femmes ne supportant pas la jeunesse et la beauté de Manon, cafetier qui est aussi le maire, policier se rêvant juge, moqueries sur les « gens du Nord » (de Lyon donc) comme dans Marius, détestation des « étrangers » du village d’à côté et des autres en général, jeu du « poil ». Clouzot expose crûment et sans fards l’avortement, la frustration sexuelle (féminine et masculine), et démontre dans une séquence saisissante que Mal et Bien ne sont pas tranchés et coexistent en chacun·e de nous.

Pagnol est plus lent à arracher les masques de la bonhommie et du pittoresque, mais son constat est similaire à celui de Clouzot : l’humanité est faible, bornée et toujours prête à faire le mal, surtout si l’impunité lui est offerte par les autres qui détournent la tête. Les sympathiques habitant·es du village sont prêt·es à accuser Manon (Jacqueline Pagnol) d’être une sorcière (test de l’eau bénite et procès), de voler les récoltes du brave Ugolin (Rellys) et d’avoir à moitié tué le gentil Polyte (Jean Toscan), déjà pas bien fort de la tête. 

Pagnol choisit pourtant la voie de l’apaisement, après que Manon a accompli sa vengeance (priver d’eau le village) et sa catharsis (accuser Ugolin et prouver sa culpabilité et celle des villageois dans la mort de son père et de son frère). Les villageois lui apportent des cadeaux, Ugolin se pend et lui donne sa fortune et sa ferme (celle volée au père de Manon) par testament, le maire offre l’ancien presbytère du village à Manon pour qu’elle s’y installe avec sa mère.

Cette dernière scène est orchestrée par Pagnol avec malice, puisque l’homme politique interrompt le duo amoureux entre Manon et l’instituteur (Raymond Pellegrin), avant de mettre les pieds dans le plat et de faire une fine allusion au fait qu’il lui faut retrouver son écharpe de maire, prêtée à des enfants qui « voulaient jouer au mariage ». Ouais. Le noir et blanc ne permet pas de voir si Manon et son presque fiancé ont le feu aux joues, mais le public retrouve avec plaisir un échange à double sens, entre théâtre de boulevard et romanesque hollywoodien.

La fin du Corbeau est plus amère : la fausse coupable Laura (Micheline Francey) est emmenée à l’asile sous le regard paternellement désolé de son mari (Pierre Larquey), deux fois plus âgé qu’elle, qui s’accuse d’avoir frustré sa femme du plaisir sexuel qui lui revenait, du fait de leur différence d’âge importante. On est en plein dans ce que la romancière Victoria Mas décrit dans Le Bal des folles (2019), à savoir l’enfermement des femmes qui dérangent le patriarcat. Car c’est bien le mari qui est l’auteur des lettres anonymes qui ont déréglé en profondeur la (fausse) tranquillité de la petite ville. Et qui paie pour ses crimes, en étant tué à son tour. L’atmosphère de la cité en sera-t-elle meilleure pour autant ?

Pagnol prend la suite de Clouzot, mais en mode guérison. Deux films à voir à la suite.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ressouder la communauté : Clouzot, Pagnol », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=9099

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Quoi mon âge VADMC

Quoi mon âge ?

Les tabous sexuels du patriarcat occidental ont la vie dure, mais des brèches sont toujours possibles, qui, goutte à goutte, font finalement avancer la société. Nous avons déjà vu comment Douglas Sirk offre à son héroïne quadragénaire un jeune amour dans Tout ce que le Ciel permet, bravant sa classe et la soumission à un homme plus âgé, que ses enfants la verraient bien épouser. Ce film se termine bien pour les deux héros, mais en est-il toujours autant ?

Dans Les Dames de Cornouailles (Ladies in Lavander, Charles Dance, 2004), il n’est pas envisageable – par le réalisateur, également scénariste – que le jeune Andrea (Daniel Brühl) soit sensible aux charmes d’Ursula (Judi Dench), qui se déchire en silence. Il en est de même pour Youssef Chahine, si nous sortons du cadre français pour aller vers le francophone – dans Silence… on tourne (co-production franco-égyptienne, 2001). Malak (Latifa), star de la chanson pop en plein divorce, refuse l’amour patient et fidèle du scénariste Alphi (Ahmed Bedir), pour se jeter dans les bras de l’apprenti acteur – mais gigolo consommé – Lamei (Ahmed Wafik). Tout finit bien, et, peut-être Malak finira-t-elle par répondre à l’affection d’Alphi, homme un peu plus âgé qu’elle.

Nous avons vu que dans la version de Divine (Dominique Delouche, 1975) avec Danielle Darrieux, la comédienne âgée repousse l’amour du jeune homme, qui revient alors à sa petite amie. Sur le mode comique, Tanya (Christine Baranski) commence par se moquer de la drague de Pepper (Philipp Michael) dans le morceau « Does your mother know ? », avant de succomber à ses charmes pour une nuit, dans la comédie musicale Mamma Mia (Phyllida Lloyd, 2008). Notons que ce rôle masculin est joué par un acteur à la peau noire, et que le nom de son personnage est « Pepper », soit « Poivre », ce qui laisse songeur·se sur l’arrière-plan raciste de ce protagoniste. Sans oublier que la brièveté de la liaison entre Tanya et Pepper, le tout dans un cadre exotique, rappelle de fâcheuses habitudes occidentales de tourisme sexuel (cf. par exemple Vers le Sud, Laurent Cantet, 2005).

Dans Duo d’escrocs (The Love Punch, Joel Hopkins, 2013), le pittoresque de Paris et de la Provence sert de cadre aux folles aventures des Anglais, âgés, Kate (Emma Thompson) et Richard (Pierce Brosnan), lancés aux trousses d’un voleur de pensions, Vincent (Laurent Laffite, qui se rôde sans le savoir pour l’adaptation d’Au revoir là-haut). Cette comédie de remariage est d’autant plus intéressante que si Richard reste de marbre devant les charmes de Manon (Louise Bourgoin), fiancée de Vincent, Kate a pris rendez-vous, via un site de rencontres, avec un charmant jeune Français, Jean-Baptiste (Olivier Chantreau). Outre son statut prestigieux de deus ex machina, celui-ci est irrésistible en tous points, puisque Kate et lui passent la nuit ensemble. Le réalisateur et scénariste a choisi un faux parallèle, mais finalement à l’avantage du personnage féminin, qui quitte son amant d’un jour et d’une nuit. La relation tourne court, ce qui est explicable par le reste du film, l’amour ayant resurgi entre Richard et Kate. Tout cela n’empêche nullement la spectatrice et le spectateur de goûter les retrouvailles finales de Kate et de Richard, au soleil couchant, dos à Notre-Dame, sur les quais parisiens. Parfois, les clichés sont sublimes.

Parfois, ils durent, comme dans Vingt ans d’écart (David Moreau, 2013), où Balthazar (Pierre Niney) tombe amoureux d’Alice (Virginie Ephira) et se balade avec elle à moto. Il est vrai qu’il s’y était psychologiquement préparé, en lisant l’Éloge des femmes mûres de Stephen Vizinczey (In Praise Of Older Women, 1966), qui décrit avec complaisance les apprentissages sexuels de l’auteur, sous un vague masque fictionnel. Chez Moreau, Balthazar a plus d’élégance morale que Vizinczey, encore que l’affiche du film puisse faire penser le contraire, puisque Alice y subit le baiser de Balthazar. Mais après tout, cinq ans avant #MeToo, qui aurait pu penser au consentement féminin, et ne pas afficher la violence masculine ? Au cours du film, Balthazar accepte d’entrer dans le monde superficiel et snob d’Alice, rédactrice de mode en passe d’être licenciée, car trop âgée, à quarante ans, pour représenter le magazine. Si l’on ne peut qu’agacé·e par la récurrence et le nombre pléthorique de films occidentaux qui, au vingt-et-unième siècle, n’envisagent pour les femmes qu’un métier dans la mode, il est vrai que ce long-métrage souligne le rejet violent de femmes assignées à une barre de limite d’âge. Il semble que depuis La Femme de trente ans de Balzac (1842), les femmes n’aient gagné que dix ans de séduction, avant d’être jetées dans les poubelles de la collectivité. Ce que refuse le réalisateur et son scénariste Amro Hamzawi.

Quelquefois, le réalisateur ou la réalisatrice est logique dans la non progression de l’amour entre un homme jeune et une femme âgée. C’est le cas, hélas, pour l’adaptation de Harold et Maude de Colin Higgins, par lui-même, pour le réalisateur Hal Asby, en 1971. Maude (Ruth Gordon)  finit par se suicider le jour de ses quatre-vingts ans, préférant choisir sa mort plutôt que de la subir. Quant à son jeune compagnon et amant Harold (Bud Cort), il aura appris à vivre et à gérer son rapport compliqué à sa mère.

Plus commune est l’aventure du jeune Zeffirelli (Timothée Chalamet, clin d’œil au réalisateur italien ?) avec Lucinda (Frances McDormand) dans The French Dispatch (Wes Anderson, 2021). Leur amour commun du papier imprimé les rapproche, la révolution étudiante les séparera.

Plus décevante, mais pour qui ? est la passion de Fabrizio (Francesco Barilli) et sa tante Gina (Adriana Asti) dans Prima della Rivoluzione (Bernardo Bertolucci, 1964). Fabrizio exprime ainsi, aussi, sa révolte contre son milieu bourgeois du nord de l’Italie. Gina, elle, s’ouvre enfin à l’amour, alors qu’elle est séparée de son mari plus âgé qu’elle – pas de divorce avant 1975 pour nos cousin·es transalpin·es. Si ce n’est que ces moments de bonheur, avec l’acmé déjà nostalgique d’une scène de course(s) sur fond de la chanson pop « Ricordati » de Gino Paoli, ne durent pas. Fabrizio, après avoir erré dans les méandres de la politique des gauches italiennes, se range gentiment et épouse gentiment la blonde, douce, bourgeoise et posée Clélia (Cristina Pariset), tandis que Gina retourne, mort dans l’âme, auprès de son époux. Si l’on frémit en imaginant l’existence de Gina, on ne peut que se dire qu’elle l’a échappé belle, au vu du retournement de Fabrizio, qui se transforme en bon bourgeois. Et, après tout, même si les personnages de 1964 ne le savent pas, les mouvements de révolte estudiantine ne sont pas si loin, seulement quatre années plus tard, suivis des nouveaux mouvements féministes.

Il arrive aussi que la différence sociale joue dans la durée écourtée des histoires d’amour, comme dans Un pique-nique chez Osiris (Nina Companeez, 2001). À la fin de l’année 1899, le trentenaire Ariel Cohen (Samuel Labarthe), riche bourgeois francophone d’Alexandrie, est quitté par sa maîtresse, la comédienne française Jenny Latour (Annie Duperey), plus âgée que lui. Jenny invoque leur différence d’âge, qui lui pèse. Mais, comme elle le lui dit, la blessure de leur séparation sera vite cicatrisée, puisque ce n’est qu’à l’amour-propre qu’il souffre, non dans son cœur. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais pas tout à fait faux non plus. Et Jenny a deviné l’amour qu’Ariel commence à éprouver pour Héloïse Ancelin (Marina Hands), Parisienne voyageant en Égypte avec sa mère (Dominique Reymond) et sa cousine (Dominique Blanc).

Raisons de convenance, raisons d’aller ailleurs chercher l’amour, telle est la trame de Man wanted (William Diertele, 1932). Lois (Kay Francis), directrice d’un magazine prestigieux, mariée à l’oisif Fred (Kenneth Thomson), est aimée de son secrétaire Tommy (David Manners), plus jeune qu’elle, pourtant fiancé à Ruth (Una Merkel), jeune bourgeoise. Il faut la découverte d’une énième tromperie de Fred, amoureux d’une jeune héritière anglaise, pour que Lois s’avoue son amour pour Tommy et son désir, latent, de divorcer. Et Tommy trouve enfin le courage de rompre ses fiançailles avec la piaillante Ruth, qui se rabat sur le colocataire de Tommy, Andy (Andy Devine).

Fred ne supporte pas si bien qu’il le dit d’avoir une femme cheffe d’entreprise, de son âge, qui l’entretient. Tommy s’est laissé fiancé avec Ruth. Andy n’arrive pas à dire non à Ruth, malgré sa non-envie de se marier. Flirter avec la fiancée de son colocataire et ami, oui, mais sans s’engager. Les personnages féminins sont ici plus forts que les caractères masculins, malgré la légère caricature de la jeune fille gâtée qu’est Ruth, dont le seul but dans l’existence est de devenir une femme mariée. Lois est, elle, mieux traitée, malgré les remarques sexistes qui lui échappent sur la poigne masculine de Tommy, dont elle avait besoin pour mener une partie de ses affaires, elle qui n’avait eu alors que des secrétaires femmes. Lois est une femme d’affaire accomplie, pour qui le travail et la réussite est tout, ce qui ne l’empêche pas d’aimer son mari, puis Tommy. Et d’être suprêmement élégante et confortable en toutes circonstances. Féminité de son époque (mince, sportive, ne buvant pas d’alcool, cheveux courts, volontiers en pantalons) dans un film féministe, qui prône le travail et l’engagement féminin.

De même, Margo Channing (Bette Davis) arrive finalement à équilibrer sa vie professionnelle de star de théâtre et sa vie amoureuse, en épousant son compagnon Bill Simpson (Gary Merrill), metteur en scène, plus jeune qu’elle, dans le Ève (All About Eve, 1950) de Joseph L. Mankiewicz. Sachant que ces deux interprètes se sont mariés juste après le tournage, la réalité rejoignant la fiction1.

Dans Les Jeunes Amants (Carine Tardieu, 2021), la différence d’âge est importante entre Shauna (Fanny Ardant) et Pierre (Melvin Poupaud) , mais leur passion a bien lieu et dure. Et l’épouse de Pierre, Jeanne (Cécile de France), n’est pas culpabilisée d’aimer son travail de chercheuse, ni Shauna d’avoir eu une belle vie professionnelle d’architecte. Ce beau film, inspiré du vécu de la mère de Sólveig Anspach2, réalisatrice de L’Effet aquatique, est ancré dans la réalité du vingt-et-unième siècle, où les femmes ont (presque) gagné le droit de travailler, grâce aux nombreux et séculaires combats féministes.

Si Angèle (Nathalie Baye) n’est plus passionnée par son métier d’esthéticienne au Vénus Beauté (Institut) dans le film de Toni Marshall (1999), elle est heureuse d’être indépendante financièrement et d’habiter seule dans une chambre de bonne. Cette liberté totale va être mise à mal par Antoine (Samuel Le Bihan), qui peine à la convaincre qu’un trentenaire comme lui peut aimer durablement une quinquagénaire comme elle. Mais tout peut arriver dans les films, même le meilleur, même un romantisme réaliste, pas stupide ni dégoulinant.

De même dans Le Prénom (Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, 2012), Claude  (Guillaume de Tonquédec) a convaincu la mère de ses ami·es d’enfance, Françoise (Françoise Fabian), de son amour. Et doit faire face à l’incrédulité de ses ami·es, d’abord quant à son hétérosexualité, puis au sujet de la véracité et de la réalité de son entente avec Françoise. La foire aux clichés éclate également à cette occasion, avec la jubilation qui caractérise le scénario, tiré de la pièce éponyme. Claude doit prouver qu’il n’est pas homosexuel, soupçon qui pesait sur lui depuis des années sans qu’il le sache, au motif qu’il est musicien, qu’il s’habille avec recherche et qu’il n’a jamais présenté de compagne à ses proches.

C’est ce qui se passe dans Thé et sympathie (Tea and Sympathy, Vincente Minelli, 1956) pour Tom (John Kerr), étudiant étatsunien qui n’aime pas le sport mais la culture (littérature, peinture), et qui tombe amoureux de Laura (Deborah Kerr), une femme mal mariée plus âgée que lui. Leur liaison est surtout envisagée du point de vue du jeune homme, mais nous sommes à des années-lumière du machisme du Lauréat (The Graduate, Mike Nichols, 1967), où la femme âgée est, classiquement, l’initiatrice sexuelle de l’homme jeune. Elle est aussi névrosée et alcoolique, n’hésitant pas à accuser le jeune homme de l’avoir violée. Rien n’explique son attitude ni ses angoisses, données comme une essence, et non le résultat du patriarcat et du capitalisme ambiants. Nous ne sommes pas loin de la goule, dévoreuse de chair fraîche, figure mythique qui a épouvanté et nourri l’imagination des Romantiques et des Symbolistes français.

A contrario, le poids étouffant des conventions est explicitement montré dans Les Vies de Pippa Lee (The Private Lives of Pippa Lee, Rebecca Miller, 2009). Pippa (Robin Wright Penn), n’est qu’épouse et mère jusque’à ses cinquante ans, date du retour chez ses parents d’un voisin, Chris (Keanu Reeves), trentenaire. Ils vont s’épauler et guérir leurs nombreuses blessures ensemble, avant de s’en aller de leur petite ville, au grand dam de leurs enfants et parents respectifs, en souriant. Oui, le patriarcat peut perdre la bataille des tabous.

Il peut aussi la perdre dans la réalité, une réalité reconfigurée par la caméra, soit dans des biographies filmées, soit dans des documentaires. Dans l’adaptation télévisuelle de L’Allée du Roi de Françoise Chandernagor par Nina Companeez (1995), Madame de Maintenon (Dominique Blanc) épouse en secondes noces Louis XIV (Didier Sandre), plus jeune qu’elle.

Les deux films de fiction consacrés au compagnonnage amoureux de l’écrivaine Marguerite Duras et de Yann Andréa, Cet amour-là (Josée Dayan, 2001) et Vous ne désirez que moi (Claire Simon, 2022) montrent une passion dévorante entre une autrice âgée et un homme jeune. L’une et l’autre sont engagées dans un processus amoureux et créatif qui dure jusqu’au décès de Duras, auquel les deux cinéastes rendent hommage, sans éluder l’aspect sexuel de ce duo. Rappelons que l’autrice Annie Ernaux a décrit dans Le jeune homme (2022) une semblable relation, quoique plus courte.

Le documentaire de Marianne Ahrne, Promenade au pays de la vieillesse (1974), dresse un état des lieux consternant du sort réservé aux personnes âgées en France à cette époque. Ahrne fait régulièrement intervenir l’écrivaine Simone de Beauvoir, dont l’essai La Vieillesse (1970) avait déjà tiré la sonnette d’alarme. Cependant, il y a des moments de joie et de réflexion calme, notamment quand Ahrne filme une dame âgée en scooter avec un jeune homme, son compagnon. D’autres femmes discutent ensemble de leur liaison avec des hommes plus jeunes, du problème de le dire ou pas à leurs enfants, et comment. C’est-à-dire, de leur dire si elles ont des relations sexuelles avec leur compagnon. Elles concluent à la difficulté du dialogue avec leurs rejetons.

Cependant, amour en avant et, tous et toutes ensemble ! Ensemble sur la montagne face au soleil levant, à dire : « Inter- ! Inter-Générationnalité ! Tous, toutes ensemble ! »

 

1 https://www.washingtonpost.com/archive/local/1990/03/07/actor-gary-merrill-74-dies/46bd48bc-1169-4de8-8161-607a98fd3ca0/?utm_term=.529cd6603c56

2 https://www.telerama.fr/cinema/les-jeunes-amants-le-film-reve-par-solveig-anspach-et-tourne-par-ses-amis-7008561.php

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quoi mon âge ? », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7904

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview Sarah Sauquet

Un prénom de…. – Interview de Sarah Sauquet

Professeure certifiée, Sarah Sauquet enseigne les lettres modernes. Elle donne également des conférences sur les liens entre littérature et marketing. Qu’il s’agisse d’enseigner, d’écrire, ou d’animer une communauté digitale, son travail tourne autour d’un même objectif : celui de susciter l’envie de lire des classiques. Un grand merci à elle d’avoir répondu rapidement et amplement à mes questions.

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment avoir eu cette (magnifique) idée de dictionnaire littéraire ?

Sarah Sauquet – C’est un livre que je portais en moi depuis des années, et il m’aura fallu beaucoup de temps pour trouver un éditeur souhaitant m’accompagner dans ce projet, avec l’ampleur que je souhaitais lui conférer !

Passionnée depuis mon plus jeune âge par la littérature, je suis également curieuse des mots, des autres, et de leurs prénoms. Les raisons pour lesquelles on attribue un prénom, parfois mystérieuses et complexes, m’ont toujours fascinée, et en tant que lectrice, j’ai très tôt été attentive aux prénoms que portaient les héros de papier dont je découvrais les aventures. Je suis capable, encore aujourd’hui, d’oublier l’intrigue d’un livre mais de garder un souvenir précis des prénoms de tous ses personnages.

Avec les années, j’ai pu constater qu’il y a, bien souvent, de troublantes similitudes entre plusieurs personnages portant le même prénom, parfois à plusieurs siècles d’écart. Peut-on parler d’intertextualité ? Pourquoi un auteur choisit-il d’appeler son héroïne Jeanne, ou Laura, plutôt que Bérénice ou Anna ? De quoi ces choix de prénoms sont-ils le nom ? Au-delà d’un simple travail de nomenclature, ce sont ces questionnements que j’ai souhaité soulever à travers ce livre.

T.M. – Un travail très proustien, en somme. Comment cet ouvrage s’inscrit-il dans le reste de votre œuvre ?

S.S. – Il constitue pour moi à la fois un prolongement et un dépassement de mon premier livre, La Première Fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con1. Ce premier livre souhaitait témoigner de l’universalité et de l’intemporalité des classiques de la littérature amoureuse, en tentant d’expliquer comment les classiques peuvent nous aider à mieux vivre. Dans son format comme dans son approche, ce deuxième livre a la même visée (choisir un prénom en s’inspirant des héros littéraires) mais selon moi, il la dépasse également. Il constitue un véritable hommage à la littérature, à ces personnages qui nous portent, et une invitation à redécouvrir des œuvres parfois injustement oubliées, en présentant leurs héros sous un angle inédit.

T.M. – Les choix littéraires sont drastiques et fendent le cœur (à la manière d’Escartefigue, bien entendu). Comment se sont effectués les vôtres ?

S.S. – Vous ne pouvez pas savoir combien j’ai parfois souffert de devoir écarter certains prénoms, certaines œuvres, et je sais que quelques-uns des choix que j’ai opérés pourront parfois surprendre. Je me suis bien sûr attardée sur les prénoms littéraires incontournables (qu’il s’agisse d’Ulysse, Tristan, Ariane ou Manon, pour ne citer qu’eux) mais aussi et surtout sur les prénoms les plus donnés en 2018, puisqu’il fallait que ce dictionnaire soit utile pour les parents d’aujourd’hui. J’ai donc cherché des occurrences littéraires parmi les 600 prénoms les plus donnés en 2018, tels que Jade, Hugo, Jules ou Lucas. Cet aspect fut parfois tout sauf facile.

Outre cela, je souhaitais que les prénoms sélectionnés incarnent une diversité culturelle – je ne voulais surtout pas d’un ouvrage « classico-classique » qui ne se serait attardé que sur un certain type de littérature, ou un certain type de prénoms. J’ai donc cherché des prénoms dans la littérature marocaine, sénégalaise, russe, turque, suédoise – et des œuvres littéraires de 20 pays sont abordés…

Enfin, il m’est arrivé de vouloir faire figurer certains prénoms et que j’y renonce : par exemple, l’héroïne de La Chamade, de Françoise Sagan, s’appelle Lucile, et c’est, selon moi, LA Lucile de la littérature – je mets à part la sœur de Chateaubriand dans Les Mémoires d’Outre-Tombe et celle du Bourgeois gentilhomme, qui restent des personnages secondaires. Or, cette Lucile, dans La Chamade, est avant tout une femme oisive, qui ne peut constituer un modèle de comportement pour une femme, et une mère, en 2019. J’ai donc renoncé à ce prénom. Outre cela, certains prénoms sont étonnamment absents de la littérature. C’est par exemple le cas du prénom Thibaud !

T.M. – Effectivement, c’est un prénom peu employé en littérature, à part dans des chansons de geste assez obscures, par exemple. Parlez-nous des choix de mise en page (couleurs, encarts, longueur de la notice…).

S.S. – Lorsque j’ai contacté Le Robert, j’avais déjà une idée très précise du format que je souhaitais donner au livre, et j’avais déjà élaboré plusieurs fiches de prénoms dans le format que vous connaissez. J’étais persuadée qu’il fallait que les notices soient précises et efficaces, qu’elles suscitent le désir de découvrir l’œuvre sans en dire trop non plus, et que l’on présente le prénom à travers quelques adjectifs emblématiques, dans l’esprit de ce que l’on trouve dans les autres dictionnaires de prénoms. J’ai eu la chance d’être pleinement comprise et accompagnée. Nous avons souhaité ne pas aborder l’étymologie ou la lexicologie des prénoms. Je n’ai pas la formation pour (j’ai fait des études de littérature et non de linguistique) et il n’était pas question de piller le travail d’autres auteurs !

Quant au choix des couleurs et au travail sur la mise en page, le mérite en revient à Lauriane Thiberghien, graphiste, qui a fait un travail formidable.

T.M. – Pourquoi une non-mixité tête-bêche des héroïnes et des héros : un souvenir des anciens Folio Junior, peut-être ?

S.S. – La non-mixité tête-bêche des héroïnes et des héros est une idée de mon éditrice, Mélanie Louis. J’y ai tout de suite adhéré.

T.M. – Petit exercice à la Robinson Crusoë : avec quelle héroïne, avec quel héros, souhaiteriez-vous passer quelques années sur une île déserte ?

S.S. – Vaste question ! J’aimerais beaucoup partir avec Jane Eyre, dont je me sens si proche ! Nous deviendrions amies et pourrions avoir des conversations interminables sur l’amour, l’enseignement, la résilience et la fidélité à une vocation ! J’aimerais aussi que Pélagie-la-Charrette, l’héroïne d’Antonine Maillet, vienne avec nous. Elle aurait les ressources pour construire un bateau et nous aider à survivre. Nous parlerions de l’Acadie, de ce que signifie de se sentir rattaché à une terre, à un paysage, ou à un pays. Enfin, Pierre Bézoukhov, dans Guerre et Paix, pourrait être le petit frère que nous aurions envie de protéger.

T.M. – Emporteriez-vous votre dictionnaire pour échanger sur les autres héroïnes et héros ?

S.S. – Tout à fait ! Avec Jane et Pélagie, nous discuterions de Natacha Rostov afin de donner à Pierre les meilleurs conseils possibles en matière de choix amoureux ! Nous serions admiratives de la résilience d’Alexis Zorba, le héros de Nikos Kazantzaki, dont « l’âme avançait bien plus vite que le monde », et je leur parlerais de mon inclination envers Georges Saval, le héros des Poneys sauvages de Michel Déon. Nous pourrions nous interroger sur ces personnages qui demeurent de véritables mystères, qu’il s’agisse de Solal, Aurélien, ou Heathcliff pour ne citer qu’eux. Comme vous le voyez, les thèmes de l’amour, des émotions et de l’accomplissement de soi prennent une grande place dans mes préoccupations. Je suis profondément convaincue que l’amour – qu’il soit l’amour de l’autre, l’amour des autres, ou l’amour d’une mission à accomplir – constitue la grande affaire de notre vie.

T.M. – Vous intensifiez ces derniers mois l’aspect découverte d’autrices sur l’application Un texte Une Femme2, présente sur les réseaux sociaux, dites-nous en plus.

S.S. – En tant qu’enseignante, en tant que femme, j’ai toujours été attentive à la réalisation des femmes, des jeunes filles, et de mes élèves. En travaillant sur le dictionnaire des prénoms littéraires, j’ai réalisé combien d’héroïnes n’avaient pas de prénom, ou alors un prénom mais pas de patronyme ! Ce constat, encore plus troublant lorsque l’œuvre littéraire en question est écrite par une femme, m’a bien sûr fait réfléchir sur l’invisibilisation des femmes en littérature. L’application Un Texte Une Femme est née de cette réflexion, de ce souci de mettre en avant les écrits des femmes.

Parce que je souhaitais valoriser les écrits des femmes au sens large et aborder divers sujets, qu’il s’agisse d’avortement, d’accouchement, de conditions sanitaires dans les prisons ou d’éducation, l’application met en avant 110 femmes du monde entier. Celles-ci sont romancières, poétesses, mais aussi journalistes, scientifiques, artistes ou activistes. Je suis très fière de cette nouvelle application qui présente de nombreuses femmes méconnues du grand public. Je l’ai conçue, comme toutes mes autres applications, avec ma mère, ingénieure, Dominique Sauquet.

T.M. – Belle histoire de famille, avec une transmission au féminin. Parlez-nous de votre dernier ouvrage, Un Texte Un Jour. Traverser la littérature en 365 jours et de vos projets (adaptation radiophoniques, théâtrale, télévisuelle, d’Un prénom…, autres) ?

L’application Un Texte Un Jour a maintenant huit ans et passer du digital au papier est une suite aussi logique que belle. Nous avons choisi de publier cet ouvrage chez LibriSphaera car nous nous retrouvons dans les valeurs de cet éditeur, qui ne travaille qu’avec les meilleurs artisans du livre et ne publie qu’à la demande. Le livre rassemble les 365 plus beaux textes des applications Un Texte Un Jour, Un Poème Un Jour et Un Texte Un Eros.

Je travaille actuellement sur une nouvelle application, toujours avec ma maman Dominique, mais surtout sur la prochaine sortie du livre Un Texte Une Femme, toujours chez LibriSphaera. Je vous donne rendez-vous dans quelques mois ! (Je veux ! T.M.)

Sarah Sauquet

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Sauquet, « Un prénom de…. – Interview de Sarah Sauquet », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/697

1 Paru en chez Eyrolles en 2017 : https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212566260/la-premiere-fois-que-berenice-vit-aurelien-elle-le-trouva-franchement-con

2 https://untexteunjour.fr/2020/03/03/notre-nouvelle-application-un-texte-une-femme/

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube