Archives par étiquette : Lauren Malka

Interview Lauren Malka VADMC

Le goût de soi – Interview de Lauren Malka

Un grand merci à la journaliste Lauren Malka d’avoir répondu à nos questions sur son ouvrage Mangeuses (Les Pérégrines, 2023).

Crédit photographie de couverture : ©N.B.

Tiphaine Martin – Qu’est-ce qui vous fascine dans la nourriture ?

Lauren Malka – Par quel bout puis-je fourcheter une question aussi copieuse ? Je crois que tout me fascine dans la nourriture. Son aspect prosaïque et quotidien – par exemple dans la vie d’un couple -, mais aussi ses dimensions philosophiques, historiques, symboliques, psychologiques… à l’échelle d’une famille ou d’un pays. Il y a quelques années, j’ai écrit un film qui racontait l’histoire de France à travers ses pratiques culinaires (La France aux fourneaux, un documentaire d’archives de 90 minutes présenté par François Morel sur France 5). C’est notamment à travers cette expérience que j’ai pu constater à quel point nous étions nombreux.ses à partager cette passion et à sentir que la nourriture était un prisme unique pour éclairer des questions personnelles et sociétales d’une ampleur infinie. 

T.M. – Comment êtes-vous passée de la consommation à la recherche puis à l’écriture ?

L.M. – Je note à nouveau votre art de formuler les questions ! J’aime beaucoup l’idée de passer d’une phase à l’autre, comme dans un grand « jeu de l’oie » des nourritures : d’abord la case « consommation » puis « recherche » et « écriture ». On pourrait ajouter la « cueillette » en amont de tout cela. C’est vrai que c’est ainsi que je procède pour tout ce que j’ingère comme nourritures terrestres ou intellectuelles. Lorsque je mange un livre, je cherche à tout savoir sur l’auteur·rice, les conditions d’écriture, les enjeux littéraires, politiques de sa réception… De même, lorsque je mange un plat chez quelqu’un, j’aime bien que la personne en parle ou me demander ce que cela raconte d’elle. Même s’il s’agit d’un plat banal ou surgelé. Evidemment, il y a des plats plus chargés sur le plan symbolique ou émotionnel. Une « dafina » servie chez mes parents – c’est un plat traditionnel de la culture juive marocaine – peut engendrer des heures de récits. Tout autre cas de figure : une personne qui ne mange que des aliments de couleur blanche – c’est le cas d’une petite fille que j’ai rencontrée récemment et aussi d’un personnage féminin dans un film d’Isabel Coixet que je mentionne dans mon livre La Vie secrète des mots – inspire plus de recherches et de questionnements. Après la phase « recherche », l’écriture correspond à mon besoin (mon obsession) de ne surtout pas oublier les récits que j’ai cueillis.

T.M. – Vous mélangez avec bonheur les souvenirs personnels, les analyses critiques, les témoignages intergénérationnels, les extraits de livres et de films : votre propre recette d’autrice ?

L.M. – Ce que vous décrivez ici est le pari que j’ai essayé de relever et qui m’apparaissait comme une montagne insurmontable tout au long de l’écriture. Au départ, je menais l’enquête en interrogeant des femmes et des jeunes filles de différents âges et milieux sociaux autour de leur rapport à la nourriture – joyeux, convivial et tourmenté. Et j’écrivais en parallèle, comme je le fais toujours depuis que je suis enfant, un journal intime pour traduire le plus précisément possible ce que je ressentais, ce que cela m’inspirait comme souvenirs ou comme réflexions personnelles. Ensuite, j’ai recueilli des récits d’écrivaines ici et là sur leur rapport à la nourriture. Puis, des analyses de philosophes, de sociologues, d’historien·nes, d’anthropologues…Plus j’avançais, plus la matière que récoltais sur ce sujet était dense et indissociable. Je craignais qu’elle ne devienne indigeste, mais de façon étonnante, avec l’aide de mes éditrices qui m’ont permis d’y voir plus clair et de garder confiance en moi jusqu’au bout, un livre est né. Avec, comme vous le dites, ce mélange de souvenirs personnels, de témoignages contemporains et de recherches historiques et littéraires. Je ne parlerais donc pas d’une « recette », mais d’un chaudron magique dont je ne connais toujours pas la formule !

T.M. – Quel a été le meilleur moment de l’écriture de votre essai ? Le pire (s’il y en a eu un) ?

L.M. – L’écriture est mon métier, mais c’est aussi mon cauchemar. Je ne suis pas sûre de pouvoir poser mes yeux sur une seule ligne de ce livre sans y retrouver des souvenirs mélangés de tortures et de joies intenses (je sais que j’ai l’air de dramatiser mais c’est vraiment ainsi que je le vis de l’intérieur !). La joie vient bien sûr à chaque fois que je réussis à exprimer les intuitions brumeuses qui s’agitent sous mes paupières (et qui me réveillent la nuit)…donc j’alterne entre l’exaltation et l’obscurité ! 

Mais pour vous répondre plus précisément, le moment le plus difficile a probablement été l’écriture du chapitre sur la minceur. Je tenais fort à démontrer certaines fausses croyances sur ce sujet. Et plus je menais mes recherches, plus ma plaidoirie était longue ! Je me suis retrouvée comme face à un immense puzzle de petites preuves innombrables que je devais remettre dans le bon ordre pour que ma démonstration soit flagrante pour tout le monde. C’est probablement la partie que j’ai structurée de la façon la plus minutieuse et complexe.

Le moment le plus facile et le plus jouissif de l’écriture de ce livre, bizarrement, a été la toute dernière partie, consacrée au sujet que je redoutais le plus : les troubles des conduites alimentaires. J’ai senti que je trouverais chez Michel Foucault une interprétation de ce qu’Annie Ernaux appelle « un rêve », à savoir l’expérience anorexique (je n’en dis pas plus pour ne pas révéler la fin). A ce moment-là, tout s’est écrit tout seul, sans moi, de façon presque évidente. Comme si je laissais les écrivain.es et philosophes que j’avais convoqué.e.s dialoguer entre eux.elles, sans intervenir. C’était un vrai bonheur d’écriture !

T.M. – Peut-on manger et boire en vous lisant ? Si oui, que nous conseillez-vous ?

L.M. – Je ne donne jamais de conseil alimentaire… Mais je serais curieuse de vous retourner la question et de savoir si mes « Mangeuses » vous ont ouvert l’appétit. Et, si oui, avec quoi vous les avez garnies ?

T.M. – Y a-t-il une, des conclusion(s) à tirer de votre essai ?

L.M. – Je pense que l’infériorisation des femmes, le fait de les ramener constamment à une nature sauvage, pulsionnelle, pathologique… n’est pas imputable aux hommes, mais à une série de constructions socio-historiques de très longue haleine. À la fin de mon livre, j’évoque la pensée écoféministe. Non pas parce que j’y vois LA réponse à celles et ceux qui, pendant l’écriture de mon livre, me demandaient souvent si « à la fin, elles allaient finir par réussir à manger » ? Comme s’il s’agissait d’un livre de développement personnel ou d’un polar avec un dénouement. Je ne pense pas que l’écoféminisme soit une solution pour que les femmes puissent enfin remplir leurs assiettes tranquillement. Mais j’y vois un retournement philosophique très puissant. Dans l’écoféminisme, les femmes qui – comme je le montre dans mon livre – sont placées en dehors de l’humanité, du côté de l’animalité, de la nature sauvage et donc, dans le cas qui nous intéresse, de la pulsion gloutonne, revendiquent ces attributs et affirment fièrement se placer du côté de la nature et du vivant. Il ne s’agit pas de devenir végétarien.ne, mais de faire cet exercice de pensée écoféministe qui consiste à pivoter à 90 degrés pour changer radicalement de perception du monde, de l’humanité et de la nature.

T.M. – Les hommes peuvent-il vous lire et réfléchir ainsi à leur rapport à la nourriture ?

L.M. – Dans l’introduction de mon livre, je cite un ami d’enfance qui m’a expliqué que son rapport à la nourriture était compliqué car il avait encore, à plus de 35 ans, des goûts d’enfant et ne parvenait toujours pas, me dit-il, à imiter le “clac clac” des mâchoires de Lino Ventura avalant un cuissot de sanglier (pour lui, cette image était le comble de la virilité à laquelle il aurait aimé ressemblé). Le rapport à la nourriture, comme à la sexualité (mais de façon plus insidieuse), cristallise beaucoup de choses de notre rapport au genre. Mon livre se penche sur l’histoire des femmes, sur tout ce qui a construit ou plutôt détraqué leur rapport à l’appétit et au plaisir de manger. Mais je serais ravie qu’en le lisant, les hommes s’interrogent à leur tour sur leur rapport à leur genre et sur ce qui, dans l’histoire ancienne et moderne de la virilité, de façon parfois très silencieuse et invisible, affecte ou éprouve leur quotidien.

T.M. – Quels sont vos projets ?

L.M. – J’en ai plusieurs sur le feu. Mais je n’ai pas encore soulevé les couvercles de ces chaudrons magiques pour savoir ce qui s’y mijotait ! Je vous tiendrai informée.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Lauren Malka, « Le goût de soi – Interview de Lauren Malka », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/11953

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube