Archives par étiquette : Le Deuxième Sexe

Les Aristochats, remake de New York-Miami ?

Genre : miaous in love.

Les Aristochats, vingt-cinquième long-métrage des Studios Disney (1970), n’est pas uniquement une comédie policière et une comédie romantique. C’est aussi, dans une certaine mesure, le remake de New York-Miami (It Happened One Night, 1934), film de Franck Capra.

Dans ce film trépidant, la riche héritière Ellen Andrews (Claudette Colbert) parcourt les États-Unis d’ouest (Miami) en est (New York) afin de retrouver clandestinement l’homme qu’elle aime, le bellâtre King Wesley (Jameson Thomas). Dans son odyssée, elle est accompagnée de Peter Warne (Clark Gable), journaliste alcoolique qui flaire le scoop du siècle. Bien évidemment, la bourgeoise et l’homme de la rue vont se disputer tant et plus, avant de se rapprocher, puis de se séparer sur un malentendu. Et, bien entendu, ils finiront ensemble, in extremis.

La ressemblance physique entre Clark Gable et Thomas O’Malley a été soulignée dès la sortie du film1. Elle est tout à fait visible, par exemple, à la fin du film, lorsque Madame de Bonnefamille (tout un programme) coiffe O’Malley d’une raie au milieu de la tête. L’anthropomorphisme du dessin le fait alors semblable à Clark Gable dans ses meilleures mimiques d’air surpris.

Duchesse, par contre, n’a ni l’allant ni le punch de Claudette Colbert/Ellen Andrews. Cependant, leurs personnages se ressemblent, car, très jolies, elles se laissent guider par leur mâle favori, O’Malley pour l’une, Warne pour l’autre. Vu depuis cet angle, le scénario des Studios Disney est bien plus réactionnaire, en pleine poussée néo-féministe, que celui de Robert Riskin pour le film de Capra, tourné quinze ans après l’obtention du droit de vote pour les femmes.

En effet, Duchesse ne prend aucune initiative, sauf lorsqu’elle se trouve enfermée dans un sac, puis dans la cuisinière avec ses chaton·nes à la fin du film, et qu’elle demande à la souris Roquefort d’aller quérir O’Malley. Par contre, Ellen sait se transformer en objet sexuel au bord de la route, afin qu’un conducteur s’arrête et la prend en stop ainsi que Peter. Plus haut dans le film, elle sait, presque, repousser le harcèlement sexuel d’un passager du bus qu’elle a pris pour rejoindre son fiancé King. Au tout début du film, elle se jette à l’eau pour partir à l’aventure, à l’instar de Jacqueline Vignol (Danielle Darrieux) dans Mademoiselle ma mère (Henri Decoin, 1937). À la fin, elle finit par refuser, au pied de l’autel, d’épouser son promis qu’elle n’aime plus et court rejoindre Warne. Tout cela n’en fait cependant pas un film féministe, pas plus que celui de Disney.

Les ressemblances sont ailleurs. Duchesse et Ellen sont confrontées à des choix amoureux, dans une difficile balance entre fidélité et nouveauté stable. Le but de Duchesse dans Les Aristochats est de retourner chez elle, c’est-à-dire auprès de son humaine, Madame de Bonnefamille. Celui d’Ellen est de retrouver son King adoré et de se marier avec lui. Toutes deux rencontrent un charmant chenapan, qui connaît mieux la vie qu’elles-mêmes et auprès desquels elles  sont en sécurité lors de leur trajet vers leur nouveau bonheur.

Celui-ci est jalonné d’incidents divers, plus ou moins comiques. Au harcèlement sexuel dans le bus et à la fessée donnée à Ellen par Peter (dont Simone de Beauvoir notait la violence dans Le Deuxième Sexe2, sous couvert de remettre à sa place une fille de riche) répond en un écho diffracté les peurs de Duchesse quand le laitier lui crie dessus et qu’elle doit sauter très rapidement du camion avec ses enfants, puis quand le train arrive et qu’elle serre ses enfants contre elle, et lorsque sa fille Mary tombe dans le courant du fleuve depuis le pont du chemin de fer. Peurs que montre moins O’Malley.

Plus drôles, quoique aussi significatives du patriarcat en acte, sont, d’une part, la remise à sa place d’Ellen dans la file d’attente des douches du camping par les femmes de la classe populaire (la démocratie en acte) et la réprobation des oies, touristes britanniques en mal d’exotisme continental, face au non-mariage de Duchesse et de Thomas, pourtant pourvu d’enfants, dont un petit rouquin, Toulouse, qui a la même initiale de prénom, la même couleur que O’Malley et le même caractère aventureux. Apprenant que Thomas est simplement un accompagnateur et non un père ou un beau-père, les jumelles oies chaperonnent Duchesse. De même, inconsciemment, les passagères et passagers du bus chaperonnent Ellen.

Et dans les scènes à deux, soit ce sont les couvertures « trompettes de Jéricho » qui sauvegardent la virginité d’Ellen dans le mobile-home (gag repris par François Truffaut dans Les Deux Anglaises et le Continent en 1972), soit c’est la présence en arrière-plan de Mary, Berlioz et Toulouse qui désexualise le duo amoureux de Thomas et Duchesse sur le faîte des toits parisiens, par une belle nuit étoilée.

Formation de couples solides d’une part (Ellen et Peter, Duchesse et Thomas), évacuation des méchants intéressés d’autre part (King, Edgar), tout en retrouvant les gentil·les (le père d’Ellen, Madame de Bonnefamille), le voyage est riche en apprentissages et influe sur le retour au bercail des héroïnes.

Cet heureux dénouement – puisque un retour chez soi est forcément bien – n’est possible que parce qu’un homme de leur âge leur a fait découvrir un univers différent du leur : la longue coulée populaire étasunienne aux temps de la Grande Dépression (New York-Miami), versus la bohème cosmopolite française du début du vingtième siècle (Les Aristochats).

Les réalisateurs sont fidèles à leur centre d’interêt, tous deux situés à droite de l’échiquier politique USA. Capra trace le portrait de gens ordinaires en proie aux désordres sociaux et que seule une gestion collective et le respect des institutions garantissent contre la pauvreté et l’anarchie, comme il l’a déjà fait dans La Ruée (1932), description qu’il poursuit avec L’Extravagant M. Deeds (1936), Vous ne l’emporterez pas avec vous (1938), M. Smith au Sénat (1939), L’Homme de la rue (1941), et, bien entendu, La Vie est belle (1945). Comme souvent, le personnage féminin est snob et doit apprendre à vivre loin des fausses valeurs de la richesse-cocon et du mépris de classe. Ellen découvre une vie quotidienne difficile et peu confortable, qu’elle semble adopter à la fin du film, en revenant avec Peter dans le mobile-home où ils ont déjà passé une chaste nuit, plus haut dans le film.

Chez Disney, outre la valorisation de la famille et du couple, on louche toujours autant vers l’Europe, sa littérature et ses beaux-arts3, mais cette fois au sein de la narration et sans trop de racisme4. Loin du roi-singe à la voix de musicien de jazz du Livre de la Jungle (1967), et en attendant la fête politique5 de Robin des Bois (1973), Duchesse et ses chaton·nes découvrent le Paris des artistes, celui de Maurice Chevalier et celui des musiciens immigrés, au sein duquel Walter-Giuseppe-Désiré-Thomas O’Malley (Abraham-De Lacey-Giuseppe-Casey en VO) se trouve comme un chat devant un bol de crème.

Maurice Chevalier ouvre le film, en voix off chantée. Symbole du French Lover dans les années trente à Hollywood, puis, entre autres, oncle bourgeois, sémillant et parisien dans le Gigi de Minelli en 1958, qui se déroule au début du vingtième siècle, il prête son talent à la chanson-phare des Aristochats, lorsque la calèche de Madame de Bonnefamille dépose toute la famille à demeure, loin de la marche harassante de Duchesse, O’Malley et des chaton·nes tout au long du film. Un clin d’œil à l’origine populaire de Chevalier et à son symbole de chanteur, le canotier, surgit lors de la fête endiablée dans la « piaule » (VF) de Thomas : Berlioz et Toulouse dansent sur le chapeau, qui s’effrite sous leurs pattes. Malice des scénaristes et des dessinateurs, qui souhaitent montrer que la verve de Maurice n’est pas en phase avec le scat ? Ou, au contraire, qu’il est partout ? Pique nord-américaine vis-à-vis d’un artiste européen ayant fait une carrière internationale ? Dans tous les cas, Maurice est présent dans les deux classes sociales représentées dans Les Aristochats.

Et la fameuse scène de la fête cosmopolite, loin de la ségrégation en vigueur aux USA au début du XXe siècle, chez O’Malley (dont la multiplicité des prénoms atteste d’un enracinent mondial), permet l’entente au-delà de la différence ethnique, et ce, grâce à la musique. N’oublions pas Duchesse, qui se fait entendre, seule femme parmi les hommes de sa génération, via une harpe. Le classique, musique aristocratique et bourgeoise, envahit un instant l’espace populaire, avant que le scat ne reprenne de plus belle, pour une nuit de folie, de chants, de danses et trémoussements divers et variés, pour notre plus grand bonheur.

Bonheur ravivé à l’extrême fin, alors que O’Malley, tout comme Warne, a intégré sa nouvelle classe sociale. Car, comme dans New York-Miami, c’est finalement le populaire qui l’emporte sur la bourgeoisie, la multiplicité sociale sur la classe unique, le mouvement sur le statique. Peter emporte Ellen loin de l’autel où, poupée blanche, elle allait se figer à nouveau au sein de sa classe, pour une nuit et un voyage de noces – et plus, peut-être – en compagnie des gens du peuple. Madame de Bonnefamille agrandit sa famille avec Thomas, sa bande de chats de gouttière, ainsi que les chiens de campagne Napoléon et Lafayette. C’est alors que son sous-sol, telle une cave pré-existentialiste, peut retentir des rythmes sonnants et trébuchants du scat, dans un final stroboscopique.

Deux belles fins pour deux deux films similaires, qui nous laissent essoufflé·es, mais heureuses et heureux d’avoir participé à toutes ces aventures.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les Aristochats, remake de New York-Miami ? », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6452

1 https://news.google.com/newspapers?nid=2194&dat=19701218&id=kr0yAAAAIBAJ&pg=2560,1843732&hl=en

2 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., Paris, Gallimard, 1987, p. 105.

3 Cf. notre article « Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet », Voyages autour de mon cerveau. URL : https://vadmc.hypotheses.org/71

4 Fleur Hopkins-Loféron, « Disney en débat », Disney Héritage, La Septième Obsession, hors-série n°8, p. 127-128.

5 Cf. notre article « Robin des Bois, Disney politique ? », Voyages autour de mon cerveau. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6274

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Sylvestre et Brétecher VADMC

Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher

La deuxième vague des féminismes du vingtième siècle a renouvelé les discours frondeurs des femmes, comme en témoignent, parmi mille autres, la chanson « Bergère» d’Anne Sylvestre (Une sorcière comme les autres, 1975) et les aventures de la princesse Cellulite de la bédéaste Claire Brétecher (publiées entre 1969 et 1977).

La bergère d’Anne Sylvestre et la gente dame de Brétecher utilisent à plein leurs libertés langagières et sexuelles, au grand dam des hommes, qui ont parfois du mal à comprendre que les temps changent.

Cellulite est laide, grossière, jure et attrape les hommes comme des mouches, du moment qu’ils lui ont tapé dans l’œil. La mauvaise foi est son quotidien, de même que les hurlements à la moindre entrave à ses désirs. Très attachante dans sa joyeuse démesure, elle est l’anti-Disney, graphiquement et psychologiquement.

De même pour la bergère, qui se fiche de son physique anti-Fragonard et anti-Boucher, tout en profitant de l’existence. Elle récuse la dépréciation du noble qui la courtise en lui renvoyant à son physique au minimum banal :

Ce que votre grand père

Ne vous a pas expliqué

C’est que je les préfère

Un peu mieux baraqués

Elle pique là où ça fait mal, soit la supposée puissance sexuelle de l’homme qui la drague. Comme chez Cellulite, ce ne sont plus les hommes qui « condescendent » à s’intéresser à telle ou telle femme, jaugée à l’aune de son physique et du mythe de la féminité en cours (voir l’analyse de Simone de Beauvoir à ce sujet dans Le Deuxième Sexe), mais la femme qui décide quel sera son partenaire sexuel. Et bien sûr, pique d’Anne Sylvestre à cette occasion, puisqu’elle reprend les clichés associées aux militantes féministes : peu gracieuses, sans poitrine pigeonnante et sales – un cliché déjà utilisé vingt ans auparavant par les anti-existentialistes pour mieux ridiculiser les jeunes femmes de Saint-Germain-des-Prés.

La bergère et Cellulite luttent contre des stéréotypes genrés qui les relègueraient dans la case « victime », « laissées-pour-compte », et prennent la parole sur le mode allègre, humoristique et abrasif de leurs créatrices. Belle conclusion pour le « coq » macho que celle de la bergère, qui lui révèle que sa fiancée, elle aussi, n’est pas là à sécher sur place à attendre qu’il la « comble » lors de leurs prochaines noces :

Elle est pas mal du tout

Et puis elle est pas fière 

Elle s’amuse sans vous 

Avec mon petit frère

Dans le pré en dessous

La sororité, la lutte des classes et le libre désir ont vaincu le vilain miso. Et, pendant ce temps, Cellulite continue à vagabonder, à l’affût de chair fraîche, en toute sérénité, pour l’éternité, car, oui, les temps ont changé.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher »,  Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6389

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Mãe Senhora, Zélia Gattai, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Jorge Amado - Salvador-Bahia

Simone de Beauvoir au Brésil : dévoilements croisés

Heci Regina Candiani est Docteure en Sciences Sociales de l’Universidade Estadual de Campinas (Unicamp), Brésil. Son article fait partie d’un collectif, un grand merci à elle d’y participer.

Crédit image de couverture : ©Fundação Casa de Jorge Amado

Description image de couverture : Mãe Senhora (prêtresse du candomblé), Zélia Gattai, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Jorge Amado à Salvador/Bahia.

Résumé : Le voyage de Simone de Beauvoir au Brésil en 1960, avec Jean-Paul Sartre, est rapporté par Beauvoir dans La Force des choses. Dans ce livre, Beauvoir décrit la diversité culturelle, des pratiques religieuses brésiliennes d’origine africaine, l’amitié avec Zélia Gattai et Jorge Amado, des processus politiques du pays. Mais Beauvoir a aussi produit un dévoilement des interactions entre intellectuels français et brésiliens. Dans cet article, le récit de voyage de Beauvoir, les documents sur ses deux conférences sur la situation des femmes (à Rio de Janeiro et São Paulo), et les mémoires de deux écrivaines brésiliennes — Zélia Gattai, importante mémorialiste, et la conteuse et romancière Lygia Fagundes Telles — sont revisités à partir de la conception du champ culturel de Pierre Bourdieu.

Abstract: Simone de Beauvoir’s trip to Brazil in 1960, with Jean-Paul Sartre, is described by Beauvoir in Force of Circumstance. In this book, Beauvoir portrays the cultural diversity, the Brazilian religious practices of African descent, the friendship with Zélia Gattai and Jorge Amado, the country’s political processes. But Beauvoir also produced an unveiling of the interactions between French and Brazilian intellectuals. In this article, Beauvoir’s travelogue, the documents about her two conferences on the situation of women (in Rio de Janeiro and São Paulo) and the memoirs of two Brazilian writers – Zélia Gattai, important memorialist, and the storyteller and novelist Lygia Fagundes Telles – are revisited applying Pierre Bourdieu’s conception of the intellectual field.

Le 19 janvier 1960, le Jornal do Brasil, l’un des principaux quotidiens brésiliens à l’époque, confirma en première page la venue, jusqu’alors hypothétique, de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir en août au Brésil. Dans la page littéraire, le journaliste ajouta que Sartre1, invité pour des conférences à Recife et Rio de Janeiro, donnera bientôt sa « confirmation définitive » sur son voyage et que Simone de Beauvoir pourrait écrire un livre sur le Brésil, « à l’exemple de ce qu’elle a fait avec les États-Unis et la Chine »2.

©Heci Regina Candiani

Lorsque Sartre et Beauvoir s’embarquèrent pour le Brésil, la tradition de récits des voyageurs français était établie depuis longtemps. Au XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire, Hercule Florence, Arthur de Gobineau, Francis de Castelnau, Alfred Martinet et Alcide d’Orbigny, entre autres, avaient écrit leurs rapports dexpéditions françaises en terre brésilienne. Les échanges culturels et scientifiques entre intellectuels brésiliens et français étaient bien consolidés au début du XXe siècle3 et se sont renforcés particulièrement après l’action de Georges Dumas et la mission universitaire française (1934-1940), qui a contribué à la création de l’Universidade de São Paulo (USP), un projet d’enseignement universitaire destiné aux élites locales4. Deux membres de la mission, Claude Lévi-Strauss et Roger Bastide, venaient de publier leurs livres sur le pays : Tristes Tropiques (1955), Brésil, terre des contrastes (1957) et Les Religions africaines au Brésil (1960)5. Par ailleurs, l’Amérique Latine et surtout le Brésil étaient importants pour les politiques d’action culturelle française à l’étranger6. En 1959, le ministre de la Culture, André Malraux, visita le Brésil.

De leur côté, les élites intellectuelles et politiques brésiliennes cherchaient en France des ressources de prestige : études pour leurs fils, références artistiques, modèles de comportement social et raffinement de l’esprit. La production culturelle française était fréquemment mise en valeur dans les pages des quotidiens et hebdomadaires du pays. Les lecteurs, qui dans le Brésil de cette époque étaient plutôt issus de la bourgeoisie et de la classe moyenne, se tenaient au courant des derniers succès français, tant dans le roman qu’au théâtre et à l’opéra, sans compter les traductions d’œuvres françaises7.

Ce bref aperçu de la coopération et des échanges culturels franco-brésiliens nous montre que, quand Beauvoir a, en effet, écrit sur le pays dans le chapitre X de La Force des choses (1963), elle établit une relation avec les contextes intellectuels du Brésil et de la France. En lisant Beauvoir à partir des analyses du champ intellectuel de Pierre Bourdieu8, nous pouvons dire que l’écriture beauvoirienne transgresse les aspects du projet mémorialiste : l’autrice de l’écriture de soi se retire et sa place est prise par la narratrice qui observe, note, débat avec des pairs, réfléchit. Le texte peut être lu comme un dévoilement des quelques spécificités et logiques du fonctionnement interne du champ intellectuel, cet « espace des possibles »9, où les souvenirs individuels, les relations, une certaine vision du monde partagée et la réaffirmation de l’engagement politique sont les matériaux de l’expérience vécue qui constituent l’œuvre.

Dans cette optique, il est compréhensible que les élites brésiliennes aient une forte attente, même un désir, d’être le sujet d’un nouveau récit de voyage français. C’est un souhait qui, exprimé d’une manière apparemment sans prétention, expose, en fait, la hiérarchie entre les champs intellectuels nationaux, dans laquelle la France occupait une position centrale et le Brésil, la périphérie.

Soulignons que Beauvoir se positionne dans un espace clairement dominé par les hommes comme voyageuse et écrivaine qui se réapproprie un passé de biens symboliques, une tradition des récits sur ce lieu. Cette tradition est celle des voyageurs français, qui ont cristallisé un genre, un thème et des procédures de description. Le texte de Beauvoir a en commun avec ces textes masculins les descriptions de la nature et de la société brésilienne : les collines, les palmiers, les gens ; le climat, les plages, les rues, les canaux et les marchés ; des aspects culturels (jogo do bicho, churrasco, cachaçafavelas), des détails sur la nourriture, les logements, les plantations de cacao et de tabac, lextraction de pétrole. Ses descriptions sont toujours en dialogue avec la tradition du genre littéraire viatique. Guillaume Thouroude expose quelques caractéristiques de ce genre :

Les codes scripturaires du texte renvoient ainsi à la constitution d’une grammaire territoriale où les lieux sont à la fois le contenu du récit et la forme qui encadre le récit. (…) L’une des manières les plus remarquables d’« inventer » son territoire de voyage et de séjour est de tisser une forte matière subjective avec le territoire et ses habitants.10

Le code des œuvres viatiques avait déjà formaté le public et les attentes de celui-ci. Quand Beauvoir décide d’inclure son récit dans ses mémoires, elle dialogue à partir de sa situation, ou sa position dans le champ, avec ce passé. C’est-à-dire avec des représentations sociales figées sur le Brésil et, en terre brésilienne, des récits français. Il est vrai qu’elle minimise l’importance de ce passage dans ses mémoires, évoquant la liberté de ses lecteurs et lectrices et les avertissant : « ceux que ce reportage ennuiera pourront toujours le sauter »11. Mais ce qu’elle fait dans ces pages est beaucoup plus qu’être une journaliste rapportant des événements-types et réalisant un souhait exprimé par le pays où elle a été accueillie.

Tout au début de son récit, Beauvoir nous raconte qu’avant d’embarquer, le peintre Cícero Dias a organisé un dîner à Paris pour elle et Sartre. Dias était directement impliqué dans la promotion de ce voyage : il établissait des contacts, réservait des billets, parlait aux journalistes. Le dîner a réuni des intellectuels et des artistes brésiliens. Di Cavalcanti et Gilberto Freyre, entre autres, y ont participé. Sartre et Beauvoir échangeaient avec eux des informations, des lectures, des interprétations sur le Brésil, en d’autres termes, un capital symbolique. Un rituel d’interactions pour que les agents du champ intellectuel se reconnaissent, en réaffirmant la sphère d’influence de l’existentialisme, qui était alors en conflit avec d’autres forces de l’intelligentsia française12.

Pendant leurs deux mois au Brésil, Beauvoir et Sartre ont visité les villes de Recife (où ils commencent le voyage, en raison d’une conférence de Sartre), Olinda, Salvador, Ilhéus, Rio de Janeiro, São Paulo, Belo Horizonte, Brasília, Araraquara, Belém, Manaus, Fortaleza, Juazeiro do Norte et d’autres endroits. Le voyage avait des objectifs clairement politiques et le récit aussi. Comme le souligne Annabelle Martin-Golay, le tome 2 de La Force des choses :

[…] est entièrement dominée par la guerre d’Algérie, à laquelle sont consacrées près de quatre cent pages – à l’exception du récit de voyage au Brésil en 1960, où, bien que lui parvenant par échos réfractés, la situation algérienne demeure pour elle un souci «brûlant »13.

Au-delà de l’intention de « connaître un pays sous-développé, semi-colonisé, où les forces révolutionnaires étaient encore, pour longtemps peut-être, enchainées »14, il y avait une question directement liée au conflit des forces intellectuelles et politiques par rapport à l’Algérie. En 1959, le ministre français de la Culture, André Malraux, voyageait au Brésil. Sa visite servait officiellement à renforcer les liens culturels et économiques entre les deux pays, mais, selon Beauvoir, fut une « tournée publicitaire »15 pour le gaullisme et l’action française en Algérie, dans laquelle une partie des discours, écrit Beauvoir, a attaqué Sartre directement. Visiter le Brésil, donc, selon les intellectuels brésiliens rencontrés par Sartre et Beauvoir en France, serait un moyen de lutter contre Malraux, d’étendre la diffusion des idées existentialistes en Amérique Latine et de servir les intérêts du peuple algérien : « leur insistance emporta notre décision »16.

Cependant, Beauvoir ne se limite pas et ne s’arrête pas aux descriptions. Son écrit se lance bientôt dans une approche sociologique et anthropologique. Beauvoir donne au candomblé une grande place dans son texte, rapportant sa consultation avec Mãe Senhora, une importante Ialorixá de Bahia, ainsi que les rituels. Dans le récit, il est clair que l’expérience de la religion originaire d’une partie du continent africain est également un rapprochement avec « l’intelligentsia progressiste », encore une fois, avec l’échange de biens symboliques. Au Brésil, depuis les années 1930, le candomblé est un sujet de recherche important dans le domaine des sciences humaines, en particulier à Bahia. Dans les années 1960, les intellectuels brésiliens parlent toujours de son fort caractère politique, exprimant la résistance de la population noire à la répression et à la violence subie depuis la diaspora17.

C’est à travers l’intermédiaire de deux intellectuels de gauche, l’anthropologue Vivaldo Costa de Lima et l’écrivain Jorge Amado, que Beauvoir et Sartre abordent le candomblé :

Solidement enraciné dans la terre brésilienne, il y jouissait d’une situation privilégiée : dans le moment où un pays travaille à surmonter ses divisions, il honore comme des héros les écrivains et les artistes qui lui reflètent l’unité nationale à laquelle il aspire. Tout ce qui savait lire au Brésil connaissait Gabriella et dans aucun pays je n’ai vu un auteur jouir d’une si universelle popularité. Aussi à l’aise dans un « quartier d’invasion» que chez un milliardaire, il pouvait nous introduire chez le président Kubitschek comme chez la « mère des saints »18.

Vivaldo Costa de Lima a été l’un des principaux représentants d’un groupe qui cherchait à produire des études « plus systématiques », selon lui, sur le candomblé, à partir d’une compréhension de la liaison des pratiques religieuses d’origine africaine avec les conditions matérielles, ethniques/raciales de la population. L’idée de ce groupe était de surmonter ce que Lima considérait comme des « études plus descriptives », comme ceux de Pierre Verger, avec qui il a collaboré, et de Roger Bastide19.

Quand Beauvoir écrit sur le candomblé, elle reproduit et légitime l’interprétation de Lima. Sa compréhension des rituels est directement liée aux inégalités entre les classes sociales au Brésil. Avec Lima, elle débat des transes et de la relation entre le candomblé et le rejet des pressions du capitalisme blanc sur une population majoritairement noire et appauvrie. Elle dit :

[…] si les intellectuels progressistes lui [au candomblé] accordent tant d’attention c’est parce que — en attendant les changements auxquels ils aspirent — il maintient chez les déshérités le sentiment de leur dignité20.

La question du genre n’échappe pas à Beauvoir :

[…] nous entrâmes dans un hangar mal éclairé, où des femmes harassées foulaient de leurs pieds nus des feuilles de tabac ; à l’odeur âcre des plantes mortes s’ajoutait celle des latrines, où des monceaux d’immondices se décomposaient au soleil, et j’avais l’impression d’un enfer où des femmes étaient condamnées à piétiner leurs excréments. A la sortie, elles se ruèrent pour se tremper les pieds dans un filet d’eau boueuse : pas de lavabos, pas de fontaine et pourtant à quelques pas coulait un fleuve. Beaucoup d’ouvrières portaient des colliers sacrés. « Ah ! dit Vivaldo à l’une d’elles, vous êtes fille d’Oxun ? » Il l’interrogea sur les candomblés de Cachuera. D’abord hésitante, elle s’illumina, nous dit-il ensuite, quand elle comprit qu’il était lui-même un initié. Je réalisai pleinement, ayant vu l’abjection où ces femmes étaient maintenues, quel miracle accomplit le candomblé.21

À Rio, les activités de Sartre et Beauvoir étaient intenses. Ils ont établi un nouveau réseau de relations intellectuelles et artistiques avec la gauche brésilienne, tout particulièrement les communistes. Zélia Gattai et Jorge Amado, qui habitèrent à Paris pendant les quelques années de leur exil politique volontaire22, étaient les promoteurs de ces contacts. Sartre et Beauvoir ont beaucoup travaillé. Dans une lettre à Nelson Algren, elle écrit :

On nous a logés à Copacabana au-dessus de la plage argentée et du grondant océan bleu-vert sans limite : du matin au soir des gens nagent et se bronzent, des enfants lancent des cerfs-volants. J’aimerais m’étendre sur le sable moi aussi, mais trop de devoirs : conférences, rencontres, déjeuners, dîners, et surtout je veux essayer de voir quelque chose de ce monde.23

Jorge Amado s’occupait de l’agenda de Sartre et de Beauvoir, organisait les rencontres, conférences, réunions, visites tout en les protégeant des contacts importuns. Beauvoir a rencontré Oscar Niemeyer et Lúcio Costa, les architectes qui ont conçu Brasília, l’écrivain et éditeur Rubem Braga, l’écrivain, médecin et politique Josué de Castro, le dirigeant communiste Luís Carlos Prestes (à propos duquel Beauvoir avait lu le livre de Jorge Amado, Le Chevalier de l’espérance), l’écrivain Antonio Callado. Ces relations lui donnent une vision étendue de l’époque et elle décrit les interactions du champ intellectuel, la solidarité, le sentiment d’appartenance, la légitimation des agents du champ intellectuel et leurs stratégies. Le pays venait de construire une nouvelle capitale, un projet en ligne avec l’industrialisation et la perspective de développement industriel du président Juscelino Kubitschek, après le gouvernement autoritaire de Vargas. L’ambiguïté de la relation que l’intelligentsia communiste, officiellement illégale, entretenait avec le président, ainsi que les particularités de la campagne en vue des élections présidentielles, sont remarquées par l’autrice.

Dans son récit, Beauvoir met toujours en évidence les problèmes sociaux du pays, qui se répètent à chaque destination (la faim, l’analphabétisme, la condition et formation des travailleurs brésiliens), mais qui ont aussi des spécificités locales. Elle ouvre son texte et ses réflexions aux préoccupations sociales et dispositions, aux thèmes et œuvres de cette l’intelligentsia de gauche, avec qui elle interagit. Beauvoir parle à partir de sa situation : philosophe et écrivaine, analyste de la condition des femmes, existentialiste. Ses observations sur le Brésil reprennent clairement des idées qui ont circulé parmi les groupes communistes et socialistes et qui cherchent à se consolider en tant qu’interprétations légitimes et hégémoniques de la société brésilienne. Par exemple :

la situation du Brésil rappelle celle de l’Italie, le Nord et le Sud s’inversant […] le prolétariat est conscient et il a des moyens pratiques de lutter : mais sa situation n’est pas révolutionnaire. Quant à la petite bourgeoisie […], ici, l’industrialisation autorise ses espoirs et elle accepte l’ordre établi24.

Beauvoir établit aussi un dialogue avec la littérature dAmado qui, avec ces propres caractéristiques, est très engagé politiquement. Ses livres présentaient à Beauvoir les travailleurs agricoles, portuaires, domestiques, les héritages sociaux de l’esclavage, de la classe ouvrière des grandes villes. Amado était son « interlocuteur privilégié »25. Dans le texte beauvoirien, quelques éléments de la littérature d’Amado occupent une part importante du texte. Beauvoir s’attarde beaucoup sur les observations des conditions de vie, de travail et de logement des communautés des favelas, en les opposant au confort et aux privilèges de la haute et petite bourgeoisie. Son texte est chargé de critique sociale, notamment des observations sur les conditions matérielles de vie. La profondeur réelle et le caractère corrosif du racisme brésilien échappent à Beauvoir, mais sa manifestation plus évidente, la ségrégation, non :

Jusqu’à un certain point aussi, les Brésiliens refusent le racisme. […] Et jamais nous n’avons aperçu dans les salons, les universités, ni dans nos auditoires un visage chocolat ou café au lait. Sartre en fit tout haut la réflexion pendant une conférence, à Saint-Paul, puis il se ravisa : il y avait un Noir dans la salle ; mais c’était un technicien de la télévision. La ségrégation est économique, soit ; le fait est que les descendants des esclaves sont tous restés prolétaires ; et dans les favellas, les pauvres Blancs se sentent supérieurs aux Noirs26.

L’écrivaine ne réserve qu’une phrase dans son récit à la conférence sur la condition de la femme qu’elle a présenté à Rio27. Ce fut pourtant un moment important du voyage : la première conférence publique de Beauvoir en tant qu’intellectuelle, parlant des idées du Deuxième Sexe, un livre qui venait d’être traduit et publié au Brésil. Son discours eut lieu le 25 août à la Faculdade Nacional de Filosofia (FNF). Cependant, contrairement aux discours de Sartre, les reportages détaillés sur la conférence de Beauvoir sont rares. Le Jornal do Brasil a publié le texte plus long, mettant en évidence le thème de cette rencontre.

Tout au long de la conférence, selon le Jornal do Brasil, Beauvoir s’est adressée à un public majoritairement féminin, a évoqué l’objectivation des femmes, l’absence d’un destin biologique ou psychologique qui définirait « l’être femme », les conditions qui produisaient la dépendance économique par rapport aux hommes, en plus de dresser un bref historique de la situation des femmes. Ensuite, elle a réaffirmé la participation à la vie sociale, économique, culturelle et politique en tant que choix, soulignant l’indépendance des femmes à travers leur propre travail28.

 

Beauvoir conf. Deuxième Sexe Brésil

Conférence de Simone de Beauvoir à Rio de Janeiro sur Le Deuxième Sexe

©Jornal do Brazil

 

Le quotidien brésilien rapporte que « l’épouse de Jean-Paul Sartre, qui [Sartre] n’était pas présent », a reçu « une ovation debout, mais qu’une minorité du public a simplement souri, un peu incrédule, surtout à la fin, lorsque l’orateur a conditionné l’émancipation de la femme à un monde qui a une autre organisation économique » 29. Cette phrase est importante, car elle renvoie à la critique explicite de l’ordre économique capitaliste présent dans la pensée de Beauvoir, exprimant une vision du monde de gauche et anti-patriarcale à laquelle les bourgeoisies brésiliennes ne souscrivaient pas. L’association de ces idées ne circulait pas impunément parmi les élites brésiliennes, qui constituaient l’audience de la conférence, et a causé un malaise. Le titre du reportage délégitimait la conférencière : « Simone de Beauvoir sans Sartre : dans le monde de l’homme, la femme est encore un objet ». En portugais, la combinaison de mots dans le titre est assez habile pour transformer Beauvoir en objet de Sartre lorsqu’elle rapporte son discours contre l’objectivation des femmes.

D’autres publications mettent à mal le discours beauvoirien. Le Diário de Notícias a écrit: « l’atmosphère [de la conférence] n’a rien à voir avec les réunions ridicules de revendications des femmes » et « c’est une erreur de qualifier l’écrivaine de féministe 30. « La femme d’aujourd’hui prend conscience et peut aider les hommes en tout, dit Simone »31. C’était le titre d’un court texte publié dans O Jornal. Un autre quotidien, Última Hora, a intitulé son texte « Sartre a emmené une foule pour entendre Simone de Beauvoir » et a qualifié de « blagues » certaines critiques de Beauvoir sur l’immanence associée au travail domestique, tout comme sa critique de la féminité traditionnelle32.

Bourdieu souligne que, dans le fonctionnement du champ intellectuel, il y a des barrières, des questions qui ne peuvent pas être posées, car elles déstabilisent son fondement, et le champ intellectuel réagit à ce processus en essayant de délégitimer les innovations33. Le fait que les idées de Beauvoir ont déstabilisé le champ intellectuel français, lors de la publication de Le Deuxième Sexe, est bien connu. Mais au Brésil, le féminisme était encore rejeté par les élites. Une femme intellectuelle qui faisait de la critique sociale féministe et la défense d’un nouvel ordre économique menaçait le statu quo.

Le séjour de Beauvoir et Sartre à Rio a été interrompu par une visite d’une semaine à São Paulo :

Conférences de presse, télévision, rencontres, discussions avec de jeunes sociologues et de jeunes économistes, signatures de livres, déjeuners avec des écrivains, visite au Musée avec un groupe de peintres qui nous regardaient — quelle épreuve ! — regarder leurs tableaux : nous ne chômâmes pas. Plus nous les connaissions, plus nous avions de sympathie pour les intellectuels brésiliens. Conscients d’appartenir à un pays qui monte et de qui dépend l’avenir de toute l’Amérique Latine, leurs travaux étaient pour eux des actions où ils engageaient leur vie ; leur curiosité était vaste et exigeante ; en général très cultivés, d’esprit rapide, il était profitable et plaisant de causer avec eux. Ils avaient un souci aigu des problèmes sociaux34.

À São Paulo, le 7 septembre, dans l’auditorium de la Fundação Armando Álvares Penteado, Beauvoir a donné une autre conférence sur la situation des femmes. La couverture journalistique de ce deuxième discours apporte des éléments encore plus intéressants à la compréhension de la place des femmes intellectuelles et au débat sur les inégalités de genre dans le champ intellectuel brésilien.

Le quotidien O Estado de S. Paulo, encore aujourd’hui l’un des journaux parmi les plus traditionnels du pays, et représentatif des intérêts de l’élite la plus conservatrice sur les questions politiques et sociales, était curieusement celui qui se concentrait le plus sur la pensée de la philosophe. Dans un court texte publié le lendemain de la conférence, le journaliste résume les principales idées de Beauvoir sous forme de citations : « l’éternel féminin est une fausse notion » ; « les droits abstraits des femmes, comme le droit de vote, ne suffisent pas » ; « la dépendance à l’égard des femmes existe parce qu’elles vivent dans un monde masculin »35. Le quotidien a également publié, deux jours après la conférence, une interview exclusive mais courte de Beauvoir et une critique de L’Invitée.

Ce traitement critique a été une exception. La couverture médiatique donnée à la deuxième conférence était assez hostile, surtout si on la compare à celle des activités et des idées de Sartre36. Le Diário da Noite, par exemple, qui circulait à São Paulo, se limitait à une brève note dans laquelle il ne reproduisait que les opinions du public sur la conférencière (« ennuyeuse », « fabuleuse », « monotone », « formidable », « la grande majorité était vraiment déçue par l’écrivaine »)37, sans aucune référence au thème de la conférence. Le Correio Paulistano était également limité à quelques lignes sur Beauvoir et le public, sans entrer dans le détail du thème de la conférence et le titre était lapidaire : « Condition de la femme »38. Quelques jours plus tard, il mentionne Beauvoir dans l’une de ses chroniques, affirmant que « Simone de Beauvoir, par exemple, ignore totalement l’amour quand il s’agit de la vie des femmes »39.

Simone de Beauvoir était pleinement consciente de la résistance du public brésilien à ses idées. Elle écrit :

De nouveau, je parlai des femmes dans une grande salle fleurie et parfumée, devant des dames harnachées qui pensaient le contraire de ce que je disais ; mais une jeune avocate me remercia au nom des femmes qui travaillent.40

Les caractéristiques de la couverture par O Estado de S. Paulo sont peut-être moins liées à l’acceptation des idées de Beauvoir qu’à la dynamique du champ intellectuel. Júlio de Mesquita Filho, le directeur du journal, avait des relations étroites avec Amado, à gauche. Tous deux combattirent le gouvernement autoritaire de Getúlio Vargas et furent poursuivis par lui. Beauvoir et Sartre ont rencontré le journaliste, que Beauvoir décrit comme un homme de droite, mais une droite différente de la droite française, parce qu’il avait des préoccupations d’ordre social. Beauvoir raconte :

[…] selon des dispositions prises par Amado, nous nous arrêtâmes pour la nuit dans la fazenda de M., le directeur de l’Estado de São Paulo. C’est un journal de droite, mais très différent de ceux de chez nous : j’ai dit qu’il menait une campagne contre la misère des favellas ; des gens de gauche y écrivaient ; il faisait à Sartre et à ses conférences une considérable propagande. En tant que « libéral » opposé au dirigisme de Vargas, M. avait été en prison avec Amado et ils gardaient des relations courtoises.41

Dans cet extrait, Beauvoir montre qu’elle connaît bien la dynamique du champ intellectuel. Elle parle des relations de l’un des écrivains les plus vendus et les plus traduits du Brésil, mais communiste, avec le propriétaire de l’un des quotidiens les plus anciens et les plus influents du pays, de droite. Pour des agents qui occupent des positions élevées dans la hiérarchie du champ intellectuel et qui détiennent le capital symbolique et le prestige qu’ils avaient, les différences idéologiques étaient, quelques fois, moins importantes que les alliances autour des intérêts politiques communs : pour Amado et Mesquita, l’opposition à Vargas.

Lorsque Beauvoir décrit son rapport à Jorge Amado, le ton de son texte devient parfois affectueux, ce qui démontre les aspects émotionnels des interactions intellectuelles : affinités, amitiés, sentiment d’appartenance à un même groupe social. Elle parle de «Jorge et Zélia » utilisant leurs prénoms, ce qui prouve un sentiment de véritable proximité :

Nous avions eu une immédiate sympathie pour Jorge, pour Zélia ; à Rio, nous devînmes intimes : nous ne pensions pas, à notre âge, ayant vu dépérir déjà tant de liens, connaître encore la gaîté d’une amitié neuve.42

Les relations d’amitiés sont l’espace où le récit de voyage de Beauvoir s’entrelace aux souvenirs de deux écrivaines brésiliennes : Zélia Gattai et Lygia Fagundes Telles. Les deux autrices révèlent dans leurs ouvrages les rencontres qu’elles ont eues avec Beauvoir pendant son séjour au Brésil. Toutes deux membres de l’Academia Brasileira de Letras, Gattai et Fagundes Telles décrivent Beauvoir comme une intellectuelle profondément engagée dans la connaissance du pays et de la situation des femmes brésiliennes. Lus simultanément au texte de Beauvoir, les mémoires des deux écrivaines révèlent l’autre face de ce voyage.

 

 

Jorge Amado, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre - Ouro Preto - Minas Gerais

Jorge Amado, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre – Ouro Preto – Minas Gerais

©Projeto Reviva Ouro Preto

Gattai, une mémorialiste importante, a écrit une série de livres. Beauvoir et Sartre apparaissent en trois d’entre eux : Senhora dona do baile (1984), Chão de meninos (1992) et A casa do rio Vermelho (1999). Les récits de Zélia s’entremêlent au texte de Beauvoir à différents moments : la rencontre avec Mãe Senhora, la visite à Brasília et la conversation avec le motoriste, les dîners avec le groupe d’intellectuels de gauche, l’adieu des amies à l’aéroport. Gattai, cependant, fait de ses souvenirs un registre des petits moments de la vie quotidienne entre les intellectuels.

Dans ses textes, ce qui émerge avant tout, c’est l’amitié avec Beauvoir et Sartre et les interactions des deux philosophes français avec les personnages de la vie quotidienne brésilienne (leurs entretiens avec une étudiante, un chauffeur, une cuisinière, ce qui leur plaisait, qu’ils voudraient savoir. Ce qu’ils sont demandés au-dehors des ambiances académiques) et l’atmosphère dintimité qui s’est formée entre les quatre écrivains. La Simone de Beauvoir qu’on connaît par les récits de Gattai est l’amie qui lui apprend des gros mots pour que son français devienne plus courant, qui échange de brefs mots de complicité avec elle, lui offre d’une bague de jade par amitié lors de son départ, qui lui écrit des lettres.

Dans son bref texte sur la rencontre avec la philosophe française, Lygia Fagundes Telles parle principalement de la curiosité intellectuelle de Beauvoir. Selon elle, Beauvoir a posé de nombreuses questions sur la situation des femmes, le gouvernement Vargas, les jeunes et leur intérêt pour la politique, les contraintes que la société brésilienne imposait aux femmes qui voulaient devenir écrivaines. Fagundes Telles raconte aussi que Beauvoir a fait preuve d’impatience lorsque la conversation s’est tournée vers des aspects stéréotypés de la culture brésilienne. Elles se sont rencontrées lors d’un déjeuner organisé par un éditeur à São Paulo, et ont ensuite correspondu. Dans les lettres qu’elle a écrites à l’écrivaine brésilienne, bien que son ton montre peu de familiarité, Beauvoir qualifie Fagundes Telles d’« amie » et parle surtout de littérature.

À partir du récit de voyage de Simone de Beauvoir et de son entrelacement aux souvenirs Gattai et Fagundes Telles, cet article a cherché à montrer que, à partir des problématiques soulevées par Pierre Bourdieu, il est possible de comprendre quelques-uns des écrits viatiques comme des enregistrements des interactions dans le champ intellectuel. Et aussi comment la circulation des œuvres et des idées de Beauvoir au Brésil évoque des valeurs, des pratiques, des processus et des représentations du travail intellectuel, tant en France qu’au Brésil. Les relations qu’elle construit au sein du champ intellectuel brésilien, l’ouverture de ses idées par des conférences qui ont rompu avec ce qui se pouvait dire sur les femmes et leur vie économique ont élargi «l’espace des possibles » pour les intellectuelles des deux pays.

Pour citer cet article : Heci Regina Candiani, « Simone de Beauvoir au Brésil : dévoilements croisés », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5656

 

 

 

1 Une analyse de la couverture journalistique de l’époque met en évidence le biais patriarcal du traitement accordé à Beauvoir. Elle est souvent citée comme « la femme », « l’épouse » ou « la compagne » de Jean-Paul Sartre et ces adjectifs, même accompagnés d’autres comme écrivaine, romancière, la mettent dans une position hiérarchique inférieure au philosophe Sartre. Le cahier littéraire du Diário de Notícias résuma ce biais dans un texte court à propos de la traduction du premier volume du Deuxième Sexe en portugais brésilien, en disant que Beauvoir représentait « la moderne intelligence féminine » (Diário de Notícias, 14 de agosto de 1960, Suplemento Literário, p. 3).

2 Voir Mauritônio Meira, « Confirmação definitiva: Sartre vem ao Brasil e trará Simone de Beauvoir », Jornal do Brasil, 19 de janeiro de 1960, edição 15, p. 6.

3 Voir notamment les chapitres I et II de Hugo Rogélio Suppo, La politique culturelle française au Brésil entre les années 1920-1950. Thèse doctorale, Université Paris III, 1999.

4 « Chose curieuse : la fondation de l’Université de São Paulo, grande œuvre dans la vie de Georges Dumas, devait permettre à ces classes modestes de commencer leur ascension en obtenant des diplômes qui leur ouvraient les positions administratives, si bien que notre mission universitaire a contribué à former une élite nouvelle, laquelle allait se détacher de nous dans la mesure où Dumas, et le Quai d’Orsay à sa suite, se refusaient à comprendre qu’elle était notre création la plus précieuse, même si elle s’attelait à la tâche de déboulonner une féodalité qui nous avait, certes, introduits au Brésil, mais pour lui servir en partie de caution, et pour l’autre de passe-temps. » Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 14. Voir aussi Hugo Rogélio Suppo, Ibid., p. 158.

5 Dans La Force des choses, Simone de Beauvoir nous rapporte qu’elle venait de lire ce dernier ouvrage. Voir La Force des choses II, Paris, Folio, 1963, p. 259.

6 En fait, après la révolution à Cuba, l’Amérique Latine et le Brésil, influents dans la région et en plein processus de développement capitaliste, ont été stratégiques pour la plupart des pays colonisateurs. Les États-Unis ont renforcé leur influence politique et économique dans la région après la Deuxième Guerre mondiale et notamment après la Révolution à Cuba, pour empêcher de nouveaux actes de résistance qui menaçaient leur impérialisme. La France a cherché à maintenir son espace et à obtenir un soutien politique pour son action en Algérie.

7 À la fin des années 1950, les traductions de quelques œuvres de Beauvoir (L’Invitée, Les Mandarins, Tous les hommes sont mortels et les Mémoires d’une jeune fille rangée) avaient déjà été publiées au Brésil (ainsi que Les Chemins de la liberté et certains textes dramaturgiques de Sartre). Une recherche dans les fichiers numérisés de la Biblioteca Nacional nous montre que les noms de Sartre et Beauvoir affleurent dans la presse surtout après 1950. En 1960, la traduction du Deuxième Sexe en portugais brésilien par l’écrivain, sociologue et traducteur Sérgio Milliet fut matière des textes courts et de quelques articles.

8 Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nº 246, 1966, pp. 865-906.

9 Ibid.

10 Guillaume Thouroude, « Pour une définition du genre littéraire viatique », Acta fabula, vol. 18, n° 3, Essais critiques, Mars 2017, URL : http://recherche.fabula.org/revue/document10192.php, page consultée le 03 janvier 2021.

11 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 252. Susan Bainbridge (Writing against Death. The Autobiographies of Simone de Beauvoir, Amsterdam, Rodopi, 2005, p. 128) écrit à propos de cette phrase : «This suggests not only a self-depreciating tendency but also the narrator’s doubts about the autobiographical relevance of these lengthy sections in which the first-person voice is muted. » Mais on peut penser, aussi, que Beauvoir est consciente de l’intérêt de la plupart de ses lecteurs pour un texte personnel, pour ce que Philippe Lejeune (Seuil, 1975) appelait « le pacte autobiographique ». En exerçant sa liberté d’autrice, Beauvoir rompt le pacte provisoirement. Pour garder le pacte, il suffit que les lecteurs et lectrices suivent le chapitre XI.

12 Selon Bourdieu (« Fieldwork in Philosophy », Choses dites, Paris, Éditions du Minuit, 2015), au cours des années 1960, le structuralisme de Claude Lévi-Strauss se consolide dans le champ intellectuel français et met en cause la valorisation du vécu et le concept de liberté qui sont fondamentales pour l’existentialisme.

13 Annabelle Martin-Golay, Beauvoir intime et politique. La Fabrique des Mémoires, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. “Perspectives”, 2013, p. 181. Voir aussi Rosa Alice Caubet, « La bibliographie brésilienne de Sartre », Fragmentos, n° 2, UFSC, Florianópolis, juillet-décembre/1986, pp. 59-73.

14 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 252.

15 Ibid., p. 205. Sur la position de Malraux et du gouvernement français, voir André Malraux, « Discours de Brasilia », Essais (Œuvres complètes VI), Paris, Gallimard, La Pléiade, 2011, p. 481-486. Je remercie Tiphaine Martin pour sa lecture attentive de ce texte et l’indication du discours de Malraux.

16 Ibid., p. 252.

17 En tant que religion qui a ses origines dans la culture yoruba, le candomblé est devenu très fort à Bahia où, en plus de 80% de la population d’origine africaine, la plupart de ces personnes sont d’origine yoruba. Persécuté à l’époque de l’esclavage (1550-1888) par les autorités qui voyaient l’affaiblissement de la religion comme un moyen de déstabiliser les liens sociaux et toute tentative de résistance de la population asservie, le candomblé a résisté, se syncrétisant avec d’autres pratiques d’origine africaine et même avec le catholicisme. Surtout à partir du XXe siècle, les intellectuels bahianais ont commencé à s’intéresser à l’étude et à la participation aux pratiques religieuses. Dans les années 1950, un groupe d’étude a été formé à l’Université Fédérale de Bahia qui établit des échanges directs avec des intellectuels d’Afrique et reçoit des financements des États-Unis. De nombreuses études ont mis en évidence comment le candomblé était important pour la résistance culturelle de la population asservie à la domination, en maintenant le lien entre les praticiens, leurs cultures d’origine et leurs ancêtres, en renforçant les liens communautaires et la solidarité et en ravivant les idéaux de liberté et d’autonomie.

18 Ibid., p. 276.

19 Voir Edson Farias et Fernando Rodrigues, « Encontro entre ciências sociais e candomblé baiano: produção científica e engajamento político-cultural: entrevista com Vivaldo da Costa Lima », Sociedade e Estado, 2009, 24(1), p. 257-290.

20 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 262.

21 Ibid., p. 267.

22 Amado et Gattai ont vécu à Paris de 1948 à 1950. Amado était persécuté pour ses activités politiques entre 1941 et 1955.

23 Simone de Beauvoir, Lettres à Nelson Algren. Un amour transatlantique 1947-1964, Paris, Gallimard, 1997, p. 866.

24 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 286.

25 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique (1940/1948-), Troisième série, Vol. 22, 1971, p. 120.

26 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 280.

27 « À l’Université je parlai — non par goût, mais parce qu’on me l’avait demandé — de la condition de la femme. » Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 283.

28 « Simone de Beauvoir sem Sartre: no mundo do homem mulher ainda é um objeto », Jornal do Brasil, 26 de agosto de 1960, p. 7.

29 Idem.

30 Helena Solberg, « Simone de Beauvoir: a condição da mulher », Diário de Notícias, 28 de agosto de 1960, p. 58.

31 « Mulher de hoje está tomando consciência e pode ajudar o homem em tudo, afirma Simone », O Jornal, 26 de agosto de 1960, p. 5.

32 « Sartre levou multidão para ouvir Simone de Beauvoir », Última Hora, 26 de agosto de 1960, p. 2.

33 Pierre Bourdieu, « Fieldwork in Philosophy », op. cit..

34 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 284.

35 « Defesa da mulher por Simone de Beauvoir », O Estado de S. Paulo, 8 de setembro de 1960.

36 Voir Luís A. C. Romano, A passagem de Sartre e Simone de Beauvoir pelo Brasil em 1960. Thése doctorale. Instituto de Estudos da Linguagem (IEL – Unicamp), Campinas-SP, 2000.

37 Diário da Noite, 9 de setembro de 1960, p. 6.

38 « Condição da mulher », Correio Paulistano, 8 de setembro de 1960, p. 1.

39 Irene de Bojano, « Da importância de ser mulher », Correio Paulistano, 10 de setembro de 1960, 2º caderno, p. 4.

40 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 286.

41 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 287.

42 Beauvoir, La Force des choses II, op. cit., p. 275.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

#Lesmémés 2

#Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ +

Sylvain Frécon a encore frappé. Ou plutôt, ses #Mémés (le hashtag est très important) sont de nouveau de sortie (Fluide Glacial, 2022). Rien ne les arrête : s’offrir un soin de beauté nec plus ultra pour leur unique dent, citer Shakespeare, beugler contre les trottinettes à tour de rôle, gérer la jalousie entre leurs caddies, hésiter à choisir un cercueil, peindre un vagin sur les murs de leur cité, soliloquer sur la mort, causer sexe, chercher le sens de la vie (droite ou gauche?).

Les #Mémés de Sylvain Frécon sont donc ultra-connectées et réfléchissent à tout. Elles n’hésitent pas à tout remettre en cause avec insolence, telles les sales gamines qu’elles sont restées.

Foin des réputations établies, en fait, tenez-vous bien, Simone de Beauvoir était en fait…. Jean-Paul Sartre (p. 28). Sartre s’est fait opérer et a ensuite écrit Le Deuxième Sexe, mais oui. D’où la portée transgenre de son célèbre « On ne naît pas femme : on le devient » (première phrase du chapitre « Enfance » du tome 2 du Deuxième Sexe). Et, surtout, d’où l’humour du dessinateur-scénariste, qui joue avec les modes actuelles, le sexisme de base qui voudrait qu’une femme soit incapable d’écrire (ce que rappelle Beauvoir dans La Force des choses à propos des Mandarins), tout en rappelant la phrase la plus célèbre des féminises français au vingtième siècle.

De quoi donner à réfléchir à de nouveaux sens de l’essai de Beauvoir, tout en se régalant des aventures des #Mémés.

©FluideGlacial

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « #Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ + », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5564

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir, un monde de voyages. Introduction

Coordination scientifique : Tiphaine Martin, Laboratoire Babel, Université de Toulon

Le but de ces articles est de présenter une Beauvoir en marche et non sur un rayon empoussiéré, telle une gentille féministe, une romancière existentialiste copieuse de Sartre et une mémorialiste attachée à son ego.

Le goût de Simone de Beauvoir pour les voyages est bien connu, l’ensemble de ses biographes l’évoque. Cependant, les études de fond sur ce sujet sont rares. Ce collectif entend contribuer à la diffusion d’une relecture de l’existence et de l’œuvre beauvoiriennes, à travers une approche centrée sur les (récits de) voyages. Ceux-ci sont des vecteurs de notre rapport au monde et de nos échanges avec nos contemporaines et contemporains.

Simone de Beauvoir vit son enfance dans un univers qui n’a que peu de points communs avec le nôtre. Il a plus à voir avec les romans de la Comtesse de Ségur – origine aristocratique incluse et dans le meilleur sens du terme – qu’avec le monde démocratique du vingt-et-unième siècle. Cependant, les expériences que la jeune fille fait lors de ses rares déplacements ont un fort impact sur le reste de son existence.

La jeune professeure, nommée à Marseille puis à Rouen, découvre les joies de la randonnée. La passion qu’elle met en toutes choses lui fait parcourir jusqu’à soixante kilomètres par jour. La guerre n’arrête pas les voyages, que Beauvoir accomplit en zone libre, à bicyclette. Se nourrir est une préoccupation aussi sérieuse et constante que celle de fonder un réseau de résistance – projet qui avorte en peu de temps.

La Libération signe le retour des départs à l’étranger, de plus en plus loin. Beauvoir fait partie d’une avant-garde privilégiée, qui parcourt le globe, jusqu’en Orient et au Moyen-Orient (Tiphaine Martin). Elle devient l’ambassadrice de la gauche française dans ce qu’elle a de moins sectaire, navigant tant bien que mal dans les flots agités de la Guerre froide. Compagne de route du Parti communiste français, elle s’engage pour les décolonisations, pour le droit à l’insoumission, puis pour la défense de la liberté de la presse, dans les années soixante-dix.

Ses romans, sa pièce de théâtre, ses essais et ses mémoires sont orientés par le voyage, donc par l’espace. Le lieu dit l’histoire du pays traversé, d’hier à aujourd’hui, saturé de références culturelles, politiques, sociales. Pensons à Ma vie sur la route (Gloria Steinem, 2015) et à Nomadland (Jessica Bruder, 2017) pour des références récentes. Les choix spatiaux de Beauvoir sont tout sauf anodins (Barbara Klaw).

La construction autobiographique dépend également de la primauté du voyage dans sa pratique existentielle. La circulation des idées beauvoiriennes est fluide, constante et importante, de génération en génération, de pays en pays (Björn Larsson). Elle n’est pas figée dans une posture auctoriale statufiée. L’autrice met en actes son refus de l’œuvre d’art comme « statue qui s’ennuie dans le jardin dune villa », comme elle le souligne dans le pacte autobiographique de la préface à La Force des choses (1963), troisième volume de ses mémoires[1].

N’oublions pas ses nombreux articles, parus ou non dans Les Temps modernes, la revue qu’elle a fondée avec son compagnon principal, l’écrivain Jean-Paul Sartre, en 1945. Pensons à son article bouleversant en faveur du film Shoah, de Claude Lanzmann, paru dans Le Monde en 1986. Son ouverture totale à la culture et au quotidien de personnes étrangères ressort dans ses nombreux récits de voyage, dont L’Amérique au jour le jour (1948) et La Longue Marche (1954). Beauvoir fait une large place à la ségrégation raciale dans L’Amérique au jour le jour, ainsi qu’à la condition féminine, deux fils qu’elle noue brièvement dans la préface du Deuxième Sexe, essai déjà commencé à écrire bien avant son départ pour les États-Unis[2]. Souvrir à lautre, cest aussi partager des moments avec des hommes, des femmes de son pays qui surgissent au cours de son existence et influencer les jeunes gens.

Le militantisme féministe, à partir des années soixante-dix, lui a apporté énormément de chaleur humaine et l’a fait – un peu – sortir de son milieu intellectuel, artiste et politique. La richesse de son existence, consacrée au voyage, n’a pas fini de nous étonner.

Notre article « Les Orientales de Beauvoir : des voyages uniquement politiques ? » porte sur le tour en Orient et au Moyen-Orient de l’écrivaine voyageuse. Nous récusons la mythologie médiatique qui voudrait que les voyages beauvoiriens des années cinquante et soixante ne soient que pure politique, avec ce que cela impliquerait de mauvais choix – être compagne de route du Parti communiste plutôt que du côté des États-Unis. Nous abordons ces tours dans une optique sensorielle plutôt que rationnelle.

Les couleurs chantent aux yeux de Beauvoir, qu’elle se trouve à Paris ou hors du sixième et du quatorzième arrondissements. Pour elle, depuis son enfance, la vue est le sens le plus important, et comme elle est élevée en bonne patriote par ses parents, la trilogie bleu-blanc-rouge, avec ses nuances et ses dérivés, domine dans ses descriptions viatiques. La politique fait logiquement son apparition dans ce trio, au vu de l’évolution politique de la jeune fille, puis de la femme engagée contre toutes les injustices. D’autres couleurs chatoient et virevoltent dans les récits de voyage orientaux, formant un arc-en-ciel vivant.

Les sons sont aussi très présents, mais plus contrastés. Les cris de faux enthousiasme en Palestine, les orchestres et les danses dirigées en Chine, le tohu-bohu des rues de Turquie, rien n’est véritablement agréable, d’autant qu’ils signifient le dirigisme, voire la dictature. Au contraire, quoique surprenants, combien sont agréables les bavardages des Japonais et des Japonaises dans les rues de Tokyo ! L’autrice est également touchée par l’accueil délirant que Sartre et elle reçoivent à leur arrivée à l’aéroport.

Simone de Beauvoir mémorialiste s’est plu à noter sa gourmandise enfantine dans les Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), tout en faisant un saut spatio-temporel par son envie de 1947 de dévorer les néons new-yorkais, qu’elle voit comme de gigantesques bonbons : « Adulte, jaurais voulu brouter les amandiers en fleur, mordre dans les pralines du couchant. Contre le ciel de New York, les enseignes au néon semblaient des friandises géantes et je me suis sentie frustrée[3]. » Autant la Turquie est, encore une fois, déceptive à ce niveau, au vu du machisme qui y règne, autant la Chine et le Japon constituent des terres où coulent le lait et le miel. La voyageuse en profite pour décrire les endroits où elle mange et boit. Ces lieux communautaires disent la culture et l’histoire d’un pays, ainsi que l’état de la condition féminine, à l’instar des mets et des boissons.

L’être Beauvoir saisit les mouvances corporelles du monde dans ses moindres détails, sans pour autant verser dans le féminin tel qu’on le conçoit ordinairement, à savoir du délicat, du futile, du niais. Si la voyageuse est bien une femme, elle récuse les clichés essentialistes et fait de ses tours un fer de lance contre l’étroitesse patriarcale et contre des dirigeants politiques qui tentent de masquer les réalités de leur contrée. Mais les perceptions et les sensations sont les plus fortes. Malgré la bonne volonté de gauche de Beauvoir, son corps viatique dit les contraintes politiques, ou au contraire la liberté démocratique. La voyageuse ne part pas la tête vide, mais avec une orientation politique, sociale et artistique précise. Pas de snobisme chez la voyageuse et pas de prise en otage par ses guides non plus, contrairement à d’autres pays, dont la Palestine.

Beauvoir se positionne également par rapport à la situation politique française. La Guerre d’Algérie, conflit nié par l’État et les médias français qui préfèrent alors parler de « pacification » dans les « territoires français », pèse lourdement sur la voyageuse, engagée pour la décolonisation et contre la torture : signature du Manifeste des 121 en 1960, préface et endossement auctorial du recueil Djamila Boupacha (1962), participation à des manifestations pour la paix au Maghreb. Or, le grand gaulliste André Malraux a profité de sa tournée brésilienne en 1959 pour faire l’éloge de la politique française en Algérie et fustiger les (autres) intellectuels qui n’y font pas allégeance, ce qu’attaque Beauvoir dans son récit de voyage.

L’article de Barbara Klaw, « Le Paris de LInvitée de Simone de Beauvoir : du réel à limaginaire », propose des pistes d’analyse stimulantes quant à l’espace dans le premier roman publié de Simone de Beauvoir. En partant de cette – fausse – simple question, « pourquoi Paris et non Rouen ? », Barbara Klaw attire notre attention sur le choix spatial de l’autrice pour son trio amoureux.

En effet, Beauvoir reconnaît dans La Force de l’âge (1960), deuxième tome de ses mémoires, avoir déplacé de la ville normande à la capitale le triangle formé par son compagnon Jean-Paul Sartre, son élève Olga Kosakievicz et elle-même. L’écrivaine nie par contre que le personnage de Gerbert, véritablement inspiré de son amant Jacques-Laurent Bost et élève de Jean-Paul Sartre au Havre, soit une création tirée de la réalité. On passe au du triangle rectangle au carré d’as, avec Françoise en marionnettiste/marionnette qui passe du statut de metteuse en scène à celle de personnage manipulé, avec une belle mise en abyme du ballet d’Igor Stravinski Petrouchka (vu par Beauvoir le mardi 11 juin 1929[4]).

Barbara Klaw souligne que Beauvoir a préféré Paris à Rouen d’abord pour des raisons auctoriales : Paris comme capitale des plaisirs, de la culture, du mouvement et des avant-gardes artistiques attire plus l’intérêt du lectorat qu’une ville de province, même proche de la capitale, et même auréolée du prestige flaubertien. La vie parisienne et son tourbillon est essentielle dans la progression de Xavière, cette Invitée qui pèse sur le dess(e)in de Pierre et Françoise, couple d’artistes en mal de bonne action.

Ce sauvetage juvénile tourne au cauchemar pour le couple, surtout pour Françoise, qui ne peut ou ne veut pas se passer de Pierre et de l’amour de celui-ci. Le large espace parisien se réduit au fur et à mesure des pages du roman, la claustrophobie des personnages s’installe. Celle-ci est d’ailleurs redoublée par l’installation de la population française dans la « Drôle de guerre », où chacun et chacune est priée de se cloîtrer chez soi au maximum, jusqu’aux fenêtres, obstruées, et de respecter le couvre-feu.

La jalousie féminine peut alors se donner à plein, les hommes étant occupés aux nobles tâches guerrières, tandis que la bataille des femmes a lieu en intérieur, mais avec le même outil, à savoir le gaz. Quand les tensions belliqueuses sont exacerbées, la division des sexes en hommes à l’extérieur, au front, et en femmes à l’intérieur, dans les appartements et les maisons, est abolie.

Le troisième article est une entrevue avec l’écrivain voyageur Björn Larsson, spécialiste de Simone de Beauvoir, à laquelle il a consacré sa thèse « La Réception des Mandarins : Le roman de Simone de Beauvoir face à la critique littéraire en France » (Université de Lund, 1988). Parfaitement francophone et francophile, Björn Larsson a construit une œuvre multiple, avec pour fil conducteur un Besoin de liberté (titre de son ouvrage de 2006) qui brise le conformisme ambiant et fait éclater les faux-semblants de nos sociétés occidentales, qu’il s’agisse de la France du Mauvais Œil (1999) ou de la Suède de La Véritable Histoire dInga Andersson (2002), sans tomber dans la caricature.

La liberté est également un des moteurs existentiels de Simone de Beauvoir et de ses personnages romanesques, avec toujours cette question : la liberté, pour quoi faire ? L’écrivaine répond, entre autres : pour voir comment les autres vivent. C’est aussi un des buts de l’écrivain Björn Larsson que de faire exister des personnages confrontés à l’autre, sur leur sol natal ou dans un pays étranger. Le tout, afin de ne rentrer dans aucune des cases voulues par la société et d’être soi-même, en liberté, en retour.

L’influence de Beauvoir sur Larsson est subtile mais présente dans ses personnages féminins, qui refusent le statut d’objet, qui simpliquent dans la politique. Ce sont aussi des femmes qui ont un goût de finitude et qui vont jusqu’au meurtre. Tout cela sans tomber dans la misogynie, ni pour Beauvoir, ni pour Larsson. Tous deux envisagent les femmes et les personnages féminins comme des êtres à part entière, à égal des hommes, même si leur situation dans le monde est inégalitaire. Côté hommes, Björn Larsson insiste sur la singularité de ses personnages masculins, qui tendent à exprimer une particularité de l’humanité, contrairement à ceux de Beauvoir, analysés par Larsson comme « trop réels ». Certains des personnages masculins de Björn Larsson sont aussi des rêveurs, qui changent les autres par leur puissance imaginative – une posture auctoriale, en somme.

L’importance de Simone de Beauvoir sur l’œuvre larssonienne est à l’ordre du jour, puis l’écrivain voyageur nous offre la primeur de son nouvel opus, The Story of the Human and not so Human being, où souffle l’esprit de l’existentialisme beauvoirien.

À lire :

Tiphaine Martin, « Les Orientales de Beauvoir : des voyages uniquement politiques ? » URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2510

Barbara Klaw, « Le Paris de L’Invitée de Simone de Beauvoir : du réel à l’imaginaire » URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=2565

Tiphaine Martin, Björn Larsson, « Le Goût des autres. Interview de Björn Larsson » URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2626 

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir, un monde de voyages. Introduction », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2471


[1] Simone de Beauvoir, La Force des choses. I., Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 8.

[2] Simone de Beauvoir, La Force des choses. I., Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 136.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 12.

[4] Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, Paris, Gallimard, 2008, p. 692.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube