Archives par étiquette : Le Deuxième Sexe

Etre debout être femme VADMC

Être debout, être femme : “L’hymne des femmes”, “I am Woman”

Être une militante féministe, c’est lutter pour l’égalité femmes-hommes. Ces combats peuvent être fatigants et irritants, par la lenteur des progrès, jamais définitivement acquis, comme l’avait déclaré l’autrice féministe Simone de Beauvoir à la militante féministe Claudine Monteil après la première victoire pour le droit à l’avortement, en 1975 (Claudine Monteil, Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, 2011, p. 41) :

Vous aviez donc une fois de plus raison lorsque vous me répétiez qu’aucun droit des femmes n’est définitivement acquis. Il suffira d’une crise politique, économique et religieuse pour que ceux-ci soient remis en question.

La constitutionnalisation de l’IVG en France le quatre mars 2024 permet de penser qu’au moins ce droit-ci sera pérenne. En attendant, quoi de mieux que de chanter la sororité ?

Retournons dans les années soixante-dix du vingtième siècle pour y prendre deux hymnes féministes de 1971, l’un français, l’autre nord-américain. La chanson française est composée par des militantes féministes. Voir son histoire ici : https://balises.bpi.fr/hymne-des-femmes/#:~:text=L’Hymne des femmes est écrit à l’occasion d,défense du fort d’Issy. Elle prend le titre d’ « Hymne des femmes » et elle est explicitement politique. L’appel à la révolte et à la sororité est clair :

Levons-nous, femmes esclaves,

Et brisons nos entraves,

Debout ! Debout !

(…)

Ensemble on nous opprime, les femmes,

Ensemble révoltons-nous.

(…)

Connaissons notre force, les femmes,

Découvrons-nous des milliers.

L’analogie entre les femmes et les esclaves rappelle celle établie par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe entre les femmes, les Juifs, les colonisé·es et les Noir·es Américain·es (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/12136). Combien de manifestations, de réunions, de chants sous la douche et dans la cuisine avec cet « Hymne des femmes » et avec « I Am Woman » ? Tant et tant, sans aucun doute.

La chanteuse féministe Helen Reddy, connue en France en 1977 pour son rôle de Nora dans le film Peter et Eliott le dragon (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/9885), a eu droit à sa biographie filmée en 2019, I Am Woman, par la réalisatrice Unjoo Moon. Le titre reprend son hymne féministe « I Am Woman », co-écrit avec le chanteur et parolier Ray Burton. Voir son histoire ici : https://ig.ft.com/life-of-a-song/i-am-woman.html La chanteuse nord-américaine Katy Perry, comme noté dans l’article cité, a rendu hommage à cet hymne dans sa propre chanson « Roar » (voir notre article ici : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1873).

Les paroles de l’hymne de Reddy, « I Am Woman », sont plus personnalisées que dans l’hymne français, mais elles appellent tout autant à la révolution et à l’indépendance :

You can bend but never break me

‘Cause it only serves to make me

More determined to achieve my final goal

And I come back even stronger

(…)

I am strong (strong)

I am invincible (invincible)

I am woman

C’est-à-dire (traduction personnelle) :

Tu peux me faire plier mais jamais tu ne me brisera

Parce que ça ne sert qu’à me rendre

Plus déterminée à atteindre mon objectif final

Et je reviens encore plus forte

(…)

Je suis forte (forte)

Je suis invincible (invincible)

Je suis femme

Reddy proclame sa détermination contre le patriarcat et sa fierté d’être femme, ce qui ne va pas forcément de soi. L’individualité s’étend à toutes les femmes, qui peuvent reprendre ses paroles et en faire leur force, autre manière d’être sorore.

Et Reddy tend la main aux hommes, dans le troisième couplet : « With such a long, long way to go/Until I make my brother understand » C’est-à-dire : « Avec un long, si long chemin, jusqu’à ce que mon frère comprenne » (traduction personnelle). Les chansons révolutionnaires étant généralement écrites et pensées au masculin, on ne peut que saluer la solidarité de Reddy.

Deux hymnes, deux chants, pour une lutte commune, en sororité et en gaieté. Allez, on chante ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Être debout, être femme : “L’hymne des femmes”, “I am Woman” », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14929

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Jeune fille au café VADMC

Jeune fille au café ou de la construction individuelle

Pourquoi se faire passer pour une prostituée dans un café quand on a dix-huit ans en 1926 et qu’on s’appelle Simone de Beauvoir ? Quand on est une jeune bourgeoise du début du vingtième siècle, même déclassée, on ne traîne pas au café. On ne se maquille pas non plus, on ne fume pas, on ne boit pas d’alcool, on ne croise pas les jambes. C’est-à-dire qu’on ne se conduit pas comme une prostituée, on ne ressemble pas à la Lola Lola de L’Ange bleu (Der blaue Engel, Joseph von Sternberg, 1930), interprétée par Marlene Dietrich. Notons que ce film est vu à l’époque de sa sortie et apprécié par Beauvoir1.

Pour les hautes classes françaises de cette époque, la prostitution est envisagée uniquement comme un mal nécessaire, à destination des hommes hétérosexuels, quelle que soit leur classe sociale. Les prostituées ne sont pas alors des personnes en souffrance ni des esclaves sexuelles, mais des femmes à mépriser, à cacher dans des maisons « closes », dans des hôtels « de passe », ou, au contraire, à exhiber comme des objets dans les bars et les cafés2.

Cependant, leur allure outrancière, destinée à attirer les clients, et leur univers, loin du sien, fascinent la jeune Simone de Beauvoir. Les mythes bourgeois forgés par le patriarcat et visibles dans la littérature fin de siècle, dévorée par Beauvoir en cachette pendant son adolescence, influencent considérablement sa vision des prostituées, qu’elle voit comme des femmes libres. En outre, selon les dires de Beauvoir, son cousin maternel Jacques Champigneulle lui a également décrit le monde des bars sous des couleurs attrayantes : « (…) il me peignait les bars comme des endroits fabuleux où toujours il arrive quelque chose3. » La jeune fille, amoureuse de son cousin, n’a donc aucun mal à envisager les prostituées d’un regard curieux et envieux. Pour elle, qui est giflée par sa mère pour un léger fond de teint4, se maquiller est un acte de rébellion. C’est s’affirmer comme un être sexué, donc sexuel. Beauvoir lutte ainsi contre les tabous corporels qui pèsent sur elle depuis qu’elle a ses règles. Elle raconte, dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), comment son père a plaisanté sur ce qui est considéré alors, de manière sexiste, comme le passage à la sexualité pour une jeune fille5. Il s’agit pourtant, uniquement, de la capacité reproductrice, et non de l’expérience sexuelle en elle-même, pour autant que cette dernière constitue ce fameux passage. De prime abord, être un corps est pénible pour Simone :

En face de mon père je me croyais un pur esprit : j’eus horreur quil me considérât soudain comme un organisme. Je me sentis à jamais déchue6

Simone tombe du ciel des Idées dans la pâte corporelle, ce qu’elle déteste alors. Il est de même lorsque sa mère bride sa poitrine naissante de bandes de tissu, afin de la cacher sous une robe mal ajustée à son corps adolescent7. Beauvoir se ferme alors peu à peu, autant mentalement que corporellement :

Je développai des phobies : je ne supportais pas, par exemple, de boire dans un verre où j’avais déjà bu. J’eus des tics : je n’arrêtais pas de hausser les épaules, de faire tourner mon nez8.

L’entrée dans l’univers des bars et des cafés est donc une libération. Qui passe aussi par une initiation à l’alcool, toujours via Jacques :

 Je sifflai rapidement mon cocktail, et comme je navais jamais bu une goutte dalcool, pas même de vin que je n’aimais pas, jeus vite fait de quitter la terre. Jappelai Michel par son nom et je jouai des comédies. Jacques et Riquet s’assirent à une table pour faire une partie de poker-dice et feignirent de ne pas me connaître. Jinterpellai les clients, qui étaient de jeunes Nordiques bien calmes. L’un deux moffrit un second martini que sur un signe de Jacques je vidai derrière le comptoir. Pour être à la hauteur, je cassai deux ou trois verres. Jacques riait, j’étais aux anges. (…) Il menseigna le poker-dice et me fit servir un gin-fizz, avec très peu de gin : je me soumettais amoureusement à sa vigilance. Le temps nexistait plus : il était dédeux heures quand je bus, au zinc de La Rotonde, une menthe verte. Autour de moi papillotaient des visages surgis dun autre monde ; des miracles éclataient à tous les carrefours. Et je me sentais liée à Jacques par une indissoluble complicité, comme si nous avions commis ensemble un meurtre ou traversé à pied le Sahara9.

L’univers viatique n’est jamais loin chez Beauvoir. Les motivations de Jacques, par contre, sont troubles et restent mystérieuses : simple pitié pour sa cousine, dont il connaît le tempérament impétueux, et qu’il veut sortir de son enfermement familial ? Envie de dévergonder à peu de frais une oie blanche qu’il n’épousera pas ? Envie de s’amuser et d’amuser sa bande d’ami·es ? Un peu de tout cela ? En l’absence de documents (lettres, journal intime, souvenirs de proches…), nous en sommes réduit·es à des conjectures peu amènes à l’encontre de Jacques Champigneulle.

Bonne élève en tout, même dans sa vie privée, ne faisant donc rien à moitié, Simone s’approprie cafés, bars et prostituées :

Les femmes m’émerveillaient : il n’y avait pas de mots dans mon vocabulaire pour désigner le tissu de leurs robes, la couleur de leurs cheveux ; je n’imaginais pas quon pût acheter dans aucun magasin leurs bas impalpables, leurs escarpins, le rouge de leurs lèvres. Je les entendais débattre avec des hommes le tarif de leurs nuits et des complaisances dont elles les régaleraient. Mon imagination ne réagissait pas : je l’avais bloquée. Les premiers temps surtout, il ny avait pas autour de moi des gens de chair et dos mais des allégories : linquiétude, la futilité, l’hébétude, le désespoir, le génie peut-être, et sûrement le vice aux multiples visages10.

Elle ne fraie pas avec ces dames, mais elle tente de les imiter, en se maquillant violemment hors de chez elle, en parlant fort, en interpellant les clients des bars et cafés, en s’alcoolisant, en cassant des verres (si seulement Joseph Kessel avait été présent…).

Dans cet espace perçu comme populaire, la jeune bourgeoise est sans crainte d’être jugée par ses pairs. En outre, ses filtres la mettent dans une position de spectatrice, même lorsqu’elle agit. Elle se trouve dans les bars et les cafés comme dans un autre pays, alors qu’elle n’a pas quitté son arrondissement. Beauvoir est une sorte de Kikki de Montparnasse bourgeoise et non populaire, qui divertit non les Américain·es & Co qui gîtent dans le Paris des Années folles, mais les petits-bourgeois et les hommes du peuple franco-français. Ceci étant dit, les clients ne sont pas dupes des tentatives beauvoiriennes :

Avec ma robe fanée, mes gros bas, mes souliers plats, mon visage sans art, je ne trompais personne. « Vous navez pas la touche qu’il faut », me dit un boiteux aux yeux cerclés d’écaille. « Vous êtes une petite bourgeoise qui veut jouer à la bohème », conclut un homme au nez crochu qui écrivait des romans-feuilletons. Je protestai : le boiteux dessina quelque chose sur un bout de papier. « Voilà ce qu’il faut faire et se laisser faire dans le métier de courtisane. » Je gardai mon sang-froid : « C’est très mal dessiné », dis-je. « C’est ressemblant » ; il ouvrit sa braguette et cette fois, je détournai les yeux. « Ça ne m’intéresse pas. » Ils rirent. « Vous voyez ! dit le feuilletoniste. Une vraie pute aurait regardé et dit : Il ny a pas de quoi se vanter !” » L’alcool aidant, j’encaissais froidement les obscénités. Dailleurs on me laissait en paix11.

Ce contenu est peut-être protégé par des droits dauteur. Beauvoir reste engoncée dans ses tabous sexuels, et elle ne peut pas encore partir de chez ses parents, ce qui lui permettraient de vivre librement sa sexualité, donc d’abandonner ses mythes pour exister en tant que femme. La jeune fille finit par se lasser, aussi, de la routine bar-alcool-jeu prostitution-scandale, même après avoir renouvelé son plaisir en y entraînant sa sœur cadette Henriette : « (…) pour se donner mauvais genre, elle mettait son chapeau de travers et croisait haut les jambes. Nous parlions fort, nous ricanions bruyamment. Ou bien, nous entrions l’une après lautre dans le bar, feignant de ne pas nous connaître et nous faisions semblant de nous disputer : nous nous prenions aux cheveux, nous glapissions des insultes, heureuses si cette exhibition surprenait un instant le public12. » Simone et Henriette jouent une comédie ultra-genrée et socialement connotée. Nous sommes à la fois loin du spectacle qu’elles ont présenté enfants – Simone en Espagnole d’opérette et Henriette en Belle de la Nuit13 -, et dans sa droite ligne, puisque les deux sœurs sont ensemble et ont besoin d’un public.

Simone s’écœure de ce monde interlope en réalisant que Jacques n’est pas un sosie du Grand Meaulnes, qui poétise tout ce qu’il touche, mais un jeune homme de son temps, qui a des maîtresses, qui s’amuse dans les bars, le tout sans sortir de sa classe ni de son époque14. Seul demeure l’attrait pour ce genre d’endroits, qu’elle fréquente assidûment dans sa jeunesse quand elle voyage, avec un regard et un corps toujours extérieurs15.

Elle revient sur cette vision lorsqu’elle écrit et publie Le Deuxième Sexe (1949). Le chapitre VIII du tome II, « Prostituées et hétaïres », analyse la condition des prostituées comme un calvaire et non comme une libre condition :

(…) l’existence d’une caste de « filles perdues » permet de traiter « l’honnête femme » avec le respect le plus chevaleresque. La prostituée est un bouc émissaire ; l’homme se délivre sur elle de sa turpitude et il la renie. Qu’un statut légal la mette sous une surveillance policière ou qu’elle travaille dans la clandestinité, elle est en tout cas traitée en paria16.

Les chercheuses Cécile Coderre er Colette Parent soulignent le « caractère novateur pour l’époque » de ce chapitre et déclarent :

De fait, Beauvoir nous propose une analyse de la construction sociale de cette identité féminine et en dégage les points de convergence avec celle de la femme mariée17.

La philosophe a su utiliser son expérience de jeunesse pour la transformer en analyse et abandonner ses filtres sociaux. La construction individuelle sert à la libération collective.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Jeune fille au café ou de la construction individuelle », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13234

1 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 61.

2 Cf. Laure Adler, Les Maisons closes, Paris, Hachette Littératures, 2002.

3 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 280-281.

4 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 375.

5 Idem, p.140-141.

6 Idem, p. 141.

7 Idem, p. 142.

8 Idem, p. 141.

9 Idem, p. 373.

10 Idem, p. 376.

11 Idem, p. 377.

12 Idem, p. 377-378.

13 Idem, p. 141-142.

14 Idem, p. 409.

15 Cf. notre article : Tiphaine Martin, « La Ville, le port et les femmes : regards beauvoiriens sur les marges », Liliana Ellena, Leslie Hernandez Nova e Chiara Pagnotta (dir.), World Wide Women-Globalizzazione, Generi, Linguaggi, Volume 4, Turin, p. 41-54. Cf. également la troisième partie de notre thèse, soutenue en 2012.

16 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Tome II, Paris, Gallimard, 1987, p. 376-377.

17 Cécile Coderre, Colette Parent, « Chapitre VIII. Prostituées et hétaïres », in Ingrid Galster (dir.), Simone de Beauvoir : Le Deuxième Sexe. Le livre fondateur du féminisme moderne en situation, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 383.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Forum Beauvoir VADMC

Déjouer les mythes ?

Cet article est issu de votre communication au Forum Beauvoir, 13 octobre 2018, Université Paris 7-Denis Diderot (Université Paris-Cité).

Le Deuxième Sexe est l’essai de Simone de Beauvoir le plus célèbre. Mais il est également le plus mal connu, car l’attention du public est uniquement focalisée sur le tome deux, « l’expérience vécue ». Or, le tome un, « les faits et les mythes » est primordial pour comprendre d’où provient la force des stéréotypes sur les femmes – et sur les hommes, par contraste. Ces clichés pèsent sur la vie quotidienne des femmes, les engluant dans des cases fabriquées par les hommes. Dès l’épigraphe du tome un, Beauvoir nous avertit du danger des discours masculins, par deux citations :

Il y a un principe bon qui a créé l’ordre, la lumière et l’homme et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la femme.”

PYTHAGORE.

Tout ce qui a été écrit par les hommes sur les femmes doit être suspect, car ils sont à la fois juge et partie.”

POULAIN DE LA BARRE1

Par-delà les siècles, les deux auteurs mâles se répondent, l’un jugeant l’autre. Beauvoir crée un choc critique, montrant que les hommes ne sont pas d’accord au sujet des femmes. Le philosophe des Lumières contre de manière lapidaire et cinglante la misogynie binaire du mathématicien grec. Il est donc possible d’être lucide sur son sexe quand on est homme, ce qui est rare dans les discours masculins cités par Beauvoir dans son essai. Nous allons nous interroger sur le sens que l’écrivaine donne au terme « mythes ». Nous verrons ensuite à quel point la troisième partie de ce tome un est fondamentale pour la compréhension des analyses beauvoiriennes sur les femmes et leurs conditions d’existence. Nous terminerons en montrant que l’analyse beauvoirienne des cinq cas d’écrivains fonde les études littéraires de genre.

I. Le mythe selon Beauvoir

Le mythe selon Beauvoir recouvre une création qui se situe dans le monde au-delà du réel : « (…) le mythe est une Idée transcendante qui échappe à toute prise de conscience2. » Le mythe serait de l’ordre de l’impensé, voire de l’impensable. Il est tellement ancré dans la civilisation qui l’emploie qu’il en devient invisible, perdu dans l’inconscient collectif.

Hors Le Deuxième Sexe, l’écrivaine utilise le terme mythe, par exemple dans son récit de voyage de 1948, L’Amérique au jour le jour : « Bien entendu la femme américaine est un mythe3. » Beauvoir transcrit les observations de ses deux séjours américains de 1947. Elle offre à ses lecteurs ses analyses sur la société américaine, particulièrement sur la situation des Afro-Américains et sur celle des femmes. Nous pouvons considérer cet ouvrage comme une première mouture de l’essai de 1949. Dans les différents volumes de ses mémoires, Beauvoir utilise « mythe » dans le sens de construction sociale, et construction personnelle. Elle recoure également à son sens commun de « récit fabuleux », dont elle s’est déjà servi dans Le Deuxième Sexe :

On connaît le mythe platonicien : au commencement il y avait des hommes, des femmes et des androgynes ; chaque individu possédait une double face, quatre bras, quatre jambes et deux corps accolés (…)4.

Beauvoir rappelle l’apologue dont se sert Platon dans Le Banquet, lorsqu’elle évoque la division biologique en deux sexes, qu’elle met en doute. C’est d’ailleurs sur l’illusion que repose l’édification de récits visant à justifier le prestige des hommes :

(…) nul n’est plus arrogant à l’égard des femmes, agressif ou dédaigneux, qu’un homme inquiet de sa virilité. (…) le mythe de la Femme, de l’Autre, est cher pour beaucoup de raisons (…) ; on ne saurait les blâmer de ne pas sacrifier de gaieté de cœur tous les bienfaits qu’ils en retirent : ils savent ce qu’ils perdent en renonçant à la femme telle qu’ils la rêvent, ils ignorent ce que leur apportera la femme telle qu’elle sera demain5.

Pour les hommes, il y a de gros avantages à avoir des légendes qui pèsent sur les femmes réelles. Ils fondent ainsi leur pouvoir et leur violence, quand la vigueur sexuelle leur fait défaut, qu’ils sont incapables d’être à l’écoute de ce que sont les femmes de leur époque et qu’ils se raccrochent à leurs rêves. Le mythe fonctionne en cercle fermé. Beauvoir exemplifie son analyse, dans la troisième partie :

La vie de Lawrence nous montre qu’il souffrait d’un complexe analogue mais plus purement sexuel : la femme a dans son œuvre la valeur d’un mythe de compensation ; par elle se trouve exaltée une virilité dont l’écrivain n’était pas très sû(…)6.

L’exemple de D.H. Lawrence dans la partie « mythes » montre que l’écriture sert à prendre sa revanche sur une réalité décevante et humiliante, pour l’écrivain, puis pour ses lecteurs, peu virils mais très machistes.

Le mythe est une justification facile. C’est également une projection de fables magiques sur l’autre, d’où l’assimilation de la femme à l’irrationnel. Cette analogie permet la construction d’une image figée de la femme comme type (qui change cependant selon les époques et les médias). Cette image sert de base à l’oppression des femmes.

Beauvoir analyse également la manière dont les mythes masculins sur les femmes sont assimilés par ces dernières :

(…) la femme aussi se croit habitée par un mystère inexprimable : le fameux mythe du mystère féminin l’y encourage et se trouve en retour confirmé7.

Les récits propagés par le patriarcat sur les femmes les piègent. Les hommes inventent des légendes sur les femmes, celles-ci sont éduquées à y croire et se forcent à les incarner. Le mythe est commode, car il fait entrer la diversité des humaines dans une case. Il fait exister les autres, toujours les femmes, uniquement en fonction d’une apparence dictée par les hommes. C’est un miroir complaisant pour l’homme, un plaisir narcissique, qui y trouve la justification de son pouvoir. Ces histoires arrivent tôt dans l’existence féminine :

La littérature enfantine, mythologie, contes, récits, reflète les mythes créés par l’orgueil et les désirs des hommes : c’est à travers les yeux des hommes que la fillette explore le monde et y déchiffre son destin8.

Le mythe est uniquement masculin, répétons-le. Il ya un poids des mots des hommes sur le monde des femmes, des lunettes masculines sont posées de force sur les yeux des femmes dès leur enfance . Elles n’ont aucune échappatoire, puisqu’elles vivent dans un univers anti-historique. Le critique Michel Guérin rappelle ceci : 

En schématisant, on dirait que le rôle de lhistoire adulte est de désigner, expliciter, archiver l’événement, tandis que la fonction du mythe serait de lembaumer pour, mort, le garder quasi vivant et jouer jusqu’à l’abus des ressources du montrer/cacher, inhérentes aux entreprises de séduction9.

Le narcisssime masculin se mire dans le narcissisme féminin, qu’il encourage par la prolifération d’illusions, qui mettent en valeur le rôle éternel et immanent d’objet du féminin. Beauvoir exemplifie cette analyse, entre autres, dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, lorsqu’elle parle de son rapport au corps, fortement influencé par ses lectures et les mythes qu’elles dégagent.

Outre la flatterie que les mythes provoquent chez les femmes, la philosophe souligne que celles-ci n’ont pas le choix :

Mais il est vrai qu’elle est obligée d’offrir à l’homme le mythe de sa soumission du fait qu’il réclame de dominer10.

Le double sens du terme est ici employé : à la fois acceptation par les femmes de leur statut passif et faux-semblant qu’elles offrent aux hommes, comme des mères donnant un jouet à leur fils, sous peine de le voir se mettre en colère et bouder. Ou se laisser aller aux violences et frapper celle qui ne joue pas le jeu de ses affabulations, une fois adulte.

Beauvoir rappelle par ailleurs que « (…) cet âge d’or de la Femme n’est qu’un mythe11. », pour ceux qui voudraient justifier la domination masculine moderne par un renversement du règne des sexes. L’autrice parle de « mythe sociaux » :

Quant au rôle respectif des deux sexes, c’est un point sur lequel les opinions ont beaucoup varié ; elles ont été d’abord dénuées de tout fondement scientifique, elles reflétaient seulement des mythes sociaux12.

Beauvoir insiste sur le fondement irrationnel des récits, liés aux changements de points de vue des différentes classes sociales. L’essayiste relie ici ses idées marxistes à son féminisme universaliste, qu’elle déploie dans la troisième partie du tome un.

II. Une partie fondatrice

Rappelons que le tome un est sous-titré « Les Faits et les Mythes ». Beauvoir commence par traiter la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique et lHistoire. Elle scrute ensuite les mythes établis par les collectivités à toutes les époques. Cette partie débute par une section où Beauvoir récapitule et approfondit les volets des deux premières grandes parties. Dans une deuxième section, elle étudie des cas particuliers d’écrivains : Montherlant, D.H. Lawrence, Claudel, Breton et Stendhal, classés selon leur degré de sexisme, du pire au moindre. Dans la troisième section, elle analyse le mythe féminin en 1949. L’appétit dévorant de lectures de Beauvoir lui permet une connaissance approfondie des auteurs qu’elle étudie, qui font tous partie de ses lectures d’adolescente, comme en témoigne ses Cahiers de jeunesse et la réécriture partielle de ceux-ci que sont les Mémoires d’une jeune fille rangée. La chercheuse Éliane Lecarme-Tabone, lorsqu’elle décrit l’écriture et la composition du Deuxième Sexe, déclare quoriginellement :

La partie consacrée aux mythes est conçue et écrite avant les développements qui la précède dans l’édition achevée13.

Ce segment est finalement celui qui influence chaque chapitre du premier tome, alors que dans l’édition finale il est placé à la fin. L’audace de Beauvoir dans cette partie des « mythes » a été perdue par ses contemporain.e.s et suivant.e.s car, comme le note Rubin Suleiman :

Pour les premiers lecteurs, Le Deuxième Sexe offrait tant d’autres nouveautés (y compris les chapitres “scandaleux” sur l’initiation sexuelle, la lesbienne, etc.) que l’originalité des analyses littéraires de Beauvoir comme démarche critique est passée presque inaperçue.

(…) Une autre explication, encore moins satisfaisante, doit être mentionnée : l’édition de poche “Idées” du Deuxième Sexe, seule disponible sur le marché pendant bien des années, omettait carrément les cinq chapitres consacrés aux écrivains !

(…) la meilleure explication ne serait pas celle-ci : les critiques féministes qui ont suivi Beauvoir ne faisaient pas allusion à sa démarche fondatrice – ne se souvenaient pas, en quelque sorte, de son originalité à cause de sa force même : cette démarche, tout en étant neuve, apparaissait si évidente, si “naturelle”, qu’elle ne semblait plus attribuable à une source spécifique (…)14.

La critique montre la valeur du texte beauvoirien, ainsi que sa faiblesse. Comme souvent chez l’autrice, l’écrit est si maîtrisé, il encadre si bien les idées émises, que sa dimension novatrice passe à côté des lectures qui en sont faites. Il ancre au fil du temps le sentiment que cette troisième partie, comme le reste du tome un, n’est pas le plus intéressant.

Beauvoir, dans l’introduction de sa troisième partie, définit à nouveau le mythe :

Il est toujours difficile de décrire un mythe ; il ne se laisse pas saisir ni cerner, il hante les consciences sans jamais être posé en face d’elles comme un objet figé15.

La philosophe retourne sur ses définitions précédentes : le mythe est mouvant, donc complexe à analyser. Il n’y aurait donc pas tant de cadres au mythe.

Beauvoir revient sur la masculinité absolu des mythes, dans sa mouvance :

Les femmes ne se posant pas comme Sujet n’ont pas créé le mythe viril dans lequel se refléteraient leurs projets ; elles n’ont ni religion ni poésie qui leur appartiennent en propre : c’est encore à travers les rêves des hommes qu’elles rêvent16.

La passivité féminine est encouragée et encadrée par les hommes. Ces derniers empêchent la créativité féminine, ils bloquent leurs projets et leur élan vers la vie libre, ils vont jusqu’à diriger leurs rêves, ceux de leurs ambitions et ceux de leur sommeil. Beauvoir s’est-elle souvenue du dialogue entre Anne (Marie Déa) et le baron Renaud (Marcel Herrand), dans Les Visiteurs du Soir (Marcel Carné, 1942), lorsque Renaud intime l’ordre à sa fiancée de rêver le moins possible, ou seulement de lui ?

Beauvoir aborde ensuite la diffusion des mythes :

Par l’intermédiaire des religions, des traditions, du langage, des contes, des chansons, du cinéma, les mythes pénètrent jusque dans les existences les plus durement asservies aux réalités matérielles17.

La propagation des mythes passe par l’intermédiaire des médias et imprègnent l’inconscient collectif. Il y a une assimilation des récits fabuleux dans toutes les classes sociales par les médias de masse, à travers les époques. La tradition populaire des mythes courre dans le temps, de l’oralité du conte le soir à la veillée aux salles obscures du cinéma. Ce passage est essentiel comme outil d’analyse pour déconstruire les carcans langagiers, faire surgir le sexisme, l’essentialisme, trouver comment s’articule l’oppression des femmes et sa diffusion dans la société et dans l’inconscient collectif, via les fictions (romans, mais aussi chansons, cinéma, arts plastiques, spectacles de danse).

Beauvoir exemplifie son analyse en utilisant le conte de Cendrillon, qu’elle étudie à la lumière du marxisme, avant de l’appliquer à la personnalité de la « jeune fille », dans le tome deux :

Le mythe de Cendrillon (…) fleurit surtout dans les pays prospères (…) cet argent qu’ils emploient toute leur vie à gagner, comment le dépenseraient-ils s’ils ne le consacraient pas à une femme ? (…) Pendant vingt ans d’attente, de rêve, d’espoir, la jeune fille a caressé le mythe du héros libérateur et sauveur : l’indépendance conquise dans le travail ne suffit pas à abolir son désir d’une abdication glorieuse18.

La lutte pour la liberté, par un travail rude et âpre (si nous suivons la tradition du conte) ne serait qu’une étape vers une démission complète, sous le prétexte de la rencontre amoureuse, avec un homme qui l’entretient financièrement. La psychanalyste américaine Colette Dowling a baptisé cette attitude le « complexe de Cendrillon », dans son ouvrage éponyme paru en 1981, où l’inspiration beauvoirienne se fait sentir. Rappelons qu’un an après la parution du Deuxième Sexe Disney fait surgir sur les écrans sa version du conte, après Blanche-Neige (1939) et avant La Belle au bois dormant (1959), deux autres histoires analysées par Beauvoir, et rapprochées avec celle de Cendrillon. Visiblement, c’est un récit dont le patriarcat avait besoin au sortir de la guerre, pour remettre les femmes dans le foyer qu’elles avaient quitté pour travailler en masse pendant le conflit. La diffusion et la mise en avant de ce conte répond aux exigences précises d’une époque et d’un système économique précis (le capitalisme occidental).

La conclusion de la partie est cependant plutôt optimiste. Beauvoir réclame une plus juste égalité dans les rapports entre les sexes. Cette équité de traitement des femmes n’aboutit pas à la suppression du feu dans les rapports amoureux, au contraire :

(…) refuser les mythes (…) ce n’est pas supprimer la poésie, l’amour, l’aventure, le bonheur, le rêve : c’est seulement demander que conduites, sentiments, passions soient fondés dans la vérité (…) il semble qu’une nouvelle forme d’érotisme soit en train de naître : peut-être engendrera-t-elle de nouveaux mythes19.

La conclusion est ambiguë. Beauvoir y exprime sa volonté de plus de justesse dans les rapports femmes-hommes, ainsi que d’un renouveau dans les rapports amoureux. Mais s’interroge-t-elle sur le renouveau des mythes, ou souhaite-t-elle qu’il en naisse de nouveaux, écrits par des auteurs moins sexistes que ceux qu’elle étudie ?

III. Cinq écrivains pour les études de genre

Les cinq écrivains dont s’occupent Beauvoir sont, pour quatre d’ente eux, ancrés dans le vingtième siècle, quoiqu’ils appartiennent à des courants littéraires différents. L’autrice ferraille avec grand plaisir avec ses confrères.

La charge contre Henry de Montherlant commence dès l’introduction de la section que Beauvoir lui consacre :

Montherlant s’inscrit dans la longue tradition des mâles qui ont repris à leur compte le manichéisme orgueilleux de Pythagore20.

L’essayiste revient sur son épigraphe, traçant une lignée du machisme à travers le temps. Elle pulvérise ensuite les pseudo-héros de Montherlant, Achille peureux des temps modernes, qui ne rencontrent que des Gorgones : « (…) il ne pulvérise pas l’idole : il la convertit en monstre21. » Montherlant facilite les tâches de ses héros en ne leur présentant que des caricatures de femmes, issues de mythes anciens, que l’écrivain et ses lecteurs peuvent facilement mépriser, du haut de leur paternalisme haineux.

Le cas de Lawrence est similaire, quoiqu’il semble exalter les femmes et leur rôle sexuel :

Lawrence croit passionnément à la suprématie mâle. (…) la femme n’est pas le mal, elle est même bonne : mais subordonnée22.

Lawrence centre ses personnages autour de leurs sexes et du jaillissement de lexistence. Mais ce surgissement de la vie se pense uniquement au masculin. Lawrence exclu ses héroïnes des rôles de premier plan ou semblable à celui joué par les hommes, alors quil refuse la société étriquée quil décrit dans ses romans. La présence très forte de l’érotisme, qui a fait beaucoup dans le succès de scandale de Lawrence, ne doit pas camoufler laspect traditionnel de la répartition des rôles, avec une femme qui accepte sans problème sa position de seconde.

Le jugement sur Claudel est sans appel :

() au fond Claudel ne fait qu’exprimer poétiquement la tradition catholique légèrement modernisée23.

Le poète diplomate ploie ses personnages féminins sous le joug masculin. Beauvoir souligne à quel point les hommes sont dans une subjectivité lumineuse et les femmes dans une différence irréductible, alors même quil présente leurs âmes comme égales.

Beauvoir réunit Claudel et Breton, par les images qu’ils emploient. La poésie chrétienne, la croyance à la vie après la mort de l’un, le goût de l’autre pour le sur-réel, linconscient et les associations d’idées sont réunies dans leurs personnages féminins. La femme est médiation entre l’univers, réel ou sur-réel, et lhomme. Comme elle fait lien entre deux mondes, elle hérite des traits dune « sorcière », mythe collectif cité par Beauvoir dans le chapitre un pour désigner la femme qui exprime sa liberté en « chevauchant un balai, (…) senfu[yant] vers des rondes sataniques24. », dans une société où elle est asservie à l’homme. Les femmes selon Breton sont uniquement intéressées par l’amour, se fondent dans la nature et incarnent la poésie. Beauvoir n’interprète pas ce rapprochement, qui rejoint la foi en la nature de Lawrence. Nous établirons également un rapport avec le mythe collectif de la Muse :

La Muse ne crée rien en elle- même : c’est une Sybille assagie qui sest faite docilement servante dun maître25.

Nadja et les autres inspirent le poète et elles sont modelées par lui.

Il en va tout autrement chez Stendhal. Le Grenoblois « ne croit pas au mystère féminin; aucune essence ne définit une fois pour toutes la femme ; l’idée d’un “éternel féminin” lui semble pédante et ridicule26. » Il rejoint l’analyse de Beauvoir dans le chapitre premier du tome deux : « On ne naît pas femme : on le devient27. »Stendhal est donc pré-beauvoirien et féministe. Il ne pense pas que les femmes sont des altérités naturelles qui conserveraient des contenus immuables à l’intérieur delles-mêmes. Les héroïnes stendhaliennes sont des personnages comme les autres :

(…) elles ne sont en soi ni inférieures, ni supérieures à l’homme; mais par un curieux renversement leur situation malheureuse les favorise28.

Elles rayonnent d’intelligence et se servent de leur condition inférieure pour duper les hommes et parvenir – au moins momentanément – au bonheur. Beauvoir conclut par cette phrase (qui rejoint la conclusion générale de son essai) :

La femme selon lui est simplement un être humain : les rêves ne sauraient rien forger de plus enivrant29.

L’égalité femme-homme ne tue pas le rêve, au contraire elle le porte au pinacle de la félicité.

Conclusion

Pour Beauvoir, le mythe est définissable, malgré les changements selon les époques et les classes sociales, comme une élaboration masculine. Grâce aux récits, oraux et écrits, chantés ou récités, à travers ce nouveau média qu’est le cinéma, mais aussi par une éducation stéréotypée, qui utilise toutes ces fables, la femme est apte à l’infériorité. Elle intègre l’attente du prince charmant, le narcissisme, la passivité en général et face aux violences dont elle peut être victime, et n’ose pas partir à l’aventure. Si elle retourne parfois ces clichés pour manipuler les hommes, ce n’est qu’une attitude négative, par défaut. Elle reste l’Autre, la Seconde, au lieu de se penser Sujet et Une.

Beauvoir donne une impulsion fondamentale à ses analyses dans cette troisième partie. Il nous faut relire les deux premières sections à la lumière du décryptage des mythes. En outre, ces explorations fines servent également de base au tome deux, qui ne peut pas se comprendre sans ce support. L’autrice donne ici le socle ferme de son entreprise de démontage de la domination masculine, à travers les images, écrites ou orales, utilisées par les hommes. De même que « la » femme n’existe pas, « le » mythe doit s’écrire au pluriel, car mouvant.

Cette troisième partie est extrêmement importante pour les études littéraires de genre aujourd’hui, ainsi qu’en études cinématographiques. Rappelons que Beauvoir a continué ses analyses des mythes du féminin dans ses mémoires et ses romans, mais aussi dans Brigitte Bardot and the Lolita Syndrom (1962). Les analyses beauvoiriennes fondent les études de genre, et elles sont encore utilisables de nos jours, pour scanner les nouveaux mythes, qui réutilisent bien souvent d’anciennes fables sous des habits à la mode. « Tout changer pour que rien ne change », telle est la devise du patriarcat. Beauvoir, elle, nous dit : « Effaçons les mythes, changeons nos vies. » Beau projet, que nous suivrons avec grand plaisir.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Déjouer les mythes ? », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/12856

1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, Paris, Gallimard, 2000, s. p.

2 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 554.

3 Simone de Beauvoir, L’Amérique au jour le jour, Paris, Gallimard, « Folio », p. 452.

4 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 43.

5 Idem., p. 28-29.

6 Idem., p. 531.

7 Idem, p. 969.

8 Idem., p. 54.

9 Michel Guérin, « Qu’est-ce qu’un mythe ? »La pensée de midi 2007/3 (N° 22), p. 94.

10 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II, Paris, Gallimard, 1987, p. 222.

11 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 158.

12 Idem., p. 47.

13 Éliane Lecarme-Tabone, “Le Deuxième Sexe” de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2008, p. 15.

14 Susan Rubin Suleiman, « Breton ou la poésie », in Ingrid Galster, Simone de Beauvoir : “Le Deuxième Sexe” : le livre fondateur du féminisme moderne en situation, Paris, H. Champion, 2004, p. 235-236.

15 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 327.

16 Idem., p. 326.

17 Idem., p. 554.

18 Idem., p. 404 ; Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II, op. cit., p. 538.

19 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 556, 558.

20 Idem., p. 436.

21 Idem., p. 441.

22 Idem., p. 470, 479.

23 Idem., p. 495.

24 Idem., p. 413.

25 Idem., p. 401.

26 Idem., p. 510.

27 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II, op. cit., p. 13.

28 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I, op. cit., p. 512.

29 Idem., p. 527-528.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Caste race sexe Beauvoir VADMC

Caste, race ou sexe ? Théorie des parallèles chez Simone de Beauvoir

Cet article est issu de notre communication au CIRFF, Université de Nanterre,  27 août 2018.

Dans Le Deuxième Sexe, essai paru en 1949, Simone de Beauvoir établit des parallèles entre la situation des femmes, celles des Afro-Américains, celle des Algériens, Marocains et Tunisiens alors colonisés, celle des Juifs et celle du prolétariat. Cependant, l’écrivaine pousse-t-elle ses parallèles jusqu’au bout, de manière stricte ? Nous verrons dans un premier temps la signification pour Beauvoir de ces trois termes, qui définissent sa théorie des parallèles : caste, race, sexe. Nous examinerons ensuite jusqu’où va Beauvoir dans les parallèles. Enfin, nous analyserons les applications pratiques de cette théorie.

I. Établir des parallèles

Avant de nous focaliser sur le sens que donne Simone de Beauvoir aux trois termes « caste », « race » et « sexe », nous allons en examiner brièvement les origines. D’après le Dictionnaire historique de la langue française :

  • Caste :

(…) est emprunté (1615), tout comme ses correspondants européens, au portugais casta « race » (…).1 » Le sens de « « classe de la société hindoue » (1516), [est] d’origine discutée. (…) Par analogie, caste a été appliquée à la société française au sens de « classe » (1789, Siéyès), péjorativement « classe élevée caractérisée par son esprit d’exclusion » (préjugé de caste)2.

  • Race, quant à lui :

(…) est d’abord employé avec sa définition génétique large de « subdivision de l’espèce humaine, à caractère héréditaire, représenté par un certain type d’humains. » (…) C’est au XIXe s., après les travaux du XVIIIe s. (Buffon, Histoire naturelle de l’homme), que se développe l’étude de la variété des races humaines, liée à la fois aux progrès de l’anatomie, de la médecine et à l’idéologie de la supériorité européenne3.

  • Sexe, pour finir :

(…) qui semble rare avant le XVIe s., désigne abstraitement (…) l’ensemble des caractères qui distinguent l’homme de la femme.4

Nous y ajoutons les définitions du Littré. « Sexe » désigne :

1 Différence constitutive du mâle et de la femelle dans les animaux et les plantes. Le sexe mâle. Le sexe femelle. Beaucoup de plantes réunissent les deux sexes dans leurs fleurs.

Reine, sors, a-t-il dit, de ce lieu redoutable, D’où te bannit ton sexe et ton impiété”. [Racine, Athalie] (…)

2 Collectivement, les hommes ou les femmes. Des personnes des deux sexes, de l’un et l’autre sexe. Leur sexe [des femmes] aime à jouir d’un peu de liberté ; On le retient fort mal par tant d’austérité”. [Molière, L’école des maris]

3 Le beau sexe, ou, absolument, le sexe, les femmes.

Commander à ses pleurs en cette extrémité, C’est montrer, pour le sexe, assez de fermeté”. [Corneille, Horace]5.

Nous voyons qu’il y a dès le départ une confusion entre « caste », « classe sociale » et « race » : des critères ethniques et biologiques se mélangent à des paramètres sociaux. Le terme « sexe », lui, appartient au domaine biologique, auquel sont réduites les femmes.

Beauvoir applique le terme « race » dans son sens premier, biologique, que ce soit dans des citations ou pour souligner la misogyne d’un romancier :

(…) Auguste Comte réclame aussi la hiérarchie des sexes ; il y a entre eux « des différences radicales à la fois physiques et morales qui dans toutes les espèces animales et surtout dans la race humaine les séparent profondément l’un de l’autre »6.

Comme souvent, l’écrivaine ne donne pas la référence de cette citation du philosophe positiviste, extraite du « tome quatrième (première partie) » de ses Cours de philosophie positive7. L’auteur du dix-neuvième siècle mêle le corporel et le « moral », c’est-à-dire la construction sociale, dans une visée conservatrice de la société. Il s’agit bien d’un racisme tel que nous l’entendons aujourd’hui, à savoir une doctrine justifiant par la biologie une hiérarchie sociale et l’oppression d’un groupe, que Beauvoir nomme « sexe », par un autre. La partie des « mythes » consacrée à Henry de Montherlant et à ses piètres héros donne lieu à un feu d’artifice d’ironie cinglante de la part de l’autrice :

Une délectation plus subtile du fort, du généreux, du maître, c’est la pitié pour la race malheureuse. Costals, de temps en temps, s’émeut de sentir en son cœur tant de gravité fraternelle, tant de sympathie pour les humbles, tant de « pitié pour les femmes ». Quoi de plus touchant que la douceur imprévue des êtres durs ? Il ressuscite en lui cette noble image d’Épinal quand il se penche sur ces animaux malades que sont les femmes8.

Beauvoir feint d’adopter le regard en plongée de Pierre Costals et son mépris pour ces non-humaines que sont les femmes, hiérarchiquement ravalées à des êtres toujours en mauvaise santé, mais si touchantes. La philosophe dynamite la force des héros de Montherlant, virils uniquement par défaut, écrasant les femmes, et surtout des femmes peu intelligentes et peu vivantes.

Beauvoir emploie « caste » au sens traditionnel de « groupe » :

Économiquement hommes et femmes constituent presque deux castes ; toutes choses égales, les premiers ont des situations plus avantageuses, des salaires plus élevés, plus de chances de réussite que leurs concurrentes de fraîche date ; ils occupent dans l’industrie, la politique, etc., un beaucoup plus grand nombre de places et ce sont eux qui détiennent les postes les plus importants9.

Remarquons que ce terme est lié pour Beauvoir au pouvoir économique, donc à la classe sociale, comme dans le sens français du mot. Dans le tome deux du Deuxième Sexe, l’écrivaine parle du « plafond » que doivent « crever » les femmes pour réussir leurs projets10, et par conséquent briser le système des castes. Beauvoir préfigure ici l’expression moderne, venue des États-Unis, du « plafond de verre ».

Le but de Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe est de répondre à la question suivante : « qu’est-ce qu’une femme ? »11 Dès le titre, l’autrice se positionne de manière ironique, en reprenant le sens commun du terme « sexe », qui désigne les femmes comme n’étant que chair, et comme venant en second dans la lignée de l’humanité. Ce classement – établi par les mâles, on s’en doute – reprend le mythe chrétien de la création. Beauvoir pulvérise le tout dans son essai. Elle examine les « données de la biologie », les théories psychanalytiques, marxistes et assimilées, l’Histoire des femmes, les mythes sur les femmes, avant d’analyser les conditions d’existence des femmes, de l’enfance à la vieillesse, en s’arrêtant également sur le sort des homosexuelles et des prostituées. Beauvoir termine par un classement de certaines femmes, définies comme exclusivement « narcissistes », « amoureuses » et « mystiques».

Dans le tome un, la philosophe commence par faire quelque rappels de bon sens :

Un homme ne commence jamais par se poser comme un individu d’un certain sexe : qu’il soit homme, cela va de soi. (…) Le rapport des deux sexes n’est pas celui de deux électricités, de deux pôles : l’homme représente à la fois le positif et le neutre au point qu’on dit en français « les hommes » pour désigner les êtres humains, le sens singulier du mot « vir » s’étant assimilé au sens général du mot « homo ». La femme apparaît comme le négatif si bien que toute détermination lui est imputée comme limitation, sans réciprocité12.

Quoique Beauvoir ait toujours parlé d’elle au masculin, se définissant comme « écrivain», elle souligne en 1949 que le sexe mâle se pose au centre du monde et ne définit jamais, il existe et il en reste là. Constatons qu’en 2018 la France en reste à l’assimilation sexiste de « vir » et d’« homo » dans l’expression « droits de l’Homme », par exemple, ou en n’acceptant pas la féminisation des noms de métier, qui découle de la même logique machiste du masculin comme « neutre ».

Dans le reste de son essai, l’écrivaine utilise le terme « sexe » soit dans son sens physique, ou comme synonyme de « groupe distinct par certaines caractéristiques de la biologie » et elle met souvent le groupe de mots « lutte des sexes » entre guillemets, pour bien montrer qu’il s’agit d’un cliché ne recouvrant aucune donnée biologique.

Mais comment Beauvoir établit-elle un parallèle entre ces trois termes ? Et s’agit-il d’un parallèle strict ?

II. Parallèles ou croisements ?

« Sexe » est mis sur le même plan que « caste » et « race » : « (…) qu’il s’agisse d’une race, d’une caste, d’une classe, d’un sexe réduits à une condition inférieure, les processus de justification sont les mêmes13. » Beauvoir se place sur le plan argumentatif, mais elle n’oublie absolument pas, bien au contraire, que ces raisonnements ont un poids dans la réalité et des conséquences pratiques dramatiques pour les femmes.

Ces trois termes se trouvent dans la théorie des parallèles de Beauvoir. L’essayiste commence par une homologie inspirée de sa lecture d’Engels et de son ouvrage L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1884) :

(…) à l’intérieur même de la classe ouvrière, les hommes ont essayé de freiner cette libération parce que les femmes leur apparaissaient comme de dangereuses concurrentes et d’autant plus qu’elles étaient habituées à travailler à de bas salaires (…)14.

Ce point est développé par Beauvoir dans la suite du Deuxième Sexe, lorsqu’elle parle de « caste économique ». Elle en vient tout de suite après à une similitude entre femmes et Afro-Américains (p. 24) :

Pour prouver l’infériorité de la femme, les antiféministes ont alors mis à contribution non seulement comme naguère la religion, la philosophie, la théologie mais aussi la science : biologie, psychologie expérimentale, etc. Tout au plus consentait-on à accorder à l’autre sexe « l’égalité dans la différence ». Cette formule qui a fait fortune est très significative : c’est exactement celle qu’utilisent à propos des Noirs d’Amérique les lois Jim Crow ; or, cette ségrégation soi-disant égalitaire n’a servi qu’à introduire les plus extrêmes discriminations. () il y a de profondes analogies entre la situation des femmes et celle des Noirs : les unes et les autres s’émancipent aujourd’hui d’un même paternalisme et la caste naguère maîtresse veut les maintenir à « leur place », c’est-à-dire à la place qu’elle a choisie pour eux ; dans les deux cas elle se répand en éloges plus ou moins sincères sur les vertus du « bon Noir » à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse, du Noir résigné, et de la femme « vraiment femme », c’est-à-dire frivole, puérile, irresponsable, la femme soumise à l’homme.

Beauvoir liste les disciplines utilisées par les ennemis des droits des femmes pour justifier l’inféodation des femmes, ce qui la conduit à parler du racisme et de l’égalité différencialiste, ou le « égales mais pas trop ». Le parallèle qu’elle établit entre les deux situations tient à la condition historique de son époque. Beauvoir montre bien que c’est en situation de crise que le monde patriarcal, la « caste naguère maîtresse », outre les stéréotypes dont il affuble certains groupes depuis de nombreux siècles. Les mâles, qui sont des colons, dérobent la liberté aux femmes, aux Afro-Américains, en les essentialisant. Si Beauvoir rapprochent ces deux groupes, c’est qu’elle a commencé à réfléchir et à écrire Le Deuxième Sexe lors de son premier séjour aux États-Unis, au printemps 1947. Lors de ce voyage, elle a rencontré l’écrivain Afro-Américain Richard Wright, qui lui fait découvrir concrètement les conditions d’existence de ses confrères, dans le quartier de Harlem à New-York, mais aussi à La Nouvelle-Orléans. Beauvoir témoigne de leurs discussions et de ses découvertes15 dans L’Amérique au jour le jour, récit de voyage paru en 1948, dédicacé à « Ellen et Richard Wright ». Elle y analyse ce qu’elle a vu et entendu, prenant position contre le racisme et parlant du « mythe » de la femme américaine16, terme et analyse qu’elle reprend également dans Le Deuxième Sexe.

Non seulement Beauvoir parle des Afro-Américains et analyse le conditionnement raciste dont ils sont victimes, mais elle n’oublie pas les immigrés français :

Il est toujours dur d’être un nouveau venu qui essaie de se frayer un chemin à travers une société hostile ou du moins méfiante. Richard Wright a montré dans Black Boy combien les ambitions d’un jeune Noir d’Amérique sont barrées dès le départ et quelle lutte il a à soutenir simplement pour s’élever au niveau où les problèmes commencent à se poser aux Blancs ; les Noirs qui sont venus d’Afrique en France connaissent aussi – en eux-mêmes comme au-dehors – des difficultés analogues à celles que rencontrent les femmes17.

Quelle que soit la nationalité présente, qu’ils soient Américains ou Français, la couleur de la peau rassemble les exclus des sociétés occidentales, tout comme les femmes, elles, au-delà des nationalités. Beauvoir insiste également, une nouvelle fois, sur la place centrale que s’est arrogée l’homme blanc :

C’est ainsi qu’il y a, par-delà le secret que crée leur dissimulation, un mystère du Noir, du Jaune, en tant qu’ils sont considérés absolument comme l’Autre inessentiel. Il faut remarquer que le citoyen américain qui déconcerte profondément l’Européen moyen n’est cependant pas considéré comme « mystérieux » : plus modestement on assure qu’on ne le comprend pas ; ainsi la femme ne « comprend » pas toujours l’homme, mais il n’y a pas de mystère masculin ; c’est que la riche Amérique, le mâle sont du côté du Maître et que le Mystère est propriété de l’esclave18.

Beauvoir utilise une métaphore politique liée à son amour des voyages et à sa connaissance des clichés liés aux peuples pour établir un parallèle entre la femme qui est située plus bas que le mâle dans la hiérarchie sociale, et l’homme européen, qui envie toujours les hommes d’Amérique du Nord, unanimement vus comme de riches industriels ou de riches planteurs. Pour Beauvoir, c’est l’homme occidental qui crée les mythes, les stéréotypes, les clichés, le bizarre, sur celles et ceux qui sont différents de lui, physiquement parlant, par la couleur de peau ou par les gamètes.

Autre parallèle étudié dans le cadre ce cette communication, celui entre les femmes et les Africains du Nord. Si, en 1949, Beauvoir n’est pas encore engagé dans les luttes pour l’indépendance des colonies du Magreb, elle est déjà très sensible aux horreurs du colonialisme. L’autrice a déjà analysé le phénomène du racisme colonial dans Pour une morale de l’ambiguïté, paru en 1947 :

(…) j’ai vu en Algérie plusieurs colons apaiser leur conscience par le mépris où ils tenaient les Arabes écrasés de misère : plus ceux-ci étaient misérables, plus ils semblaient méprisables, si bien quil ny avait jamais place pour le remords19.

L’euphonie entre « misérables » et « méprisables » permet de faire ressortir avec plus de force l’égalité établie par les colons entre la situation économique défavorisée des colonisés, et leur impossibilité à s’en sortir – et pour cause. Le tout permettant aux colons d’avoir bonne conscience et de continuer sans états d’âme le pillage du pays où ils se trouvent. Dans Le Deuxième Sexe, Beauvoir insiste sur la dimension psychologisante des théories pseudo-scientifique de son époque, de celles qui justifient le maintien de certains groupes dans l’infériorité :

Il y a des sociologues américains qui enseignent aujourd’hui avec sérieux la théorie des « low-class gain », c’est-à-dire des « bénéfices des castes inférieures ». En France, aussi, on a souvent proclamé – quoique de manière moins scientifique – que les ouvriers avaient bien de la chance de n’être pas obligés de « représenter », et davantage encore les clochards qui peuvent se vêtir de haillons et se coucher sur les trottoirs, plaisirs interdits au comte de Beaumont et à ces pauvres messieurs de Wendel. Tels les pouilleux insouciants qui grattent allègrement leur vermine, tels les joyeux nègres riant sous les coups de chicote et ces gais Arabes du Souss qui enterrent leurs enfants morts de faim avec le sourire aux lèvres, la femme jouit de cet incomparable privilège : l’irresponsabilité. Sans peine, sans charge, sans souci, elle a manifestement « la meilleure part ». Ce qui est troublant c’est que par une perversité entêtée – liée sans doute au péchéoriginel – à travers siècles et pays les gens qui ont la meilleure part crient toujours à leurs bienfaiteurs : C’est trop ! Je me contenterai de la vôtre ! Mais les capitalistes magnifiques, les généreux colons, les mâles superbes s’entêtent : Gardez la meilleure part, gardez-la 20!

L’ironie beauvoirienne donne à plein, montant en épingle la mauvaise foi des oppresseurs, qui feignent d’être les opprimés pour mieux refuser des droits élémentaires aux véritables victimes du sytème patriarcal.

Ce qui est en jeu, c’est aussi la place de chacun et de chacune dans la société :

En ce sens, il y a de la vérité dans le slogan qui la condamne à demeurer « une éternelle enfant » ; on a dit aussi des ouvriers, des esclaves noirs, des indigènes colonisés qu’ils étaient « de grands enfants » aussi longtemps qu’on ne les a pas craints ; cela signifiait qu’ils devaient accepter sans discussion les vérités et les lois que leur proposaient d’autres hommes. Le lot de la femme, c’est l’obéissance et le respect. (…) Les racistes américains, les colons français souhaitent aussi que le Noir se montre chapardeur, paresseux, menteur : il prouve par là son indignité ; il met le bon droit du côté des oppresseurs ; s’il s’obstine à être honnête, loyal, on le regarde comme une mauvaise tête. Les défauts de la femme s’exagèrent donc d’autant plus qu’elle n’essaiera pas de les combattre mais qu’au contraire elle s’en fera une parure21.

Les hommes dominants veulent que les dominés répondent aux clichés qu’ils ont fabriqués. Ces clichés maintiennent les dominés dans des cadres stricts, les mots ont une portée dans la vie quotidienne et ne sont pas anodins. Ils privent les dominés de leur liberté de mouvements et de pensée, pour, finalement, les faire ressembler aux clichés qu’ils devraient combattre.

Dernier parallèle, entre les femmes et les Juifs :

(…) toute l’histoire des femmes a été faite par les hommes. De même qu’en Amérique il n’y a pas de problème noir mais un problème blanc (…) ; de même que « l’antisémitisme n’est pas un problème juif : c’est notre problème (…) » ; ainsi le problème de la femme a toujours été un problème d’hommes22.

Beauvoir reprend la formule sartrienne et son point de vue sur la fabrique de théories d’infériorisation de groupes spécifiques. L’essayiste retourne le problème de l’Autre à ses fabricants, les mâles, racistes et antisémites.

Elle fait également converger le sort des prostituées et la situation des Juifs :

On a rapproché justement leur situation et celle des Juifs auxquels elles étaient souvent assimiléesI : l’usure, le trafic de l’argent sont interdits par l’Église exactement comme l’acte sexuel extraconjugal ; mais la société ne peut se passer de spéculateurs financiers ni d’amour libre, ces fonctions sont donc dévolues à des castes maudites : on les parque dans des ghettos ou dans des quartiers réservés. Comme les Juifs on les obligeait à porter sur leurs vêtements des signes distinctifs. En France le plus généralement employé était une aiguillette de couleur déterminée suspendue à l’une des épaules ; souvent la soie, les fourrures, les parures des femmes honnêtes leur étaient interdites 23.

La note précise : « I. “Celles qui venaient à Sisteron par le passage de Péipin devaient comme les Juifs un droit de péage de cinq sols au profit des dames de Sainte-Claire.” (Bahutaud.)24 » Les Juifs, comme les femmes, sont mis de côté, à cause du pouvoir économique qu’elles et ils représentent.

Beauvoir résume l’ensemble des situations parallèles par une image empruntée à l’univers du voyage – pour elle qui est Parisienne. Elle ne connaît la vie de province que par ses séjours en Limousin dans l’enfance puis par ses explorations hors de la capitale :

Pour le villageois, tous les gens qui n’appartiennent pas à son village sont des « autres » suspects ; pour le natif d’un pays, les habitants des pays qui ne sont pas le sien apparaissent comme des « étrangers » ; les Juifs sont « des autres » pour l’antisémite, les Noirs pour les racistes américains, les indigènes pour les colons, les prolétaires pour les classes possédantes25.

L’Autre est toujours la ou le dominé. La qualité d’Autre est vue comme une bizarrerie pour les dominants, non comme un atout ou une richesse.

Cependant, la philosophe met certaines limites à sa théorie des parallèles. Tout d’abord, le problème de l’antisémite n’est pas le souci du raciste :

« L’éternel féminin » c’est l’homologue de « l’âme noire » et du « caractère juif ». Le problème juif est d’ailleurs dans son ensemble très différent des deux autres : le Juif pour l’antisémite n’est pas tant un inférieur qu’un ennemi et on ne lui reconnaît en ce monde aucune place qui soit sienne ; on souhaite plutôt l’anéantir26.

Les persécutions contre les Juifs n’ont rien de commun avec celles que subissent les femmes et les Afro-Américains, même si les trois groupes sont des victimes. En outre, être femme n’empêche pas d’être raciste :

(…) que le mâle appartienne à la même classe, à la même race que la sienne : le privilège du sexe ne joue que dans ce cadre ; pour qu’il soit un demi-dieu, il doit évidemment être d’abord un être humain ; pour la fille de l’officier colonial, l’indigène n’est pas un homme ; si la jeune fille se donne à un « inférieur », c’est qu’elle cherche à se dégrader parce qu’elle ne se croit pas digne de l’amour27.

Beauvoir lie classe sociale, ethnie et sentiments, sans jouer, pour une fois, sur les stéréotypes racistes qu’elle décrit. Ces clichés recouvrent sans aucun doute une réalité sociologique et historique, mais ne sont-ils pas déjà un peu datés en 1949 ? Le site de l’INSEE recense 6% de mariages mixtes en 195028, sachant que les Africains du Nord colonisés n’étaient pas considérés comme des Français.

Un autre point qui sépare les femmes des autres groupes déjà nommés est, selon Beauvoir, leur manque de solidarité : « Jamais les femmes n’ont constitué une caste séparé: et en vérité elles n’ont pas cherché à jouer en tant que sexe un rôle dans l’histoire.29 » Les lectures partielles de Beauvoir, dues à la rapidité de l’écriture du Deuxième Sexe, explique ce jugement hâtif. Beauvoir n’a pas jugé bon de traverser la Seine pour aller de la Bibliothèque nationale sise rue Richelieu à la Bibliothèque Marguerite Durand, qui se trouvait alors abritée dans la mairie du cinquième arrondissement. Nous retrouvons les termes « caste » et « sexe » utilisés comme synonymes de « groupe social soudé ».

L’écrivaine explique longuement les raisons pour lesquelles, au final, et malgré de fortes similitudes entre leurs différents situations, il n’est pas possible d’établir un parallèle rigide entre les femmes, les prolétaires, les Afro-Américains, les Maghrébins :

Mais les femmes ne sont pas comme les Noirs d’Amérique, comme les Juifs, une minorité : il y a autant de femmes que d’hommes sur terre. Souvent aussi les deux groupes en présence ont d’abord été indépendants : ils s’ignoraient autrefois, ou chacun admettait l’autonomie de l’autre ; et c’est un événement historique qui a subordonné le plus faible au plus fort : la diaspora juive, l’introduction de l’esclavage en Amérique, les conquêtes coloniales sont des faits datés. Dans ces cas, pour les opprimés il y a eu un avant : ils ont en commun un passé, une tradition, parfois une religion, une culture. En ce sens le rapprochement établi par Bebel entre les femmes et le prolétariat serait le mieux fondé : les prolétaires non plus se sont pas en infériorité numérique et ils n’ont jamais constitué une collectivité séparée. Cependant à défaut d’un événement, c’est un développement historique qui explique leur existence en tant que classe et qui rend compte de la distribution de ces individus dans cette classe. Il n’y a pas toujours eu des prolétaires : il y a toujours eu des femmes (…). Elles n’ont pas de passé, d’histoire, de religion qui leur soit propre ; et elles n’ont pas comme les prolétaires une solidarité de travail et d’intérêts ; il n’y a pas même entre elles cette promiscuité spatiale qui fait des Noirs d’Amérique, des Juifs des ghettos, des ouvriers de Saint-Denis ou des usines Renault une communauté. Elles vivent dispersées parmi les hommes, rattachées par l’habitat, le travail, les intéts économiques, la condition sociale à certains hommes – père ou mari – plus étroitement qu’aux autres femmes. Bourgeoises elles sont solidaires des bourgeois et non des femmes prolétaires ; blanches des hommes blancs et non des femmes noires. (…) La division des sexes est en effet un donné biologique, non un moment de l’histoire humaine30.

Beauvoir condense ici sa pensée. Contrairement au groupe des Afro-Américains, des Juifs et des prolétaires, le groupe des femmes n’est pas qu’une partie de l’humanité. Les femmes traversent les catégories d’ethnie, de religion et de classe sociale. La philosophe convainc son lectorat de la spécificité de la condition des femmes. Ce qui prime pour les femmes est le rang social et l’ethnie auxquelles elles appartiennent. La sororité semble impossible aux yeux de Beauvoir, par manque de données, mais aussi parce qu’elle considère que le physiologique n’est pas un élément qui puisse rassembler les personnes humaines.

La femme peut appartenir à une caste et à une race, elle est toujours du même sexe. Beauvoir croise plusieurs éléments de son identité.

III. Applications pratiques

Beauvoir revient malgré tout à sa théorie des parallèles à la fin du Deuxième Sexe, lorsqu’elle évoque l’avenir des femmes de son époque. En 1949, l’autrice est persuadée que l’histoire des femmes n’existe pas, d’où une comparaison avec l’histoire de l’esclavage et de la colonisation de l’Amérique du Nord :

Comment les femmes auraient-elles jamais eu du génie alors que toute possibilité d’accomplir une œuvre géniale – ou même une œuvre tout court – leur était refusé? La vieille Europe a naguère accablé de son mépris les Américains barbares qui ne possédaient ni artistes ni écrivains : « Laissez-nous exister avant de nous demander de justifier notre existence », répondit en substance Jefferson. Les Noirs font les mêmes réponses aux racistes qui leur reprochent de n’avoir produit ni un Whitman ni un Melville. Le prolétariat français ne peut non plus opposer aucun nom à ceux de Racine ou de Mallarmé. La femme libre est seulement en train de naître (…)31.

Beauvoir oublie que les références littéraires qu’elle emploie sont issues de la culture bourgeoise masculine, donc de la classe/« caste » dominante, qui hausse certains artistes au pinacle selon des critères qui lui sont propres. Demander que les femmes et les Afro-Américains produisent des œuvres exactement semblables à celles qu’une certaine frange du patriarcat blanc a écrites est problématique, malgré la volonté de Beauvoir d’abolir tout forme de racisme et de sexisme et d’encourager les femmes à prendre des bastions que les hommes se réservent depuis des siècles.

L’essayiste donne la forme réalisable d’une société où les femmes auraient des droits et des devoirs identiques à ceux des hommes :

Un monde où les hommes et les femmes seraient égaux est facile à imaginer car c’est exactement celui qu’avait promis la révolution soviétique : les femmes élevées et formées exactement comme les hommes travailleraient dans les mêmes conditions (…) et pour les mêmes salaires ; la liberté érotique serait admise par les mœurs, mais l’acte sexuel ne serait plus considéré comme un « service » qui se rémunère : la femme serait obligée de s’assurer un autre gagne-pain ; le mariage reposerait sur un libre engagement que les époux pourraient dénoncer dès qu’ils voudraient ; la maternité serait libre, c’est-à-dire qu’on autoriserait le birth-control et l’avortement et qu’en revanche on donnerait à toutes les mères et à leurs enfants exactement les mêmes droits, qu’elles soient mariées ou non ; les congés de grossesse seraient payés par la collectivité qui assumerait la charge des enfants, ce qui ne veut pas dire qu’on retirerait ceux-ci à leurs parents mais qu’on ne les leur abandonnerait pas32.

Pour Beauvoir, les femmes doivent gagner leur liberté en étant responsables d’elles-mêmes, financièrement, mais également physiquement, sexuellement et intellectuellement. Et ce jour glorieux surviendra grâce à un système communiste, ce sur quoi Beauvoir reviendra dans les années soixante-dix, lorsqu’elle aura tourné le dos à l’URSS et qu’elle se sera engagée dans les mouvements féministes dits « de la deuxième vague ». Signalons que Beauvoir s’est non seulement fortement mobilisée pour la conquête durable des droits des femmes, mais qu’elle s’engage aussi totalement pour l’indépendance des pays du Maghreb, qu’elle a accueilli avec joie Mai 68, qu’elle s’est battue contre la censure des groupes gauchistes, contre le voile des femmes iraniennes et qu’elle a soutenu le premier ministère des droits des femmes dans les années quatre-vingts.

L’application pratique des théories beauvoirennes est à voir dans le parcours ultérieur des femmes françaises et étrangères : conquête du droit à la contraception, à l’avortement, à une sexualité égalitaire, à se promener et à voyager seules en toute tranquillité, à écrire de grandes œuvres, à avoir les mêmes fonctions politiques et les mêmes métiers que les hommes, etc.

Conclusion

Ainsi, il existe bien une théorie des parallèles chez Beauvoir, malgré des amendements apportés par l’écrivaine elle-même. Beauvoir est une des premières féministes françaises à faire un rapprochement entre les théories politiques réactionnaires, le racisme, l’antisémitisme et le sexisme. Cependant, elle brise certaines droites de son argumentaire pour valoriser la spécificité de la condition des femmes. En effet, les femmes représentent de par leur « sexe » la moitié de la terre, elles sont de différentes « castes » et « races ». Leur cheminement est particulier, ce qui ne signifie pas que leur infériorisation systématique soit justifiée ni justifiable. Beauvoir a ouvert la route de la liberté aux femmes, à nous de la bâtir en dur pour que rien ne puisse jamais plus nous entraver.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Caste, race ou sexe ? Théorie des parallèles chez Simone de Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/12136

 

1 Alain Rey et Tristan Hordé, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000, p. 646.
2 Ibid.
3 Alain Rey et Tristan Hordé, Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., p. 3056.
4 Alain Rey et Tristan Hordé, Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., p. 3492-3493.
6 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., Paris, Gallimard, 2000, p. 186.
7 Auguste Comte, Cours de philosophie positive. Tome quatrième (première partie), Paris, Bachelier, 1839, p. 569.
8 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 321.
9 Idem, p. 20-21.
10  Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., Paris, Gallimard, 1987, p. 545.
11  Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 11, 13.
12  Idem., p.14.
13 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 24.
14 Ibid.
15  Simone de Beauvoir, L’Amérique au jour le jour, Paris, Gallimard, « Folio », p.326-343.
16  Idem, p. 452.
17 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., op. cit., p. 540-541.
18  Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 391.
19Simone de Beauvoir, Pour une morale de l’ambigüité suivi de Pyrrhus et Cinéas, Paris, NRF Idées, 1962, p. 146.
20 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., op. cit., p. 565. 
21  Idem, p. 423, 443.
22 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 216.
23 Idem, p. 166-167.
24 Ibid.
25 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 16.
26 Idem, p. 24.
27  Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., op. cit., p. 478-479.
28 https://www.insee.fr/fr/statistiques/2656612 Site consulté le premier juillet 2018.
29 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. I., op. cit., p. 217.
30 Idem, p. 17-19.
31 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., op. cit., p. 569.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Deux chansons d'Anne Sylvestre VADMC

Gestion du consentement (3) : deux chansons d’Anne Sylvestre

Outre « Bergère » , la compositrice-interprète Anne Sylvestre s’est amusée avec les clichés liés à la sexualité féminine hétérosexuelle, dans deux chansons de 1969, « Antoinette a peur du loup » et « Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant », reprises dans le vinyle Aveu, puis dans le compact disc Mousse en 1995.

En 1969, Anne Sylvestre convoque l’imaginaire des contes pour décrire la condition féminine d’une époque où les associations féministes reformées après la Seconde Guerre mondiale luttaient pour se faire entendre, avant l’explosion en 1970 de la seconde vague des féminismes français qui sauront médiatiser leurs combats, dont l’éducation sexuelle pour toutes et tous, entre autres luttes.

Antoinette et la narratrice qui attend son prince prônent le choix de la sexualité ou non, tout en mettant en évidence le manque d’éducation sexuelle par les parents. Visiblement, rien n’a changé depuis la sortie vingt ans auparavant du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir (1949), où l’autrice souligne dans sa conclusion que les « (…) conditions actuelles dans lesquelles s’accomplissent la formation et l’initiation sexuelle de la femme sont si déplorables qu’aucune des objections que l’on oppose à l’idée d’un radical changement ne saurait être valable. » (Tome II, Gallimard, 1987, p. 572). Ce qui est le cas dans les deux chansons, où Antoinette et la narratrice qui attend son prince ont peur de la sexualité.

En effet, elles n’ont reçu aucune éducation sexuelle et refusent de se laisser toucher par leur promis :

Je connaissais bien sa peur

Et sa grande méfiance 

Pour ce qui est en d’ssous du cœur

Antoinette a peur du loup

Antoinette a peur du noir

Antoinette a peur de tout

Même le soir, même avec vous (…).

Je ne savais pas qu’un homme

C’était aussi déroutant

Ce doit être ce qu’on nomme

Un Don Juan et pourtant

Je pense à ce que ma mère 

A failli me dire un soir 

Des choses bien singulières 

Que je ne veux pas savoir 

Depuis l’ temps que j ‘l’attends

Que j’ l’attends 

Depuis l’ temps que j’ l’attends

J’ai des doutes maintenant (…)

Aucune des deux ne souhaite passer à l’acte. Les chansons exposent la faillite d’un monde patriarcal où le consentement féminin n’est pas posé, et où les femmes préfèrent rester dans l’ignorance de leur corps et du corps de l’autre, tellement les tabous sexuels sont forts et forment un rempart de sottise autour d’elles, provoquant dégoût et refus. Beauvoir parle de ces « (…) filles trop bien élevées qui n’avaient reçu aucune éducation sexuelle et que la brusque découverte de l’érotisme bouleversa. » (Ibid., p. 218) Antoinette et la narratrice qui attend son prince se trouvent mieux dans l’asexualité que dans ce qui est une confrontation avec l’homme et son sexe.

Mais Anne Sylvestre refuse le désenchantement. Dans « Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant », le rythme de la musique s’accélère à mesure que les couplets s’égrènent et que le duo qu’elle forme avec son collègue Boby Lapointe se délite dans une parodie de dispute de – presque – couple, l’un se demandant à haute voix ce qui lui a pris de vouloir épouser une « vieille peau », l’autre retournant à son attente de l’homme, idéal parce que désincarné et chimérique.

Quant à Antoinette, sa sœur cadette est toute prête, quant à elle, à accueillir le loup, le noir et… le promis d’Antoinette :

Oh, oui, moi, j’aime le loup 

Oh, oui, moi, j’aime le noir 

Oh, oui, moi, moi, j’aime tout 

Surtout le soir, et surtout vous

Il ne s’agit pas d’une lutte sexiste entre deux jeunes filles pour un homme, mais de deux choix d’existence radicalement différents. La chanson se termine sans que l’on sache si le promis change de sœur ou part, l’important est que chaque jeune fille suive son chemin, à son rythme, afin de  « (…) s’accepter sans complaisance et sans honte. » (Ibid., p. 79). À suivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Gestion du consentement (4) : deux chansons d’Anne Sylvestre », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/11884

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube