Archives par étiquette : L’Énorme Crocodile

Les Deux Gredins VADMC

Solidarité singes et oiseaux : Les Deux Gredins

Quand l’être humain est dangereux, les êtres non humains se défendent. Dans Les Deux Gredins (1980), Roald Dahl imagine la savoureuse vengeance d’une famille de singes, esclaves d’un couple affreux, sale et méchant, Compère Gredin et Commère Gredin.

La première partie du récit est consacrée à la description physique et morale du couple humain, ainsi qu’aux tours pendables, mais drôles pour la lectrice et le lecteur, qu’ils se jouent entre eux. Dahl insiste sur l’aspect repoussant de ses anti-héros, reflet de leur méchanceté, dans un pysiognomonisme de bon aloi. Le lectorat est donc activement préparé à la détestation des Gredins.

Dans la seconde partie, on s’enfonce dans le dégoût, car non seulement le couple est pervers l’un envers l’autre, mais il sait être soudé quand il s’agit de faire du mal aux autres. Ainsi, en tant qu’anciens forains, Compère et Commère Gredin s’amusent à faire tenir une famille de singes la tête en bas six heurs par jour, tous les jours, et à leur apprendre à boire et à manger la tête en bas. De même, tous les mardis soirs, Compère Gredin enduit de super glu les branches des arbres de son jardin et, le lendemain matin, va y cueillir les oiseaux pour que sa Commère les fasse rôtir dans la tarte du mercredi. Et les singes ne parlant pas anglais, ils ne peuvent pas prévenir les oiseux britanniques du triste sort qui les attend.

Il faut l’arrivée d’un touriste « africain » (le pays n’est pas précisé), l’Oiseau Arc-en-Ciel, cousin de Dodu-de-la-Plume dans L’Énorme Crocodile, pour que les singes retrouvent leur liberté. Chez Dahl, ce ne sont pas les Europén·nes qui vont dans des destinations dites exotiques, mais les Africain·nes qui viennent visiter l’Angleterre :

– Sais-tu parler aux oiseaux anglais ?

– Bien sûr, répondit l’Oiseau Arc-en-Ciel. Ce n’est pas intéressant de visiter un pays sans connaître la langue de ses habitants1.

L’Oiseau Arc-en-Ciel n’a pas une posture arrogante de colonisateur (touristique ou de longue durée). Précurseur des échanges ERASMUS, il va vers l’Autre avant même d’arriver à destination, en apprenant la langue du pays où il se rend. 

Il fait le lien entre les singes et les oiseaux, délivrant les singes et participant à la « terrifiante ratatinette » orchestrée par les singes : ils utilisent la super glu-piège à oiseaux pour coller tapis et meubles de la salle à manger au plafond, et peindre le plancher de la couleur du plafond. Les Deux Gredins croient alors marcher sur la tête et se mettent la tête en bas. Et se ratatinent, se ratatinent, se ratatinent, se ratatinent … et ne sont regrettés par personne.

La méchanceté et l’esclavagisme sont punis, la solidarité inter-espèces a triomphé. Vive la liberté !

 

1 Roald Dahl, Les Deux Gredins, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 1991, p. 56.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Solidarité singes et oiseaux : Les Deux Gredins », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=8529

 

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

L'Enorme Crocodile VADMC

Crocodile énorme, mais petit cerveau : L’Énorme Crocodile

Être un énorme crocodile permet de faire peur à ses proies et d’en déguster un certain nombre sans être dérangé par la concurrence, mais cela n’empêche pas la gentillesse ni l’intelligence. Ou devrait.

Le héros éponyme de Roald Dahl (1978) va en faire l’amère expérience et payer, in fine, ses méchancetés, gratuites ou préméditées. Après avoir mordu Trompette l’éléphant, l’arbre où Jojo-la-Malice le singe se reposait et les plumes de la queue de Dodu-de-la-Plume, l’oiseau multicolore, l’Énorme Crocodile sort de la jungle. Las de manger des poissons, il souhaite diversifier son alimentation.

Cependant, il préfère s’attaquer de manière sournoise aux enfants plutôt que d’attraper des proies près de son domicile marécageux. L’Énorme Crocodile met toute son énergie affamée au service de l’anthropophagie, devenant cocotier, balançoire, crocodile de manège en bois, banc de pique-nique. Sa courte intelligence n’avait pas prévue que ses confrères animaliers porteraient secours aux enfants et qu’il ne pourrait rien faire contre ces actions de solidarité. Ses « plans secrets et ruses habiles » et autres « pièges subtiles » échouent.

De prédateur il devient proie et finit très mal. Dans la collection Folio Benjamin, édition de 1987, son châtiment s’étale sur sept pages. Les illustrations de Quentin Blake, dessinateur favori de Dahl, montre le rétrécissement du saurien, sa courte élongation, puis son écrabouillement dans le soleil, grâce à Trompette.

Ainsi, il est prouvé : 1) que le régime piscivore est meilleur pour la santé que le carnivore ;  2) que la solidarité inter-espèce existe ; 3) que la mauvaiseté est toujours punie.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Crocodile énorme, mais petit cerveau : L’Énorme Crocodile », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8440

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube