Archives par étiquette : Les Pérégrines

Interview G. Gourbe

L’enjeu existentiel de Beauvoir – Interview de Géraldine Gourbe

Un grand merci à Géraldine Gourbe, qui a fait paraître un court essai sur Simone de Beauvoir en mars 2021 aux éditions Les Pérégrines, d’avoir répondu à nos questions.

Tiphaine Martin – Pourriez-vous nous raconter en détail votre découverte de Simone de Beauvoir ?

Géraldine Gourbe – J’ai découvert, comme beaucoup d’enfant·e·s, je pense, les livres de Simone de Beauvoir dans la bibliothèque familiale, ma mère ne cessait de répéter qu’elle avait changé sa vie et qu’elle lui était très reconnaissante. Adolescente, j’ai lu Les Mémoires d’une jeune fille rangée, j’en avais gardé un souvenir agréable. Au moment de ma thèse, j’ai relu certains passages du Deuxième Sexe avec pour perspective toute la littérature queer (en autres Le Trouble dans le genre de Judith Butler) et analysé pour les besoins de mon sujet de thèse. J’avais donc une appréhension et compréhension très lacunaires de l’œuvre de Simone de Beauvoir. Et je me suis rendu compte que mon approche de Beauvoir était assez récurrente dans les récits des autres personnes : les mentions du Deuxième Sexe et des Mémoires 1 venaient clôturer toute l’œuvre littéraire et philosophique etc. de l’écrivaine. 

T.M. – Pourquoi avoir écrit cette biographie aujourd’hui précisément ?

G.G. – Ce sont les correspondances entre Simone de Beauvoir et Nelson Algren qui m’ont permis de découvrir autrement l’autrice. Son écriture et ses idées étaient fraîches et libres et puis surtout j’ai mesuré l’ampleur de son engagement contre le colonialisme. Les lectures des Mémoires La Force de l’âge et La Force des choses ont été essentielles dans ma compréhension de son militantisme décolonial et anti-raciste qui résonne beaucoup avec les mouvements irrités de Black Lives Matter… bien loin de la catégorie d’un féminisme blanc bourgeois dans laquelle certain·e·s la rangeaient mécaniquement.

T.M. – Comment avez-vous découpé votre biographie ?

G.G. –  Pour moi, il ne s’agit pas vraiment d’une biographie à proprement parler mais plutôt d’un essai qui propose à l’aide d’un ensemble de personnages secondaires (Brigitte Bardot, Nelson Algren, Djamila Boupacha, Violette Leduc, Françoise d’Eaubonne…) de saisir des facettes que nous connaissons peu, voire pas du tout de Simone de Beauvoir… Il s’agissait de faire entendre, résonner son écriture loin du personnage principal Jean-Paul Sartre et du quartier de Saint-Germain-des-Prés.

T.M. – Que préférez-vous et que détestez-vous dans l’œuvre de Beauvoir ?

G.G. – J’aime beaucoup l’écriture de ses mémoires pour leur contemporanéité. C’est le grand enjeu esthétique existentiel de Beauvoir, ces mémoires ; le comprendre donne sens à beaucoup de ses engagements et décisions.

T.M. – Une citation de Beauvoir que vous aimez particulièrement ?

G.G. – A propos de la guerre en Algérie dans La Force des choses, elle écrit : « J’avais aimé les foules : maintenant même les rues m’étaient hostiles, je me sentais aussi dépossédée qu’aux premiers temps de l’occupation. »

T.M. – Quels sont vos projets ?

G.G. – Prendre le temps avant la prochaine exposition ou le prochain livre. 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Géraldine Gourbe, « L’enjeu existentiel de Beauvoir – Interview de Géraldine Gourbe », Voyages autour de mon cerveau, avril 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1533

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn