Archives par étiquette : Littérature jeunesse

Stéphanie Richard VADMC

J’aime PAS… (1) Interview de Stéphanie Richard

Un grand merci à Stéphanie Richard pour ses réponses au sujet de sa série « J’aime PAS » aux Éditions Talents Hauts.

Tiphaine Martin Quel est votre parcours ?

Stéphanie Richard – J’ai d’abord été comédienne, clown, chanteuse, metteuse en scène et intervenante théâtre durant 23 ans. J’ai commencé à écrire pour la jeunesse vers 2010, j’ai donc eu envie de faire une reconversion professionnelle dans ce domaine. J’ai fait un master 2 en Littérature de jeunesse entre 2016 et 2018 et suis bibliothécaire jeunesse à Aubervilliers depuis 2019.

T.M. – Pourquoi ce choix de la littérature jeunesse ?

S.R. – Comme beaucoup, c’est à la naissance de ma fille que j’ai découvert la LJ, je n’avais pas vu à quel point cette littérature s’était développée depuis ma propre enfance. J’ai découvert Claude Ponti et j’ai eu la sensation qu’une grande liberté était possible, c’est pourquoi j’ai commencé à écrire pour les enfants.

T.M. – D’où vous est venue l’idée de cette série anti-sexiste « J’aime PAS » ?

S.R. – Je n’ai pas eu l’idée d’une série anti-sexiste, nous avons proposé conjointement avec Gwenaëlle le projet de J’aime PAS la danse, l’histoire est très proche de ce qui s’est réellement passé quand j’étais petite. Je n’y ai vu, à ce moment là,  qu’une histoire qui m’amusait. C’est notre éditrice qui a pensé décliner cette idée du « J’aime PAS » avec l’idée que ce n’est pas parce que je suis une fille ou un garçon que je dois avoir des goûts attendus de fille ou de garçon.

T.M. – Comment choisissez-vous le sujet de chaque album de cette série ?

S.R. – Nous les avons choisis avec notre éditrice. Nous en avons décliné 6, plus nous aurait donné l’impression de chercher artificiellement de nouveaux thèmes.

T.M. – D’où vous est venue l’idée de cette série anti-sexiste « J’aime PAS » ?

T.M. – Quels sont vos projets ?

S.R. – J’écris pour tous les âges, de l’album d’éveil au roman pour grands ados. Je fais en fonction du moment, rien de bien précis actuellement.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Stéphanie Richard, « J’aime PAS… (1) Interview de Stéphanie Richard », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8914

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Les J'aime pas VADMC

Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS…

Les Éditions Talents Hauts ont publié une série de six albums anti-sexistes intitulés « J’aime PAS… », écrits par Stéphanie Richard et illustrés par Gwénaëlle Doumont. Trois d’entre eux ont une héroïne : J’aime PAS la danse (2015), J’aime PAS être belle (2016), J’aime PAS  les poupées (2018). Les trois autres récits ont un héros : J’aime PAS le foot (2015), J’aime PAS être grand (2017), J’aime PAS les super-héros (2018).

Chaque album décrit une situation du quotidien enfantin et parental, à savoir les injonctions genrés de la société adulte. Ainsi, dans J’aime PAS la danse, la jeune héroïne, contrainte et forcée par sa mère de faire de la danse classique, finit-elle par faire ses propres pas sur scène, le jour du spectacle de fin d’année. Et gagne le droit à ne plus correspondre aux attentes maternelles, mais à faire ce qui lui plaît comme loisir(s).

Dans J’aime PAS être belle, la petite Tiphaine est-elle habillée comme une poupée par sa mère, pour la photo de classe : jupe rose à volants et cœurs rouges, haut blanc, souliers vernis, chaussettes blanches, coiffure élaborée. Sauf que la poupée est une fillette en bonne santé et de son temps, c’est-à-dire qu’elle bouge, qu’elle court, qu’elle joue au foot avec ses copains et copines, qu’elle fait de la peinture, qu’elle reçoit de l’encre du stylo-plume d’un voisin et des zestes de repas à la cantine. Et qu’elle se bagarre avec sa meilleure amie Aglaé. D’où un aspect sympathiquement hirsute sur la photo de classe.

Lili n’est pas non plus une petite fille bien sage, et surtout pas une « maman ». Elle revendique le droit à être une « enfant », qui préfère lire, mâcher du chewing-gum et jouer avec la, le chien·ne. Et qui en a plus qu’assez qu’on lui offre poupées, dînettes et poussettes. Par conséquent, quand une de ses grand-mères lui donne une poupée imitant parfaitement l’aspect et la taille d’une petite fille, Lili est-elle gênée, puis angoissée. Heureusement, elle trouve la bonne solution. Son ultime poupée sert donc de doudou au reptile de compagnie, dans son aquarium.

Trois bonnes raisons d’être une fille bien dans ses baskets, et trois bonnes raisons d’être un garçon sans poids de virilité toxique. Six bonnes raisons de lire et relire les albums de Stéphanie Richard et Gwénaëlle Doumont.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS… », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9026

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Les Dessous du sable VADMC

Tout un monde de sensations et de couleurs : Les Dessous du sable

Plutôt que de faire des pâtés de sable sur la plage, la famille des Dessous du sable (Nicole Claveloux, 1986) préfère partir en exploration. Un simple tas de rochers, conçus par la sculptrice Anne Galland, leur sert comme support fantasmatique, sans avoir à parler.

Ces rocs ouvrent leurs flancs à l’imagination des différents membres humains : un·e femme-homme adulte (grand·e, blanc·che, blond·e), trois adolescents (en surpoids, deux bruns et un dont le crâne est caché par une capuche), une adolescente (blanche, longiligne, rousse, à lunettes), une petite fille (teint et cheveux bruns) et un petit garçon (roux, en surpoids, au teint blanc). Influence de Botero ?

Chaque double page met en scène une thématique particulière : le toucher, la vue et le jeu (1, 2), le toucher (3, 4, 5), le toucher et le goût (6), le goût et le regard (7), l’ouïe et le toucher (8), la lévitation (9), le repos (10), le goût (11), le jeu (12), la joie (13), le retour chez soi (14). Tous les sens sont sollicités, soit ensemble, soit séparément.

L’autrice invite lecteurs et lectrices à l’aventure, dans un espace restreint et sécurisé. Les couleurs du monde sont déployées en un jeu entre l’intérieur des rochers et l’extérieur de la plage, où subissent des pâtés de sable, des coquilles d’œuf, et où volètent des mouettes et des libellules.

Les humain·es se mêlent aux autres animaux, en un tournoiement émancipateur, pendant que le ciel change, passant du bleu pur à des raies oranges, noires, bleu sombre, jaune soleil, avec ou sans nuages.

Pas d’étouffement donc, mais la liberté dans le respect de la nature et des compagnes et compagnons d’aventure, avant le départ de la plage, à la nuit tombée.

Les Dessous du sable, ou l’infini est en nous.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Tout un monde de sensations et de couleurs : Les Dessous du sable », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=8694

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

L'enfant qui parlait aux animaux VADMC

Quitter l’humain, suivre la tortue : L’Enfant qui parlait aux animaux

Être né du côté du système colonial ne veut pas dire qu’on l’accepte. Ainsi, le petit Anglais de huit ans qui est en vacances avec ses parents à la Jamaïque refuse à la fois le spécisme ambiant – tuer la tortue pour sa viande et sa carapace, et le colonialisme qui persiste – l’exploitation de la misère des Jamaïcains qui pêchent des animaux non humains dont ils ne profitent pas, les hôtels réservés aux ex-colonisateurs.

En 1977, Roald Dahl décrit le refus d’un massacre inutile pour les touristes occidentaux. Ceux-ci sont ravis d’assister à la capture d’une tortue géante et à ses souffrances, puisqu’elle est enchaînée et mise sur le dos. Ne manque que la perche à selfie, afin d’immortaliser ce glorieux instant de violence. Le petit David se met en colère contre ce spectacle cruel. Il parvient à faire libérer la tortue, mais uniquement parce que son père distribue de l’argent aux pêcheurs et au directeur de l’hôtel, qui avait acheté la tortue. Le quadrupède est remis sur ses pattes, et se met alors paisiblement à l’eau, après avoir vérifié qu’il est bien libre. Le capitalisme sait, lui aussi, retomber sur ses pattes et profiter de n’importe quelle opportunité pour engranger de l’argent, peut importe le support, le lieu et le moment.

Mais ce n’est pas l’histoire d’un bon samaritain que Dahl nous conte, ou pas seulement. David s’enfuie dans la nuit et rejoint sa nouvelle amie, pour un voyage sans fin. Il rejette l’humanité qui n’est que trafics, laideur et perversité.

L’accord inter-espèces peut se faire, mais au prix d’un renoncement aux caractéristiques humaines. Pourquoi pas.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quitter l’humain, suivre la tortue : L’Enfant qui parlait aux animaux », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/858

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Les Deux Gredins VADMC

Solidarité singes et oiseaux : Les Deux Gredins

Quand l’être humain est dangereux, les êtres non humains se défendent. Dans Les Deux Gredins (1980), Roald Dahl imagine la savoureuse vengeance d’une famille de singes, esclaves d’un couple affreux, sale et méchant, Compère Gredin et Commère Gredin.

La première partie du récit est consacrée à la description physique et morale du couple humain, ainsi qu’aux tours pendables, mais drôles pour la lectrice et le lecteur, qu’ils se jouent entre eux. Dahl insiste sur l’aspect repoussant de ses anti-héros, reflet de leur méchanceté, dans un pysiognomonisme de bon aloi. Le lectorat est donc activement préparé à la détestation des Gredins.

Dans la seconde partie, on s’enfonce dans le dégoût, car non seulement le couple est pervers l’un envers l’autre, mais il sait être soudé quand il s’agit de faire du mal aux autres. Ainsi, en tant qu’anciens forains, Compère et Commère Gredin s’amusent à faire tenir une famille de singes la tête en bas six heurs par jour, tous les jours, et à leur apprendre à boire et à manger la tête en bas. De même, tous les mardis soirs, Compère Gredin enduit de super glu les branches des arbres de son jardin et, le lendemain matin, va y cueillir les oiseaux pour que sa Commère les fasse rôtir dans la tarte du mercredi. Et les singes ne parlant pas anglais, ils ne peuvent pas prévenir les oiseux britanniques du triste sort qui les attend.

Il faut l’arrivée d’un touriste « africain » (le pays n’est pas précisé), l’Oiseau Arc-en-Ciel, cousin de Dodu-de-la-Plume dans L’Énorme Crocodile, pour que les singes retrouvent leur liberté. Chez Dahl, ce ne sont pas les Europén·nes qui vont dans des destinations dites exotiques, mais les Africain·nes qui viennent visiter l’Angleterre :

– Sais-tu parler aux oiseaux anglais ?

– Bien sûr, répondit l’Oiseau Arc-en-Ciel. Ce n’est pas intéressant de visiter un pays sans connaître la langue de ses habitants1.

L’Oiseau Arc-en-Ciel n’a pas une posture arrogante de colonisateur (touristique ou de longue durée). Précurseur des échanges ERASMUS, il va vers l’Autre avant même d’arriver à destination, en apprenant la langue du pays où il se rend. 

Il fait le lien entre les singes et les oiseaux, délivrant les singes et participant à la « terrifiante ratatinette » orchestrée par les singes : ils utilisent la super glu-piège à oiseaux pour coller tapis et meubles de la salle à manger au plafond, et peindre le plancher de la couleur du plafond. Les Deux Gredins croient alors marcher sur la tête et se mettent la tête en bas. Et se ratatinent, se ratatinent, se ratatinent, se ratatinent … et ne sont regrettés par personne.

La méchanceté et l’esclavagisme sont punis, la solidarité inter-espèces a triomphé. Vive la liberté !

 

1 Roald Dahl, Les Deux Gredins, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 1991, p. 56.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Solidarité singes et oiseaux : Les Deux Gredins », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=8529

 

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube