Archives par étiquette : Lord Burydan

‎Chirurgie esthétique 1900 VADMC

Chirurgie esthétique 1900

La Belle Époque et ses froufrous délicats n’ont pas fini de faire rêver ni de produire des œuvres de fiction. Cependant, certains auteurs vivant au début du vingtième siècle n’étaient pas du même avis. Ainsi, les écrivains policiers Gaston Leroux, dans sa pentalogie des Chéri-Bibi (1912-1925), et Gustave Le Rouge, dans son Mystérieux Docteur Cornélius (1912-1913), sont très critiques vis-à-vis de la société occidentale de leur époque.

Si Le Rouge choisit le continent nord-américain pour y parler de la course à l’argent et au profit, et la Bretagne pour la partie scientifique de son roman, Leroux s’inscrit dans la tradition de Guy de Maupassant et de Maurice Leblanc en campant une large partie de son intrigue en Normandie. Ses hobereaux violeurs, menteurs et assassins n’ont rien à envier aux bourgeois aux appétits débordants décrits avec âpreté par Maupassant et Leblanc. Toute cette littérature, contemporaine des travaux de Sigmund Freud sur l’inconscient, les pulsions et les fantasmes, mélange avec bonheur critique sociale, enquête policière et analyse psychanalytique, en brassant les thèmes antiques d’Abel et Caïn (Le Rouge), d’Œdipe (Le Rouge et Leroux) et de la destinée immuablement tragique (Leroux). Le psychanalyste viennois et les écrivains français se rejoignent alors  dans leurs observations des motivations humaines, du pire au meilleur, en attendant la déflagration de la Première Guerre mondiale.

Le Rouge campe un malfaiteur, le Docteur Cornélius, qui détourne la médecine pour devenir « le sculpteur de chair humaine », tandis que Léroux met en scène l’affreux Kanak, médecin devenu criminel anthropophage (clichés racistes bonjour) :

Entre cent autres, on citait particulièrement le cas du brave colonel Mac Dolmar qui, atteint d’un shrapnell pendant la guerre des Philippines, avait été totalement défiguré, privé du nez et de la moitié du visage. Le Dr Cornélius avait si bien restauré cette physionomie démantelée que c’est à peine s’il restait trace de l’épouvantable mutilation. Ainsi le Dr Cornélius Kramm n’était désigné que sous le surnom de rajeunisseur ou de « sculpteur de chair humaine1 ».

(…) le Kanak (…) condamné à dix ans de travaux forcés, pour n’avoir pas voulu dire à quoi lui servaient les lanières de chair qu’il venait de découper sur un de ses clients encore vivant, retenu de force chez lui et attaché sur son canapé de cuir… Eh bien, le Kanak travaillait dans son métier. Carne morte ou chair vivante, tous les marchands de mort subite la tripote : ça ne leur fait pas peur2 !

Ces deux honorables praticiens mettent leur science au service du mal : Cornélius en donnant à l’assassin et au presque fratricide et parricide Baruch Jorgell l’apparence du naïf Joë Dorgan, qu’il transforme en Baruch Jorgell après l’avoir enlevé, le Kanak en transformant le criminel (malgré lui, mais criminel tout de même) Chéri-Bibi en Marquis du Touchais, un noble débauché qui se révèle être un assassin et un parricide.

Les deux écrivains font état des affres psychologiques dans lesquels sont plongés ces personnages, chirurgiens esthétiques non inclus : Baruch Jorgell a des hallucinations de plus en plus prononcées, symptômes physiques de sa culpabilité, qui l’empêchent de se comporter comme le gentil Joë, sans compter que son regard reste celui de l’assassin qu’il est, c’est-à-dire dur ; Joë Dorgan, de son côté, se débat contre son apparence physique qui le condamne au Lunatic-Asylum  (hôpital psychiatrique dont le docteur Cornélius est le propriétaire) puis à la réclusion, avant d’être sauvé par sa véritable signature, qu’il écrit machinalement, à la demande de l’excentrique Lord Burydan, puis par la preuve des rayons X du bon savant le professeur Bondonnat, qui révèlent les manipulations chirurgicales de Cornélius ; Chéri-Bibi, ayant découvert les véritables agissements du Marquis, qu’il a tué tout comme le Kanak, s’immole par le feu qui dévore ses faux traits, puis se fait renvoyer au bagne sous sa véritable identité de Chéri-Bibi.

Les inventions de Le Rouge et de Leroux montrent la profondeur des questionnements philosophiques et moraux qui traversent la société à la veille de la Première Guerre mondiale, en face des progrès scientifiques et de leurs possibles dérives. Les avancées dans ce domaine avant le conflit permettront cependant de sauver des vies et de reconstruire corps et visages pendant et après la guerre, notamment grâce aux travaux de la chirurgienne Suzanne Noël3. La noirceur décryptée par Le Rouge et Leroux se transforme en élan vital.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Chirurgie esthétique 1900 », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/11431

1 Gustave Le Rouge, Le Mystérieux Docteur Cornélius, Paris, Bouquins, 1986, p. 136.

2 Gaston Leroux, Les Cages flottantes, Paris, Le Livre de Poche, 1974, p. 7.

3 https://www.radiofrance.fr/franceculture/suzanne-noel-pionniere-feministe-de-la-chirurgie-esthetique-6046010

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube