Archives par étiquette : Louise Michel

Vive Françoise d’Eaubonne ! – Interview d’OLT

Un grand merci au dessinateur et scénariste de bande dessinée OLT d’avoir répondu à nos questions et de nous avoir autorisé à utiliser sa planche sur Françoise d’Eaubonne en couverture de cette entrevue, disponible ici : https://www.partage-noir.fr/bd-francoise-d-eaubonne-pas-un-jour-sans-une-ligne

Voyages autour de mon cerveau – Comment êtes-vous venus à la bande dessinée ?

OLT – Tout naturellement par la lecture de Vaillant, puis de Pif-Gadget avec la découverte de dessinateurs tels que Raymond Poïvet, André Chéret et surtout d’Hugo Pratt. Dans les années 70, avec l’apparition de revues différentes telles que Charlie mensuel, l’Echo des savanes et toute la presse alternative qui suivit, les thèmes politiques sont entrés dans la BD francophone et même, en 1982, – surtout grâce à la création de V pour Vendetta par Alan Moore – dans les comics. Mais ce qui m’a réellement donné envie de réaliser des planches de BD historico/politiques c’est la parution en 1980 des Orgasmes de l’histoire d’Yves Frémion, François Volny et Guillaumes Keynia. Le survol des luttes et les espérances libertaires des peuples et des individus sur près 3 000 ans que j’ai trouvé dans cet ouvrage, c’était exactement ce qui m’intéressait.

VADMC – Qu’est-ce qui vous intéresse dans le parcours de Françoise d’Eaubonne ?

OLT – J’ai découvert, ou plutôt redécouvert, Françoise d’Eaubonne en cherchant une féministe écologiste libertaire pour illustrer un dossier de la revue Casse-Rôles. C’est en collectant la documentation et l’iconographie, lors de préparation de la planche, que j’ai constaté à quel point elle avait initié ou participé aux luttes libertaires, féministes et écologiste. Ces articles dans La Gueule Ouverte témoignent d’un radicalisme joyeusement assumé face aux dangers du nucléaire. Son implication dans le combat pour la liberté d’expression mené par les radios libres, son travail de recherche historique pour l’écriture de Louise Michel, la Canaque (1873-1880), les engagements qui jalonnent le parcours de Françoise d’Eaubonne étaient et restent d’actualité ; et ce quoi que l’on puisse penser de la personnalité de celle-ci.

VADMC – Quels sont vos projets ?

OLT – Je vais continuer à proposer des planches sur les militantes libertaires connues ou restées dans l’ombre à la revue féministe Casse-Rôles. Je collabore également à d’autres publications libertaires telles que Le Monde libertaire et Chroniques Noir et Rouge. De 1951 au début de 1980, paraissaient dans le journal Spirou « Les Belles Histoires de l’oncle Paul », j’ai parfois l’impression de faire la même chose dans le cadre du mouvement libertaire.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, OLT, « Vive Françoise d’Eaubonne ! – Interview d’OLT » , Voyages autour de mon cerveau, mai 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/16188

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

VADMC Dis maman, y a pas de dames dans l'histoire

Dis Maman, y’a pas de dames dans l’histoire ? Maryse Wolinski

L’interrogation du titre de l’album jeunesse de la journaliste et écrivaine Maryse Wolinski (La Farandole, 1982) est récurrente dans l’histoire des mouvements féministes. La transmission des figures militantes féminines est compliquée par l’effacement volontaire des femmes dans les combats politiques, les luttes pour l’égalité femme-homme étant reléguées dans une niche communautaire, donc non-mixte. Ce qui est bien entendu faux, les hommes ayant toujours été présents dans les mouvements féministes.

Le point de départ de l’album est la déception d’Elsa Wolinski, fillette d’une dizaine d’années. Elle ne trouve aucune femme dans son livre d’histoire, sauf deux saintes, Geneviève et Jeanne d’Arc, et deux reines, Marie-Antoinette et Eugénie. L’école laïque et républicaine ne se démarque donc en rien d’un établissement confessionnel, près de quatre-vingts ans après la séparation de l’Église et de l’État. En outre, cette même école établit une discrimination fondée sur le sexe, ce qui est contraire à la Constitution, qui stipule l’égalité dans son préambule.

Maryse Wolinski, assistée de son mari Georges, fait le travail pédagogique non accompli par les enseignant·es d’histoire. Au fil des pages, des militantes apparaissent, à partir de la Révolution française : Olympe de Gouges, Flora Tristan, Jeanne Deroin, Louise Michel, Marguerite Durand, Marie Curie, Hélène Boucher, Cécile Brunschvicg. Toutes ces femmes sont mises en relation les unes par rapport aux autres, traçant le fil de l’histoire de France, une histoire enfin paritaire.

Elsa Wolinski relance sa mère par ses questions, qu’il s’agisse d’en savoir plus sur ces Grandes Dames, ou d’établir des parallèles avec le moment présent, ou de parfaire ses connaissances sur le manque de parité en politique en ce début des années quatre-vingts.

Un album indispensable, pour petit·es et grand·es.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dis Maman, y’a pas de dames dans l’histoire ? Maryse Wolinski », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8720

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube