Archives par étiquette : Lucile Butel

La Grande Panthère noire

 La Grande Panthère noire, farce aux villageois

Quand la Grande Panthère noire a décidé de s’amuser, les villageois deviennent fous. Et visitent « l’Himalaya, le Tibet, la Mongolie, la Muraille de Chine et la Sibérie (…) la banquise. », tout de même. Car la bête malicieuse se convertit malgré elle en guide touristique, quand elle a les paysans indiens aux trousses, pour cause d’engloutissement d’animaux d’élevage (lapin, cochon, chèvre, vache). Le récit n’est pas statique, comme dans la plupart des albums jeunesse, puisque le but est de faire découvrir le monde au jeune enfant.

Le récit de Paul François (Père Castor-Flammarion, 1968) met en scène une féline pleine de vitalité, au caractère joyeux et malicieux. Les illustrations de Lucile Butel la montre la gueule fendue d’un très large sourire, ou bouche entr’ouverte, prête à rire ou persifler. La chasseresse est bien décidée à ne pas se laisser attraper par les villageois, justement indignés par ces vols.

Mais en même temps, elle s’amuse, prouvant par là sa supériorité mentale et physique sur les humains. Elle commence par tourner autour d’un plant d’arbres, avant de se poser, gueule hilare, juste derrière le chef du village, qui scrute l’horizon. Puis, elle entraîne donc les habitants mâles dans des pays de plus en plus enneigés, où sa fourrure sombre disparaît. Soulagés, les villageois retournent chez eux, sans profiter de leurs découvertes viatiques. Voyager ne leur a servi à rien. Et… la Grande Panthère noire les attend au village, où elle reprend son festin.

Quand les animaux s’amusent, les humains s’essoufflent.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « La Grande Panthère noire, farce aux villageois », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8389

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube