Archives par étiquette : Maine

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Paris. Famille, amitiés, musique, scolarité

La vie à Paris : 1908-1929

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Famille, amitiés, musique, scolarité

Paris est le centre névralgique où toute famille bourgeoise du début du vingtième siècle se doit d’habiter et qui plus est lorsque l’on est cadre chez Citroën comme Maurice Lacoin. À partir de 1908, ils habitent au 28 rue de Varenne, dans le septième arrondissement. En décembre 1927, ils emménagent au 5bis rue de Berri, dans le huitième arrondissement, puisque Maurice Lacoin quitte son emploi d’ingénieur en chef de la Compagnie Paris-Orléans pour devenir secrétaire général chez Citroën[1]. Ils n’oublient pas leurs racines du Sud-Ouest, où ils se rendent régulièrement. Objet qui fait le lien entre son séjour à Berlin et son retour en famille, Zaza ramène entre autres un agenda, qu’elle utilise au cours de l’année 1929.

©Association Élisabeth Lacoin

Ce croquis au crayon, dessiné à Chapeau Rouge, demeure « où Zaza passait souvent ses vacances en famille, dans son enfance[2] », à Biarritz, représente Zaza. Il est daté par son auteur, Maurice Lacoin, du 9 avril 1914, un jeudi. Zaza a un peu plus de six ans. La petite fille sourit, sa tête inclinée vers sa droite, posée sur son bras droit. Ses deux mains reposent sur l’accoudoir droit d’une chaise à haut dossier. Elle est vêtue d’une blouse à col de dentelle et à manches courtes, ainsi que d’une jupe. Pense-t-elle à son goûter, à sa corde à sauter ou à son retour à Paris ?

1) Paris, la vie du quotidien :

Au sein d’une famille de neuf enfants, Zaza est aimée par ses parents, qui gardent des souvenirs d’elle et la chérissent tendrement (cf. croquis ci-dessus et témoignages ci-dessous).

Marguerite et Maurice Lacoin ont conservé les mèches de cheveux de leur fille Élisabeth, à deux reprises.

La première coupe est datée du 3 juillet 1908, un vendredi, avec, écrit entre parenthèses,  « emménagement à Paris ». Nouvelle vie dans la capitale, premiers cheveux de leur fille, née à la fin de l’année précédente, le jour de Noël : tout commence pour Zaza.

©AssociationÉlisabethLacoin
©Association Élisabeth Lacoin

La seconde coupe est datée d’octobre 1912, à Biarritz, peut-être à Chapeau Rouge ?

©AssociationÉlisabethLacoin
©Association Élisabeth Lacoin

Arrêtons-nous un instant sur le couple Marguerite et Maurice Lacoin, peint d’une façon peu flatteuse par Simone de Beauvoir en 1958 dans les Mémoires d’une jeune fille rangée[3]. La mémorialiste s’est d’ailleurs excusée auprès de Vincent Lacoin, frère cadet de Zaza, lors de la parution de ce premier volume autobiographique. L’écrivaine insiste alors sur sa sincérité, tout en reconnaissant sa « brutalité » et en insistant pour que Maurice Lacoin ne lise pas son ouvrage[4]… ce qui ne sera pas le cas, bien entendu. Le père de Zaza ne semble pas autrement contrarié et écrit en termes mesurés à une de ses filles : « Elle a bien peu compris ta chère mère et, je crois aussi, le couple que nous formions et qui était à la fois beaucoup moins intellectuel et peut-être plus humain qu’elle ne paraît le penser[5]. » Sans rentrer dans des polémiques stériles, nous présentons ici des éléments nouveaux qui expliciteront le point de vue de Maurice Lacoin.

Pour Simone de Beauvoir, le mariage entre les deux cousins germains est une union arrangée, due à l’âge avancé, pour l’époque, de Marguerite[6] Lafabrie, qui avait alors vingt-cinq ans. Marguerite est la fille de Pèdre Lafabrie et de Céline Darracq. Céline est la sœur de Marie Darracq. Marie est l’épouse de Félix Lacoin et la mère de Maurice Lacoin. Au contraire, l’union de Marguerite et de Maurice, de trois ans le cadet de Marguerite, est basée sur leur amour réciproque[7]. Marguerite, courtisée par ses cousins Lacoin, Henri, Lucien, Gaston et Maurice, a choisi ce dernier. Ils se fiancent, mais en cachette de Marie et Félix. Au bout d’environ deux ans[8], Céline, leur complice, évente le secret, avec leur accord. Les fiançailles officielles ont lieu un peu auparavant, et le mariage le 3 octobre 1901, en l’église Sainte-Quitterie, à Aire-sur-l’Adour[9]. Lorsqu’ils sont loin l’un de l’autre, leurs échanges épistolaires sont constants et affectueux.

L’amour de Zaza pour sa mère est immense et insistant, celui pour son père l’est un peu moins, mais existe[10]. Et réciproquement. Ainsi, lorsque Zaza se brûle gravement à la cuisse le samedi 2 septembre 1916, à l’âge de huit ans et demi, Maurice Lacoin se déplace, en pleine guerre, jusqu’à l’hôpital d’Issy-les-Moulineaux, en région parisienne, afin de se former aux nouvelles techniques de soin des grands blessés à base de pommade et de bandages spécifiques. Zaza, alors à Gagnepan, dans le Sud-Ouest, s’amuse à faire un feu avec la fille du métayer. Les flammes jaillissent, Zaza s’embrase, sa grand-mère Anmé (Céline Darracq) survient, l’enveloppe d’une couverture et la sauve. Mais la petite fille est blessée, notamment à la cuisse gauche. Les échanges par courrier sont suivis entre les parents de Zaza, Bonne-Maman (Marie Darracq) et Anmé. Cette dernière tient au courant sa sœur Marie, sa fille Marguerite et son gendre Maurice de la longue guérison de sa petite-fille Élisabeth[11]. Les nuits de Zaza sont d’abord agitées, elle dort « deux heures d’affilée puis réclame à boire et se rendort » (lettre du mercredi six septembre 1916, de Marguerite Lacoin et de Céline Darracq à Marie Darracq[12]). Cinq mois plus tard, le jeudi vingt-cinq janvier 1917, tout va bien mieux, écrit Zaza à sa mère : « J’ai passé une si bonne nuit que c’est la meilleure depuis que je suis malade, je ne me suis pas réveillée cette nuit et je n’ai pas touché à un brin de ouate[13]. » La convalescence est longue et la patience de la malade fait l’admiration de ses proches.

À la rentrée scolaire 1917, à presque dix ans, Zaza entre au Cours Désir et rencontre Simone de Beauvoir, neuf ans trois quarts. Zaza est née le 25 décembre 1907, Simone est née le 9 janvier 1908, leur différence d’âge est courte. Commence alors une longue amitié, que n’interrompra pas le décès de Zaza en 1929, puisque Beauvoir n’aura de cesse de faire revivre sa meilleure amie dans ses livres. Romans, nouvelles, essais, mémoires, Zaza est partout, pour toujours magnifiée par son « inséparable »[14].

Grippée du 22 au 26 octobre 1929, Zaza doit renoncer à ses sorties piscine avec Henriette de Beauvoir, dite Poupette, la sœur cadette de Simone[15]. Elles ne se rendront pas à la piscine de la Butte-aux-Cailles, dans le treizième arrondissement, le mercredi 13 novembre, même si Zaza se « (…) fiche des microbes. Je serai jeudi chez vous à 8 h 30 si cela ne vous gêne pas trop, car j’ai un rendez-vous à 11 h 30 et je voudrais non seulement me baigner avec vous, mais encore bavarder un peu[16]. » Une épidémie sévissait alors, mais ce n’est pas cela qui va causer la mort de la jeune mademoiselle Lacoin, sans doute aussi affaiblie d’être restée auprès d’un de ses cousins, Michel Lacoin, malade, l’après-midi du lundi 11 novembre[17].

Deux jours plus tard, se plaignant d’un mal à l’oreille droite, atteinte d’une affection nerveuse avec quarante degrés de fièvre, Zaza fait un premier séjour à la maison de santé de L’Haÿ-les-Roses, du 13 au 19 novembre 1929, dans le service du docteur Bonhomme. Le 16, à l’encre bleue, Marguerite Lacoin note dans son agenda avoir commencé une « neuvaine », soit neuf jours consécutifs de prières. À partir du 20 novembre, ses notes s’espacent, le blanc est prépondérant, glaçant, mortuaire. L’encéphalite virale gagne du terrain, Zaza est transportée à la Villa Penthièvre (une clinique), à Sceaux, soit à environ cinq kilomètres de distance, dans le service du docteur Harvier. La jeune fille y reste du 19 novembre, jour de la Sainte-Élisabeth, au lundi 25 novembre 1929, date de son décès, à l’aube, avec une infirmière pour seule compagne, sans dire un mot, ses parents ayant été priés de repartir chez eux[18], à presque vingt-deux ans.

Ses obsèques ont lieu le 28 novembre à onze heures, à Saint-Pandelon, sans que son presque fiancé[19] Maurice Merleau-Ponty et son amie Simone de Beauvoir n’y assistent. La levée du corps a eu lieu à dix heures trente à Haubardin[20].

Merleau-Ponty a fait parvenir des fleurs à Zaza deux jours avant sa fête qui tombe le 19 novembre[21]. Beauvoir est venue à la clinique à Sceaux – et non pas à Saint-Cloud comme elle l’écrit dans les Mémoires d’une jeune fille rangée[22]– mais une fois son amie décédée[23].

Beauvoir assistera au « service funèbre » de Zaza, à savoir la messe en mémoire de la défunte, le vendredi 13 décembre 1929, en l’église Saint-Philippe-du-Roule, dans le huitième arrondissement de Paris :

(…) avec tous ces gens, dans cette église, juste comme pour son mariage. Et le pauvre Nard (…), et tout – atroce. Si atroce que lentement tout autre chagrin s’est atténué, que l’idée de n’importe quelle autre douleur est devenue supportable[24].

Beauvoir focalise son attention sur Bernard (Nard), frère de Zaza, né en 1911 et qui a alors dix-huit ans, et qu’elle a « comblé de bonbons » lors d’une sortie au Bois de Boulogne quelques mois plus tôt, le 14 juin 1929[26]. Puis, Beauvoir passe du cas individuel de Zaza à la généralisation et conclut à son accablement devant une situation aussi inimaginable.

Quant à la famille Lacoin, elle part un mois au Lavandou, dans le Sud-Est, avant de s’installer au 12 boulevard Raspail, dans le septième arrondissement parisien, le mercredi 15 janvier 1930[27]. Ils n’oublient pas le phonographe qui est, aujourd’hui encore, conservé par la famille. Zaza l’avait peut-être fait marcher rue de Berri.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

Après avoir appris le piano à onze ans au Cours Désir[28], elle ajoute l’étude du violon et du chant à douze ans, en mai 1919, tout en se rendant au concert régulièrement, à Paris puis à Berlin. Le goût de Zaza pour la musique exacerbe sa sensibilité et lui permet de construire l’aspect artistique de sa personnalité, outre les visites dans les musées et monuments[29].

Le violon qui figure sur les photos est le second violon de Zaza, le premier ayant été malencontreusement cassé une première fois le 15 juillet 1921[30], réparé puis mis définitivement hors d’usage début juillet 1929[31].

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

De retour de Berlin début janvier 1929, Zaza reprend, à partir du 15 février 1929, ses cours de chant, de violon et de piano, son service aux Équipes Sociales (fréquentées par Beauvoir en 1926 et 1927[32]), continue les cours d’allemand, assiste à des conférences en allemand, fait des achats à la librairie allemande, reprend son service auprès des louveteaux, etc., jusqu’à sa mort. Zaza n’abandonne pas ses acquis germaniques ni sa curiosité pour la culture allemande[33], tout en poursuivant ses tâches éducatives. L’élan vital est alors à son comble ou, au contraire, Zaza meuble-t-elle son existence pour masquer ses angoisses, qui la fragiliseront lors de sa grippe, de son otite puis de son encéphalite virale ?

Quant au porte-partitions de Zaza et à ses partitions, tout a été conservé. La jeune fille a intitulé son porte-partitions, en toile écrue à attaches lie-de-vin bordées de rouge : « Musique piano et violon. Degré moyen ».

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

La partition présentée ici est en allemand. Elle est intitulée « Sammlung Klassischer Stücke aus Werken berrühmter Meister für Violie mit Pianofortebegleitung », soit « Collection de pièces classiques d’œuvres de maîtres célèbres pour violon avec accompagnement de piano ». Zaza a apposé son sceau, prénom et nom, en haut de la couverture de la partition. La musique allemande est déjà bien présente avant son départ. La France, ayant gagné la guerre, se tourne à nouveau vers la culture germanique, dont la musique, déjà appréciée avant 1914 avec Wagner.

2) Landes-Paris, lettre à son père, 31 mars 1921 :

Cette lettre de Zaza, écrite à l’encre violette et de manière déliée, est adressée à son père, Maurice Lacoin, le mercredi 31 mars 1921, depuis Haubardin. En ce doux printemps landais, Zaza s’ébroue du haut de ses quatorze ans au milieu des jonquilles, des roses et du lilas de Haubardin, près de Dax, chez sa « Bonne-Maman », Marie Darracq, mère de Maurice.

©BnF

Elle donne mille et un détails de la vie quotidienne de la famille à son père, resté à Paris pour affaires. En premier lieu, elle évoque une visite familiale chez Tante Marie Cousseilhat, cousine issue de germaine de Marie Darracq, à Lahontan, à une trentaine de kilomètres de Haubardin. La gourmandise affleure, via un « superbe gâteau » fait par la cuisinière Julie[34] et dont Zaza a généreusement gardé une grosse part pour les absent·es.

©BnF

Elle passe ensuite à sa scolarité, après cette parenthèse fort agréable puisque « nous avons été traités comme des princes de sang ». Là où Zaza écrit « histoire générale », il nous faut lire histoire religieuse, puisqu’il s’agit de la vie de saint Colomban. L’adolescente est scolarisée au Cours Désir, école catholique située au 39 rue Jacob, dans le sixième arrondissement parisien. Il n’est pas question, dans ce milieu très catholique, que Zaza soit ignorante des histoires religieuses.

L’adolescente continue sa lettre par des nouvelles pratico-pratiques : les récoltes vont bien et la batteuse fait des merveilles, vive la modernité !

Puis, c’est un long développement, vif, malicieux et plein d’affection, sur certains de ses frères et sœurs. Zaza croque les situations d’un trait de plume, comme dans ses numéros du Cocorico, le journal qu’elle écrivait et distribuait à sa famille[35]. La jeune écrivaine commence par planter le décor, soit le jardin de Haubardin, où « rient » Geneviève (deux ans), Françoise (deux ans) et Vincent (un an). Le temps est à l’euphorie et au bien-être. Après le portrait de son frère cadet 

Vincent (Raton) en « chérubin », tracé d’un trait aussi sûr que celui de son père dans ses croquis, vient le tour des jumelles, Geneviève et Françoise, nées pendant un bombardement[36]. Zaza focalise notre attention sur Françoise (Bichon) dont le fort caractère s’exprime jour et nuit : « Bichon est toujours aussi belliqueuse et même la nuit elle rêve de bataille et réveille Marie en criant “c’est à moi, c’est [l]e mien[”]. » Sa plume court si vite sur le papier à lettres que Zaza en oublie des lettres, ainsi que le doublage des guillemets. L’ardeur de Bichon laisse présager qu’elle ne se laissera pas marcher sur les pieds plus tard – même par son cavalier pendant une valse ou un tango.

Surgissent ensuite, l’un après l’autre, deux nouveaux personnages : Germaine (Maine/Mémaine, née en 1913, sept ans), qui, suite à un mauvais diagnostic, attrape réellement la rubéole de sa sœur aînée Madeleine (Lonlon, née en 1909, onze ans) et doit rester couchée. Nous assistons, tout comme Maurice Lacoin, à des scénettes théâtrales, comme celles que jouait la famille Lacoin sur la terrasse de Haubardin lors des retrouvailles familiales du 15 Août[37].

Le point floral (jonquilles en train de se faner, roses et lilas à venir) est prétexte à un long témoignage d’amour filial. Les formules affectueuses abondent tout au long de la lettre :

Mon petit papa chéri (…)

je me meurs d’impatience, mon papa, et je voudrais déjà être sur vos genoux, et vous embrasser, vous tenir pour que vous restiez longtemps avec nous (…)

mon papa (…)

en vous embrassant de tout mon cœur, arrivez vite et restez longtemps avec nous,

chatfoin

Son père manque à Zaza, elle lui témoigne son affection avec son lyrisme et sa grandiloquence habituelles. Être séparée de son géniteur est d’autant plus dur qu’elle entretient de bons rapports avec lui.

La joie d’être aimée en retour n’est cependant pas assurée et Zaza se dévalorise :

(…) votre pauvre chatfoin est trop insupportable pour que vous soyez heureux de rester avec lui ; j’espère tout de même que vous l’aimez unpeu [sic], il faut lui pardonner beaucoup car il aime beaucoup.

La tristesse et le manque de confiance en soi affleurent sous l’humour léger et la réécriture du verset 7, 47 de l’évangile de Luc[38]. Comme avec sa mère, Zaza réclame de l’affection au sein de la fratrie et une reconnaissance individuelle.

3) Paris-Landes, lettre à Anmé, 28 mai 1921 :

©BnF

Depuis Paris, cette lettre de Zaza du samedi 28 mai 1921, écrite à l’encre bleue, est adressée à Anmé (Céline Darracq), sa grand-mère maternelle qui vit à Gagnepan, près d’Aire-sur-l’Adour, dans le Sud-Ouest. L’adolescente de treize ans bout de joie : son père a un nouveau poste important chez Citroën, il devient « ingénieur en chef du matériel et de la traction », c’est « une très grande nouvelle ». La famille Lacoin accède à un statut social encore plus élevé que lorsque Maurice Lacoin était ingénieur et non ingénieur en chef.

©BnF
©BnF

Viennent ensuite des nouvelles de sa mère, d’elle-même, puis de sa sœur cadette Germaine. Marguerite Lacoin est occupée par un « congrès de La Plus Grande Famille », organisation nataliste dont son cousin Gaston est président[39]. Trois ans après la saignée de 14-18, il convient de mettre en avant les familles nombreuses pour aider au repeuplement de la France, tout en aidant les plus pauvres à obtenir des droits sociaux sur le long terme.

Les soucis scolaires prennent la suite de la narration, d’abord les siens, puis ceux de Germaine. Zaza a participé à un concours de dessin, elle a été classée deuxième, ce dont elle se réjouit puisqu’elle n’a commencé à dessiner qu’un mois auparavant. L’adolescente se moque ensuite de sa propension à vouloir être première puisqu’elle a dû céder la première place à Simone de Beauvoir dans une  « narration » (devoir d’imagination), pour cause de défaillances stylistiques : « j’étais 1èreavec 9 sur 10 lorsqu’on a eu la mauvaise idée de m’ôter un point car j’avais fait 5 fautes d’orthographe; ce changement de point m’a fait descendre et Simone ayant 8 1/2 je n’ai été que seconde. »

Germaine, de son côté, a eu des problèmes en devoir de géographie malgré, dixit sa sœur, un très bon apprentissage de sa leçon. Enfin, Zaza prie sa grand-mère d’écrire à « Pierrot » (Pierre, son aîné d’un an), car celui-ci est « très découragé ». Pierre est en effet interne au collège privé de l’Abbaye de Pontlevoy depuis avril 1921, pour paresse avérée et constante[40]. Un feu d’artifice affectueux clôt cette longue lettre :

Je ne dors plus de joie en pensant que nos petiots seront ici demain ; si mon anmé arrivait avec eux le chatfoin serait au comble du bonheur (…) toute ma tendresse chatfoin

L’excitation de Zaza est à son comble devant le retour imminent de ses plus jeunes sœurs et de son frère cadet. Dans un élan intergénérationnel, elle ajoute une envolée lyrique à l’attention de sa grand-mère, signature incluse. Zaza répète son surnom de « chatfoin » pour mieux se lover virtuellement contre son aînée.

4) Paris-Landes, lettre à Bonne-Maman, 19 mars 1922 :

Cette lettre de Zaza à Marie Darracq (Bonne-Maman), écrite à l’encre violette et au crayon de papier, est datée du dimanche 19 mars 1922. Après avoir travaillé, l’adolescente de quatorze ans dit qu’elle va se rendre aux « Tullleries [sic] » (le jardin des Tuileries, dans le premier arrondissement parisien), « profiter de la belle journée de printemps que nous avons aujourd’hui ». Sans peur du jugement de sa grand-mère, Zaza profite de la vie, et des « belles jonquilles jaunes » apportées par sa sœur aînée Marie-Thérèse depuis Gagnepan. La gaieté est de mise en ce début de renaissance de la flore, d’autant que…

©BnF

Mais passons d’abord aux nouvelles religieuses et mondaines : un beau discours du prêtre de l’église Saint-Thomas-d’Aquin, dans le septième arrondissement de Paris, et, dans le même lieu, l’annonce des fiançailles d’une amie de Marie-Thérèse. Une telle nouvelle doit se dire dans un endroit consacré quand on est bon·nes catholiques.

Viennent ensuite, moins drôles, les grippes de « nos trois petits » (frère et sœurs cadets de Zaza) et de Minette, leur chatte, « qui était au lit, tout à fait dans le même état qu’eux. » Pas d’ironie dans ce constat, chez les Lacoin, on aime les animaux de compagnie.

©BnF

La suite de la lettre, avant les salutations affectueuses aux différents membres de la famille et à la gouvernante restés dans le Sud-Ouest, et avant les « meilleures tendresses » adressées à sa « chère bonne maman », est consacrée au prochain départ en Italie. Car oui, c’est décidé, Zaza et sa famille iront en Italie, et c’est le bonheur : « Nous préparons notre voyage par quelques lectures intéressantes. » Les Lacoin ne partent pas à l’aveuglette, sans se renseigner sur l’endroit où ils se rendront. Comme beaucoup de voyageurs et voyageuses soucieuses de ne pas arriver les yeux et l’esprit vides, telle Simone de Beauvoir plus tard, les Lacoin s’abreuvent de connaissances avant leur départ.

©BnF

La joie de Zaza n’est pourtant pas sans mélange, puisque ses grand-mères ne peuvent pas venir. C’est la conclusion d’une réflexion sur le voyage :

Je n’en reviens pas de me voir partant pour l’Italie et faisant un voyage que tant de gens ont désiré faire, et que tant de gens ne font que plus tard. Quel dommage qu’on ne puisse pas emmener ses deux grand’mères [sic] voir ces splendeurs.

L’adolescente a suffisamment conscience de ses privilèges pour mettre à distance cette heureuse fortune et former une image spéculaire d’elle-même partant à l’étranger. Pense-t-elle au coût du voyage, aux difficultés de certaines classes sociales défavorisées à partir pour le loisir (les congés payés n’arriveront qu’en 1936, sous le gouvernement du socialiste Léon Blum), à son amie Simone à qui elle vantera au retour les mérites du pays de Dante ? Beauvoir le raconte ainsi en 1958 :

Elle fit un voyage en Italie ; au retour, elle me parla des monuments, des statues, des tableaux qu’elle avait aimés ; j’enviai les joies qu’elle avait goûtées dans un pays légendaire, et je regardai avec respect la tête noire qui enfermait de si belles images[41].

L’écrivaine des années cinquante se replace dans sa posture de jeune fille ne partant jamais en voyage ailleurs qu’en Limousin et, rarement, de-ci de-là en France[42]. Ce n’est que huit ans plus tard que Beauvoir dénonce le pittoresque dans ce qu’il a de mépris pour la réalité, assorti à la transformation du réel en clichés publicitaires, dans Les Belles Images (1966). A priori et a posteriori, rien de tout cela chez Zaza, rien que l’épanouissement de son cœur à l’idée du départ.

5) Paris-Landes, lettre à Anmé, 24 octobre 1922 :

Cette lettre de Zaza à Anmé (sa grand-mère maternelle), écrite à l’encre violette et à l’encre noire, avec l’ajout du lieu, Tours, au crayon en haut à gauche de la première page de la lettre, est datée du dimanche 24 octobre 1922. Cette date est fausse, puisque le 24 octobre 1922 est un mardi. Zaza a donc commencé sa lettre le dimanche 22, puis l’a terminée le 24 octobre, soit le mardi suivant, en ajoutant cette date à l’encre violette et non à l’encre noire. Les dernières pages de la lettre sont écrites sur du papier à en-tête de l’hôtel de l’Univers à Tours.

L’adolescente de quinze ans raconte avec allant, sur deux jours et plusieurs feuillets, sa « journée délicieuse passée sur les bords de la Loire » et dans sa « vile natale », Tours. L’épopée de Marguerite (la mère), Marie-Thérèse dite Zon (la sœur aînée) et de Zaza ressemble aux tours touristiques tels que nous les connaissons aujourd’hui, avec visite en autocar à partir de Blois, puis visites guidées de plusieurs châteaux, alors ouverts au public par les familles qui y habitaient.

Les visiteuses se promènent d’abord au château de Chambord, où Zaza note l’escalier à double révolution[43] et l’emblème de François Ier, la salamandre. Autre curiosité, la « copie du portrait de Louis XVI que nous avons à Haubardin ». La dévotion des familles catholiques à la royauté et à la Contre-Révolution n’étant pas un secret, il est donc logique que la famille Lacoin possède un portrait du Citoyen Louis Capet, guillotiné le 21 janvier 1793. Salvat Lacoin, avocat à Paris et ancêtre de Zaza, avait reçu par héritage d’un client, qu’il défendait gratuitement, trois tableaux du

©BnF

peintre Jean-Jacques Hauer (La confession de Louis XVI par l’abbé Edgeworth, le 21 janvier 1793, Les derniers instants de Louis XVI sur l’échafaudLes adieux de Louis XVI à ses enfants au Temple le 20 janvier 1793), ainsi qu’un portrait de Louis XVI que Hauer avait acheté pour peindre plus précisément le visage du roi sur le tableau de son exécution[44].

©BnF
©BnF

Ceci étant dit, ni Maurice Lacoin ni Marguerite Lacoin ne sont royalistes ni d’extrême-droite, plutôt Sillonistes, donc partisans de Marc Sangnier et de son catholicisme social, comme le souligne Simone de Beauvoir dans les Mémoires d’une jeune fille rangée[45]. Pour le portrait de Louis XVI, Zaza n’exagérerait-elle pas en parlant de « copie » ? Ou entend-t-elle « copie » au sens de « autre exemplaire » ?

À Blois, Zaza note mille et un détails, architecturaux et historiques. Le contexte de la visite permet de comprendre que les « États généraux » dont elle parle ne sont pas ceux convoqués par Louis XVI en 1789 au château de Versailles[46], mais bien ceux, un peu plus oubliés de nos jours, de 1576 et 1588, dans le contexte bouillonnant des guerres de Religion[47]. La visiteuse n’échappe pas au sexisme ambiant, lorsqu’elle écrit : « Ici Catherine de Médicis cachait ses poisons (…). » Alexandre Dumas a figé dans l’inconscient collectif l’image d’une reine machiavélique et toujours prête à manier les substances toxiques, d’abord dans La Reine Margot (1845) puis dans La Dame de Monsoreau (1846). Les historien·nes modernes contestent évidemment cette représentation[48].

©BnF

La journée d’automne se conclut par une apothéose, mais les visites ne sont pas terminées pour autant. Au château d’Amboise, Zaza est frappée par la « grille où des grappes de protestants furent pendus ». Cet épisode, qui marque le début des guerres de religion du seizième siècle, s’appelle la « conjuration d’Amboise », en date du 17 mars 1560. Mille deux cents protestants furent assassinés par les catholiques, au motif qu’un petit groupe de « huguenots » (terme de l’époque) avait tenté d’enlever le roi François II, alors adolescent, pour le soustraire à l’influente famille des Guise. La répression est sans pitié. Les conjurés sont pendus aux grilles et aux créneaux du château d’Amboise, écartelés, jetés vivants dans la Loire qui coule au bas du château[49]. Zaza ne commente ni le fond ni la forme de cet évènement tragique, elle ne souhaite pas prendre parti contre sa religion.

Repos enfin, à Tours, après cette journée des trois châteaux. Zon et Zaza s’y posent avec les autres touristes, leur mère les ayant quittées à Amboise, retournant à Paris en train. Élisabeth termine son récit de voyage de manière abrupte, en se félicitant de la «chambre immense salle de bains. WC pour nous seules » qu’elle partage avec Marie-Thérèse à l’« hôtel de l’univers » de Tours[50].

Zaza enchaîne tranquillement sur sa matinée de « dimanche », lorsqu’elle s’est rendue à l’opéra – Garnier – pour voir le Lohengrin (1848) de Wagner, sixième opéra du compositeur allemand. Est-ce un effet de style de la narratrice, qui écrit « à sauts et à gambades », tel le Bordelais Michel de Montaigne[51] ? Ou est-ce une conséquence de la fatigue de sa journée du dimanche puis du lundi, après l’excitation du voyage dans la Loire ?

©BnF

Ce retour au « dimanche » est problématique. En effet, Zaza déclare auparavant être partie le dimanche vingt-deux à huit heures de Paris avec sa mère et sa sœur pour la Loire. Il ne peut donc s’agir que du dimanche précédent, le quinze. Si ce n’est que le programme de l’Opéra Garnier du quinze n’affiche pas Lohengrin mais la Walkyrie (1870). Par contre, le samedi 21 octobre présente bien Lohengrin, d’après la précieuse recension du site de l’association l’Art Lyrique Français[52].

Avant la formule affectueuse « je vous embrasse très tendrement ainsi que votre entourage », eh bien repartons à Tours ! Zaza se hâte de conclure sa lettre, elle souhaite visiter l’église Saint-Étienne, célèbre pour son architecture gothique[53], avant de revenir à Paris.

6) Au Bois de Boulogne, juin 1928, en barque avec… :

…. « Ginette du Moulin, Germaine Lacoin, Simone de Beauvoir » :

©Association Élisabeth Lacoin

Nous sommes en juin 1928, sur cette photographie prise par Zaza. Trois plans se détachent nettement. Au premier plan, le talus herbeux où se trouve la photographe, avec les branches feuillues d’un arbre à l’essence indéterminée, dont certaines atteignent la barque, qui porte le numéro de location 63. Au deuxième plan, l’eau du lac enserre la barque avec les Trois Grâces 1928, Ginette du Moulin (à l’extrême gauche), Germaine Lacoin (à gauche), Simone de Beauvoir (à droite). Toutes fixent l’objectif de leur cousine, sœur et amie. Au troisième plan, on distingue l’autre bord du lac, avec des arbres feuillus, puisque c’est le printemps. Dans le lointain et à peine visibles, deux barques avec des personnes se trouvent près de ce talus.

Trois jeunes filles canotent sur le lac de ce haut lieu de la promenade bourgeoise, célébré par Marcel Proust dans sa Recherche du temps perdu (1913-1927). Ginette du Moulin, cousine des Lacoin et du même âge que Germaine Lacoin, sœur cadette de Zaza, est la jeune fille brune aux cheveux courts, à la veste sombre et à la jupe courte plissée. Elle tient la rame de droite. À ses côtés, Germaine Lacoin a également une coiffure à la garçonne, elle porte des lunettes et une robe courte à carreaux . Elle tient la rame gauche. Simone de Beauvoir, coiffure à la garçonne aussi, s’est habillée d’une chemise à manches longues et d’une jupe qui lui cache les genoux.

Instant de bonheur familial et amical au féminin, capturé par Zaza, par une après-midi printanière. La joie au bout de l’objectif.

7) Retour d’Allemagne, 1929 :

Son séjour en terre germanique poursuit Zaza à son retour en France.

Hans Miller, son « chevalier servant » de Berlin[54] rencontre la famille Lacoin et Geneviève de Neuville, une des meilleures amies de Zaza, à Paris, alors que Zaza est encore dans la capitale tudesque[55].

Zaza, de son côté, revient à Paris avec un agenda 1929 allemand, un « Notizkalender », en cuir noir, de petite dimension.

©Association Élisabeth Lacoin

Sur la page de garde de son agenda, Zaza a noté son « Name » (nom), son « Wohnort » (lieu de résidence) dans les deux capitales, allemande (dans la pension de madame Curtius) et française (à Paris), ainsi que son « Telefon-No » (numéro de téléphone) à Paris, soit « Elysées 08.28 », et à Berlin, soit « Hütgow 85.12 ». Pas de chiffre d’indicatif de pays, uniquement quatre chiffres précédés d’un nom de lieu. D’une simplicité européenne…

©Association Élisabeth Lacoin

Soyons indiscrètes et indiscrets, mettons le nez à l’intérieur de cet agenda de 1929, par exemple fin septembre/début octobre. Le vendredi 4 octobre, Zaza revient à Paris depuis le Sud-Ouest. Le samedi 5 est une journée chargée :

✕ défait bagages

✕ passé chez Simone

✕ rencontré M.P. retour

C’est-à-dire que Zaza, après avoir rangé ses affaires, est allée chez son amie Simone de Beauvoir, et qu’en revenant chez elle, elle a vu Maurice Merleau-Ponty, qui occupe une place certaine dans son cœur.

©Association Élisabeth Lacoin

Le lundi 7 octobre, elle s’occupe de l’emménagement de sa sœur aînée Marie-Thérèse, mariée à Albert de Vathaire, ingénieur, depuis le lundi 8 avril 1929 (une cérémonie religieuse a lieu le mercredi 10 avril). Zaza voit ensuite son amie Geneviève de Neuville.

Le 9 octobre, Zaza a reçu un « pneu » (télégramme envoyé par le réseau pneumatique, de couleur bleue[56]) de son amoureux, annonçant le décès de l’oncle de ce dernier.

Le jeudi 10 et le vendredi 11, la jeune fille va voir Beauvoir, entre la messe et les courses à la Samaritaine. Le 11 elle se rend chez Anne-Marie et Geneviève de Neuville. Les amitiés féminines sont très importantes pour Zaza, à cette époque où les sexes ne se mélangeaient pas autant qu’aujourd’hui, surtout amicalement.

8) Le porte-cartes de Zaza, s.d. :

©Association Élisabeth Lacoin

Dans les affaires personnelles de Zaza se trouvait un porte-cartes avec trois photographies en noir et blanc, trois souvenirs heureux avec ses deux meilleures amies, Simone de Beauvoir et Geneviève de Neuville. Élisabeth n’a pas des rapports identiques avec Simone et Geneviève, comme elle le note dans son agenda du samedi 29 juin 1929 :

C’est terrible, il n’y a pas deux personnes pour lesquelles le même langage soit possible, c’est ce qui rend une conversation intime à trois si rare, si difficile. Avec Simone, je n’ai pour ainsi dire pas à transposer, avec Geneviève davantage, elle ne me permet pas d’être complètement moi-même, c’est ce qui situe le mieux elle et Simone par rapport à moi, et cependant j’aime Geneviève autant que je puis l’aimer[57].

Cependant, cette notation est datée d’un instant précis, celui où Zaza est amoureuse d’un ami de Beauvoir, Maurice Merleau-Ponty et où elle partage beaucoup avec Simone. L’amitié entre Zaza et Geneviève a été aussi forte que celle avec Beauvoir, quoique différente, comme en attestent de très nombreuses lettres. Ainsi, le samedi 3 septembre 1927, Zaza écrit-elle à Geneviève son « ivresse » et son « impatience » de la retrouver enfin à Gagnepan[58]. Le lendemain, nouvelle lettre de Zaza, exprimant la « véritable amitié » qu’elle éprouve pour Geneviève[59]. Du côté de Geneviève, notons sa lettre du mercredi 14 août 1929, où elle écrit que l’amitié de Zaza lui est « précieuse »[60]. Un an auparavant, le mardi 14 août 1928, Geneviève écrit longuement à son amie au sujet de sa propre vie et sur leur amitié[61].

Par contre, on peut raisonnablement douter de la sincérité de Simone de Beauvoir, qui, d’après Zaza, charge son amie de transmettre à Geneviève ses regrets au sujet de son « entrain », suite à un séjour commun à Gagnepan en septembre 1927. Zaza s’exécute le jeudi 20 septembre 1927[62]. Beauvoir ne cache pas sa jalousie vis-à-vis de Geneviève et de l’amitié que Zaza lui portait, lorsqu’elle rédige, trente ans après, les Mémoires d’une jeune fille rangée[63].

©Association Élisabeth Lacoin

Sur le moment, la future philosophe est plus mesurée dans son journal intime du mardi 27 septembre 1927, à son premier retour de Gagnepan, où elle a séjourné du 10 au 26 septembre : « Vu Geneviève et Jacques de Neuville, gentils, intelligents, personnels à l’intérieur de cadres impersonnels[64]. » La plume est acérée, mais sans plus. Dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, l’autrice dit sa déception de partager la chambre de Zaza avec Geneviève[65].

Beauvoir n’écrit rien en revanche l’année suivante, en 1928, sur les de Neuville, pourtant présents du 3 au 11 septembre. Beauvoir, quant à elle, réside à Gagnepan du 6 au 23 septembre. Geneviève dort toujours dans la même pièce que Zaza. Simone est logée avec Stépha Avdicovitch, gouvernante des enfants Lacoin le temps de l’été[66], qui devient vite amie avec Simone[67].

Sans trancher au sujet d’une potentielle hiérarchie dans le cœur de Zaza, remarquons que Simone de Beauvoir figure sur les trois photographies du porte-carte de Zaza, et non Geneviève. Sur les deux images du trio, Beauvoir est toujours plus proche de Zaza que Geneviève ne l’est de Zaza. 

©Association Élisabeth Lacoin

Volet gauche du porte-carte : Simone de Beauvoir et Zaza, lieu et date inconnues.

©Association Élisabeth Lacoin

Partie centrale du porte-carte : Zaza, Simone de Beauvoir, Geneviève de Neuville, pelouse de Gagnepan, septembre 1928[68].

©Association Élisabeth Lacoin

 Volet droit du porte-carte : Simone de Beauvoir, Zaza, Geneviève de Neuville, Gagnepan, septembre 1928.

Si la famille de Zaza est fraîchement parisienne, l’existence de la jeune fille se déroule au quotidien dans la capitale. C’est là qu’elle fait la tournée, avec sa mère et ses sœurs, des marchés et des magasins pour la bonne tenue de la maisonnée. C’est là qu’elle est scolarisée, qu’elle apprend à jouer du piano et du violon, à chanter. C’est là que se trouvent ses deux meilleures amies, Geneviève de Neuville (rencontrée via le cercle familial) et Simone de Beauvoir (rencontrée au Cours Désir). Cette dernière lui fait rencontrer le second grand amour de son existence, écourtée à vingt-et-un ans, le futur philosophe Maurice Merleau-Ponty. Beauvoir hisse Zaza au rang de personnage littéraire dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée.

Zaza ne reste pas figée dans la capitale, qui est déjà un espace ouvert, et voyage ici ou là hors Paris. D’abord dans le Sud-Ouest, dans les demeures familiales de Gagnepan et d’Haubardin, ainsi qu’au sein de sa très nombreuse parenté. Ensuite, en France, en province (voir sa lettre de Tours). Enfin, à l’étranger, soit en famille (dont l’Italie), soit seule (en Allemagne). Paris est le point de départ de ses voyages.


Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Paris. Famille, amitiés, musique, scolarité », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3135

[1] Où il reste jusqu’en 1930. Cf. https://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1965_num_18_1_2396

[2] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 113.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 159-163.

[4] Lettre reproduite in Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 355, et in Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée, de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2000, p. 228-229.

[5] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 229.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 160.

[7] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[8] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 70.

[9] Cf. notre récit de voyage sur les traces de Zaza : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1648

[10] Cf. lettres publiées in Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., par exemple p. 16, 28, 36, 37, 40, 42, 53, 328. Cf. aussi ci-dessous.

[11] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[12] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 18.

[14] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 126.

[15] Connue comme peintre et dans les mémoires de sa sœur sous son deuxième prénom, Hélène.

[16] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 349.

[17] Ibid., p. 350.

[18] Ibid., p. 350-352 : récit de ses derniers jours par sa sœur Madeleine, vingt ans à l’époque.

[19] Ibid. Le déroulement de l’histoire amoureuse entre Élisabeth et Maurice étant complexe, nous n’en parlerons pas ici.

[20] Qui fait partie de la commune de Saint-Pandelon.

[21] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 350-352.

[22] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 502.

[23] Ibid.

[24] Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 828.

[25] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[26] Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 696.

[27] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[28] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 26.

[29] Cf. la partie « Italie ».

[30] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 46.

[31] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 273.

[32] Cf. Simone de Beauvoir, « “La Princesse de Clèves” à Belleville », présentation par Tiphaine Martin, in Les Cahiers de l’Herne n°100, 2013, p. 36-37. Ou Ibid., in le hors-série du journal Le MondeSimone de Beauvoir. Une femme libre, p. 28.

[33] Cf. Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 220.

[34] Cf. la partie « Sud-Ouest ».

[35] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 23, 32-35, 39, 42, 339.

[36] Cf. le témoignage de Françoise de Dianous in Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 5 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1672

[37] Cf. partie « Sud-Ouest ».

[39] Cf. Virginie de Luca Barrusse, « La revanche des familles nombreuses : les premiers jalons d’une politique familiale (1896-1939) », Revue d’histoire de la protection sociale, 2009/1 (N°2), p. 47-63. Article en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-de-la-protection-sociale-2009-1-page-47.htm?contenu=article Page consultée le premier juillet 2021.

[40] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 44.

[41] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 155.

[42] Cf. notre thèse : Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir », Université Paris 7-Paris Diderot, Stellenbosch University, 2012. Direction : Professeur Julia Kristeva, Dr Éric Levéel.

[43] Immortalisé dans le Peau d’âne de Jacques Demy (1970).

[44] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin. Les tableaux cités se trouvent au musée Lambinet, à Versailles, au musée Carnavalet, à Paris et dans une collection particulière.

[45] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 184.

[46] Cf. https://gallica.bnf.fr/essentiels/repere/convocation-etats-generaux-1789

[47] Cf. https://www.chateaudeblois.fr/2118-la-salle-des-etats-generaux.htm

[48] Cf. https://www.herodote.net/La_regente_noire-synthese-429.php

[49] Cf. Marie Desclaux, « 17 mars 1560. La conjuration d’Amboise », Hérodote.net, 27 novembre 2018 : https://www.herodote.net/17_mars_1560-evenement-15600317.php

Cf. aussi Christèle Dedebant, « Amboise, le balcon des pendus : l’impitoyable répression des injures protestants », GEO Histoire, n° 45, juin 2019 : https://www.geo.fr/histoire/amboise-le-balcon-des-pendus-limpitoyable-repression-des-conjures-protestants-197127

[50] Aujourd’hui Hôtel Océania L’Univers.

[51] Qu’elle oublie de prêter à Simone de Beauvoir quelques années plus tard, cf. Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 122.

[52] Cf. https://www.artlyriquefr.fr/dicos/OPERA%20-%20JOURNAL/1922.htm

[53] Cf. https://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Tours/Tours-Saint-Etienne.htm

[54] Cf. partie « Allemagne ».

[55] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 190-191, 195, 196.

[56] Cf. https://gallica.bnf.fr/blog/21012021/la-poste-pneumatique?mode=desktop  et https://www.aerocom-france.com/le-pneumatique-historique/?cn-reloaded=1#reseau

[57] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 268-269.

[58] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[59] Ibid.

[60] Ibid.

[61] Ibid.

[62] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 104.

[63] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 352-353, 357.

[64] Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 405.

[65] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 352.

[66] Cf. partie « Sud-Ouest ».

[67] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 385-386. Cf. aussi Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 135, texte du 27 septembre 1928 et note 95.

[68] Cf. notre récit de voyage sur les traces de Zaza : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1648

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin

Allemagne : 10 novembre 1928 – 2 février 1929

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Une Française à Berlin

Élisabeth Lacoin se dirige seule vers son exil germanique en novembre 1928. Aucun membre de sa famille ne l’accompagne, ni aucun chaperon. Même si la mentalité de la bourgeoisie française a évolué depuis la fin de la Première Guerre mondiale, les filles restent surveillées jusqu’à leur mariage. Jamais Zaza ne s’est trouvée seule à ce point et sur un aussi long temps. Il ne s’agit plus de se rendre à vélo chez ses cousins de Bayonne ou en voiture de Haubardin à Gagnepan, ou d’aller chercher des échantillons de tissus au Bon Marché et aux Galeries Lafayette parisiennes pour un rideau ou une robe.

Dix ans après la Première Guerre mondiale, ce séjour est destiné à l’éloigner de l’influence de la Sorbonne[1], c’est-à-dire d’un milieu qui analyse et pense le monde selon des grilles de lecture rationnelles, d’un groupe d’ami·es qui ne vit pas principalement par et pour la religion catholique. Le souhait de Zaza de poursuivre ses études au-delà de la licence reste en suspens, pour les mêmes raisons. En outre, une jeune fille faisant des études par goût et non pour pouvoir suivre les conversations de son futur mari et de leurs invité·es serait non mariable, car trop intellectuelle. Et les intellectuels sont suspects en France depuis l’Affaire Dreyfus. Et les intellectuelles encore plus, car penser les rendrait stériles de cœur, de corps et d’âme. Et quel mâle qui se respecte voudrait d’une épouse aussi cultivée et intelligente que lui ?

La soudaineté de ce séjour et la coupure nette avec sa famille et son pays, sinon son milieu social, fragilisent Zaza, qui reste d’autant plus attachée à sa mère qu’elle en est éloignée contre son gré. Si la jeune fille sait très bien se débrouiller au niveau pratique (se trouver une chambre moins chère que celle retenue, trouver des cours particuliers de français) et social (se faire rapidement de nouvelles connaissances et laisser tomber ses préjugés contre les Allemand·es), ses lettres et son agenda disent le manque de son entourage et de la routine à laquelle elle a été habituée depuis sa naissance.

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928 :

La carte postale, pour sa grand-mère maternelle Céline Darracq (dite Anmé), du samedi 10 novembre 1928, représente la place du marché (Markt) du huitième arrondissement de Cologne (Köln-Kalk). Le train français de Zaza y a fait halte. Elle y a mis à la boîte aux lettres un mot pour sa mère[2]. La carte postale, quant à elle, a été envoyée depuis Berlin, comme l’indique le cachet de la poste allemande. Par contre, les dates des deux cachets français sont effacées, on distingue seulement le mot « L’Adour », pour Aire-sur-l’Adour. Le timbre représente le philosophe Kant, l’éloignement de Zaza de la Sorbonne et du groupe de Beauvoir ne serait-il pas impossible ?

Le ton de Zaza est optimiste : elle ne cache pas le « cafard affreux » qu’elle a eu au moment du départ, mais elle souligne le beau temps qui règne à Berlin, ainsi que l’heureuse rencontre dans le train avec une Allemande, Fraülein Herbst[3], qui « se [met] très aimablement à [sa] disposition. »

©Association Élisabeth Lacoin

Cette francophile est un contact essentiel pour l’acclimatation germanique de Zaza, puisqu’elle va lui présenter et lui donner des adresses d’ami·es à Berlin, parmi lesquel·les Hans Miller, proclamé chevalier servant[4] de la voyageuse.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que la jeune fille éprouve le besoin d’écrire à sa mère et à sa grand-mère maternelle avant même d’être installée. Besoin de rassurer le côté maternel et féminin de sa famille ? De se rassurer ? De garder le lien avec les siens de manière habituelle et logique lors d’un voyage ? Sans doute, un peu tout cela. La rupture se fait donc, dans ce premier moment, avec Simone de Beauvoir et le milieu universitaire, comme le souhaite Marguerite Lacoin.

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928 :

Cette lettre de Berlin, écrite dans tous les sens, est adressée à Marie-Thérèse (dite Zon), moins de quinze jours après l’arrivée de Zaza dans la capitale de la République de Weimar, le samedi 24 novembre 1928.

©Association Élisabeth Lacoin

Le ton de la lettre est optimiste, avec de légères piques à l’encontre de sa sœur aînée :

Tout le monde me parle tellement de ton travail dans toutes les lettres reçues que je commence à craindre beaucoup pour ton index gauche et pour tes yeux ; mais je ne t’en suis que plus reconnaissante d’avoir quitté robes et fonds de plateaux pour m’écrire.

Nous retrouvons le goût pour les beaux-arts et la musique dont Zaza fait preuve depuis son enfance. Simone de Beauvoir évoque ainsi une visite au Louvre, pendant leur adolescence, en compagnie de Maurice Lacoin[6], ainsi que l’apprentissage du piano et du violon par Zaza[7].

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza suit son chemin vers la découverte des usages urbains, en soulignant les différences entre la France et l’Allemagne, c’est-à-dire entre son milieu bourgeois parisien et landais et le milieu bourgeois berlinois. Zaza étend à un pays une manière d’agir (récente ?) entre filles et garçons :

Il est vrai que les coutumes d’ici ne pourraient guère exister chez nous, elles auraient immédiatement un tout autre sens. En France, la camaraderie jeunes gens, jeunes filles tourne naturellement au genre [mots illisibles]. Ici cela n’a rien à voir. Ces visages des jeunes allemandes [sic] qui vivent ainsi avec leurs amis masculins sont absolument dépourvus de toute coquetterie et leurs cavaliers ont toujours l’air sérieux et corrects comme des premiers ministres.

L’étrangère analyse le calme et l’absence de trouble sexuel des femelles et mâles germaniques, contrairement aux femelles et mâles français. La mixité allemande dans l’espace public, ici au restaurant, n’est pas source de rapports érotiques et la séduction est ignorée du côté des Allemandes. Zaza relie cette attitude à « l’étonnement des petites américaines [sic] des de Neuville », c’est-à-dire à la perplexité des habitantes de pays protestants devant les affèteries des femmes des pays catholiques vis-à-vis des hommes. Ce cliché des voyageurs et des voyageuses des deux religions se retrouve encore aujourd’hui dans la perception de l’égalité femmes-hommes : « galanterie latine » (harcèlement sexuel) d’une part, « puritanisme anglo-saxon » (franchise et simplicité des rapports femmes-hommes) d’autre part.

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928 :

Cette lettre, dont l’original a été perdu, du mercredi 5 décembre 1928 est adressée à Geneviève (dite Bichette), l’une des jumelles. Zaza fait le point sur sa situation personnelle, après avoir encouragé sa sœur par rapport à ses futurs résultats scolaires. Elle égratigne au passage la passion de ses proches pour la « vente de Raoux ». Nous n’en savons pas plus : s’agit-il d’une vente de charité de la directrice de cette institution où Zaza enseignait[8] ? La jeune fille s’agace de l’intérêt pour ce fait mondain, qui focalise l’attention de sa famille.

Pour autant, elle songe à gâter ses trois dernières sœurs et frère. Geneviève, dix ans, est ainsi chargée de l’importante mission de faire le lien entre Zaza, sa jumelle Françoise (Bichon) et Vincent (Raton), neuf ans : « (…) ce qui leur ferait le plus plaisir (un livre allemand ? un sac ? une boîte de chocolats ? un jouet berlinois ? un plumier ?). » L’ex-pays ennemi est devenu un réservoir à cadeaux. Le spectre est vaste, entre nourriture sucrée, fourniture scolaire, accessoire de mode, joujou, ouvrage. Pas de refus de la langue de l’autre chez Zaza, au contraire, elle souhaite diffuser la culture germanique auprès des siens, tout en leur faisant plaisir avec des cadeaux venus d’ailleurs.

©Association Élisabeth Lacoin

La lettre montre la progression de Zaza dans son installation à Berlin. Si, dans son courrier à Marie-Thérèse du 24 novembre, elle se lamente de la difficulté à suivre une heure trente de cours en allemand, c’est d’une jeune Française vivant à Berlin dont elle se plaint, une douzaine de jours plus tard. Zaza loue la gentillesse et la simplicité des Allemandes qu’elle croise. Ces relations amicales débouchent professionnellement, puisqu’elles lui procurent des cours de français à donner dans deux familles allemandes « tout à fait charmantes, les “Bertels”et les “Brünner”, ce qui me fait mieux en mieux connaître la vie de Berlin. » Zaza est curieuse des autres et de la vie quotidienne des gens qu’elle côtoie. Elle refuse de s’enfermer dans un cercle mondain et uniquement français. Les liens avec son chevalier servant Hans Miller, rencontré le mercredi 19 novembre[9], sont déjà assez forts pour que sa famille signe une carte pour la famille Lacoin et pour avoir des conversations suivies avec son père sur la littérature française moderne[10].

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928 :

Cette lettre du samedi 22 décembre 1928 est adressée à sa mère, sur du papier à en-tête de l’hôtel Esplanade à Berlin, situé à l’ouest de la ville, rue Bellevue, deux noms qui sonnent français. En cette avant-veille de Noël, Zaza a acheté ses présents pour les Miller chez Kayser : « (…) bien entendu, le seul magasin de Berlin où les gens chics puissent choisir leurs cadeaux. » Elle prend de la distance avec le snobisme mondain par un humour léger. La jeune Française est totalement acceptée par les Miller, elle passera la soirée du lundi 24 décembre en leur compagnie. Que de chemin parcouru depuis Le Cocorico et ses dessins contre les « Boches ». Le séjour sur place et, surtout, la fréquentation quotidienne des autochtones a ouvert les yeux de Zaza et a fait son œuvre d’antiracisme.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que le manque de sa famille, particulièrement de sa mère, est ressenti avec douleur :

Je voudrais être auprès de vous et vous aider à empaqueter les mandarines et  petits objets que le Petit Jésus doit mettre dans les souliers. Maman chérie j’espère bien avoir de vous demain matin une lettre m’annonçant votre arrivée, je ne pense plus qu’à cela. J’aurai vu ici des choses curieuses et appris l’Allemand [sic] et l’Allemagne, mais le plus beau jour de mon voyage ma petite maman tant aimée sera celui du retour, celui où je vous retrouverai définitivement. (…) vous maman chérie je vous aime trop, et je me serre contre votre cœur à me faire mal.

Votre petite Zaza

Notons que le vieil homme barbu vêtu de rouge et blanc n’a pas encore fait son apparition au sein des familles catholiques et que c’est l’enfant Jésus qui récompense les bons sujets.

©Association Élisabeth Lacoin

Le cordon ombilical n’est pas coupé par la jeune fille, projetée seule dans un univers étranger, suite à un départ qu’elle n’a pas voulu. Les termes utilisés sont forts. Ils expriment le désarroi et le sentiment de solitude de Zaza, qui infantilise sa mère puis elle-même, pour mieux se faire dorloter et plaindre. La voyageuse laisse de côté les bénéfices de son éloignement familial en ne visant que son départ d’Allemagne. Elle ne retient que le manque de sa mère, non l’apprentissage de l’indépendance, sinon de la liberté.

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928 :

Ce télégramme de Zaza à sa famille au 5bis rue de Berri, Paris Huitième, est daté du lundi 24 décembre 1928, envoyé à 16h25 heure allemande : « Joyeux Noël tendresses ». Jusqu’au dernier moment avant les fêtes de fin d’année la jeune fille pense aux siens. Pensons que ce bout de papier a presqu’un siècle et qu’il est intact. Songeons également que l’année d’après, en 1929, Zaza n’était plus là pour fêter Noël.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 27 décembre 1928 est adressée à sa sœur aînée Marie-Thérèse. La légende de la carte postale indique : « Herzlichen Glückwunsch zum neuen Jahre », soit « Meilleurs vœux de bonne année[11] » La carte représente des chat·tes noir·es anthropomorphiques dans un salon aux murs jaunes, au sol rouge clair et au canapé bleu avec un coussin jaune dans le coin droit. Au mur de la pièce, un portrait de chat jaune. Dans les coins droit et gauche, des branches de houx pendent, ainsi qu’une branche de gui dans le coin droit. Les chat·tes, souriant·es, qui ont soit un ruban rouge soit un ruban jaune au cou, ont tous et toutes une activité différente : jouer de la clarinette, se cacher sur le côté gauche du canapé, se poster devant le canapé en position d’attaque pour rire, faire ses griffes sur le canapé, s’enlacer à deux contre le coussin jaune, danser à deux, courir l’un après l’autre. Ces dix félins pourraient tout à fait représenter la famille Lacoin : Marguerite et Maurice sur le canapé, leurs huit enfants autour d’eux, moins Zaza.


©Association Élisabeth Lacoin

C’est ce qu’indique Zaza à sa grande sœur : « Cette carte dont le symbolisme est délicieux, il y a juste huit petits frères chats autour de l’heureux couple (…). » Après les vœux de Noël, vient le temps de l’année civile à venir. Le ton de la carte est volontiers léger, mais le choix du sujet, outre qu’il est choisi pour l’amour des chat·tes de Marie-Thérèse, révèle le manque criant de Zaza vis-à-vis de sa famille.

La jeune exilée déborde d’attente quant à l’arrivée de sa mère : « (…) je me dis avec un débordement de joie que maman va bientôt arriver. » L’exaltation est de mise, montrant en creux le sentiment de solitude où Zaza est plongée. Rien ne semble la détourner de son attachement profond pour sa génitrice.

7) Les Lettres de Mozart, s.d. : 

Ce volume des Lettres de Mozart est annoté de la main de Zaza, avec un ajout ultérieur au crayon de son dernier frère, Vincent, sur l’époque du cadeau et l’appartenance à sa sœur, dont il marque la date et le lieu de décès.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est un cadeau de Noël (« Weihnachten ») 1928, de Monsieur Curtius, son logeur à Berlin, en référence au goût de Zaza pour la musique.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est Zaza qui a choisi de quitter la pension non mixte où sa mère l’avait inscrite et de s’installer chez l’habitant. L’intégration de Zaza à Berlin se fait sur le mode familial : les Curtius, les Miller. Elle passe de cocon en cocon, avec quelques moments de solitude qui ne lui plaisent guère. Au final, elle n’est pas plus seule qu’à Paris, puisqu’elle passe de cours à l’université à des rendez-vous avec Hans Miller et d’autres Allemand·es, pour finir sa journée chez les Curtius.

8) Lettre à Germaine, 31 janvier 1929 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 31 janvier 1929 est adressée à sa sœur Germaine. Elle représente une salle de restaurant élégant, avec une verrière et une baie vitrée. Le recto représente des clientes qui sont en robe de couleur dos nu, des clients qui sont en habit de soirée noir, chemise blanche et nœud papillon noir. Un groupe de danseuses classiques, en tutu doré, évolue sur une scène minuscule, en bas à droite. Ou sont-ce des danseuses de music-hall ? Le verso porte le message de Zaza, ainsi qu’un mot signé Hans Miller et un autre de Toni Miller, sœur de Hans. Nous invitons les descendant·es de Hans et de Toni Miller à se faire connaître auprès de nous.

©Association Élisabeth Lacoin

Ces ajouts tête-bêche par rapport au message de Zaza, en haut du verso, montrent la familiarité qui s’est instaurée entre les jeunes gens de part et d’autre du Rhin. Sans compter que les Miller se sont vite acclimatés à la mise en page très libre des Lacoin. Ou serait-ce un effet secondaire des verres de « vin du Rhin » absorbés avec libéralité ?

Cette légère ivresse aurait-elle pour conséquence le joyeux mélange d’allemand et de français dans le texte de Mademoiselle Élisabeth Lacoin ?

« Je suis dans un “lokal echt” berlinois où je fais mon dernier Bümmel Abend. »

Soit :

« Je me trouve dans un endroit typiquement berlinois où je passe ma dernière soirée décontractée en flânant, ma tranquille soirée d’adieu[12]. »

Zaza part pour la France trois jours plus tard, le samedi 2 février, mais elle éprouve le besoin d’écrire encore et encore à sa famille. Le message est contrasté :

« Il faut bien abuser d’une liberté que je vais bientôt perdre. »

« Je me rappelle encore que dimanche je serai avec vous et je suis folle de joie de te revoir. »

Zaza oscille entre bonheur de se retrouver chez elle, parmi les siens, et lucidité quant à ce qui l’attend, à savoir une contrainte de chaque instant, malgré sa majorité toute neuve, qu’elle a fêtée le vingt-quatre décembre 1928 : « J’ai 21 ans ce soir, Maman, mais je me sens si peu d’indépendance ! Et j’ai besoin de vous comme si j’avais six mois[13]. » Depuis lors, rien n’a évolué, Zaza voit toujours avec netteté qu’elle est dépendante de son amour pour sa mère, même s’il peut lui peser.

Son séjour s’achève avec de nouvelles amitiés de type familial.

9) Le Sachs-Villatte, s.d. :

Le dictionnaire encyclopédique de Sachs-Villatte, en deux volumes, est une coproduction franco-germanique, dont la première édition date du dix-neuvième siècle. L’annotation de la main de Zaza est postérieure à son séjour. Nous sommes jeudi « 14 février 1929. Retour de Berlin ». A-t-elle acheté ces usuels pour continuer à échanger en allemand avec Hans Miller et ses autres correspondant·es germaniques ? Cet achat témoigne d’un intérêt constant pour le pays et les personnes qu’elle vient de quitter. Ce voyage de près de trois mois a fait tomber les préjugés de Zaza envers les vaincu·es du premier conflit mondial et lui a permis de goûter à l’ailleurs sans que ses parents y soient trop présents, même s’ils se sont inquiétés de leur fille et qu’ils lui ont rendus visite. Maurice Lacoin fait le déplacement Paris-Berlin du seize novembre au dix-neuf novembre 1928. Marguerite Lacoin y reste du vingt-huit décembre 1928 au trois janvier 1929. Ils prennent soin d’espacer leurs visites d’un mois afin de rompre l’isolement de leur fille, en divisant les trois mois du séjour de Zaza en trois parties égales.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

           

L’exil à Berlin imposé par ses parents tourne presqu’à l’avantage de Zaza. Sa curiosité et son allant la poussent à aller vers des autochtones plutôt que de rester enfermée dans un milieu franco-français. Elle fréquente également l’université germanique, alors que sa mère souhaitait l’éloigner de la Sorbonne, ce qui est paradoxal. Ou est-ce surtout de Simone de Beauvoir l’athée que venait le danger pour Zaza, selon Marguerite Lacoin, plus que de l’université parisienne ? Il n’empêche que Zaza s’intègre bien au sein de la culture berlinoise, malgré son extrême solitude morale. Celle-ci l’empêche de se sentir totalement à son aise et de prendre son élan pour se rendre indépendante de sa famille et de son amour débordant pour sa mère. Son humour et sa vivacité restent tangibles cependant dans ses épîtres, où Zaza continue à griffer légèrement untel ou unetelle, à Berlin ou en France, tout en se souciant des siens. Zaza est une bonne personne.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3046


[1] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 85.

[2] Ibid., p.148.

[3] Ibid., p. 164.

[4] Ibid., p. 146.

[5] Auteur d’une étude sur le peintre toscan : Edmund Hildebrandt, Leonardo de Vinci. Der Künstler und sein Werk, G. Groteche Verlagsbuchhandlung, Berlin, 1927.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999,  p. 334.

[7] Ibid., p. 332.

[8] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 84.

[9] Ibid., p. 166.

[10] Cf. aussi Ibid., p. 170.

[11] Traduction personnelle.

[12] Merci à Philippe Devaux et à Dominique Le Masne pour leurs traductions des termes allemands.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929)op. cit., p. 187.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Paris

La vie à Paris – Famille, amitiés, musique, scolarité. 1908-1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

2) Landes-Paris, lettre à son père, 31 mars 1921

  Jeudi 31 mars 1921

Mon petit papa chéri,

C’est je crois la dernière lettre que je vous écris et j’en suis très heureuse car cela m’annonce votre arrivée prochaine. Nous avons passé hier toute la journée à Lahontan et nous vous envoyons de la part de tante Marie mille et mille tendresses. Nous avons été traités comme des princes du sang et nous avons rapporté aux absents un superbe gâteau, œuvre de Julie, que nos 3 petits ont apprécié.

Aujourd’hui la vie a repris, régulière, et je viens d’approfondir les hauts faits de Saint Colomban afin de rattraper un peu mon retard d’histoire générale. 

Nous avons aujourd’hui la batteuse ou plutôt la machine qui égrène le maïs ; l’ouvrage avance rapidement et les grains sont très beaux. J’entends les jumelles et Vincent qui rient dans le jardin ; Raton a tout à fait l’air d’un petit chérubin car le soleil passe à travers ses cheveux qui sont dorés comme une auréole. Bichon est toujours aussi belliqueuse et même la nuit elle rêve de bataille et réveille Marie en criant : c’est à moi, c’est [l]e mien. Cette pauvre Mémaine n’a pas de chance ; croyant qu’elle avait la rubéole, le docteur l’a mise au lit ; elle ne l’avait pas du tout mais comme on l’a mise avec Lonlon elle l’a prise et la voilà encore au lit pour deux ou trois jours.

Les jonquilles sont presque fanées mais les roses et les lilas s’ouvrent en votre honneur et j’espère que vous trouverez quelques fleurs à votre arrivée. Je me meurs d’impatience, mon papa et je voudrais déjà être sur vos genoux, vous tenir pour que vous restiez longtemps avec nous, avec votre petit Raton et vos petites jujus car votre pauvre chatfoin est trop insupportable pour que vous soyez heureux de rester avec lui ; j’espère tout de même que vous l’aimez un peu, il faut lui pardonner beaucoup car il aime beaucoup. Riri continue à avoir la fièvre et bonne maman est très ennuyée, une insolation ne durerait pas si longtemps. 

Le facteur va arriver très vite mon papa, je finis donc mon bavardage en vous embrassant de tout mon cœur, arrivez vite et restez longtemps avec nous.

Chatfoin

3) Paris-Landes, lettre à Anmé, 28 mai 1921

                                                                    Samedi 28 mai 1921 

soir

Mon Anmé chérie,

Je ne vous envoie qu’un très petit mot pour vous annoncer une très grande nouvelle. Votre gendre est depuis ce matin ingénieur en chef du matériel et de la traction, c’est-à-dire qu’il a la place qu’occupait hier monsieur Paul Dubois. Je suis écrasée par tant de grandeur mais ravie de ce changement. On crée un poste de sous-directeur, Monsieur Mange ayant besoin d’aide, et on y installe monsieur Paul Dubois ; quant à la place qu’avait papa monsieur de Boysson l’occupe.

Je voulais vous envoyer le compte-rendu de notre voyage en Bretagne mais je ne l’ai pas continué jusqu’au bout et je ne vois pas quand j’aurai le temps de le terminer. Maman est éreintée par ce congrès de la plus grande famille qui l’occupe énormément et après avoir trimé toute sa journée elle veille pour écrire aux rapporteurs adhérents etc. 

Les auditions sont finies très peu brillamment pour vos petits-enfants ; malgré cela je suis encore bousculée par une exposition de dessin qui a lieu demain. Un jury est venu pour examiner nos dessins ; ils sont exposés à partir de 6 sur 10. Quoique je n’aie commencé que depuis un mois et ½  je n’ai pas une mauvaise place ; je suis seconde avec 9 ½ ; nous étions à peu près 15 concurrentes et Margot qui est de mon cours a 8 ½. 

Nous sommes dans le trimestre des compositions ; on vient de nous en rendre une de narration. J’étais 1èreavec 9 sur 10 lorsqu’on a eu la mauvaise idée de m’ôter un point car j’avais fait 5 fautes d’orthographe ; ce changement de point m’a fait descendre et Simone ayant 8 ½ je n’ai été que seconde. 

Germaine a été un peu souffrante mais elle est tout à fait guérie ; elle a fait aujourd’hui au cours une composition de géographie ; je la lui avais très bien fait apprendre mais sa géographie n’ayant pas assez de détails elle a séché sur  bien des points hélas ! Je ne dors plus de joie en pensant que nos petiots seront ici demain ; si mon anmé arrivait avec eux, le chatfoin serait au comble du bonheur mais il y a une tache grise sur la chose la plus heureuse en ce monde et voilà pourquoi il ne faut regarder que le bon côté des choses pour être heureux ; les vacances arrivent et nous nous reverrons très vite : réjouissons-nous. Notre Pierrot va bien mais il est très découragé et si vous avez le temps de lui écrire et de le remonter il en serait je crois très heureux pauvre ermite ! Il se fait tard, je vous ajouterai un mot sur l’arrivée des petiots demain matin.

Toute ma tendresse.

Chatfoin

4) Paris-Haubardin, lettre à Bonne-Maman, 19 mars 1922

                                                                     Dimanche 19 mars 22

Ma chère bonne maman,

Voilà le jour du repos et quoique j’aie une composition à préparer je boucle mes livres et vous écris avant d’aller aux Tuileries profiter de la belle journée de printemps que nous avons aujourd’hui. Marie-Thérèse est arrivée ce matin après un très bon voyage ; elle nous apporte des nouvelles de grand-mère et de Gagnepan et de belles jonquilles jaunes. Je sors d’une très belle retraite prêchée à St Thomas par le père Delor lundi, mardi, mercredi et jeudi derniers. Ce père dominicain est très bien  et nous a dit de très belles choses. Notre petit coin St Thomas a reçu hier la nouvelle officielle des fiançailles de mademoiselle Anne-Marie Rochette de Lempdes avec monsieur Robert de Lafond ingénieur aux chantiers de Penhoët à Saint Nazaire. Marie-Thérèse va pouvoir se précipiter pour féliciter son amie. Nos trois petits sortent de la grippe et j’ai vu hier Minette qui était au lit, tout à fait dans le même état qu’eux. 

Nous préparons notre voyage en Italie par quelques lectures intéressantes. Je n’en reviens pas de voir partant pour l’Italie et faisant un voyage que tant de gens ont désiré faire, et que tant de gens ne font que plus tard. Quel dommage que l’on ne puisse pas emmener ses deux grand’mères voir ces splendeurs. J’aurais bien voulu aller vous dire un petit bonjour avant de partir mais on ne peut pas cumuler tous les plaisirs et mon désir n’a pas été jugé très raisonnable. J’espère que vous avez à Haubardin le même temps que Paris et que Riri  jouit du beau soleil. 

Au revoir ma chère bonne maman, embrassez bien Riri de ma part ainsi que l’oncle Henry et tante Marthe s’ils sont à Arzeth, présentez mes bons souvenirs à mademoiselle et gardez pour vous mes meilleures tendresses.

Zaza

5) Paris-Landes, lettre à Anmé, 24 octobre 1922

                                                                   Tours dimanche

24 octobre 1922

Mon anmé chérie,

Me voilà dans ma ville natale après une journée délicieuse passée sur les bords de la Loire. Nous sommes parties Maman Zon et moi de Paris ce matin à 8 heures. A 10 heures nous étions à Blois. Des autocars magnifiques nous y attendaient et en route pour Chambord. 

Lundi

Nous avons vu Chambord, ce qu’il y a de plus original et de plus beau c’est l’escalier. Il y a deux hanches qui s’entrelacent de telle façon qu’on aperçoit les gens sans jamais pouvoir les rencontrer. De très beaux plafonds en caissons. Partout les armes de François 1er : la salamandre. Nous avons vu dans une salle voisine la copie du portrait de Louis XVI que nous avons à Haubardin. Beaucoup d’autres portraits historiques, une table sur laquelle le maréchal de Saxe a été embaumé. Ce château est immense ; songez qu’il y a 65 escaliers et l’on n’en rencontre pas à chaque pas. Après Chambord retour à Blois en autos-cars. Excellent déjeuner au Grand Hôtel. Puis nous allons à pied jusqu’au château de Blois que nous visitons. Toujours de grandes pièces immenses, des corridors étroits, des escaliers tournants, des portes secrètes, les armoires secrètes de Catherine de Médicis. Sur les murs et au plafond des peintures reproduisant les tapisseries qui ornaient ces salles avant la révolution. A terre de vieux dallages anciens en faïence bleue jaune et noire. Tous les coins sont historiques. Ici, Catherine de Médicis cachait ses poisons, là furent tenus les états généraux, là les Guises furent assassinés. Les autos-cars nous reprennent au château et nous descendons la Loire jusqu’à Amboise. Le chemin est ravissant. Des teintes d’automne admirables, des caves ou grottes creusées dans le sol, les petits villages hauts, aux rues étroites. Nous sommes arrivés à Amboise vers les 5 heures pour y voir un coucher de soleil merveilleux. Ces reflets rougeâtres, puis roses, puis mauves dans l’eau, cette île éclairée par les lueurs du couchant, tout enfin était beau. Nous avons vu la chapelle de St Hubert, véritable dentelle de pierre. Puis une toute petite partie du château, la salle de la conjuration, la grille où des grappes de protestants furent pendus. C’est à Amboise que maman nous a quittées. Elle a pris le train pour Paris tandis que nous filions sur Tours, en auto toujours. Nous sommes princièrement installées à l’hôtel de l’univers, chambre immense, salle de bains-WC pour nous seules.  Devinez mon anmé où j’étais Dimanche à 11 heures. J’étais à l’opéra, plongée dans la musique de Lohengrin. 

Je vous quitte mon anmé. Nous repartons dans une demie heure et je voudrais voir St Etienne avant le départ, je vous embrasse très tendrement ainsi que votre entourage.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Paris», Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3941

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Sud-Ouest

Le Sud-Ouest – L’ABC de la famille. 1908-1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Aire-Gagnepan, en famille avec Simone, 1927, 1928

1) Lettre à Geneviève de Neuville, 3 septembre 1927 :

 Aire                                                                                    3 Septembre 1927

N.P.

Ma chère Geneviève,

Bénie soit madame de Neuville et son très généreux époux, bénie soit ta grand’mère et bénie soit la poste d’Aire qui nous a apporté hier l’heureuse nouvelle de votre arrivée prochaine. Nous avons composé des hymnes d’enthousiasme et de reconnaissance qui sont plus gais que ceux de Job et aussi beaux que ceux de David. Enfin Gagnepan est dans l’ivresse et l’on vous y attend avec une impatience incroyable. Depuis hier nous avons accumulé les projets de réjouissances ; nous avons décidé un pique-nique et une grande descente dans un vieux château où nichent des hiboux, des chauves-souris et de vieux cousins à nous absolument toqués. Je ne sais pas ce que je t’écris, le bonheur de te voir me tourne la tête et je t’envoie ces lignes de chez les du Moulin où règne comme d’habitude la plus aimable agitation. La charmante Julie est hors d’elle et répète en se regardant devant la glace le galant sonnet que Jacques lui offrit il y a deux ans.

Remercie encore madame de Neuville, nous vous attendons dès que vous pourrez c’est-à-dire le huit et pour le plus longtemps possible ; votre arrivée peuplera très heureusement Gagnepan ; papa et Pierre ne sont pas avec nous malheureusement et cette maison fait l’effet d’être vide. A bientôt, quelle joie d’écrire cela, je t’embrasse de tout cœur ainsi qu’Anne-Marie, amitiés à Jacques. Je ne sais comment dire à madame de Neuville notre reconnaissance, je l’embrasse de tout mon cœur et avec tout le respect dont je suis capable.

Zaza

2) Lettre à sa mère, 19 juillet 1928 :

Gagnepan                                                               19 juillet 1928

Maman chérie,

Ma lettre vous parviendra encore j’espère ; avant-hier j’ai dormi toute la journée et hier j’allais vous écrire quand nous avons décidé une expédition en pays lointain. Nous songions sans grand enthousiasme à aller voir les de Belleville ou les de Villefort pour essayer la voiture mais après avoir consulté la carte et constaté qu’il n’y avait d’ici Larroqué que 30 km nous avons lâché Duhor pour les Cassaigne et cette fois avec beaucoup de plaisir. Anmé croyait partir pour la Chine et n’en revenait pas de se trouver à 3 heures entre Mimi et Henry après 50 minutes de trajet. La route d’ici Saint Justin est excellente et l’auto a très bien marché ; ce matin nous l’avons reprise pour aller entendre la messe en l’honneur de la Saint Vincent. Pendant que nous étions au Carmel un de nos pneus s’est dégonflé ; je l’ai fait examiner chez Labat ; c’était une usure de la valve et il a été très simple de remettre une pièce neuve de sorte que nous serons en forme pour partir samedi matin.

Grand-mère qui n’avait jamais vu Larroqué a trouvé cette vieille gentilhommière charmante et elle a passé la soirée à vanter les charmes de l’auto et du progrès ; nous n’avons pas des grand’mères rétrogrades. Mimi n’était pas mal ; elle nous a dit que l’air de Larroqué lui convenait admirablement mais elle se préoccupe pourtant de faire une saison à Biarritz et nous a demandé des renseignements sur les Arocena et sur les conditions d’installation qu’elle pourrait avoir chez eux. 

Henry était délicieusement habillé de kaki et faisait le menuisier avec ardeur quand nous l’avons trouvé ; il nous a fait visiter Larroqué dans tous ses recoins qui sont délicieux et il a rempli Anmé de jalousie en nous montrant un verger déjà très beau entièrement replanté par lui. Il a en particulier des brugnoniers et des pêchers qui ont pris admirablement. Magdeleine  a voulu elle aussi nous faire connaître ses richesses ; elle nous a présenté les veaux et les lapins avec des tas d’explications délicieuses : elle a grandi, minci, ce qui la rend beaucoup plus jolie ; je voudrais que vous la voyiez en ce moment, c’est vraiment un amour de petite fille à qui ses longues boucles tout à fait brunes maintenant donnent un petit air ancien et sage ; elle ressemble certainement aux petites filles modèles.

Aujourd’hui nous avons à domicile deux petites filles que je ne songe pas bien entendu à comparer à Magdeleine mais qui sont pourtant très gentilles ; ce sont deux cousines, France et Marie de Saint Julien qui ont accompagné Poupée de Mau et déjeuné ici en l’honneur de la fête de Vincent. L’une d’elle arrive du Maroc où elle est restée très longtemps. Malgré ses onze ans, elle dépasse Bichette de la tête et elle a un petit type arabe tout à fait charmant, Jacqueline Lemoine en plus brun et plus régulier. Votre plumier offert tout à l’heure à Vincent l’a comblé de joie ; cette joie a été augmentée encore par l’ouverture d’une bouteille de champagne et par l’apparition d’un Saint Honoré magnifique que j’avais commandé chez Daugé. Nous avons très brillamment fêté le héros du jour.

Laissons le carnet mondain pour le cours des Halles. J’ai dit à Louise d’acheter le cochon en août ; elle y était déjà décidée. Elle compte même l’acheter à Garein pour ne pas attendre la foire de Barcelone et parce que les cochons s’y vendent à meilleur prix. Elle vous fait dire qu’il faudra acheter une autre Bretonne pour avoir du lait ces vacances ; celle qui est en ce moment à Gagnepan est pleine de 7 mois et on va cesser de la traire. J’ai trouvé le jardin potager en superbe état et nous nous régalons ces jours-ci avec des pêches, des artichauts, des haricots verts et des salades merveilleuses. Louise est vraiment un précieux service et les reproches que grand’mère peut lui faire n’ont pas grande importance auprès de la manière dont elle sait conduire les choses et de son activité. Anmé vous remercie pour les 300 F, je lui ai remis aussi le couteau à découper et les ciseaux qui lui ont fait grand plaisir. 

Je suis bien contente maman chérie de vous retrouver bientôt ; je compte vous revoir lundi ; n’allez pas vous tuer à faire des confitures d’abricots et tâchez de nous arriver avec une mine convenable. Tout le monde ici me félicite de la mienne et Anmé, ô merveille, vous fait dire qu’elle me trouve en superbe état et que j’ai changé du tout au tout depuis cet hiver. Le régime de Gagnepan n’est pas fait d’ailleurs pour nous faire dépérir ; nous faisons bombance et je me demande comment les petits feront pour passer de notre ordinaire actuel à celui qui nous attend à Haubardin. 

Anmé vous fait dire qu’elle a retenu la jeune fille Philibert au prix de 150 F, elle entrera le 6 août pour avoir le temps de se former. 

Adieu ma petite maman chérie, à mardi ; n’oubliez pas de dire à monsieur Vaussanges mille choses de ma part et que je lui suis très reconnaissante de m’avoir exhortée à persévérer dans le grec. Je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que papa et Lonlon qui arrivera à Haubardin juste pour que nous lui souhaitions sa fête.

Zaza

2) Barroilhet, le cousinage, 1926

Lettre à son père, 30 juillet 1926 :

Barroilhet                                        30 juillet 1926

Mon papa chéri,

Nous sommes à Barroilhet depuis hier, Zon et moi, et malheureusement le temps ne s’est guère mis en frais pour nous. Ce soir pourtant l’horizon se dégage et l’on commence à avoir une délicieuse vue de montagnes. Nous revenons d’une promenade à pied à Bidart en suivant la côte. Nous y avons été avec Magdeleine Laborde, Suzanne et Marie Camus. La mer était très belle mais les montagnes se devinaient à peine et cette horrible teinte de grisaille gâtait tout. Nous sommes allées ce matin à Biarritz pour voir le petit Gérard Galtier qui est installé tout seul chez les demoiselles de la Taillade. Il sortait de son bain salé et avait fort bonne mine. Nous l’avons emmené jusque chez Dodin prendre deux gâteaux en guise d’apéritif. Chez les de Roll nous n’avons trouvé que tante Suzanne et tante Marie-Louise de présentables. Nos trois cousines étaient dans leurs plumards comme dirait Paul-Louis. Il était bien onze heures du matin mais elles avaient été la veille au soir au cinéma ce qui explique tout. On voulait absolument nous retenir et l’on nous a fait jurer de revenir bientôt avec maman. Hier le train qui nous a amenées ici avait quarante minutes d’arrêt à Bayonne : comme je savais où était le bureau d’Henry, nous avons été monter la garde devant sa porte et malgré le temps épouvantable il s’est amené vers 9 heures 1/2. Les nouvelles de Mimi ne sont pas trop mauvaises, Henry partait le soir même pour la chercher à Bordeaux, le jeune personnage doit arriver dans une quinzaine de jours pour l’Assomption. Nous repartons d’ici demain matin avec arrêt à Bayonne pour voir mimi ; nous aurions bien voulu rentrer au moins en même temps que maman mais Henry a si éloquemment plaidé qu’il a arraché à Zon son consentement au moment où le train s’ébranlait. Quel dommage mon papa chéri que vous ne soyez pas avec nous dans ce joli pays basque, n’allez-vous pas venir nous rejoindre bientôt ? C’est très mauvais de rester si longtemps seul à Paris et vous devez beaucoup trop travailler lorsqu’il n’y a plus de femmes à la maison pour vous faire perdre le temps. Lonlon va tout à fait bien, elle allait s’offrir une tranche de jambon d’York lorsque nous l’avons quittée.  Adieu mon petit papa chéri, je vous embrasse bien tendrement. 

Votre petite Zaza

Nous avons eu des nouvelles de Pierre qui paraît beaucoup s’amuser.

3) Bayonne, l’origine, 1924, 1929

1) Lettre à Bonne-Maman, 23 mars 1924 :

Chalet Adour                                                                                  23 mars 1924

Chère Bonne maman,

Si je suis encore ici, moi Zaza, c’est grâce à une dépêche de Paris autorisant une petite prolongation. La lettre annoncée est arrivée, maman parlait d’un jour ou deux mais vous sachant fatiguée j’irai vous voir mercredi, moi Zaza. Mon train arrivera à Dax mercredi 11h25 et après avoir passé quelques heures auprès de vous je filerai le soir vers six h pour Paris. Moi Mimi, je suis en train de sortir vaillamment de mes draps. Hier Henry et Zaza ont fait une grande promenade de la Barre à la Chambre d’Amour en passant par le lac de Chiberta. Ils ont vu des pins, de grandes dunes blanches, un lac très bleu, des ajoncs dorés, enfin un tas de choses ravissantes. Avant-hier, moi Zaza, j’étais chez les de Roll à déjeuner ; après dîner j’ai été à la villa Antoine avec Bibych et Pompon. L’oncle Albert nous a emmenées goûter chez Dodin ; il allait fort bien et comptait passer encore à Biarritz une huitaine de jours. Nous espérons bien que vous allez mieux.

Nous vous embrassons bien affectueusement.

Zaza    Mimi

2) Lettre à Anmé, 25 mars 1929 :

Bayonne                                                                 25 mars 1929

Mon anmé chérie,

Ce n’est pas sans ennui, que dis-je, sans angoisse que je suis partie vous laissant dans ce grand Paris sans surveillance aucune, livrée aux dangers d’une liberté complète. J’espère que vous en userez aussi bien que moi de la mienne à Berlin mais cela ne m’empêche pas, est-ce seulement par inquiétude ? – de penser à vous dix-huit fois par jour. Aucune de la famille depuis mon départ ; qu’en sont devenus tous les membres ? Je vous situe 5bis rue de Berri et je suppose que depuis samedi toute la marmaille est à Haubardin mais en quel lieu du monde sont actuellement mes parents. Maman prétendait avant mon départ rester à Paris jusqu’au milieu de la semaine sainte, papa songeait à prendre ses vacances dès le samedi d’avant ; il était question de Biarritz, de Guéthary et de faire le voyage en auto. J’avais donc l’espoir tous ces jours-ci de voir subitement apparaître les voyageurs, mais rien ne vient ; j’ai peur que maman à l’heure où j’écris ne soit encore en train de se fatiguer dans des préparatifs et cela me gâte presque mon plaisir d’être ici. Bayonne est pourtant un coin merveilleux par ce temps rêvé que le ciel nous accorde. J’y ai trouvé toute la famille et vendredi j’ai déjeuné chez madame Guichenné avec bonne maman, les Henry, Magdeleine Laborde et le ménage Boer. Tante Marthe et bonne maman sont dans la fièvre des préparatifs de toilette ; l’une et l’autre depuis huit jours n’ont eu le temps que d’essayer robes et chapeaux. Tante Marthe m’a demandé si pour le dîner de contrat un grand décolleté était de rigueur ; de quels éblouissants spectacles allons-nous être les témoins ? La pauvre bonne maman était dans le même état que vous ces temps derniers ce qui nuisait beaucoup à ses charmes ; je crois qu’avec la folie de dépenser que vous lui connaissez elle a dû renoncer au vulgaire dentier porté jusqu’à présent et se fait faire pour le mariage une mâchoire d’or. Naturellement j’ai dû discourir sur le fiancé, sur le bonheur de Marie-Thérèse et sur les toilettes des demoiselles d’honneur. Tout Bayonne avait vu la charmante photographie où Albert dans un encadrement ovale présente concurremment à l’administration publique son sourire, ses lunettes, ses pieds et son képi, et tout Bayonne était charmé ! J’ai trouvé Mimi maigre, fatiguée par la grippe qu’elle vient d’avoir et plus allante malgré cela que l’année dernière ; elle a fait samedi avec moi des commissions dans Bayonne. Nous avons choisi pour Marie-Thérèse chez Artéon un service à poisson, il me semble qu’elle n’en avait pas reçu encore ; c’est un très beau cadeau et si l’objet vient en double Marie-Thérèse pourra toujours aller chercher autre chose dans la même maison. Maylis Personnaz s’y trouvait en même temps que nous, assez surprise de me rencontrer dans Bayonne ; j’irai cet après-midi à Beaulieu. Hier déjà j’ai rempli mes devoirs de civilité vis-à-vis de tante Lily en invitant Henry à la chambre d’amour. Nous avons eu la chance de trouver désert le chalet Armand et nous avons arpenté les dunes d’alentour – un temps idéal, la mer très forte, d’un bleu qui rendait gris tous ceux qu’obtiennent artificiellement les pauvres humains. Je n’ai pas résisté au désir de me tremper les pieds ; j’ai même un peu trempé mon manteau et mes dessous à la grande joie d’Henry satisfait de voir ses pronostics pessimistes réalisés ; je me suis procuré enfin la joyeuse illusion de n’avoir encore que six ou huit ans. Mimi malheureusement n’avait pas pu nous suivre. Il y a à Biarritz en ce moment beaucoup d’Anglais rouges, beaucoup d’Anglaises à talons plats et tout ce monde est très occupé à faire entrer les boules dans les petits trous du green, exercice excellent pour les tempéraments d’outre manche, très sain aussi pour la bourse des gens de ce pays. Magdeleine Cassaigne est toujours une adorable poupée mais son père soit disant sans principe fait de cet enfant un réservoir de phrases morales. Ô théorie !

Adieu mon anmé mille fois chérie. Ne vous ennuyez pas trop sans nous, dans moins de huit jours je serai sur vos genoux. Je vous embrasse bien tendrement.

Zaza

4) Biarritz, filer l’eau de la tristesse, 1926

1) Lettre à sa mère, 10 juin 1926

(Biarritz)                                                                                         10 juin 1926

Maman chérie,

Les petits vont très bien et profitent du beau temps ; Bichon continue à avoir un atome de fièvre mais il n’y a pas là de quoi se frapper. 

Je viens de déjeuner chez tante Marie Personnaz qui a été tout ce qu’il y a de plus aimable. Elle m’a déclaré qu’au prochain concert que Planté donnerait à Bayonne elle me ferait une dépêche pour que vous m’envoyiez chez elle à cette occasion. Maylis, vraiment très gentille, a absolument voulu me prendre 2 fois en photo ce qui ne me réjouissait pas énormément de sorte que j’aurai sûrement l’air stupide. 

Après les Personnaz j’ai fait une visite à tante Blanche qui n’engraisse pas et nous avons gémi ensemble sur l’immoralité du siècle. Je suis maintenant chez Mimi qui va bien et part demain pour Saubusse où elle restera jusqu’à la fin du mois. Je vous arrive toujours lundi matin. 

Adieu maman chérie, je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que tous les autres.

Zaza

3) Lettre à sa mère, 12 juin 1926 :

Biarritz                                                                                           12 juin 1926

Maman chérie, 

Les trois petits se sont baignés hier et ce bain a clôturé leur maladie ; grand-mère consent à ne plus prendre de températures. Ils ont d’ailleurs des mines superbes et des appétits effarants.

Tante Hélène est venue hier enlever l’oncle Albert qui était désolé de manquer la visite que nous font aujourd’hui les Personnaz, l’oncle Gaston Lacaze et la petite Tétête Sallefranque ; mais il revient ici pour faire la bombe mercredi avec mesdames de la Villehélio, de Pierrette et un autre jeune printemps dont j’oublie le nom. Ces dames iront se faire photographier ensemble en souvenir d’un groupe pris dans leur jeunesse. 

Maylis Personnaz a 18 ans aujourd’hui même ; si elle était moins gâtée j’aurais pu peut-être lui offrir une bêtise quelconque mais elle doit tout avoir à n’en savoir que faire. Peut-être vais-je lui donner un sac de bonbons, je ne sais pas trop que faire. Je n’ai pas encore procuré à Magdeleine de grandes distractions mais elle va chaque après-midi à la plage et hier matin je l’ai emmenée se baigner au Port-Vieux dans le costume de Lonlon ; elle recommencera aujourd’hui avec joie. Vous avez dû recevoir une lettre au dos de laquelle Henry a ajouté une très sérieuse proposition ; nous avons beaucoup ri Mimi et moi de cette plaisanterie mais Anmé l’a assez mal prise ; elle était outrée que nous ayons mis ça sur une enveloppe. 

Je crois que le beau temps est là pour quelques jours mais on croit ici que ce n’est rien de le dire. Je vous arriverai donc rôtie à point lundi matin. En attendant je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que tout le reste de la famille.

Zaza

5) Cauterets, les randonnées, 1924

Carte postale à son père, 13 septembre 1924 :

Cauterets                                                                 Monsieur M. Lacoin

13 septembre (1924)                                                  Ingénieur en chef à la Cie d’Orléans

                                                                                   28 rue de Varenne

                                                                                   Paris VIIe

Mon papa chéri,

Les Gérin m’ont très aimablement enlevée pour 2 jours et nous faisons aujourd’hui une excursion ravissante : Pierrefitte, Cauterets, Luz, Gavarnie. Nous avons un temps splendide, lumière, soleil, ciel bleu sur la montagne, des teintes exquises et au fond de la neige étincelante. 

Nous voici au cirque de Gavarnie, après une ravissante promenade à pied. C’est splendide et je vous regrette de plus en plus. Je vous embrasse tendrement.

Zaza

6) Dax-Haubardin, joies et colères, 1926, 1928

1) Lettre à Simone de Beauvoir, 23 mai 1926 :

CHÂTEAU DE HAUBARDIN                                                                 

       à Saint Pandelon

       Par Dax (Landes)                                                                     23 Mai 1926

Ma chère Simone,

Je suis extrêmement honteuse de ne pas vous avoir écrit plus tôt pour vous envoyer toutes mes félicitations pour Math Générales. J’aurais bien voulu vous voir avant de quitter Paris, j’ai été avec Thérèse Jullig vous chercher en vain à Cauchy puis comme j’avais tous mes paquets à faire je n’ai pu aller vous dire adieu. 

Lonlon nous a dit il y a deux ou trois jours que vous deviez passer par Dax pour aller à Cauterets ; je l’ignorais tout à fait et j’ai sauté de joie car j’espère bien que vous allez nous donner trois ou quatre jours. Les nouveaux domestiques de ma grand’mère font très bien leur service et nous avons ici quatre lits vides vu l’absence de mes cousins. Vous ne nous dérangerez donc absolument pas et vous nous ferez un extrême plaisir. De plus nous vous emmènerons en auto passer une journée à Biarritz et je serai charmée de présenter la mer à Poupette. 

Je vous en prie, écrivez-moi vite que vous acceptez ; maintenant que nous avons tout combiné, nous serions trop désillusionnés si vous n’arriviez pas. Il vous sera facile de demander arrêt facultatif à Dax et de passer trois ou quatre jours à Haubardin et c’est une occasion qui peut-être ne se retrouvera pas d’un certain temps. Ma grand-mère insiste beaucoup pour vous avoir, Bernard jure de ne pas prendre une seule colère pendant votre séjour et nous vous attendons tous avec impatience. Répondez vite affirmativement et suivez de près votre lettre.

Je pars dans une heure pour Biarritz où je passe deux jours et je n’ai que le temps de vous embrasser affectueusement, amitiés à Poupette et mes respectueux souvenirs à madame de Beauvoir.

Zaza

Nous nous jetons tous aux genoux de madame de Beauvoir pour la supplier. Je vous laisse venir et nous attendons une bonne réponse.

Chère madame, je voulais vous écrire une vraie lettre pour appuyer la demande de Zaza et voici la voiture qui réclame le courrier. Je n’ai donc que le temps de vous dire tout le plaisir que nous aurons à revoir Simone et Poupette. Tous mes enfants en auront une bien grande joie et c’est si facile que j’espère que vous ne la leur refuserez pas. Très en hâte je vous redis chère madame mes bien affectionnés sentiments.

Marg. Lacoin

2) Lettre à Simone  de Beauvoir, 7 août 1926 :

Haubardin                                                                          7 août 1926

Ma chère Simone,

Je réponds bien tard à votre lettre et peut-être cela vaut-il mieux car j’étais trop en colère contre vous ces temps-ci pour vous écrire des choses sensées. Dire que vous êtes allée à Cauterets, que vous avez passé par Dax et que nous ne nous sommes pas vues. Quand j’ai appris que vous étiez déjà partie pour Cauterets alors que je vous espérais à Haubardin, je suis entrée dans une rage noire. Lonlon m’avait affirmé que vous ne quittiez Paris que dix jours plus tard, elle le tenait de Poupette disait-elle et je croyais m’y prendre assez tôt pour vous demander de venir. Enfin maintenant que j’ai bien pesté contre vous et votre sœur, contre Lonlon et contre moi-même, je me sens très soulagée. Je redeviens même assez polie pour m’excuser de vous écrire si tard. Rien ne peut vous donner idée de mon peu d’envie d’écrire ces temps-ci ; je suis tout à fait brouillée avec mon stylo ; puis, ayant lu des choses charmantes et passé mon temps avec des gens pleins d’esprit qui s’appellent Jules Lemaître, Robert de Flers ou Francis de Croisset, je n’ai plus le courage d’écrire des lettres ennuyeuses. Dans une armoire du grenier j’ai découvert toute une collection de la Petite Illustration que Bonne maman nous avait soigneusement dissimulée ; et dès que je quitte le tennis ou l’auto je grimpe dans les combles où j’ai établi un salon de lecture. J’ai lu « le mariage de Télémaque » dont vous m’aviez parlé : c’est délicieux. J’ai trouvé aussi dans le stock : Princesse, la Belle Aventure, le Danseur Inconnu, quelques pièces plus sérieuses de Bernstein, François de Curel ou même de Bourget, ce qui est moins bien. Vous voyez que je me suis offert une saison théâtrale des plus complètes. On m’a prêté aussi un livre très agréable d’Abel Bonnard « l’éloge de l’ignorance » ; c’est une petite brochure assez joliment écrite et qui n’a de paradoxe que son titre. Mes projets de travail n’ont eu aucune réalisation : je n’ai pas traduit une ligne de grec et je ne sais pas si la fin des vacances verra croître mon ardeur à l’étude. C’est qu’aussi j’ai rarement une minute de paix. Nous nous réunissons beaucoup à nos amis de Dax pour jouer au tennis, nous circulons en auto, nous sommes les gens les moins tranquilles du monde. Pour le 15 août il a fallu s’agiter plus particulièrement : les Jumelles et Vincent ont joué pour fêter leurs deux grand’mères : « Barbe bleue » drame en vers en 4 actes par Germaine Lacoin d’après le conte de Perrault. Pendant deux jours nos chambres ont été désorganisées à cause des préparatifs de la représentation. On avait pris tous les traversins pour faire les sept femmes mortes, Bichon avait une magnifique perruque blonde en étoupe et représentait une épouse tremblante, Bichette disparaissait sous sa barbe bleue et Vincent faisait fonction de Sœur Anne et de frère vengeur. Inutile de vous dire que ce drame émouvant a été interprété d’une manière superbe ; Bichon avait l’honneur de dire le mot de la fin et elle a pris une voix de stentor pour s’écrier : « Barbe, crève de honte ! » magnifique vers final qui était le seul à n’avoir que six pieds. Les autres en avaient dix, douze ou quinze suivant le mouvement de l’action. 
Vous avez dû bien vous amuser avec Denise ; elle m’a écrit la plaisanterie que vous avez faite à Marie-Rose, c’est une délicieuse idée que vous avez eue là. Écrivez-moi vite ma chère Simone que vous me pardonnez ma paresse inconcevable, je vous embrasse de tout mon cœur, mes respects à madame de Beauvoir et mes amitiés à Poupette.

Zaza

4) Lettre à son père, 11 août 1928 :

Haubardin                                                                          11 août 1928

Mon cher papa,

Nous venons d’éprouver d’une façon épatante la merveilleuse résistance des carrosseries Citroën ; le tout acier est vraiment excellent pour faire des cabrioles sur route car nous ne serions pas sortis très frais d’une carrosserie de bois après notre petit capotage. Aucun de nous ne s’est rendu compte exactement de la manière dont nous avons pirouetté. Maman qui conduisait pour s’exercer a commencé à zigzaguer un peu. Elle s’est affolée et a donné de grands coups de volant à droite puis à gauche qui nous ont fait raser les arbres et ont enfin abouti à un capotage assez doux. Le miracle est que sept personnes tombant les unes sur les autres dans des morceaux de verre brisé ne se soient rien fait de sérieux et n’aient même pas eu une coupure à la figure. Voici le bilan de nos accrochages : Vincent le plus touché, deux petites coupures à la jambe, Zon une au genou, moi une égratignure à la main. Maman qui n’a pas eu la chance d’attraper une « saignée » qu’elle souhaitait depuis longtemps est par contre très courbaturée. Maintenant qu’elle s’est étendue toute enduite de baume des Pyrénées, elle se trouve très bien. Nous nous en sommes vraiment bien tirés ! Je vous embrasse mon cher papa de tout mon cœur.

Zaza

7) Lourdes, 1922, 1926

1) Carte postale à Germaine, 21 août 1922 :

Lourdes        CARTE POSTALE

                                                           Mademoiselle Germaine Lacoin
                                                           Gagnepan
                                                           Aire sur l’Adour
                                                           (Landes)

22 août 1926

Ma petite Maine chérie,

Je te regrette bien ici car le Pèlerinage est magnifique et tu en aurais bien joui ; j’espère que l’année prochaine tu nous suivras. Je prie bien pour toi et je t’embrasse de tout mon cœur.

Zaza

2) Carte postale à Bonne-Maman, 24 août 1926 :

2) Carte postale à Bonne-Maman, 24 août 1926 :

Madame Lacoin

Haubardin

Saint-Pandelon

par Dax (Landes)

Ma chère bonne maman,

Malgré le mauvais temps et la pluie le pèlerinage national est très nombreux et très édifiant. Il y a beaucoup de grands malades, beaucoup de tuberculeux. Il y a eu hier une guérison superbe d’une femme de 21 ans souffrant d’un mal de Pott lombaire.

Dans la salle de grand’mère il y aurait aussi une tuberculeuse guérie ; c’est une jeune doctoresse assez exaltée ce qui rend certaines personnes sceptiques. J’ai bien prié pour vous tous spécialement pour tante Henriette

Salué hier  madame Guichenné – je vous embrasse tendrement

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Sud-Ouest », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=4016

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Allemagne

Allemagne – Une Française à Berlin. 10 novembre 1928 – 2 février 1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928

                                                                       Madame Pèdre Lafabrie

                                                                                   Gagnepan

                                                                                   Par Aire sur l’Adour

                                                                                   (Landes)

Hanovre, 10 novembre 1928

Mon Anmé chérie,

J’ai eu tant à faire avant de quitter Paris que je n’ai pas trouvé une minute pour répondre à votre si bonne et si tendre lettre. J’ai eu au moment de partir un cafard affreux mais cela commence à passer. Dans quatre heures je serai à Berlin, il fait froid mais le soleil est magnifique et ce pays ne parait pas triste. J’ai voyagé avec une allemande très agréable qui d’ailleurs passe la moitié de son temps à Paris et qui m’a donné son adresse à Berlin en se mettant très aimablement à ma disposition.

Je vous aime déraisonnablement et vous embrasse de même.

Zaza

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928

                                                                                        24 novembre 1928

Ma chère Zon,

Tout le monde me parle tellement de ton travail dans toutes les lettres reçues que je commence à craindre beaucoup pour ton index gauche et pour tes yeux ; mais je ne t’en suis que plus reconnaissante d’avoir quitté robes et fonds de plateaux pour m’écrire. Je regrette bien que tu ne puisses pas entendre les cours merveilleux que nous fait ici le professeur Hildebrand sur Léonard de Vinci ; ils sont si intéressants qu’on y vient de tous les milieux de Berlin si bien que le malheureux conférencier, les salles de projection n’étant pas très grandes (relativement) est obligé de répéter son cours quatre fois par semaine ; pour les auditeurs un peu irréguliers comme moi, c’est très commode. Avant-hier, il nous a parlé avec de très intéressantes projections à l’appui de “l’Anbetung der Könige”, de l’influence de cette peinture et de tous les tableaux qu’elle avait inspirés, c’était vraiment bien. J’ai entendu aussi hier un premier cours sur l’histoire de la musique qui m’a beaucoup plu ; il est seulement un peu long : 1h ½ . C’est beaucoup quand le professeur parle une langue étrangère et qu’il faut encore énormément d’attention pour le comprendre. J’ai fait en sortant de là une découverte merveilleuse, celle du Studentenheimtisch, un restaurant genre foyer féminin sauf qu’il est mixte et où la 2e pensionnaire de Frau Curtius déjeune régulièrement. On y a pour 80 pf un déjeuner très proprement servi, sans pain ni boisson ni dessert naturellement qui sont ici choses de luxe. Mais avec une grande assiette de soupe et une tranche de viande entourée de légumes on a déjà fort bien déjeuné quand le tout est mangeable. Je ne serais pas étonnée que ce fût une œuvre catholique car on ne servait hier que œufs ou poisson au choix. J’ai retrouvé là la petite secrétaire du professeur Monbach, une jeune fille gentille et intelligente qui m’avait indiqué la chambre chez Frau Curtius et donné des renseignements sur les formalités universitaires. Elle déjeunait avec un chevalier servant, un camarade, naturellement car les jeunes filles ici ne connaissent pas beaucoup la solitude. Je comprends depuis que je vois la vie allemande moderne l’étonnement des petits américaines des de Neuville devant la mentalité et les habitudes françaises. Il est vrai que les coutumes d’ici ne pourraient guère exister chez nous, elles auraient immédiatement un tout autre sens. En France, la camaraderie jeunes gens, jeunes filles tourne naturellement au genre « de Roll ».  Ici cela n’a rien à voir. Les visages des jeunes allemandes qui vivent ainsi avec leurs amis masculins sont absolument dépourvus de coquetterie et leurs cavaliers ont toujours l’air sérieux et corrects comme des premiers ministres.

Je te quitte pour dire aussi quelques mots à Lonlon avant d’aller retrouver Madame Lebelle qui me fait faire ce matin la connaissance du “Willenbad”.

Je t’embrasse de tout mon cœur ma chère Marie-Thérèse et te charge de distribuer des masses de tendresses autour de toi.

Zaza

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928

                                                                                              Berlin, 5 décembre 1928.

Ma chère Bichette,

Puisque, lorsque les jumelles sont assez gentilles pour m’écrire, ce sont deux bonnes lettres que je reçois, il est bien juste qu’en répondant, j’envoie à chaucune séparèment mes emerciements. C’est bien gentil d’écrire à sa vieille sŒur quand on est aussi occupées que vous l’êtes et vous m’avez fait un immense plaisir. Bientôt j’espère, j’apprendrai que tu as très brillamment réussi ta compositon de géographie et que la vente de Raoux a rapporté beaucoup d’argent. Tout le monde m’en parlait tellement de cette vente dans les lettres reçues de la maison que je commençais à croire que c’était l’évènement le plus sensationnel de l’hiver à Paris.

Lundi, au goûter de Madame Besse, j’ai fait la connaissance de Mademoiselle Tournès, la seule jeune fille de l’Ambassade. Ce n’est pas pour moi une ressource, elle est poseuse, elle a un genre ridicule et j’espère la voir la moins possible. Heureusement, j’ai plus de chance avec les jeunes filles allemandes ; dimanche, j’ai dîné chez Kempisky avec la sœur de Hans Miller et deux de ses amies toutes très gentilles. Vous avez dû d’ailleurs recevoir une carte que tout le monde a voulu signer et bientôt, vers le 1er janvier, vous ferez la connaissance de Hans Miller auquel je parle souvent de vous et qui sait très bien ce que c’est que les “Zwillingen”. Ses parents m’ont reçue dimanche avec une grande amabilité et j’ai longtemps causé avec son père, un homme charmant qui à trois reprises a fait des séjours à Paris et qui connaît mieux que moi notre littérature française actuelle. Ici tout Berlin est déjà dans un état de fête à cause de Noël ; Ernst Curtius m’a montré ce matin au petit déjeuner une masse d’objets qu’il va offrir pour “Weihnachten” à ses amis. Tout le monde à ce moment-là échange des “Geschand”. Je compte, mes petits chéris, vous envoyer par Madame Lebelle, ou par Madamde Leverve, des petits « cadeaux de Noël » que j’achèterai avec le premier argent gagné ici, je donne venderdi ma première leçon ! Mon éève m’a été procurée par Mlle Bettlinger qui a été pour moi d’une grande amabilité et m’a fait déjà recevoir dans deux familles allemandes tout à fait charmantes, les “Bertels” et les “Brünner”, ce qui me fait de mieux en mieux connaître la vie de Berlin.

Que les 3 petits m’écrivent donc ce qui leur ferai le plus de plaisir, (un livre allemand ? un sac ? une boîte de chocolats ? un jouet berlinois ? un plumier ?).

            Je t’embrasse, ma petite Bichette chérie, de tout cœur.

Zaza 

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928

           BERLIN

Maman chérie,

Je n’ai rien de bien neuf à vous dire car ma vie en ce moment n’est pas très animée ; je vois partir la colonie française, je donne quelques dernières leçons avant Noël, je lis de l’allemand et je fais un peu de musique. Sans arriver avec tout cela à m’empêcher de penser à vous toutes les cinq minutes. Ne m’oubliez pas tout à fait la nuit de Noël, je penserai tellement à vous tous moi ! Heureusement  je pourrai aller passer la soirée chez les Miller pour lesquels j’ai acheté ce matin les Weinachtsgeschenk, une boîte de chocolats pour Madame Miller, un petit poudrier pour Tony et un briquet pour Hans, achetés chez Kayser bien entendu le seul magasin de Berlin où les gens chics puissent choisir leurs cadeaux. Je voudrais être auprès de vous et vous aider à empaqueter les mandarines et les petits  objets que le petit Jésus doit mettre dans les souliers. 

Maman chérie j’espère bien avoir de vous demain une lettre m’annonçant le jour de votre arrivée, je ne pense plus qu’à cela.  J’aurai vu ici des choses curieuses et appris l’allemand et l’Allemagne mais le plus beau jour de mon voyage ma petite maman tant aimée sera celui du retour, celui où je vous retrouverai définitivement. 

Je vous embrasse tous bien tendrement et souhaite à toute la maisonnée un joyeux Noël mais vous maman chérie je vous aime trop et je me serre contre votre cœur à me faire mal.

Votre petite Zaza

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928

LACOIN  5 BIS BERRI  PARIS

JOYEUX NOEL  TENDRESSES

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928

Berlin                                                                                 27 décembre 1928

                                                                                   Mademoiselle M.T. Lacoin

                                                                                   5bis rue de Berri  VIIIe

                                                                                   Paris

Mille fois merci ma chère Zon pour ta gentille lettre ; j’ai envoyé de tous côtés aujourd’hui des vœux de jour de l’an et je n’ai pas le temps d’écrire à la maison. Cette carte dont le symbolisme est délicieux, il y a juste huit petits frères chats autour de l’heureux couple, vous fera seulement attendre le récit de mon Noël allemand que je compte vous envoyer demain. Reçu ce matin la lettre d’Anmé que j’embrasse à l’étouffer et toutes les minutes depuis avant-hier matin je me dis avec un débordement de joie que maman va bientôt arriver. J’attends des nouvelles de la grande journée du 26 et du splendide arbre de Noël.

Mille tendresses pour tous.

Zaza

8) Carte postale à Germaine, 31 janvier 1929

                                                                                        Mademoiselle Germaine Lacoin

                                                                                              5 Bis rue de Berri

                                                                                              Paris VIIIe

Mon chéri,

Je suis dans un “lokal” echt Berlinois où je fais mon dernier Bümmel Abend. Il faut bien abuser d’une liberté que je vais bientôt perdre. Je suis avec Hans et Tony ; nous avons bu bcp de vin du Rhin, je n’ai guère d’idées en tête. Je me rappelle encore que dimanche je serai avec vous et je suis folle de joie de te revoir. Je t’embrasse de tout cœur.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Allemagne  », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3963

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn