Archives par étiquette : Manuscrit

©Tiphaine Martin

Simone et Élisabeth chez Richelieu

Simone de Beauvoir (1908-1986) et Élisabeth Lacoin (1907-1929), inséparables dans l’existence jusqu’au décès d’Élisabeth, dite Zaza, en novembre 1929, le sont à nouveau, car certains de leurs manuscrits, carnets de notes et lettres se trouvent à la Bibliothèque Nationale, site Richelieu.

 

©BnF ©Tiphaine Martin
©BnF ©Tiphaine Martin

Le manuscrit des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), premier volume de l’autobiographie beauvoirienne, porte la trace de l’amie géniale, à laquelle l’écrivaine rend un vibrant hommage, sous le nom d’Élisabeth/Zaza Mabille. Dans ce bas de page, Beauvoir n’a pas tracé le premier « a » de Zaza. Il vaut donc mieux avoir lu l’ouvrage imprimé avant de se pencher sur les manuscrits beauvoiriens, une telle omission étant fréquente, et pas seulement sur le surnom Zaza.

Dans cette autre page, Beauvoir récapitule certains épisodes de ses mémoires, après avoir indiqué la page du manuscrit : l’un concerne son cousin maternel Jacques Champigneulle, l’autre Zaza. Puis, elle a rayé le tout, à l’exception de ses dessins. Une tache d’encre macule le bas droit de la page, dont la forme rappelle celle du continent africain. Le voyage influence donc même les pâtés  beauvoiriens.

©BnF ©Tiphaine Martin

Le fonds Beauvoir de la BnF comprend également un cahier de cours (https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc127193/cd0e563 ), non daté :

©BnF ©Tiphaine Martin

Beauvoir aimait crayonner ses cahiers de cours, comme en témoigne la photographie ci-dessus et ci-dessous. Qui a-t-elle dessiné ? Sartre ? Un passant ? L’enquête est ouverte.

©BnF ©Tiphaine Martin

Ce cahier de cours est écrit dans deux encres différentes : violette à gauche, pour la prise de notes et l’élaboration du cours de philosophie, bleue à droite pour le roman en cours. Un des personnages du roman se nommant Geneviève, nous supposons qu’il s’agit du roman que Beauvoir écrit lors de son année de professorat au lycée Montgrand à Marseille, soit en 1931-1932. En effet, dans La Force de l’âge, Beauvoir évoque ce nouvel écrit (Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, in Mémoires. I., Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2018, p. 444-448). Elle y décrit notamment l’existence de Zaza, qu’elle prénomme Anne, Geneviève étant un double déformé de Beauvoir.

©BnF ©Tiphaine Martin

Le bord interne de la couverture cartonnée est également gribouillé par Beauvoir à l’encre violette. On distingue une tête humaine, peut-être un autoportrait, ainsi que des chiffres, et des mots indéchiffrables. S’agit-il de listes d’élèves, de mots-clés pour ses cours, pour son roman ? L’enquête continue.

©BnF ©Tiphaine Martin

Du côté du fonds Zaza, nous nous sommes volontairement limitées à trois documents, d’autres, nombreux, se trouvant dans notre exposition « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin », à découvrir ici : https://vadmc.hypotheses.org/3873

Ce pneumatique est daté du vingt-six octobre 1929, posté avenue d’Orléans dans le quatorzième arrondissement de Paris. Il est adressé par Zaza à Simone. Sa transcription figure dans Zaza. Carnets et correspondance d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), publication chez L’Harmattan en 2004, page 347. En octobre 1929, Beauvoir habite dans la pension tenue par sa grand-mère, au 91 rue Denfert-Rochereau, dans le même arrondissement. Notons que Beauvoir finira son existence dans un appartement au 11bis rue Schœlcher, soit cinq minutes à pied de chez sa grand-mère.

©BnF ©Tiphaine Martin

Cette lettre de Zaza, écrite à l’encre bleue, est datée du dix novembre 1929. Elle est adressée à Henriette de Beauvoir, sœur cadette de Simone de Beauvoir. Sa transcription figure dans Zaza. Carnets et correspondance d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., page 349. Nous en parlons dans notre exposition « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin » ici : https://vadmc.hypotheses.org/3135

©BnF ©Tiphaine Martin
©BnF ©Tiphaine Martin

Ce pneumatique, dit aussi « petit bleu » au vu de sa couleur reconnaissable, est adressé à Zaza par Maurice Merleau-Ponty, son presque fiancé, le onze novembre 1929, soit deux jours avant l’hospitalisation de Zaza pour cause d’encéphalite aiguë : https://vadmc.hypotheses.org/3135

©BnF ©Tiphaine Martin
©BnF ©Tiphaine Martin

Voici notre transcription de ce pneumatique :

« 11 9bre 1929 – Lundi matin.

Si je vous ai parlé du grand effort que maman avait pour nous, c’était pour vous faire comprendre que je veuille, et sans nulle contrainte, vivre, un temps, tout à fait pour elle. Maman ne me demande rien. A moi de lui donner un peu. (Et peut-on dire quel homme celui qui donne sans peine ?) Il ne faut pas plaindre maman ; cette compassion précieuse que vous avez de ses peines, et qui me touche très profondément, il faut qu’elle reste dans le silence de votre cœur et de vos prières. Ne dites pas que ma famille est plus sainte qu’une autre. Votre famille est ainsi, la mienne autrement. Tout cela est bien, il suffit que nous les aimions avec prières. Comment pourrais-je accepter sans gêne des éloges si lourds à porter ?

Me pardonnerez vous [sic] si, malgré cet anneau passé à votre doigt, je ne vous appelle pas encore fiancée ? Je croirais, en le faisant, prendre un droit qui n’est pas à moi. Non que je craigne, faut-il le dire encore, de n’être pas approuvé par maman. Mais parce que c’est à nos deux familles ensemble qu’il appartient d’établir dans le réel notre accord. C’est pourquoi je n’ai pas voulu aller déjeuner chez vous. Et si vous avez confiance en moi, si vous venez à la maison, que peuvent craindre vos parents ? Ne vous suffit-il pas, cet accord antérieur que vous reprochiez en juillet de sacrifier au ciel ?

Si je me décide à vous dire tout cela, ce n’est pas sans hésitation. Surtout, que je ne brise ps ce merveilleux élan de confiance qui vous portait l’autre jour. Comprenez-vous, Tête Brune, – Tête Brune non pas encore fiancée mais déjà bien aimée ?

MMP. »

Nous laissons à nos lecteurs et à nos lectrices le soin d’analyser la situation des deux protagonistes.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone et Élisabeth chez Richelieu », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/11188

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube