Archives par étiquette : Masculinité

Masculinités aquatiques 1 planche à voile VADMC

Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile

… ou de la drague en milieu aqueux, dans L’Ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987) et dans L’Effet aquatique (Sólveig Anspach, 2016). Les relations de couple se nouent et se dénouent dans l’eau, tant urbaine que campagnarde.

La piscine est le lieu d’échanges salés, voire tragicomiques. Chez Rohmer, Adrienne (Anne-Laure Meuret) est jetée à l’eau dans un des bassins de la piscine de Cergy-Pontoise, par son petit ami Alexandre (François-Éric Gendron), dont le machisme et le niveau basique de drôlerie éclate dans cette séquence, où nous le voyons pour la première fois, par les yeux de Léa (Sophie Renoir) et de Blanche (Emmanuelle Chaulet), qui ont fini de nager dans le second bassin.

D’autres lieux aquatiques prennent en charge la séduction. Ainsi, l’étang de Neuville, à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, devient-il le lieu propre où l’amour de Blanche et de Fabien – l’ami de l’amie de Blanche – s’épanouit progressivement. Ils partagent le même goût pour la planche à voile, et, se devinant l’un à l’autre, beaucoup d’autres choses, avec, en point d’orgue, la séquence renoirienne de la forêt. C’est donc sans surprise que l’étang et  la base de loisirs deviennent le lieu de l’aveu de leur amour réciproque, et de la construction de leur couple, couple encore secret.

Et qu’après la première séquence de planche à voile, Blanche repousse la (vague) avance d’Alexandre, rencontré en milieu urbain. C’est également dans les séquences de café en trio (Blanche, Léa et Alexandre) que Blanche se met volontairement en retrait, ce qui provoque l’agacement de Léa qui, quoique inconsciemment amoureuse d’Alexandre depuis le début, pousse consciemment Blanche dans ses bras. Alexandre est donc un homme de paille pour Blanche, qui lui permet de masquer son amour pour Fabien, tout en permettant à Léa de masquer l’amour qu’elle éprouve pour Alexandre, puisqu’elle est encore en couple avec Fabien.

Savants chassés-croisés du jeu de l’amour et du désir, typiques de Rohmer, ici portés à un haut point d’incandescence, soutenus par le langage (les échanges rapides et moqueurs d’Alexandre et de Léa, versus le parler tranquille et réfléchi de Blanche et de Fabien) et les couleurs de leurs vêtements (échanges entre le bleu et le vert, avec ça et là une touche de rouge, de jaune et de blanc).

La base de loisirs est l’espace des derniers échanges des couples enfin formés correctement, à savoir Blanche & Fabien, Léa & Alexandre. Les vacances d’été les éloigneront définitivement les uns des autres, chacun avec sa chacune : les premiers se rendent en Bretagne (coucou Pauline à la plage et Le Rayon vert, à bientôt Conte d’été), les seconds en Sardaigne. Région française à prix modeste versus destination luxueuse et étrangère, Rohmer soigne les détails sociaux-culturels jusqu’au bout de sa sixième comédie et proverbe.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7806

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Victoria Mas VADMC

Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle

L’autrice Victoria Mas explore le poids du patriarcat dans ses deux romans : Le Bal des folles (2019), Un miracle (2022). Celui-ci affecte particulièrement les femmes, qui généralement en meurent, plutôt lentement, mais pas uniquement. Les hommes jeunes sont également victimes des pères.

Tout d’abord, il y a les pères biologiques, castrateurs, donc violents, donc intolérants. À la fin du dix-neuvième siècle, Monsieur Cléry, dans Le Bal des folles, fait interner sa fille Eugénie à la Salpêtrière, où elle rencontre notamment Louise, adolescente violée par son oncle, puis par son amoureux. Monsieur Cléry interdit à son fils Théophile de revoir sa sœur et de l’aider, loi d’airain que le jeune homme transgresse. Et Geneviève, l’infirmière qui tente de leur conserver un minimum d’humanité et de les protéger contre les expérimentations brutales de Charcot et Cie et l’exhibition des « folles » lors d’un bal où elles sont scrutées par la foule bien-pensante, fait finalement face à l’incompréhension de son père, qui la renie.

À l’époque contemporaine, Michel Bourdieu, catholique ultra-pratiquant, brime son second fils adolescent, Hugo, que leur famille se trouve à Paris ou en Bretagne. Seul son premier fils, militaire, trouve grâce à ses yeux, car correspondant à ses idéaux de virilité traditionnelle. Hugo, ayant littéralement la tête dans les étoiles, doux et posé, n’a rien de commun avec le chef de famille, qui n’hésite pas à crier et à cogner sur tout ce qu’il ne comprend pas.

Dont le meurtre qu’il commet sur la personne d’Isaac, dont le prénom l’horripile déjà, et qui se trouve être un (autre) adolescent qui ne correspond pas à ses critères existentiels. Isaac a des visions, un peu comme Eugénie, et cela suffit pour remettre en question la profondeur et la sincérité religieuse de Bourdieu – bourde de Dieu ? L’unique moyen que Michel trouve pour retrouver la paix et s’en laver les mains, là aussi au sens propre du terme, est de tuer Isaac.

Par contre, il respecte l’intégrité de sa fille Julia, contrairement au père de sœur Anne, autrefois Alice, violée par son géniteur, et qui revoit régulièrement la scène.

Du côté des pères non biologiques, il y a donc le docteur Charcot, les autres médecins de la Salpêtrière et les internes dans Le Bal des folles, et Michel Bourdieu, professeur d’Isaac, dans Un miracle. Tous sont brutaux, de par le pouvoir qu’ils exercent sur les corps et le mental des autres (les internées, les plus jeunes). Et personne en face pour les arrêter.

Ces deux romans montrent toute la bassesse et la sottise de l’intolérance, sa quotidienneté, qui conduit aux abus de pouvoir et aux meurtres, légitimés par la loi (enfermement des femmes) ou pas (Isaac). Mentalités à changer, éducation non sexiste et non homophobe, largeur d’esprit à mettre en place pour tous et toutes, donc.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7716

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Les Jeunes Amants VADMC

Les Jeunes Amants : égalité partout

Le trio habituel femme, mari, maîtresse est une fois de plus traité dans Les Jeunes Amants (Carine Tardieu, 2021). Mais pour une fois, la maîtresse est plus âgée que le couple principal, et il n’y a pas d’affrontement sanglant femme/maîtresse.

Et aucun·e des protagonistes n’a envie, au départ, de cette histoire d’adultère ô combien banal : Shauna (Fanny Ardant), parce qu’elle est confortablement installée dans son âgé mûr et dans ses allers-retours Irlande-France d’architecte retraitée, Jeanne (Cécile de France) parce qu’elle a trompée Pierre (Melvin Poupaud) autrefois et que leur couple a résisté, Pierre parce qu’il n’a pas fini le deuil de leur fils et qu’il continue à vouloir être l’homme fort qui prend tout sur lui partout, au travail comme dans sa vie privée.

L’amour fou qui naît entre Shauna et Pierre, après un début en dents de scie (clin d’œil de Shauna à la publicité pour Schweppes en 2009 avec Nicole Kidman : « À quoi tu t’attendais ? »), triomphe de la morale tout comme des tabous sexistes actuels. Oui, une femme âgée peut être désirée et faire l’amour avec un homme plus jeune, et cette relation peut s’installer dans du durable.

Aucune femme n’a de mots blessants par rapport à l’autre, ou si peu. Même Cécilia (Florence Loiret-Caille), fille de Shauna, en période de désert de l’amour, finit par respecter ce duo qui devient un couple. Et lorsque Jeanne se décide à voir Shauna, pour lui demander, classiquement, de s’effacer, elle se sent toute bête et ne peut que prendre de la distance par rapport au malheur qui la frappe. Carine Tardieu évite de tomber dans le pathos, la sentimentalité gluante pour construire un film digne et qui donne envie de tomber amoureuse et amoureux.

Le principal étant, comme le répète Pierre à Shauna, de « respirer le même air ». Un air féministe, si possible.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les Jeunes Amants : égalité partout », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7675

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Moustache VADMC

Tomber la moustache au cinéma

Les machos n’ont pas forcément une fin heureuse au cinéma, surtout lorsqu’ils laissent tomber leur moustache. C’est le cas pour Fier-à-bras dans Fanfan la Tulipe et pour Ugolin dans L’Eau des collines, deux films de 1952 (Christian-Jaque, Marcel Pagnol).

Fier-à-bras (Noël Roquevert), et non pas « bougre d’andouille » comme feint de le croire Fanfan (Gérard Philippe), est lui aussi amoureux de la belle Adeline La Franchise (Gina Lollobrigida). Il semblerait que la « guerre en dentelles » laisse beaucoup de loisirs aux militaires, qu’ils soient gradés comme Fier-à-bras ou simple soldat comme Fanfan. Et Adeline est au milieu, en butte au harcèlement de Fier-à-bras, qu’elle ne peut franchement repousser, puisque son père, sergent recruteur, dépend du maréchal des logis Fier-à-bras.

Manon des Sources (Jacqueline Pagnol), quant à elle, est totalement libre de cracher sa haine  contre Ugolin (Rellys), qui la poursuit dans les collines provençales et lui crie son désir et son amour depuis longtemps. Marcel Pagnol filme cette chasse à la femme d’un paysan sans scrupules. En effet, Ugolin, aidé de son grand-père le Papet (Henri Poupon), a acculé à la ruine le père de Manon, Jean de Florette, mort à la tâche, avant de récupérer à bas prix la ferme natale de Manon et d’y faire la culture des œillets. Manon, alors à peine adolescente, et sa mère rendue folle par la douleur (le frère de Manon est également décédé) sont alors obligées d’aller gîter dans une grotte des collines. Ugolin poursuit déjà Manon, qu’il épie lorsqu’elle se baigne, à treize ans, dans un filet d’eau des garrigues.

Pour Adeline et Manon, la vengeance et la délivrance viennent progressivement. Et passe par la coupe de la moustache de leurs harceleurs, bien plus âgés qu’elles et bien moins intelligents, quoique rusés et nocifs.

Fier-à-bras, dans une nouvelle tentative de convaincre Adeline que leurs destins sont liés de manière inextricable, paye une diseuse de bonne aventure. La manœuvre échoue, car Adeline feint de croire/croit que la voyante parle de Fanfan. À un détail près : l’homme décrit  par la cartomancienne possède une moustache. Ou en possèdera. Qu’à cela ne tienne : Adeline prend congé poliment de Fire-à-bras et court à son cher et tendre, qui confirme qu’il a songé à se faire pousser la moustache, signe de virilité. Joie d’Adeline, dépit du maréchal des logis, qui, in petto, va se raser.

Manon, pensant se débarrasser enfin d’Ugolin qui quémande une preuve d’amour, lui conseille de se raser la moustache. Ce qu’il fait, récoltant alors les lazzis des villageois, qui devinent  instantanément que c’est un gage d’amour. Ugolin se défend maladroitement, parlant d’une cigarette allumée qui aurait mis le feu à une partie de sa moustache, d’où le rasage intégral de ses poils buccaux.

Dans les deux cas, cette action volontaire signe le début de la fin pour les deux hommes. Fier-à-bras est vaincu par Fanfan, via un duel puis un seau, et disparaît dans le puit où se trouve l’objet en question, à la stupeur de Fanfan. Adeline est débarrassée de l’importun maréchal des logis.

Manon, elle, a encore à subir les tentatives d’attouchement d’Ugolin, physiques et psychologiques, lors de la scène de catharsis publique orchestrée par l’instituteur du village (Raymond Pellegrin). Elle vomit son dégoût à la face d’Ugolin, qui lui demande : « Mais pourquoi tu m’as dit de me couper la moustache ? » Réponse implacable de Manon : « Je vous aurais fait couper la tête, si j’avais pu ! » Tant de malheurs et tant d’années à souffrir éclatent dans cette ultime malédiction. Ugolin se pend, délivrant définitivement Manon.

Se couper la moustache ne leur sert pas à conquérir celles qu’ils aiment et annonce leur prochain décès. Alors que s’ils ne s’étaient coupés que la moitié de leur moustache comme dans « Général à vendre » des Frères Jacques (1950, paroles de Francis Blanche), ils auraient peut-être sauvés leur tête. Mais les réalisateurs de 1952 ont décidé de punir le machisme et le harcèlement sexuel, d’abord de manière symbolique, puis réellement. Une leçon à méditer.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Tomber la moustache au cinéma », Voyages autour de  mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6610

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Le Jeune Homme Annie Ernaux

Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux

Loin, très loin d’un chant du cygne et d’un adieu à la sexualité, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux irradie de désir. Alors que dans Mémoire de fille (2016) l’autrice rendait implicitement hommage à Simone de Beauvoir et à ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), nous sommes ici très loin – et c’est tant mieux – de la conclusion désenchantée de La Force des choses (1963) : « Jamais plus un homme. Maintenant, autant que mon corps mon imagination en a pris son parti. » Ce n’est heureusement pas le cas d’Annie Ernaux.

Il est vrai que Beauvoir, en écrivant La Force des choses, enterre à la fois plus de quinze ans de guerres coloniales (Madagascar, Indochine, Afrique de l’Ouest, Afrique du Nord), sa relation tourmentée et passionnée avec l’écrivain Nelson Algren, son « crocodile » de Chicago, et son compagnonnage de sept ans avec le journaliste et futur cinéaste Claude Lanzmann, son cadet de dix-sept ans.

Annie Ernaux, elle, n’enterre rien, elle écrit. Car, comme chez Proust, l’écrit fixe le vécu et le transforme en récit, lui donnant alors son plein sens.

Sens de la saveur des jours avec ce lecteur devenu amant, telle une nouvelle Marguerite Duras avec un nouvel Yann Andréa Steiner, mais sans le côté sadomasochiste de cette relation. Annie Ernaux, elle, fait référence à Théorème de Pasolini (1968) et à son « ange révélateur ».

Sens de la musique qu’on n’entend plus dans le studio du jeune homme, car le désir est à son point d’incandescence.

Sens de la gêne retrouvée, celle, passée, de l’enfance d’Annie Ernaux et celle, présente, du jeune homme. D’où les sacs de nourriture apportées par l’amante à son étudiant, à son « ouvreur du temps ». L’écrivaine précise qu’elle n’envisage pas d’avenir à cette relation, sexe et nourriture se lient alors pour attacher le couple dans un présent répété, celui des visites régulières d’Annie Ernaux à Rouen.

L’alimentation devient aussi une manière d’afficher leur désir réciproque. La sortie au restaurant, scène type des comédies romantiques – avec des clichés de clichés de clichés (bougies et nappe blanche ou nappe à carreaux, selon le standing du couple) – devient l’occasion pour Annie Ernaux de se moquer physiquement, avec son corps plus âgé que celui de son petit ami, des diktats sexistes. Elle souligne que les couples incestueux homme âgé-jeune femme passent inaperçus et ne sont pas remis en question par des regards fielleux, contrairement au sien.

Mêler sexe et nourriture ne va pas de soi, il dépend de l’avis des autres, de celui de la société. Le patriarcat ne supporte toujours pas qu’une femme soit plus âgée que son compagnon, et les jeunes générations ne sont hélas pas en reste, elles qui draguent ce jeune homme-là sous le nez d’Annie Ernaux. Mais l’effet est contraire à celui attendu : le couple ne se défait pas, et Annie Ernaux éprouve un « sentiment de victoire » à défier les conventions mortifères, que ce soit au restaurant ou à l’extérieur de l’extérieur, sur la jetée de Fécamp.  Sens du désir encore plus fort après de telles épreuves, parfum de jouer avec les non-dits et les interdits.

Il est aussi possible de rester en vie, bien portante, désirante, écrivaine, après un tel amour. Pas de torrents de larmes de son côté , pas d’amertume ni de mort (Harold et Maude, de Colin Higgins, pourtant pionnier, se termine par le suicide volontaire de l’héroïne). Désir d’écrire, de vivre sa vie, encore et toujours.

Écrire pour (re)vivre et faire vivre cette relation, superbe pied-de-nez aux conventions patriarcales.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux  », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5386

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube