Archives par étiquette : Masculinité

Moustache VADMC

Tomber la moustache au cinéma

Les machos n’ont pas forcément une fin heureuse au cinéma, surtout lorsqu’ils laissent tomber leur moustache. C’est le cas pour Fier-à-bras dans Fanfan la Tulipe et pour Ugolin dans L’Eau des collines, deux films de 1952 (Christian-Jaque, Marcel Pagnol).

Fier-à-bras (Noël Roquevert), et non pas « bougre d’andouille » comme feint de le croire Fanfan (Gérard Philippe), est lui aussi amoureux de la belle Adeline La Franchise (Gina Lollobrigida). Il semblerait que la « guerre en dentelles » laisse beaucoup de loisirs aux militaires, qu’ils soient gradés comme Fier-à-bras ou simple soldat comme Fanfan. Et Adeline est au milieu, en butte au harcèlement de Fier-à-bras, qu’elle ne peut franchement repousser, puisque son père, sergent recruteur, dépend du maréchal des logis Fier-à-bras.

Manon des Sources (Jacqueline Pagnol), quant à elle, est totalement libre de cracher sa haine  contre Ugolin (Rellys), qui la poursuit dans les collines provençales et lui crie son désir et son amour depuis longtemps. Marcel Pagnol filme cette chasse à la femme d’un paysan sans scrupules. En effet, Ugolin, aidé de son grand-père le Papet (Henri Poupon), a acculé à la ruine le père de Manon, Jean de Florette, mort à la tâche, avant de récupérer à bas prix la ferme natale de Manon et d’y faire la culture des œillets. Manon, alors à peine adolescente, et sa mère rendue folle par la douleur (le frère de Manon est également décédé) sont alors obligées d’aller gîter dans une grotte des collines. Ugolin poursuit déjà Manon, qu’il épie lorsqu’elle se baigne, à treize ans, dans un filet d’eau des garrigues.

Pour Adeline et Manon, la vengeance et la délivrance viennent progressivement. Et passe par la coupe de la moustache de leurs harceleurs, bien plus âgés qu’elles et bien moins intelligents, quoique rusés et nocifs.

Fier-à-bras, dans une nouvelle tentative de convaincre Adeline que leurs destins sont liés de manière inextricable, paye une diseuse de bonne aventure. La manœuvre échoue, car Adeline feint de croire/croit que la voyante parle de Fanfan. À un détail près : l’homme décrit  par la cartomancienne possède une moustache. Ou en possèdera. Qu’à cela ne tienne : Adeline prend congé poliment de Fire-à-bras et court à son cher et tendre, qui confirme qu’il a songé à se faire pousser la moustache, signe de virilité. Joie d’Adeline, dépit du maréchal des logis, qui, in petto, va se raser.

Manon, pensant se débarrasser enfin d’Ugolin qui quémande une preuve d’amour, lui conseille de se raser la moustache. Ce qu’il fait, récoltant alors les lazzis des villageois, qui devinent  instantanément que c’est un gage d’amour. Ugolin se défend maladroitement, parlant d’une cigarette allumée qui aurait mis le feu à une partie de sa moustache, d’où le rasage intégral de ses poils buccaux.

Dans les deux cas, cette action volontaire signe le début de la fin pour les deux hommes. Fier-à-bras est vaincu par Fanfan, via un duel puis un seau, et disparaît dans le puit où se trouve l’objet en question, à la stupeur de Fanfan. Adeline est débarrassée de l’importun maréchal des logis.

Manon, elle, a encore à subir les tentatives d’attouchement d’Ugolin, physiques et psychologiques, lors de la scène de catharsis publique orchestrée par l’instituteur du village (Raymond Pellegrin). Elle vomit son dégoût à la face d’Ugolin, qui lui demande : « Mais pourquoi tu m’as dit de me couper la moustache ? » Réponse implacable de Manon : « Je vous aurais fait couper la tête, si j’avais pu ! » Tant de malheurs et tant d’années à souffrir éclatent dans cette ultime malédiction. Ugolin se pend, délivrant définitivement Manon.

Se couper la moustache ne leur sert pas à conquérir celles qu’ils aiment et annonce leur prochain décès. Alors que s’ils ne s’étaient coupés que la moitié de leur moustache comme dans « Général à vendre » des Frères Jacques (1950, paroles de Francis Blanche), ils auraient peut-être sauvés leur tête. Mais les réalisateurs de 1952 ont décidé de punir le machisme et le harcèlement sexuel, d’abord de manière symbolique, puis réellement. Une leçon à méditer.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Tomber la moustache au cinéma », Voyages autour de  mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6610

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Le Jeune Homme Annie Ernaux

Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux

Loin, très loin d’un chant du cygne et d’un adieu à la sexualité, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux irradie de désir. Alors que dans Mémoire de fille (2016) l’autrice rendait implicitement hommage à Simone de Beauvoir et à ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), nous sommes ici très loin – et c’est tant mieux – de la conclusion désenchantée de La Force des choses (1963) : « Jamais plus un homme. Maintenant, autant que mon corps mon imagination en a pris son parti. » Ce n’est heureusement pas le cas d’Annie Ernaux.

Il est vrai que Beauvoir, en écrivant La Force des choses, enterre à la fois plus de quinze ans de guerres coloniales (Madagascar, Indochine, Afrique de l’Ouest, Afrique du Nord), sa relation tourmentée et passionnée avec l’écrivain Nelson Algren, son « crocodile » de Chicago, et son compagnonnage de sept ans avec le journaliste et futur cinéaste Claude Lanzmann, son cadet de dix-sept ans.

Annie Ernaux, elle, n’enterre rien, elle écrit. Car, comme chez Proust, l’écrit fixe le vécu et le transforme en récit, lui donnant alors son plein sens.

Sens de la saveur des jours avec ce lecteur devenu amant, telle une nouvelle Marguerite Duras avec un nouvel Yann Andréa Steiner, mais sans le côté sadomasochiste de cette relation. Annie Ernaux, elle, fait référence à Théorème de Pasolini (1968) et à son « ange révélateur ».

Sens de la musique qu’on n’entend plus dans le studio du jeune homme, car le désir est à son point d’incandescence.

Sens de la gêne retrouvée, celle, passée, de l’enfance d’Annie Ernaux et celle, présente, du jeune homme. D’où les sacs de nourriture apportées par l’amante à son étudiant, à son « ouvreur du temps ». L’écrivaine précise qu’elle n’envisage pas d’avenir à cette relation, sexe et nourriture se lient alors pour attacher le couple dans un présent répété, celui des visites régulières d’Annie Ernaux à Rouen.

L’alimentation devient aussi une manière d’afficher leur désir réciproque. La sortie au restaurant, scène type des comédies romantiques – avec des clichés de clichés de clichés (bougies et nappe blanche ou nappe à carreaux, selon le standing du couple) – devient l’occasion pour Annie Ernaux de se moquer physiquement, avec son corps plus âgé que celui de son petit ami, des diktats sexistes. Elle souligne que les couples incestueux homme âgé-jeune femme passent inaperçus et ne sont pas remis en question par des regards fielleux, contrairement au sien.

Mêler sexe et nourriture ne va pas de soi, il dépend de l’avis des autres, de celui de la société. Le patriarcat ne supporte toujours pas qu’une femme soit plus âgée que son compagnon, et les jeunes générations ne sont hélas pas en reste, elles qui draguent ce jeune homme-là sous le nez d’Annie Ernaux. Mais l’effet est contraire à celui attendu : le couple ne se défait pas, et Annie Ernaux éprouve un « sentiment de victoire » à défier les conventions mortifères, que ce soit au restaurant ou à l’extérieur de l’extérieur, sur la jetée de Fécamp.  Sens du désir encore plus fort après de telles épreuves, parfum de jouer avec les non-dits et les interdits.

Il est aussi possible de rester en vie, bien portante, désirante, écrivaine, après un tel amour. Pas de torrents de larmes de son côté , pas d’amertume ni de mort (Harold et Maude, de Colin Higgins, pourtant pionnier, se termine par le suicide volontaire de l’héroïne). Désir d’écrire, de vivre sa vie, encore et toujours.

Écrire pour (re)vivre et faire vivre cette relation, superbe pied-de-nez aux conventions patriarcales.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux  », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5386

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview A. Tavakkoli

Le spectre du Deuxième Sexe – Interview d’Amirpasha Tavakkoli

Amirpasha Tavakkoli est Docteur en Sciences Politiques et enseignant à Sciences Po Paris. Il analyse son rapport à Beauvoir, qu’il en soit remercié.

Tiphaine Martin – Quand avez-vous rencontré Beauvoir ? par la lecture à l’école, par la lecture conseillée par … un·e membre de la famille, un·e amie ?

Amirpasha Tavakkoli – J’ai lu pour la première fois Beauvoir quand j’ai commencé mes études à l’université en Iran. J’ai été impressionné par sa remise en question profonde des doxas philosophiques du Siècle des Lumières et sa critique acerbe de Marx, Freud et Nietzsche, les trois « maîtres de soupçon » pour reprendre l’expression de Ricœur. En lisant Beauvoir, je me suis rendu compte de l’importance de la question des femmes et de leur émancipation dans la fabrique d’un ordre égalitaire. Beauvoir rappelle que malgré la participation des femmes dans les plus grandes révolutions des temps modernes, elles ont été exclues du statut de citoyen. Remarque qui m’a paru fondamentale, car très peu de temps après le triomphe de la Révolution en Iran, le gouvernement révolutionnaire a mis en place une politique discriminatoire à l’égard des femmes. Par ailleurs, les intellectuels français les plus progressistes de l’époque sont restés indifférentes à l’égard des politiques sexistes du gouvernement iranien, sous prétexte que la question des femmes était une affaire secondaire, voir même marginale, comparée à d’autres préoccupations de l’époque. Beauvoir a vu très tôt la direction sexiste de la révolution iranienne, mais malheureusement elle n’a pas été prise au sérieux. Nous voyons que le problème de la discrimination à l’égard des femmes a empiré de plus en plus depuis la Révolution et que les revendications égalitaires féministes sont aujourd’hui au centre des luttes sociales au sein de la jeunesse iranienne.

En poursuivant ma lecture des écrits philosophiques de Simone de Beauvoir, je me suis aperçu également que le « phallogocentrisme» philosophique se retrouve face  à l’impensé de son discours sur la condition des femmes. Reprendre et revoir l’histoire de la philosophie sous l’angle du féminisme est un projet qui a été lancé par Simone de Beauvoir, et tout intellectuel soucieux du bien-commun est censé le poursuivre. Ainsi, nous pouvons dire qu’un spectre hante l’avènement de la modernité en Occident : le spectre du deuxième sexe.

T.M. – Quelle a été, quelle est, l’influence de Beauvoir sur votre existence ?

A.T. – Beauvoir a été un modèle pour moi dans certaines circonstances de ma vie. En lisant les mémoires de Simone de Beauvoir, j’ai enfin compris l’importance capitale de désobéir dans l’ «aventure d’être soi ». Hannah Arendt considère le courage dans le champ de l’action et de la pensée comme une vertu. Beauvoir est une intellectuelle vertueuse au sens arendtien du terme, car tout son parcours intellectuel est marqué par le « courage de la vérité » et la lutte contre les injustices. Le parresia et surtout le fait de ne pas avoir peur de ‘dire vrai’ m’ont toujours impressionné chez elle. Par ailleurs, le parcours militant et intellectuel de Simone de Beauvoir met en valeur la dimension humaniste du féminisme. Ainsi je suis devenu féministe, car en me prolongeant dans l’univers de Simone de Beauvoir, j’ai appris que ce ne sont pas uniquement les femmes qui sont concernées par le combat féministe pour l’égalité des droits et des devoirs. En effet, tout personne engagée et responsable se sent concernée par le féminisme, si elle ou il souhaite combattre l’une des formes les plus anciennes de domination, celle de la domination masculine. Grâce à Simone de Beauvoir, aujourd’hui en tant qu’homme, je suis heureux de pouvoir me détacher de toute virilité toxique et combattre le patriarcat dans toutes ses formes et dans toute condition.

 

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

A.T. – Révolte.

 

T.M. – le symbole deBeauvoir pour vous (objet, vêtement…) ?

A.T. – Turban, cigarette et un sourire qui se cache minutieusement derrière la fumée.

Amirpasha Tavakkoli

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Amirpasha Tavakkoli, « Le spectre du Deuxième Sexe – Interview d’Amirpasha Tavakkoli », Voyages autour de mon cerveau, avril 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1516

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview M. Provost

Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin

Tiphaine Martin – Quand et comment avez-vous rencontré Simone de Beauvoir ?

Martin Provost – J’avais lu Une mort très douce à vingt ans, et le livre m’avait beaucoup impressionné. Mais j’ai vraiment rencontré Simone de Beauvoir par Violette Leduc, pour la préparation de mon film Violette1. J’ai lu la biographie de Deirdre Bair, puis les mémoires, les Lettres à Nelson Algren, les Lettres à Sartre… j’ai dévoré Beauvoir via Violette Leduc. Sa langue est belle. J’ai passé mon enfance dans une maison de famille en Corrèze, comme celle de Beauvoir dans le Limousin, c’était donc d’autant plus émouvant pour moi de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée.

Dans mon film, j’ai voulu montrer le côté sympathique de Beauvoir. Elle a soutenu Violette Leduc financièrement sans qu’elle le sache, et pendant longtemps. Qui ferait ça aujourd’hui ? Bien sûr il y a des zones d’ombres, mais ce qu’elle a fait pour Violette, personne n’en parle jamais.

Je me souviens, quand nous avons tourné la séquence où Sandrine Kiberlain, qui joue Simone de Beauvoir, vient voir Violette chez elle sous la neige, nous cherchions une voiture pour elle. Quand le jour du tournage est arrivé, le loueur est arrivé avec la voiture que j’avais choisie, une Aronde beige, et il m’a dit, c’est la vraie, c’est celle du Castor. C’était bouleversant vous savez. Sandrine s’est mise au volant. On avait tous les deux le sentiment que Beauvoir nous faisait un petit signe, qu’elle était là, avec nous. C’est ce genre de signes qui me donne envie de continuer à faire des films.

T.M. – Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

M.P. – Non, la rencontre a été très tardive dans mon existence.

T.M. – Quelle a été, quelle est, linfluence de Beauvoir sur votre existence ?

M.P. – L’envie de la lire. C’est déjà beaucoup. Evidemment elle est une pionnière du féminisme. Quand elle a écrit Le Deuxième Sexe, elle ne savait pas que ce mouvement allait exister.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

M.P. – Courage.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement) ?

M.P. – Son sac à main. Sa démarche. Nous avions beaucoup travaillé cela avec Sandrine. Non pas faire une imitation du Castor, mais lui prendre deux trois tics. Cela a suffit. Sandrine est extraordinaire de vérité dans le film. Elle est le Castor. D’ailleurs, quand on en parlait, on disait toujours Notre Simone…

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/536

1 Film sorti en 2013. La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19538367&cfilm=193112.html

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Photo P.Y. Anglès

À la recherche du regard chez Beauvoir voyageuse

Pierre-Yves Anglès est chargé de conférences à Sciences Po et travaille dans l’administration de l’enseignement supérieur et de la recherche ; il nous raconte sa découverte de Beauvoir alors qu’il terminait ses études entre la France et les Etats-Unis.

Je suis rentré dans l’œuvre de Beauvoir par la rue de Seine, dans le sixième arrondissement de Paris. C’est là que se trouve le petit hôtel La Louisiane, fondé par un colonel napoléonien de retour de la Nouvelle-Orléans, où Beauvoir vécut notamment au début des années 1940. Elle réalisait alors le fantasme d’autres écrivaines avant elle : avoir une chambre à soi, la numéro 27 en l’occurrence.

Source : https://www.pressreader.com/france/premiere/20170503/283394831901935

Du Chelsea Hotel de Manhattan à La Louisiane de Saint-Germain-des-Prés

C’est dans La Force des choses, le troisième volume de ses mémoires, que Beauvoir fait plusieurs mentions de son existence à La Louisiane. Je l’ai découvert sur les conseils d’une amie alors que je me passionnais pour les hôtels littéraires. Je terminais mes études et il me fallait soumettre un dernier mémoire en littérature comparée franco-américaine. J’avais obtenu une bourse de l’université de Columbia à New York en proposant d’étudier Just Kids, les mémoires de Patti Smith. Tout un chapitre de ce livre est dédié au mythique Chelsea Hotel où Patti Smith vécut aux côtés de Robert Mapplethorpe, Jimmy Hendrix ou Janis Joplin. C’est en cherchant des équivalents français à ce lieu que j’ai découvert le Beat Hotel, rue Gît-le-Cœur à Paris, puis La Louisiane. J’entrais donc dans l’œuvre de Beauvoir par une lucarne et un recensement méthodique des hôtels littéraires les plus célèbres. Mon attelage incongru « Beauvoir – Patti Smith » était constitué.

Les mémoires comme expérience culturelle totale

Avec La Force des choses, j’ai découvert le genre des mémoires à proprement parler et ses allers-retours incessants entre le sujet et la société, l’intime et le politique, l’anecdote et l’Histoire. J’ai commencé à me passionner pour ce genre et l’expérience culturelle totale qu’il autorise, surtout dans la première partie de La Force de l’âge à laquelle j’ai finalement consacré mes recherches sous l’angle des récits d’apprentissage. Beauvoir y décrit ses rencontres et relations autant que ses lectures, ses loisirs, ses voyages et les tensions politiques bien singulières des années 1930. Je me suis bientôt surpris à faire des recherches sur les personnalités ou les films que Beauvoir mentionnait, à écouter certaines des musiques qu’elle citait ou à rechercher les lieux qu’elle décrivait sur Google Street View. C’est ce que j’appelle une expérience culturelle totale et je crois que le genre des mémoires, et la non-fiction plus largement, s’y prête tout spécialement.

Beauvoir américaine et le genre épistolaire 

Alors que j’étudiais aux Etats-Unis, j’ai découvert l’épais récit de voyage de « Beauvoir américaine », L’Amérique au jour le jour, publié en 1948. Je me suis également familiarisé avec le genre épistolaire après ma visite de l’université de Yale. Au cœur de ce campus, la bibliothèque de livres rares et manuscrits Beinecke a tout d’un coffret à bijoux. Quelques semaines après ma visite, elle annonçait l’acquisition de lettres de Beauvoir à Claude Lanzmann. Des médias français ont relayé la nouvelle et ces lettres m’ont conduit à d’autres, adressées à Sartre ou Nelson Algren, l’auteur américain avec lequel elle a entretenu une relation passionnée. Je découvrais ainsi « Beauvoir polyamoureuse ». Dans un premier temps, je ne m’attardais pas spécialement sur son féminisme, qui est pourtant une prémisse nécessaire à sa liberté, et je plongeais dans sa vie personnelle, affective et sensuelle. Il y avait bien là quelque chose de révolutionnaire pour son époque (et la nôtre a fortiori).

« Une œuvre tentaculaire »

Situer Beauvoir dans l’espace transatlantique a également le mérite d’éclairer ses productions et permet de prendre conscience de la variété et la pérennité de ses œuvres. Philosophe aux Etats-Unis, on la voit davantage comme écrivaine et féministe en France, parfois dans l’ombre de Sartre. Alors que je travaillais à mes propres recherches, les mémoires de Beauvoir sont également entrés à la collection de la Pléiade. Certains se sont étonnés que Le Deuxième Sexe n’ait pas eu préséance, ni ses essais, ni ses romans, ni son théâtre (1).

Beauvoir ne s’en est effectivement pas tenue à un type d’écrits et j’ai réalisé l’ampleur de son œuvre de non-fiction en tentant de la classifier. Autobiographie, mémoires, essais, carnets de voyage, lettres, Beauvoir a touché à tout et la lire pose constamment la question de ce qu’on pourrait appeler « l’illusion rétrospective » – faire le récit d’un destin une fois que l’on en connaît l’issue. Moins qu’une entreprise de mythification, je crois que cette œuvre tentaculaire de Beauvoir est surtout l’expression matérielle de sa curiosité intarissable, de son désir méthodique de collectionner et consigner ses expériences et ses souvenirs.

La vertu de l’éclat 

Dans La Force de l’âge, j’ai été particulièrement frappé par la liberté et l’énergie débordante de Beauvoir en chaque chose – lectures, randonnées, amours ou alcools. Au fil des pages, elle témoigne de son hyperconscience au monde, sa détermination à tout voir et tout écrire. Loin de l’image austère qu’on lui accole parfois, Beauvoir se révèle ainsi exaltée, critique et déjà très politique, mais sans apathie. Elle témoigne du souci impérieux que quelque chose advienne, une résolution à « créer l’événement ». Beauvoir érige ainsi le mouvement en vertu et chacun ressent les promesses innombrables dont elle affole son cœur, une « mine d’or à [s]es pieds, toute une vie à vivre » (2) – pour paraphraser l’excipit de La Force des choses qui a souvent été critiqué.

Au-delà d’un récit d’apprentissage, La Force de l’âge apparaît donc comme le témoignage d’une certaine éthique, la poétique d’une jeunesse bien vécue, et c’est toute la pensée existentialiste qui affleure alors. C’est sous ce jour que l’œuvre de Beauvoir m’est apparue, pas tant sous un prisme féministe ou genré, mais comme une adresse intemporelle à la jeunesse.

Beauvoir fait de ses pérégrinations la condition nécessaire d’une certaine lucidité, mais aussi de son empathie et de ses engagements. Elles sont également une entreprise de désenchantement. La Force de l’âge livre un témoignage poignant sur la perte de l’innocence, un « devenir adulte » que Beauvoir condense dans une phrase magistrale : « Nous avons déposé nos valises à la consigne, et pendant des heures nous avons marché ; nous avons vu Venise avec ce regard qu’on ne retrouve plus jamais : le premier. » (3) Cette recherche des premiers regards, puis leur perte inéluctable, est le pendant négatif des désirs de voyage, de rencontre ou d’expérience de Beauvoir. Chaque réalisation est un accomplissement autant qu’une perte, un mythe révélé, un totem qui rejoint la galerie des souvenirs. C’est tout le sens de l’excipit de La Force des choses évoqué précédemment. Alors que Beauvoir avait toute une vie à vivre, une «mine d’or », et bien que les promesses dont elle affolait son cœur aient été tenues, elle ajoute à son propos : « tournant un regard incrédule vers cette crédule adolescente, je mesure avec stupeur combien j’ai été flouée. » (4)

Pierre-Yves Anglès

Paris, juin 2020

Pour citer cet article : Pierre-Yves Anglès, « À la recherche du regard chez Beauvoir voyageuse », Voyages autour de mon cerveau, juin 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/373

  1. Pierre-Yves Anglès, « The iconic feminist Simone de Beauvoir finally enters the French canon », Medium, mai 2018. <https://bit.ly/2YfLqK1>
  2. Simone de Beauvoir, La Force des choses II [1963], Paris, Gallimard, 2012, p. 508. 
  3. Simone de Beauvoir, La Force de l’âge [1960], Paris, Gallimard, 2017, pp. 202-203.
  4. Simone de Beauvoir, La Force des choses II [1963], Ibid.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube