Archives par étiquette : Maurice Lacoin

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Auvergne. Pluvieuse contemplation

Auvergne : juin 1924

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Pluvieuse contemplation

Juin, 1924, week-end de Pentecôte. Zaza a seize ans et demi, elle va bientôt passer la première partie de son baccalauréat et elle voyage avec sa famille en Auvergne. Elle en profite pour envoyer des cartes postales à ses grand-mères. Attention, top départ pour le jeu des sept différences sur un séjour identique !

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du lac Pavin, datée du dimanche 8 juin 1924, est envoyée par Zaza à Marie Darracq (Bonne-Maman), sa grand-mère paternelle de Haubardin. L’adresse du sud-ouest a été barrée – par qui ? – et remplacée par celle de la capitale, et remplacée par celle de Paris, avec une orthographe et une précision approximatives, « 6 rue du Prés au Clers, Paris 27 (14ieme) que l’on peut transcrire facilement par « 6 rue du Pré-aux-Clercs, Paris (7ème) »[1]. La carte fait partie de la série « L’Auvergne pittoresque », comme celle envoyée par l’adolescente à Anmé (cf. document suivant). Le timbre vert des deux cartes fait référence aux jeux olympiques organisés à Paris à l’été 1924. Un timbre de surtaxe de vingt centimes a été collé sur toutes les cartes postales.

©Association Élisabeth Lacoin

Le ton de cette carte est plus guilleret que celui du 11 juin. Zaza retrace l’itinéraire du voyage familial : Mont-Dore – Puy de Sancy – Lac Pavin – Besse. Le tour auvergnat se conclut par une ville, après les beautés naturelles. Le climat est maussade, mais la conclusion est positive : « Nous avons eu un brouillard intense et pourtant quelques échappées merveilleuses. » La formule est vague, quoique poétique. Faut-il aussi la prendre au sens métaphorique ?

Zaza retrouve l’Auvergne de manière elle aussi métaphorique quatre ans plus tard. Lors de son séjour en Allemagne, fin 1928 et début 1929, elle fait la connaissance de la famille Besse[2].

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte du mercredi 11 juin 1924, titrée « L’Auvergne pittoresque », est adressée à Céline Darracq (Anmé) à Gagnepan, par Zaza, depuis le Puy-de-Dôme, d’après le second tampon sur le verso de la carte, à droite, près du timbre vert.

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza décrit son séjour familial dans la ville de Besse en Auvergne. Le voyage a été chargé : journée de randonnée, puis visite de Besse le lendemain. L’adolescente de presque dix-sept ans note avec précision que les conditions climatiques n’ont pas été optimales : « (…) nous avons marché à travers le brouillard et la pluie ce qui manquait de charme. » La couleur locale n’est pas au rendez-vous. Apprécier pleinement la cité est compliqué dans ces conditions. Zaza, qui trouve Besse « intéressante », n’a pas un mot pour les habitations et les monuments, dont elle aurait pu goûter l’architecture ou, du moins, noter la différence avec les maisons, églises et châteaux landaise et du Pays basque.

Elle évoque, en fin de message, le lac Pavin (cf. document précédent), qui « n’a rien de remarquable mais fait si bien dans le paysage. » Rien ne lui a plu dans ce séjour auvergnat, ni les beautés naturelles, ni les réalisations humaines.

Il pleut, il pleut, il pleut. Mais les sites visités (ville de Besse, lac Pavin) sont jolis. Fin de l’excursion et de l’opinion de Zaza sur cette partie de la France.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Auvergne. Pluvieuse contemplation», Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3113


[1] Chez Gaston Lacoin, frère de Maurice.

[2] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 186, 187, 203, 206.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza

©AssociationÉlisabethLacoin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3915

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

27 avril 2021 : J’ai passé une matinée studieuse, l’après-midi s’est déroulé à Gagnepan, l’autre résidence familiale des Lacoin. Marie Darracq, dite Anmé, y accueillait ses petits-enfants, dont Zaza :

C’est là qu’habite notre Anmé

C’est, je crois, parce qu’elle est sienne

Que cette habitation ancienne

Est le séjour le plus aimé1

Cet éloge est paru dans le Cocorico du 15 août 1920, et il est signé Zaza. Ce journal familial est produit par Zaza, et ce quatrain final exprime toute son affection pour Anmé.

Pour ma part, j’ai été superbement accueillie à Gagnepan par Bernard Malherbe, petit-fils de Marie-Thérèse Lacoin (dite Zon), et par Marie-Elisabeth, son épouse. Après une discussion sur fond de pâtisserie pâte d’amandes-pignons de pin2 de chez Daugé – la pâtisserie célèbre d’Aire-sur-l’Adour où Zaza et sa famille se fournissaient -, Bernard m’a montré la place herbeuse où a été prise la fameuse photographie de Zaza avec Simone de Beauvoir, photographie qui est en couverture des Mémoires d’une jeune fille rangée en format Folio, édition de 2020, et sur le bandeau des Inséparables, parues chez L’Herne. J’ai aussi vu la pièce où Beauvoir a dormi en compagnie de Zaza et de Stépha Avdicovitch, jeune fille au pair qui deviendra une amie proche,

©Tiphaine Martin

… le tennis où elles ont disputé des parties,

©Tiphaine Martin

… ainsi que la voiture à cheval où Zaza et sa famille s’entassaient joyeusement pour des promenades3.

©Tiphaine Martin

Quel voyage dans le temps !

Avant de savourer une croustade aux pruneaux au dîner (autre spécialité sucrée locale), j’ai vu l’église sainte Quitterie, à Aire-sur-l’Adour, où Marguerite et Maurice Lacoin se sont mariés le 3 octobre 1901.

L’église :

©Tiphaine Martin

La croustade :

©Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 4 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1648

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 39.

2  https://www.tourismelandes.com/commerce-service/patisserie-dauge-op026aqu0400015m/

3 Photographie visible en bandeau du site de l’Association Élisabeth Lacoin et avec un détail dans l’onglet galerie photo : http://zazalacoin.fr/?page_id=19

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube