Archives par étiquette : Ménie Grégoire

Interview J. Coffin

Pour l’amour des lettres – Interview de Judith Coffin

Judith Coffin est professeure et chercheuse à l’Université du Texas. Son ouvrage Sex, Love and Letters. Writing  Simone de Beauvoir est paru en septembre 2020 chez Cornell University Press.  Elle travaille également sur Ménie Grégoire et Françoise Giroud. Un grand merci à elle de nous avoir répondu directement en français.

Tiphaine Martin – Comment êtes-vous venue à lire et à travailler sur Simone de Beauvoir, puis sur la correspondance de ses lecteurs et lectrices ?

Judith Coffin – J’écrivais un compte-rendu de quelques ouvrages au sujet du Deuxième Sexe quand je suis tombée sur un article de Mauricette Berne, l’archiviste et conservatrice générale au département des Manuscrits à la Bibliothèque Nationale. L’article se trouvait dans le beau volume créé pour le cinquantenaire du Deuxième Sexe par Christine Delphy et Sylvie Chaperon (Paris, Syllepse, 2002). Dans ce recueil, Mauricette Berne parlait des lettres de Beauvoir et je suis donc moi-même allée les consulter. Il n’y avait qu’une centaine de lettres au moment de ma visite, la collection n’étant pas encore cataloguée. Mais j’ai été bouleversée par cette collection –pour reprendre le mot préféré des lectrices et lecteurs dans leurs lettres à Simone de Beauvoir. Quel déferlement d’émotion, de projections, d’identification, d’attentes, de déceptions et de passions !

Je ne suis pas venue à ce sujet par le biais de la philosophie mais plutôt par celui de l’histoire sociale et culturelle. J’avais travaillé sur le genre, le travail des femmes, la consommation, et la sexualité. Je m’intéressais à la culture de masse, et à l’histoire du savoir social et de la connaissance de soi. J’ai beaucoup admiré La Lecture et La Vie de Judith Lyon-Caen, une analyse des lettres à Balzac. J’avais travaillé et écrit sur les archives de Ménie Grégoire. Mais petit à petit, les lettres de Beauvoir ont pris le dessus. Comme le dit si bien Amélie Nothomb dans Une forme de vie en parlant de son rapport épistolaire avec ses lectrices et lecteurs « (…) les autres ont tant de façon de débarquer chez vous et de s’imposer. » En plus, l’existence même de cette collection – le fait que Beauvoir a conservé cette correspondance — m’impressionnait. Je me suis rendu compte qu’il fallait penser l’archive en tant qu’objet historique produit par et représentant un moment bien particulier du vingtième siècle.

T.M. – Votre plus beau souvenir de lettre, dans un hasard proustien (sans réfléchir) ?

J.C. – Il y en a tant ! Mais voici une belle lettre, d’une jeune femme de 16 ans en 1963. Le Deuxième Sexe, comme Le Discours de la méthode, lui a appris à penser, dit-elle. Mais sa réaction au deuxième tome du Deuxième Sexe est plus vive :

 (…) je sentais d’une façon vague et confuse tout ce qui m’attendait dans ma vie, tout ce que j’allais vouloir faire sans le pouvoir faire, tout ce qui était d’injuste et ridicule dans la vie des femmes. Maman ne m’a pas défendu de lire ce livre, mais elle m’a dit qu’il n’était pas intéressant. Pas intéressant ???!!!!… Je l’ai dévoré et, en prenant des notes, j’ai fait de lui mon arme de bataille, mon livre de chevet (…).(17 novembre, 1963)

On entend bien la voix de jeune fille rebelle ; en fait, il y a relativement peu de lettres dans ce genre – moins qu’on en attend.

Par contre, voici une lettre d’une militante syndicale, impatiente et découragée :

(…) Alors on ne sait plus quoi faire. Brandir le drapeau du féminisme ? A quoi bon ? Faire des activités purement féminines ? Il y aurait le danger de retomber dans la complicité des démissions collectives. S’imposer, non comme femme, mais comme être humain ? On cherche toujours des motivations “féminines” et par là on vous refuse toute valeur (…). (16 nov. 1963)

Une belle illustration des impasses du féminisme dans la vie quotidienne.

T.M. – Quelle est la ligne directrice de votre ouvrage et comment est-il organisé ?

J.C. – Le livre traite de ce rapport intime et réciproque entre Beauvoir et ses lectrices/lecteurs. Je voudrais d’ailleurs en souligner la réciprocité, car l’on peut concevoir cette correspondance comme une collaboration. Cette intimité a plusieurs sources, dont le caractère même du genre épistolaire, le pouvoir de la lecture, la culture de la célébrité qui s’imposait alors à travers le pays (et le monde) à ce moment du vingtième siècle, les sujets intimes évoqués par ces lecteurs, sujets qui étaient tabous et pourtant prenaient de plus en de plus d’importance dans la culture, mais aussi le courage avec lequel Beauvoir semblait se risquer en tant qu’écrivaine et individu dans ses écrits autobiographiques. Cette intimité était souvent une invention du lecteur, un fantasme qui ancrait et encrait leur désir d’une relation privilégiée avec Beauvoir. Mais ce n’est pas parce qu’elle est fantasmée que l’intimité perd de son pouvoir ; elle continue à irriguer l’imaginaire de celles et ceux qui continuent d’écrire à Beauvoir. Dans mon ouvrage, je suis le cours de ces correspondances à partir de la publication du Deuxième Sexe (1949) et jusqu’à la rédaction de Tout compte fait (1972). On traverse donc plusieurs des périodes les plus tumultueuses qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, en particulier, l’après-choc de la guerre, la Guerre d’Algérie, et l’apogée de la libération de la femme et de la libération homosexuelle après 1968.

T.M. – Beauvoir parle régulièrement dans ses mémoires des lettres qu’elle reçoit, s’en est-elle inspiré pour construire ses personnages romanesques ?

J.C. – Oui ! À plusieurs reprises (voir Tout compte fait, Gallimard, Folio, p. 171-179). Le plus intéressant, à mon avis, est sa nouvelle « La femme rompue » (1968). D’ailleurs, Beauvoir en parle longuement dans Tout compte fait 

J’avais récemment reçu les confidences de plusieurs femmes d’une quarantaine d’années que leurs maris venaient de quitter pour une autre. Malgré la diversité de leurs caractères et des circonstances, il y avait dans toutes leurs histoires d’intéressantes similitudes : elles ne comprenaient rien à ce qui leur arrivait… elles se débattaient dans l’ignorance et l’idée m’est venue de donner à voir leur nuit.

Monique, femme mécontente et mal-aimée de « La femme rompue », sert à illustrer les confusions et les impasses parmi lesquelles une femme peut se perdre à l’intérieur d’elle-même. « Elle tisse elle-même les ténèbres dans lesquelles elle sombre au point de perdre sa propre image, » dit Beauvoir (TCF, 175). Monique n’est pas un personnage particulièrement sympathique ni attirant ; il y en a beaucoup qui ont trouvé l’histoire morne et sans intérêt. Mais – et ce fait a beaucoup irrité Beauvoir- ce sont justement les lectrices que Beauvoir espérait éduquer qui ont tout de suite adoré le personnage de Monique : « … je fus submergée de lettres émanant de femmes rompues, demi-rompues, ou en instance de rupture. » Non seulement les lectrices s’identifiaient-t-elles à Monique, mais elles l’admiraient. Autrement dit, pour Beauvoir, elles avaient aussi mal compris leurs situations que l’avait Monique : elles étaient aveugles, « leurs réactions reposaient sur un énorme contresens. » (TCF, 177-8). Cet échange sur le sens du personnage de Monique m’intrigue. D’autres chercheuses l’ont analysé : Toril Moi, Elizabeth Fallaize, Suzanne Dow, et récemment Marine Rouch avec vous-même, Tiphaine [voir ici, merci Judith !], ce qui montre bien que ce rapport, ce malentendu continue à fasciner.

De mon point de vue, pour commencer, les lectrices qui semblaient ressembler à Monique sont infiniment plus intéressantes que ce que ne le suggère Beauvoir. En plus, elles refusent de reconnaitre la condescendance de Beauvoir envers elles et, de la même manière, se rebellent contre une culture qui les méprise. Pour beaucoup d’entre elles, la situation de la femme, ce « minuscule quotidien» est « misérable » mais non pas « méprisable » comme l’écrivait une lectrice. Pour passer maintenant de cette correspondance à des questions historiographiques, cet épisode m’a beaucoup fait penser à ce que Lauren Berlant appelle the female complaint, laquelle représente une désillusion profonde face aux défauts et aux insuffisances du monde et la recherche d’une forme de consolation ou de communauté quelconque. Et ce refus et cette désillusion engendrent un attachement particulier aux « fantasme du conventionnel » (Berlant, The Female Complaint: The Unfinished Business of Sentimentality in American Culture Durham, [North Carolina] ; London : Duke University Press, copyright 2008). Au cours de l’histoire, ce « female complaint » se croise, s’entremêle et se confond avec un féminisme qui renonce forcément au fantasme du conventionnel. Cela rend l’histoire du féminisme difficile, pétrie d’ambivalence face à la question de l’émancipation et aux moyens de s’émanciper. Ce que je prends de Berlant, c’est une manière de conceptualiser tout un registre d’émotions et de désir qui ne s’imagine pas politique et qui travaille l’histoire du féminisme de l’intérieur. C’est un des fils conducteurs de mon livre. Je voulais écrire une histoire du féminisme qui ne refuse pas ses propres ambivalences.

T.M. – Quels sont vos projets éditoriaux ?

Je m’intéresse maintenant à Histoire d’O., de Dominique Aury. Elle a écrit en 1950 un fascinant compte-rendu du Deuxième Sexe en même temps qu’elle rédigeait Histoire d’O. J’adore ce genre de juxtapositions qui paraissent tellement incongrues – il s’agit pour moi d’ essayer de comprendre la logique historique qui les a produit, tout comme j’ai pensé à ce moment où Kinsey et Beauvoir se sont tous deux attachées à penser la questions de la sexualité. A Short Biography of the Story of O propose donc une analyse la politique de l’après-guerre dans le contexte de l’éros et de la sexualité, pour pouvoir ensuite placer ce moment dans la longue histoire du féminisme. Je continue aussi à travailler sur Ménie Grégoire et l’histoire de la radio, sujet qui me fascine depuis longtemps, et qui est aussi une forme d’intimité imaginaire.

Judith Coffin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Judith Coffin, « Pour l’amour et des lettres – Interview de Judith Coffin », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/926

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Bonne Epouse

La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux

La Bonne Épouse, sortie début mars 2020 puis confinée, m’a enthousiasmée lorsque je l’ai vue en juillet 2020. Martin Provost, le réalisateur, ainsi que Séverine Werba, la co-scénariste, ont été disponibles immédiatement pour répondre à mes questions. Qu’elle et il en soient très chaleureusement remercié·es. Premier entretien, avec Séverine Werba :

Tiphaine Martin – Pourriez-vous décrire votre parcours professionnel et privé ? Y a-t-il un engagement féministe de votre part ?

Séverine Werba – J’ai été journaliste pendant une douzaine d’années, dans la sphère culturelle (ARTE, France 5, émissions de Thierry Ardisson) : j’y ai réalisé des portraits d’artistes, d’écrivains, de metteurs en scène. L’écriture était toujours présente. Puis, pour Tonie Marshall, j’ai produit des documentaires. Ensuite, j’ai eu envie de passer à l’écriture de fiction, j’ai donc écrit un livre, Appartenir1. J’ai également travaillé sur la saison 6 de la série Engrenages, diffusée sur Canal +. Martin m’a alors proposé de collaborer avec lui sur un scénario (qui n’est pas encore tourné), puis nous avons enchaîné sur La Bonne Epouse, sortie en mars 2020.

Pour ce qui est de mon engagement féministe, il faut remonter à mon enfance. Née en 1973, j’ai été élevée par une mère féministe, juriste de formation, travaillant comme avocate. Mon éducation s’est faite loin des stéréotypes. Je me souviens d’avoir lu, enfant, Du côté des petites filles, Le Père Noël ne fait pas de cadeaux, tous deux édités aux Éditions des Femmes. Tout cela était normal pour moi, le féminisme était un sujet de discussion vivant à la maison. Côté familial, mes grands-mères ne travaillaient pas, mais d’autres femmes de ma famille ont fait des études et ont été indépendantes financièrement.

Je me suis sentie le fruit de cette génération, ancrée au cœur des combats pour l’égalité femmes-hommes. Pour ma part, je considère que la politique est au cœur de l’existence des femmes, à faire vivre au quotidien. La politique est à définir plutôt comme un vivre ensemble, se respecter mutuellement. Il y a des contradictions dans le partage des tâches ménagères, parfois difficiles à laisser aux hommes, et cette attitude est due aux siècles de travaux ménagers, portés par les femmes, gardiennes de la tradition du foyer.

T.M. – Comment avez-vous travaillé le scénario de La Bonne Épouse ?

S.W. – Martin Provost et moi-même avons fait beaucoup de lectures, beaucoup d’écoutes d’émissions des années soixante, afin d’être au plus juste de l’époque et des discours sur les femmes. L’ école ménagère est une idée de Martin, qui a rencontré une dame qui en a été élève. Aimant chiner, j’ai collecté des manuels, des cahiers d’écolières avec les fameux « commandements » (« piliers » dans le film) de la parfaite femme au foyer : c’est-à-dire, le vertige du rien qui se prend au sérieux et qui se pare de scientificité pour boucler les femmes chez elles. L’émission de Ménie Grégoire écoutée par les quatre jeunes filles (Albane, Corine, Annie, Yvette), sur le clitoris, a été écrite par nous deux, pour parler de sexe, de plaisir, de masturbation et de la méconnaissance de soi, de son corps, quand on est une jeune fille, une femme en devenir. Tout cela étant des inconnues à cette époque. Mais les vraies émissions parlaient aussi de sexe.

T.M. – Comment est venue l’écriture de La Bonne Epouse ?

S.W. – L’écriture est survenue de manière totalement imprévue, au milieu de l’époque revendicatrice de #MeToo. Nous avons voulu montrer un macho type, le personnage de Robert Van der Beck, qui se comporte comme se comportaient tous les hommes à l’époque : il travaille, donc il a droit à des compensations, dont le devoir conjugal. En contrepoint, sa femme, Paulette, s’est mariée par dépit, suite à un malentendu qui l’a séparée de son amour de jeunesse, André Grunvald, ancien déporté. Paulette répète la tradition, jusqu’à ce qu’elle éclate et préfère vivre (scène du cimetière, où elle lâche son arrosoir et part loin de la dalle funéraire de son époux) et aimer.

La scène du trousseau, préparé par les élèves de l’école ménagère, est à prendre dans le sens du premier mariage de Paulette : dans les années quarante comme dans les années soixante, il est impensable de ne pas se marier, une femme n’a d’autre destin que celui-là. C’est le personnage d’Yvette : elle subit son existence, jusqu’à s’ouvrir au contact des autres. Nous avons beaucoup pensé aux mariages forcés, qui existent encore aujourd’hui dans le monde et en France, ainsi qu’à la  proposition du Front National il y a quelques années de fournir une allocation aux mères au foyer. Nous nous sommes rappelés les propos de François Fillon donnant son avis personnel sur l’avortement, alors qu’il était candidat à la présidentielle, en se positionnant contre. Dans l’écriture du  film, nous avons souhaite que les acquis des droits des femmes, toujours en position de fragilité, soient questionnés. La situation des quatre jeunes filles du film : est-ce de la Préhistoire, de la science-fiction ou du rétropédalage ? Et où en sommes-nous aujourd’hui ?

Albane, Corine, Annie, Yvette : quatre sortes de destins, chacune porte en elle une question : est-ce qu’elle va prendre le train en marche de la liberté individuelle ? Chacune est à la croisée de carrefours historiques intimes. Albane suit Corinne dont elle est amoureuse à l’école ménagère, puis lui propose de fuir ensemble à Paris. Yvette fait une tentative de suicide plutôt que d’épouser un homme plus âgé qu’elle. Annie est un personnage libre, mais on lui accroche une mauvaise réputation, car elle es libre sexuellement, tout comme l’était Brigitte Bardot dans sa vie et dans Et Dieu créa la femme. Annie comme une Bardot populaire, choucroute et bouille ronde incluse.

T.M. – Un mot sur les autres personnages ?

S.W. – Le personnage de la bonne sœur est nourrie de personnes vues dans les documentaires sur les école ménagères. Marie-Thérèse a un passé de femme libre, dans la Résistance. Tous les personnages adultes du film ont traversé la guerre et la présence de l’Occupation est encore importante dans les années soixante, quinze, vingt ans après la Libération. Nous avons voulu évoquer la déportation à travers le personnage d’André : combien il était difficile d’en parler dans les années soixante, avec beaucoup de choses tues (Vichy, les camps, le mythe d’une France uniquement résistante…). Et les ancien·nes déporté·es, qui ne sont pas écouté·es, et qui veulent aussi vivre sans se démarquer de la société française. Comment parler, de tout cela en 1960, 1965, 1968 ….? Nous ne sommes pas encore dans un temps d’histoire. Plus tard, dans les années soixante-dix et quatre-vingts, viendront Le Chagrin et la Pitié, Shoah côté documentaire, et Lacombe Lucien, Le Vieil Homme et l’Enfant côté fiction.

Le personnage de la belle-sœur, Gilberte, est typique : elle n’a pas de fiche de paye, pas de droits, au motif que son frère la loge et la nourrit. Paulette lui donne un statut, après avoir étudié le code du travail. Gilberte est comme toutes ces femmes de médecin, de dentiste, qui prenaient les rendez-vous, étaient secrétaire médicale, et comme toutes ces femmes d’agriculteur, de commerçant, qui tenaient la comptabilité, recevaient les livraisons, tenaient le magasin, mais apparaissaient comme « femmes de » et « femme au foyer », donc « non travailleuses » (sic) dans les statistiques et dans le droit à la retraite.

Le film est écrit avec une apparence de légèreté mais il est profond et ne montre que des destins contrariés.

T.M. – Pourquoi finir par un ballet chanté ?

S.W. – Ce qui compte est le chemin pour parvenir à la libération, d’où une fin libératoire et jubilatoire. L’humour est ce qui donne sa tonalité au film, avec la possibilité d’une lecture sérieuse et approfondie, sans vouloir établir de hiérarchie entre les genres cinématographiques. L’absurde permet de raconter le réel, entre Ménie Grégoire et Joe Dassin. Nous n’avons pas voulu donner une leçon, ce n’est pas un film qui se veut théorique, pas un documentaire non plus. Martin souhaitait de revisiter un certain cinéma, dans le plaisir de la mise en scène.

T.M. – Pourquoi ce choix de personnalités féminines et féministes citées dans le ballet final ? 

S.W. – Nous avons écrit la chanson avec Martin, en tâtonnant pour éviter le ridicule. Nous avions une première version avec un chœur, mais elle n’était pas satisfaisante. Au final, nous avons un balayage historique et culturel, qui doit sonner à l’oreille du public.

T.M. – Avez-vous de nouveau projets ?

S.W. – Avec Martin, nous écrivons un autre film qui n’a rien à voir avec La Bonne Epouse. J’ai également d’autres projets en gestation.

Séverine Werba

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Werba, « La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux  », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=511&preview=true

 

1 Paru chez Fayard en 2015.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn