Archives par étiquette : #MerciSimone

Interview F. Gardel

Simone de Beauvoir, l’aventure d’être soi – Interview de Fabrice Gardel

Le documentaire Simone de Beauvoir, l’aventure d’être soi, de Fabrice Gardel et de Mathieu Weschler, sera diffusé le 17 avril sur Public Sénat. Le hashtag #MerciSimone accompagnera la diffusion du documentaire, sur les réseaux sociaux. Un grand merci à Fabrice Gardel d’avoir répondu à nos questions.

Tiphaine Martin – Pourquoi avez-vous eu envie de réaliser un documentaire sur Simone de Beauvoir ?

Fabrice Gardel –  J’ai réalisé des documentaires sur Albert Camus, Raymond Aron, Jean Giono, afin de réhabiliter des figures importantes, peu ou pas connues des jeunes générations et pou mettre en avant des choses qui puissent toucher le public d’aujourd’hui. Je pense aussi en termes de transmission à mes enfants. Je souhaite être intellectuellement juste et trouver une forme de réalisation et des intervenants qui peuvent toucher et montrer que l’intelligence passe les années. Il y a aussi mes engagements dans les combats féministes : j’ai réalisé un documentaire sur le viol en Bosnie, un autre sur l’inceste, et maintenant celui sur Beauvoir.

T.M. – Quel est le fil directeur de votre documentaire ?

F.G. – Je souhaite inscrire les gens dont je traite dans une trajectoire, d’où mon choix d’une trame chronologico-thématique. Pour Beauvoir, il est important de montrer qu’elle vient de la classe bourgeoise, son amitié avec Zaza. J’ai choisi de ne pas parler de tout, donc je n’ai pas évoqué son histoire avec Claude Lanzmann, car la liberté sexuelle que Beauvoir a eu avec lui est déjà présente dans sa relation avec Nelson Algren. J’ai voulu montrer la variété de sa personnalité et de son travail, son épaisseur humaine et intellectuelle, sans cacher ses aveuglements politiques.

T.M. – Comment avez-vous réalisé vos choix d’intervenantes ?

F.G. – J’ai choisi, par interviews préalables, des gens qui connaissent très bien Beauvoir, en mélangeant les générations : Leïla Slimani, François Noudelmann, Jean-Louis Jeannelle, Elisabeth Badinter, Titiou Lecoq.

T.M. – Quelle a été, quelle est, l’influence de Beauvoir sur votre existence ?

F.G. –  Je connais surtout les correspondances Sartre-Beauvoir et le Journal de guerre de Beauvoir. Je me suis renseigné sur le reste de son œuvre pour préparer mon documentaire. J’apprécie ses engagements féministes, son regard très concret sur la vie des femmes (l’indépendance financière, le droit à l’avortement), son arrachement à son milieu bourgeois, son côté très peu conventionnel : mettre mots sur vieillesse, sexualité. Je citerai Titiou Lecoq :

« Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale ».

 

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

F.G. – Le courage.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement…) ?

F.G. –  Le turban.

T.M. – Quels sont vos projets, vos envies ?

F.G. –  Je vais réaliser un documentaire sur Simon Leys, un sinologue qui a dénoncé le maoïsme. Je commence un documentaire sur le premier prix Goncourt noir en 1921, René Maran.

Fabrice Gardel

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Fabrice Gardel, « Simone de Beauvoir, l’aventure d’être soi – Interview de Fabrice Gardel », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=146

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube