Archives par étiquette : Michelle Girardon

Boulangère de Monceau VADMC

Marx et le sablé : La Boulangère de Monceau

Le cinéaste Éric Rohmer était-il marxiste ? On pourrait le croire, au visionnage de son premier conte moral, La Boulangère de Monceau (1962). La lutte des classes éclate sous couvert d’un choix amoureux au masculin.

La voix du narrateur (Bertrand Tavernier) nous guide avec mauvaise foi le long de ses hésitations d’étudiant en droit en partiel de fin d’année, de manière rétrospective : plutôt la blonde Sylvie (svelte, bourgeoise ; Michelle Girardon), ou la brune boulangère Jacqueline (presque en surpoids, d’un milieu populaire ; Claudine Soubrier) ? L’étudiant (joué par Barbet Schroeder), est dépité de ne plus croiser Sylvie, employée dans une galerie de peinture, sur son chemin vespéral, lorsqu’il va rejoindre son ami Schmidt (Fred Junk) au café Le Dôme Villiers, dans le dix-septième arrondissement, près du parc Monceau.

Sous couvert de chercher Sylvie dans ce quartier, il se rend quotidiennement dans une boulangerie rue Lebouteux. Dans son récit, il reconnait sa fatuité, ayant rapidement découvert qu’il plaisait à l’employée de la boulangerie, qui lui déclare qu’elle a une place de vendeuse aux Galeries Lafayette (huitième ou neuvième arrondissement) qui l’attend au mois de septembre. Comme toujours chez Rohmer, lieux et personnages sont très précisément situés.

Au travail qui enferme la boulangère dans sa boutique s’opposent les échappées du narrateur dans les rues et à la terrasse du café, entre deux séances de révisions chez lui en résidence universitaire, fenêtre ouverte. À la tenue stricte de Sylvie s’oppose le (léger) décolleté de Jacqueline, que peut caresser le narrateur, tandis qu’il se tient aux côtés de Sylvie sans la toucher. L’étudiant, donc le bourgeois à cette époque pré-Mai 68, peut draguer sans conséquence une travailleuse, tout en n’osant pas aborder une jeune fille de sa classe, qui a un travail plus d’occupation qu’alimentaire. Côté masculin, son costume-cravate d’étudiant (pré-Mai 68 lui aussi) contraste avec le blouson en cuir du jeune homme qui flirte lourdement avec Jacqueline au début du court-métrage.

Vingt ans après, Rohmer inverse le schéma dans Pauline à la plage (1983), sa troisième Comédie et proverbe : en Bretagne, à la fin des grandes vacances scolaires, Henri (Féodor Atkine), ethnologue, a une liaison avec la marchande de bonbons Louisette (Rosette), ce qu’il tait à la bourgeoise Marion (Arielle Dombasle), styliste, qui le drague en toute innocence.

Dans les années soixante, le cinéaste est également du côté des femmes, puisque lorsque Sylvie réapparaît, elle se moque du narrateur et de sa manie des sablés, qu’il achète maniaquement à la boulangerie. Et le narrateur a le bon goût de s’inquiéter, un peu, pour Jacqueline, qu’il abandonne après lui avoir promis dîner et ciné, pour Sylvie, avec laquelle il dîne. Exit La Boulangère de Monceau, titre-sujet du court-métrage, mais en fait objet des fantasmes du narrateur. Place au mariage au sein de sa classe. Rohmer n’est pas tendre avec son héros, qui est veule, compte sur le hasard à tout bout de champ (de caméra), ne va pas au bout de ses projets (retrouver Sylvie, dîner avec Jacqueline) et est bien content de sa condition bourgeoise, qu’il ne remet jamais en cause.

Vive Rohmer, et vive les mouvements féministes de la deuxième vague française qui ont fait bouger les lignes sociales et culturelles.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Marx et le sablé : La Boulangère de Monceau », Voyages autour de mon cerveau, avril 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9489

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube