Archives par étiquette : Milan

Texte Beauvoir à Joigny

Simone de Beauvoir à Joigny

Le jeudi 14 octobre 1965, Simone de Beauvoir revient de Milan et rentre à Paris. A Joigny, dans l’Yonne (89), dans la région Bourgogne, elle perd le contrôle de son automobile et percute un camion de plein fouet. Le journal local, L’Yonne républicaine, publie deux articles les 15 et 16 octobre. Nous en avons parlé dans notre thèse « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir »1, avec les articles du journal, photographiés par nos soins aux Archives départementales de l’Yonne, que nous publions ci-dessous :

15-10-1965, p. 1.

15-10-1965, p. 3.

16-10-1965, p. 1.

Extrait de notre thèse, sur le rapport de Beauvoir à la voiture, qu’elle a pris à conduire à plus de quarante ans, après la Seconde Guerre mondiale :

« Si Simone semble manquer singulièrement de la prudence la plus élémentaire, rappelons qu’à cette époque le code de la route n’obligeait à aucune limitation de vitesse, ni même au port obligatoire de la ceinture de sécurité1. Son manque de précautions est d’autant plus étonnant qu’elle avait été frappée par la mort tragique de Camus en voiture2. Notons qu’elle a un accident en octobre 19653 dans le même département qu’Albert Camus et Michel Gallimard cinq ans plus tôt : “ À vingt-quatre kilomètres de Sens, sur la RN 5, entre Champigny-sur-Yonne et Villeneuve-la-Guyard (…). ”pour Camus, “ à l’entrée de Joigny” pour Beauvoir5. La folie de la vitesse touche tout le monde, puisque Sartre, qui ne conduit pas, exhorte sa compagne à gagner de vitesse les autres automobilistes, anecdote que l’autobiographe situe en 1952 sur les chemins de l’Italie du Nord6. La voyageuse prend toujours des risques. Cette insouciance est une constante de l’époque, puisque leurs amis Alberto Moravia et Carlo Levi parlent sans gêne des nombreux accidents de voiture qu’ils ont eus7. » (Op. cit., p. 416)

1 France, Le Code de la route, ordonnance et décret du 15 décembre 1958, décret du 9 janvier 1960 et arrêtés d’application au 15-8-60, Paris, Éditions S.O.S.P., 1960.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 276-278.

3 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 339.

4 Olivier Todd, Albert Camus : une vie, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 1036.

5 Anonyme, « Simone de Beauvoir échappe à la mort à l’entrée de Joigny », L’Yonne Républicaine, N°240, vendredi 15 octobre 1965, p. 1.

6 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 11.

7 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 209-210.

 

 

Comme indiqué dans l’article de L’Yonne républicaine du 16 octobre, Simone de Beauvoir a été hospitalisée à l’hôpital de Joigny. Nos recherches personnelles ont abouti à la demande de consultation des archives hospitalières, ce qui n’a pas été possible. En revanche, l’archiviste, Madame Yoanna Guffroy, nous a communiqué le scanner du registre médical – consultable par n’importe qui vingt-cinq ans après le décès de la personne hospitalisée. Beauvoir étant décédée le 14 avril 1986, en 2021 nous sommes à trente-cinq ans de sa mort :

Registre médical Beauvoir.

Voici ce qui est écrit :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage MOTS ILLISIBLES nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

Interrogée sur l’identité du médecin, Madame Guffroy nous a répondu qu’il pouvait s’agir soit du docteur André Mercier, soit du docteur Charles Ménage.

 

 

Déchiffré, le registre médical se lit ainsi :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage   Pénisulfa. Nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

La troisième phrase peut se développer comme suit :  brûlure due au frottement du bas nylon.

Nota bene : le Biogaze était une compresse imprégnée d’un produit gras et sert pour les brûlures. Le pénisulfa était une poudre blanche à mettre sur les plaies pour éviter les infections (anti-microbien) à base de pénicilline et de sulfamides. 

 

Nous tenons  à remercier Madame Guffroy, ainsi que Madame Bruleaux et Madame Cros, des Archives départementales de l’Yonne, pour leur aide précieuse et leurs indications juridiques. De vifs remerciements à Denis Martin et à Yvan Ségui pour leur aide dans le déchiffrement du registre médical et leurs précisions médicales.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir», sous la direction de la Professeure Julia Kristeva, Université Paris Diderot-Paris 7 et du Docteur Éric Levéel, Université de Stellenbosch (Afrique du Sud), 2012.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir à Joigny », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1165

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Marquise de Blocqueville

La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse – Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments du fond de la marquise de Blocqueville, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Stéphanie Guyot-Nourry. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un grand carnet vert, qui contient le journal intime de la marquise, à l’écriture penchée. Des fleurs séchées ont laissé leur marque sur les lignes tracées par la diariste.

 

 

Ensuite, un petit carnet bordeaux d’aquarelles (paysages, maisons, plantes, animaux) et de notes.

Puis, un petit carnet noir de notes de voyages, non paginé. 

La citation suivante nous montre le caractère affirmé de la marquise, lors d’un séjour en Normandie avec des proches :

 Rouen. Hôtel d’Angleterre, le mardi 6 8bre 1857. Je me suis levée bien lasse, et Marie ayant voulu aller au bain elles ne sont rentrées, à mon immense ennui, qu’après 1 heure. Mon caractère commençait à bouillonner !

Puis, un second petit carnet noir de notes de voyages, non paginé.

La citation suivante nous montre la ferveur religieuse de la marquise. Cependant, je n’ai pu déterminer, avec une première lecture rapide, s’il s’agit d’une citation de Cris à propos de mot illisible, évoqués par la marquise au début du carnet, ou les propos de la marquise, car il y a une sorte de guillemets tout au long des marges dans tout le carnet. Mais sont-ce vraiment des guillemets ?

La Rome chrétienne et catholique, enfin, domine tout pour mon esprit. Ou vit en commerce intime et familier avec Jésus, avec les apôtres, pour les entendre.

Puis, le manuscrit de Rome, récit de voyage paru en 1865, est disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1075961/f4.item.texteImage Le manuscrit n’est pas paginé, mais abondamment raturé.

Enfin, deux petits carnets rouges de voyage enfermés dans un coffret, non paginés.

Extraits des carnets, au hasard :

  1. « Voici le soleil, et le soleil du midi et la route bien aimée, tout comme… ivresse et joie jadis ! … ah ! pourquoi vieillir ! (…) l’amour du midi est comme le prolongement de l’amour de moi-même tant il fait partie de mon essence ! »
  1. « Malade, j’ai traîné le matin, écrit cinq ou six lettres. »

J’ai choisi ces citations pour montrer les changements d’humeur de la marquise, ainsi que sa faculté d’analyse. Nous voyons également que ces alternances sont centrées sur le corps, un corps féminin type du dix-neuvième siècle, en proie à des humeurs mouvantes, tel que l’ont figé les romanciers et les médecins, sans analyses poussées des véritables causes de ces sautes d’humeur, à savoir les corsets du patriarcat.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

Tiphaine Martin – Qui est la marquise de Blocqueville ?

Stéphanie Guyot-Nourry – Louise Adélaïde Davout voit le jour le 8 juillet 1815, à Paris, rue Saint Dominique, dans le grand hôtel d’Eckmühl.

Dès le 24 juillet, le maréchal Davout se retire, avec sa famille, dans son domaine de Savigny-sur-Orge. La petite Louise Adélaïde passe ses toutes premières années dans ce lieu qui demeurera pour elle un refuge, où l’image du grand homme est omniprésente.

La maréchale entend que ses filles aient la même éducation que les garçons. Aussi, les matières enseignées à Louise Adélaïde sont variées : mathématiques, histoires, langues étrangères, dessin, musique, latin…

Après le décès de son père en 1823, elle relate dans de petits carnets des événements privés (voyages, lectures, événements familiaux…) mais aussi des faits historiques ou des événements nationaux ou internationaux. Habitude qu’elle conservera tout au long de sa vie.

En 1835, elle épouse Edmond François de Couliboeuf, comte de Blocqueville, de 26 ans son aîné. Il semble que la félicité soit de courte durée. Ils se séparent en 1858. Le couple n’aura pas d’enfant.

Ce qui explique, qu’en 1869, elle décide de léguer à la Ville d’Auxerre, un ensemble d’objets et d’ouvrages, afin de créer un salle à la mémoire de son père.

Pourquoi Auxerre ? Le maréchal Davout a étudié au lycée militaire d’Auxerre, a été chef d’un bataille de volontaire de l’Yonne pendant la Révolution. De plus, la marquise de Blocqueville connaissait fort bien Maximilien Quantin, archiviste du département de l’Yonne et Amboise Challes, maire de la ville. Elle assurait, ainsi, à sa donation une caution scientifique et politique.

En 1868, elle emménage dans un hôtel particulier à paris, au 9 quai Malaquais. C’est dans ce lieu, qu’elle donne « Salon » et reçoit lors de somptueuses fêtes.

Elle voyage très fréquemment en Italie, Espagne, Angleterre ou au Moyen-Orient.

Elle écrit quelques romans. Son livre le plus connu demeure la publication d’un ouvrage consacré à son père Le Maréchal Davout raconté par lui même et par les siens.

Elle s’éteint à Paris, le 8 octobre 1892.

T.M. – De quoi est constitué le fond marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Le cœur de la salle d’Eckmühl est constitué d’objets ayant appartenu en propre au maréchal Davout, puis des objets ayant appartenu aux membres de la famille Davout sont venus enrichir la salle.

Les collections couvrent tout le 19ème siècle. Mais on peut noter des œuvres du 17ème et du 18ème siècle, notamment de remarquables tableaux ou pièces de moblier.

Ainsi, cette salle conserve un ensemble riche de 650 objets et 2500 ouvrages et manuscrits.

La collection du Maréchal Davout, prince d’Eckmühl :

Elle constitue le cœur de la collection avec des objets prestigieux : le manteau d’apparat, le glaive et la canne de cérémonie portée lors du sacre de Napoléon Ier en 1804, une console Jacob-Desmalter provenant de l’hôtel d’Eckmühl ou des correspondances de Napoléon au Maréchal, mais aussi des objets plus confidentiels comme un médaillon, renfermant des mèches de cheveux de son épouse et de ses enfants, porté sur les champs de bataille.

La collection de la Maréchale Davout, princesse d’Eckmühl :

Exception faite du costume de cérémonie porté par la princesse d’Eckmühl lors du mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise, les objets de Julie Aimée Davout nous invitent à entrer dans l’intimité de la famille : les lettres envoyées à son époux ou à ses enfants, son coffret de couture ou ses livres de comptes.

La collection de Napoléon-Louis Davout :

Ses portraits, sa correspondance, ses cahiers d’études et sa bibliothèque nous éclairent sur la personnalité du seul fils survivant du Maréchal Davout, resté dans l’ombre de son illustre père.

La collection de Louise Adélaïde de Couliboeuf, marquise de Blocqueville :

Ses pièces de mobilier, ses bijoux, sa correspondance, ses cachets, ses carnets de notes ou ses albums de voyage sont prétextes à un voyage dans le temps, un voyage dans le XIXème siècle.

T.M. – Quelles ont été les expositions consacrées à la marquise de Blocqueville hors Auxerre ?

S.G.N. – Aucune à ma connaissance.

T.M. – Quels sont les ouvrages consacrés à la marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Aucune bibliographie de la marquise de Blocqueville n’a été publiée.

T.M. – Quels sont vos projets de mise en valeur du fonds marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Les collections seront mises à l’honneur dans l’exposition consacrée à Napoléon Ier qui se tiendra à La Villette en 2021.

Prêt de trois objets : le manteau la ceinture, le glaive et la canne de cérémonie que le maréchal Davout a porté lors du Sacre de napoléon en 1804 ainsi qu’un bicorne appartenant au maréchal Davout dit »Bicorne d’Auerstadt ».

Exposition sur le Japonisme (programmée pour 2022). Seront présentés notamment des albums originaux d’Hokusaï et d’Hiroshige.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Stéphanie Guyot-Nourry, «Interview de Stéphanie Guyot-Nourry», Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn