Archives par étiquette : Mousse

Deux chansons d'Anne Sylvestre VADMC

Gestion du consentement (3) : deux chansons d’Anne Sylvestre

Outre « Bergère » , la compositrice-interprète Anne Sylvestre s’est amusée avec les clichés liés à la sexualité féminine hétérosexuelle, dans deux chansons de 1969, « Antoinette a peur du loup » et « Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant », reprises dans le vinyle Aveu, puis dans le compact disc Mousse en 1995.

En 1969, Anne Sylvestre convoque l’imaginaire des contes pour décrire la condition féminine d’une époque où les associations féministes reformées après la Seconde Guerre mondiale luttaient pour se faire entendre, avant l’explosion en 1970 de la seconde vague des féminismes français qui sauront médiatiser leurs combats, dont l’éducation sexuelle pour toutes et tous, entre autres luttes.

Antoinette et la narratrice qui attend son prince prônent le choix de la sexualité ou non, tout en mettant en évidence le manque d’éducation sexuelle par les parents. Visiblement, rien n’a changé depuis la sortie vingt ans auparavant du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir (1949), où l’autrice souligne dans sa conclusion que les « (…) conditions actuelles dans lesquelles s’accomplissent la formation et l’initiation sexuelle de la femme sont si déplorables qu’aucune des objections que l’on oppose à l’idée d’un radical changement ne saurait être valable. » (Tome II, Gallimard, 1987, p. 572). Ce qui est le cas dans les deux chansons, où Antoinette et la narratrice qui attend son prince ont peur de la sexualité.

En effet, elles n’ont reçu aucune éducation sexuelle et refusent de se laisser toucher par leur promis :

Je connaissais bien sa peur

Et sa grande méfiance 

Pour ce qui est en d’ssous du cœur

Antoinette a peur du loup

Antoinette a peur du noir

Antoinette a peur de tout

Même le soir, même avec vous (…).

Je ne savais pas qu’un homme

C’était aussi déroutant

Ce doit être ce qu’on nomme

Un Don Juan et pourtant

Je pense à ce que ma mère 

A failli me dire un soir 

Des choses bien singulières 

Que je ne veux pas savoir 

Depuis l’ temps que j ‘l’attends

Que j’ l’attends 

Depuis l’ temps que j’ l’attends

J’ai des doutes maintenant (…)

Aucune des deux ne souhaite passer à l’acte. Les chansons exposent la faillite d’un monde patriarcal où le consentement féminin n’est pas posé, et où les femmes préfèrent rester dans l’ignorance de leur corps et du corps de l’autre, tellement les tabous sexuels sont forts et forment un rempart de sottise autour d’elles, provoquant dégoût et refus. Beauvoir parle de ces « (…) filles trop bien élevées qui n’avaient reçu aucune éducation sexuelle et que la brusque découverte de l’érotisme bouleversa. » (Ibid., p. 218) Antoinette et la narratrice qui attend son prince se trouvent mieux dans l’asexualité que dans ce qui est une confrontation avec l’homme et son sexe.

Mais Anne Sylvestre refuse le désenchantement. Dans « Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant », le rythme de la musique s’accélère à mesure que les couplets s’égrènent et que le duo qu’elle forme avec son collègue Boby Lapointe se délite dans une parodie de dispute de – presque – couple, l’un se demandant à haute voix ce qui lui a pris de vouloir épouser une « vieille peau », l’autre retournant à son attente de l’homme, idéal parce que désincarné et chimérique.

Quant à Antoinette, sa sœur cadette est toute prête, quant à elle, à accueillir le loup, le noir et… le promis d’Antoinette :

Oh, oui, moi, j’aime le loup 

Oh, oui, moi, j’aime le noir 

Oh, oui, moi, moi, j’aime tout 

Surtout le soir, et surtout vous

Il ne s’agit pas d’une lutte sexiste entre deux jeunes filles pour un homme, mais de deux choix d’existence radicalement différents. La chanson se termine sans que l’on sache si le promis change de sœur ou part, l’important est que chaque jeune fille suive son chemin, à son rythme, afin de  « (…) s’accepter sans complaisance et sans honte. » (Ibid., p. 79). À suivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Gestion du consentement (4) : deux chansons d’Anne Sylvestre », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/11884

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube