Archives par étiquette : Oggy et les cafards

Interview S. Frécon

Sortir du sexisme – Interview de Sylvain Frécon

Sylvain Frécon est dessinateur et illustrateur de bande dessinée, dont la série Oggy et les cafards (commencée en 2010, d’après la série télévisée), des planches et des jeux pour la presse jeunesse. Un grand merci de nous avoir accordé cette interview.

Tiphaine Martin – Pourquoi vous projetez-vous maintenant dans des vieilles dames, après un minet bleu déjanté, et non dans un beau jeune homme, un aventurier qui sauve des princesses (au hasard des clichés sexistes) ?

Sylvain Frécon – Les Mémés sont des chroniques rigolotes qui mettent en scène les vieilles dames que je croise dans mon vingtième arrondissement. J’ai beaucoup daffection pour ces personnes qui saccrochent à la vie, qui ne sont pas dans les EPHAD. Ces histoires me permettent de partager mes point de vue et réflexions sur l’actu, les débats qui agitent notre société (politique, féminisme, religions, etc.), mais aussi les petites choses du quotidien. Bref, tout ce qui me passe par la tête !

T.M. – Quels retours de votre public et de la critique avez-vous depuis la parution du tome 1 des Mémés ?

S.F. – J’ai eu quelques critiques dans des revues, ainsi que des retours positifs du public via les réseaux sociaux, ce qui est très agréable. Je précise que Les Mémés ne sont pas toutes les personnes âgées, juste celles que je croise en bas de chez moi.

T.M. – Dans l’extrait des Mémés paru dans le numéro de décembre de Fluide glacial, Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir devient, littéralement, une arme de combat : pourriez-vous nous expliquer comment vous est venue cette idée et ce que vous souhaitez faire passer comme message à travers cette histoire ?

©Fluide Glacial, 2021.

S.F. – Dans l’album, c’est l’un de mes gags preferés. Une idée me vient inconsciemment et se concrétise très rapidement en idée de gag. Le message de cette chronique est un encouragement en direction de mes congénères. Un homme peut s’asseoir et réfléchir, mettre sa culpabilité de côté, et s’améliorer par soi-même. Les outils qui peuvent l’aider sont les témoignages de femmes, les ouvrages, et les discussions entre hommes. Pour moi, les hommes sont concernés par l’égalité et ils doivent y être actifs.

T.M. – En quoi votre parcours personnel et professionnel vous a-t-il sensibilisé au féminisme, c’est-à-dire à l’égalité femmes-hommes ?

S.F. – Mon parcours professionnel ne m’y a pas trop sensibilisé. Côté personnel, je viens d’une famille où le modèle patriarcal était très présent. Culturellement, patriarcat, racisme, homophobie constituent une part de moi-même. Le nier n’aurait pas de sens. J’ai eu besoin d’en comprendre les rouages pour essayer d’en déconstruire les effets sur moi-même, ma manière de raisonner, etc. En tant qu’homme, ça me semble important de ne pas tout attendre des femmes qui mènent ce combat. Même si je garde en tête que « derrière un homme qui s’éveille, il y a une féministe épuisée1 ». Et puis je pense à mon fils de 9 ans aussi…

T.M. – Pourtant, le sous-titre des Mémés, « chronique des âges farouches », fait référence au monument machiste Rahan. Fils des âges farouches ?

S.F. – Effectivement ! Joli pied de nez, non ?

T.M. – Quel(s) dessinateur(s) et quelle(s) dessinatrice(s) vous ont influencé ?

S.F. – Franquin, Lisa Mandel, Tardi, Bretecher, Uderzo, Carole Maurel, et bien d’autres.

T.M. – Quels sont vos projets ?

S.F. – Le tome 2 des Mémés est prévu pour la fin de l’année. J’ai un peu peur de ne pas avoir des idées, comme toujours. Sinon, je continue à avoir des commandes pour la presse jeunesse (Bayard, Fleurus).

Sylvain Frécon

Pur citer cet article : Tiphaine Martin, Sylvain Frécon, « Sortir du sexisme- Interview de Sylvain Frécon », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1316

1 Citation attribuée à Tabitah King : https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20180201.OBS1562/etre-feministe-et-en-couple-hetero-maintenant-il-connait-la-taille-des-gamins-moi-non.html

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn