Archives par étiquette : Paternalisme

La Comtesse de Ségur, des romans adultes

Que nous racontent les romans de la Comtesse de Ségur ? À nous enfant, à nous adulte.

1857 : Nouveaux Contes de fées :

1) Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon : la douceur, la reconnaissance, la gentillesse envers les autres sont toujours récompensés, tout comme le courage et la persévérance.

2) Le Bon Petit Henri : le courage, la persévérance la gentillesse envers les autres sont toujours récompensés ; qu’on est bien chez soi, même si les voyages forment la jeunesse.

3) Histoire de la princesse Rosette : l’envie, la méchanceté et la jalousie mènent à bien des ennuis, tandis qu’une éducation féminine hautement intellectuelle alliée à un bon cœur mène à l’amour.

4) La Petite Souris grise : de la curiosité comme vilain défaut et des moyens de la vaincre seule.

5) Ourson : halte aux masculinistes meurtriers ; antispécisme ; antivalidisme ; combat de chars ; rétablir la justice sociale.

1858 : Les Petites Filles modèles : joyeuse communauté matriarcale ; possibilité de corriger l’éducation sadique donnée par la mère puis par la belle-mère.

1859 : Les Malheurs de Sophie : antépisode des Petites Filles modèles ; éducation sadique de la mère ; indifférence du père ; vitalité de Sophie ; l’exil hors de France est dur.

1859 : Les Vacances : suite du précédent ; les garçons ont le droit de pleurer et d’être peureux ; les filles ont le droit de courir, de sauter et de construire des cabanes, à égalité avec les garçons ; comment être un·e bon·ne parent·e.

1860 : Mémoires d’un âne : antispécisme ; méchancetés et tortures infligées aux animaux non humains par les humain·es.

1862 : La Sœur de Gribouille : vie d’une petite ville de province ; la charge mentale et physique des femmes qui s’occupent des hommes handicapés ; l’insertion difficile des handicapés dans la vie quotidienne.

1862 : Pauvre Blaise : comment convertir les méchant·es en bon·nes, par une heureuse influence ; racisme social versus paternalisme.

1863 : Les Bons Enfants : de la bonne éducation ; de l’imagination fertile des enfants quand elles et ils sont nourris de livres et d’expériences.

1863 : Les Deux Nigauds : vive la vie à la campagne (quand on est bourgeois) ; antiracisme ; du harcèlement scolaire et des moyens d’y remédier (ou presque) ; importance de l’éducation pour les filles et les garçons.

1863 : L’Auberge de l’Ange gardien : antimilitarisme ; antiracisme ; possibilité de corriger la mauvaise éducation (coups, famine, injures…) par une éducation en pension ; la recomposition familiale, c’est bien.

1863 : Le Général Dourakine : suite du précédent ; politique européenne ; les camps de travail en Russie ; antiracisme ; la méchanceté est toujours punie.

1864 : François le bossu : antivalidisme ; importance de donner une éducation aux filles et aux garçons.

1865 : Un bon petit diable : anticapitalisme ; possibilité de corriger la mauvaise éducation reçue et de devenir un honnête homme ; antispécisme ; antivalidisme ; anti-âgisme.

1866 : Comédies et proverbes :

1) On ne prend pas les mouches avec du vinaigre : quelle est la bonne, quelle est la mauvaise éducation ? Châtiments corporels, faire rapporter les enfants, leur faire inventer des actions méchantes non faites par les autres enfants ? Ou refuser la délation, les châtiment corporels ?

2) Le Forçat, ou à tout péché miséricorde : fumer tue ; exciter les autres contre un ex-prisonnier est de la lâcheté et de la méchanceté ; les prisonniers ont droit à une seconde chance.

3) Le Petit De Crac : des conséquences quasi mortelles du mensonge… masculin, pour les autres, surtout pour les filles ; et comment se guérir de l’habitude de mentir.

4) Les Caprices de Gizelle : tout céder à son enfant est-il bon ? ; des dangers de laisser des mineures aux caprices d’une enfant gâtée.

5) Le Dîner de Mademoiselle Justine : ah ma chère ne me parlez pas des domestiques, seuls ceux qui sont chrétiens sont corrects ; une comédie dramatique policière.

1866 : Jean qui grogne et Jean qui rit : qu’est-ce qu’un bon domestique ? qu’est-ce qu’un bon maître ? ; quand on voit le verre à moitié plein, ça aide à être heureux et à réussir son existence.

1866 : La Fortune de Gaspard : bon et mauvais capitalisme ; importance de l’école et des bibliothèques publiques dans la formation de l’individu·e ; mariage arrangé versus mariage d’amour.

1867 : Quel amour d’enfant ! : danger d’une éducation sans limites, cf. Les Caprices de Gizelle ; à quelque chose le malheur est bon.

1867 : Le Mauvais Génie : comment se débarrasser d’un mauvais ami ; apologie de la colonisation sur le continent africain ; le bon capitalisme ; le bon Anglais est celui qui s’installe en France.

1868 : Diloy le chemineau : du racisme social et des moyens de s’en corriger ; une bonne éducation  bourgeoise passe par l’exercice physique, pour les filles et les garçons.

1871 : Après la pluie, le beau temps : solitude des orphelines laissées aux mauvais soins d’hommes de leur famille ; harcèlement sexuel ; antiracisme versus paternalisme ; danger d’une éducation sans limites ; importance de l’éducation des filles ; femme aux affaires, bonheur dans la chaumière (dorée) ; situation politique italienne.

Source des dates de parution des œuvres : https://musee-comtessedesegur.fr/les-œuvres.html

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thématiques des romans de la Comtesse de Ségur », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10979

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Condescendance masculine chez Joe Dassin VADMC

Condescendance masculine chez Joe Dassin

Le domaine de la chanson, populaire ou d’auteur et d’autrice, est lent à enregistrer les changements sociaux, et à s’y intéresser en profondeur. Par contre, la continuité patriarcale s’y exprime tranquillement, quelle que soit l’époque. Le paternalisme est à l’œuvre dans certaines chansons de Joe Dassin : « Bip-Bip » (1966), « Excuse me lady » (1966), « Tout bébé a besoin d’une maman » (1967), « Billy le Bordelais » (1970), « Cécilia » (1970), « La Fleur aux dents » (1970), « C’est la vie, Lily » (1970), « Fais la bise à ta maman » (1971), « La Demoiselle du déshonneur » (1978).

Toutes ces chansons sont à la première personne, le « je » du chanteur/narrateur exprimant son point de vue et dictant ce qu’il pense des femmes, à savoir qu’elles sont de mœurs légères, donc condamnables (« Excuse me lady », « Cécilia », « C’est la vie, Lily », « Fais la bise à ta maman », « La Demoiselle du déshonneur »), et sottes (« Billy le Bordelais », « Fais la bise à ta maman »). Les femmes sont catégorisées, classées selon l’échelle sexiste habituelle idole/prostituée : « Il y a les filles dont on rêve/Et celles avec qui l’on dort » (« La Fleur aux dents »). Femmes qui d’ailleurs ne le sont pas, puisque rabaissées au rang de « fille », c’est-à-dire de prostituée dans le second cas, et de vierges dans le premier. Il y a les filles que le mâle respecte tout en fantasmant sur elles, et il y a les femmes, donc, qui servent à assouvir les pulsions sexuelles du narrateur.

C’est sans surprise que « C’est la vie, Lily » et « La Demoiselle du déshonneur » décrivent des esclaves sexuelles, dont plus personne ne veut, car âgées. Le système prostituteur n’est pas questionné ni remis en cause. Dans la seconde chanson, c’est la prostituée, bien entendu, qui fait des avances à l’adolescent bien comme il faut. Jeune homme qui a l’outrecuidance, en outre, d’exprimer ses regrets dans la manière dont il a perdu sa virginité : « On peut rêver mieux/Pour sa grande première/De couchers d’soleils ou de champs d’muguet. » La goujaterie se mêle au mépris de classe, comme dans « Billy le Bordelais », « C’est la vie, Lily », « Fais la bise à ta maman ».

Il faut que ce soit le chanteur/narrateur qui donne sa permission aux femmes d’être fidèle : « O Cécilia, si tu ne l’es pas/Je ne t’en veux pas pour autant ». Ouf, nous voilà rassurées, nous, les auditrices. Heureusement qu’une instance masculine venue d’en haut autorise la femme en question à avoir une vie sexuelle en dehors de sa présence. Le patriarcat est également sauvé par le temps qui passe : « (…) la saison/Viendra où j’aurai seul la clé de ta maison ». On espère qu’il lui en laissera une tout de même. De même, dans « Fais la bise à ta maman », le narrateur renvoie la femme avec laquelle il vient d’avoir une aventure à ses parents, tout en pansant son orgueil blessé, puisque c’est elle qui le quitte :

Tout passe, tout casse

Tu veux rentrer chez toi (…)

Tu m’as perdu fillette

Personne n’est parfait (…)

Tu as joué de tous tes atouts de femme

Mais le plus quitté des deux n’est pas celui qu’on croit (…)

Le narrateur se drape dans sa dignité, prenant de haut la volonté de son ex-compagne/partenaire sexuelle de partir et la culpabilisant. Alors que si Joe Dassin s’était appelé Pascal Danel, il aurait pu s’écrier : « J’ai envie de t’aimer (…) Je veux t’aimer à mon idée » (« La Plage aux romantiques », 1966). Heureusement, Joe Dassin avait anticipé son désarroi, en 1966 dans « Bip-Bip », en soulignant ce que le physique féminin pouvait avoir de disgracieux, donc d’anti-érotique, selon des stéréotypes masculins et spécistes :

J’ai rendez-vous ce soir avec la fille de mon patron

Elle fume le cigare, elle a des tout p’tits yeux tout ronds

Si je suis en retard c’est toujours ça de gagné

George Sand nous voilà, attaques misogynes comprises. C’est aux femmes de se conformer aux attentes des hommes et de ne pas fumer, sous peine de passer pour des femmes de mauvaise vie, comme dans les années 1930.

Par contre, Billy, lui, n’a de comptes à rendre à personne : « Tout le monde y passait » (monde au féminin) et il est encouragé : « Car le bon vin de Saint Emilion/Ça vous donne un cœur de lion/Pour trousser les jupons et les cotillons », d’autant qu’il fait moult et moult enfants. Cette chanson condense l’ensemble du virilisme et du nationalisme français : vin à flot, mais vin français, hyper-sexualité, mais bien vue et considérée comme normale puisque masculine, avec viols et violences autres, le but ultime étant de faire le plus d’enfants possible, dans le natalisme pétainiste et post-vichyste très Trente Glorieuses.

Le ton se fait dictatorial et accusateur dans « Tout bébé a besoin d’une maman ». Joe Dassin prend des exemples d’hommes brutaux en mélangeant réalité et fiction (Attila, Adam, Barbe-Bleue) pour mieux faire le procès des mères, uniques responsables de la démence de leurs rejetons. Ces trois figures semblent sans père, sans figure paternelle, bienveillante ou malveillante. La fin de la chanson enjoint au public de continuer la ronde paternaliste :

Et faites pour vos mamans

De beaux petits-enfants

Afin qu’elles puissent leur chanter

Car tout petit bébé (tout petit bébé, oh petit bébé)

A besoin d’une maman

Pour l’aimer

L’ordre est double : aux enfants de ne pas choisir d’en faire ou pas (deux ans après la légalisation de la pilule contraceptive féminine), aux mères de se transformer en grand-mères, et grand-mères qui répètent la norme mortifère imposée par le chanteur, également co-auteur des paroles.

À bas le paternalisme, vive la chanson et les féminismes !

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Condescendance masculine chez Joe Dassin », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9120

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube