Archives par étiquette : Patriarcat

Interview de F. Montreynaud

Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud

L’écrivaine féministe Florence Montreynaud a répondu à nos questions, qu’elle en soit adelphiquementremerciée. 

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment ouvrir les yeux chaque matin dans un monde patriarcal2 ?

Florence Montreynaud – Avec une énergie renouvelée pour travailler à le changer. Cela ne peut plus durer, c’est trop injuste, trop violent.

T.M. – Etes-vous née féministe ou êtes-vous devenue féministe ?

F.M. – Je ne suis pas née féministe, je la suis devenue vers l’âge de 22 ans, quand j’ai pris pleinement conscience de l’injustice et de la violence de ce monde contre les femmes et les filles.

T.M. – Le Dictionnaire de citations, Appeler une chatte. Mots et plaisirs du sexe et LAventure des femmes. XXe-XXIe siècle : quel(s) rapport(s) entre ces titres ? Et quels liens tracez-vous entre vos différentes œuvres et vos associations ?

F.M. – Mes premiers livres — des dictionnaires — m’ont été commandés. Tous les suivants sont des livres dont j’ai eu l’idée et que j’ai proposés à un éditeur.

Le livre sur les Zéromachos est directement issu de mon expérience : les rencontres avec des centaines d’hommes à travers le monde, qui refusent la prostitution.

Les autres viennent de ma réflexion sur des idées féministes.

Le livre qui a changé ma vie est l’encyclopédie Le XXe Siècle des femmes (première édition en 1989, dernière en 2001). Il m’a demandé 15 ans de travail et a eu un grand succès.

T.M. – De quelle(s) envie(s) est née l’association Zéromacho ?

F.M. – Du désir que la prostitution disparaisse de notre monde. D’une analyse féministe : c’est la demande masculine qui est à l’origine de la prostitution.

Dans un monde d’égalité il n’y aura pas de prostitution.

T.M. – Quels sont vos projets, vos désirs  ?

De nouveaux livres féministes, de nouveaux réseaux féministes pour continuer à changer ce monde, avec d’autres féministes.

Florence Montreynaud

 

1 Son néologisme pour réconcilier le « fraternellement » trop masculin et le « sororalement », non mixte.

 En référence à l’ouvrage de Florence Montreynaud, Chaque matin, je me lève pour changer le monde. Du MLF aux Chiennes de garde. Mémoires féministes, Paris, Eyrolles, 2014.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Florence Montreynaud, « Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1435

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview de T. Dee

Sororités comblées – Interview de Typhaine D

Typhaine D est autrice, comédienne, metteuse en scène, formatrice, coach, conférencière engagée pour les Droits des Femmes, des Enfants et des personnes animales.

Tiphaine Martin – Pourquoi tes contes sont-ils « à rebours » ? Un hommage au masculiniste Huysmans ?

Typhaine D – Pas du tout, je n’ai pas eu le déplaisir d’entendre parler de ce monsieur !

Comme Alice Coffin l’a dite dans un passage de son livre  Le Génie lesbien qui a fait scandale chez les masculinistes (bien délicats tout de même pour être effarouchés si souvent par la moindre de nos déclarations féministes), je ne lis que des femmes, et ce depuis des années.

De plus, je ne rends jamais d’hommages, mais bien des Femmages !
J’ai nommée ma première pièce de théâtre Contes à Rebours pour articuler trois principales idées, mises en résonance dans ce jeux de mots.

La première : je voulais remettre à l’endroit ces histoires qui noues sont livrées à l’envers, dont la morale est retournée, marche sur la tête, où les victimes sont les coupables et les bourreaux nos soit-disant alliés. En effet, elles ont bercé notre enfance et forment, de gré, ou plutôt de force via l’empire Disney, notre imaginaire commun. Pétries de propagande misogyne, misopédique (haineuse des enfants), spéciste (haineuse des autres espèces animales), validiste (discriminantes des personnes en situation de handicap), et tout à loisir racistes et classistes, elles insinuent un imaginaire inégalitaire et violent dans les esprits des enfant·es. Or, c’est l’imaginaire qui constitue notre machine à rêver. Et ce que nous rêvons devient ce qui est désiré. Or, par les contes traditionnels, on présente aux petites filles comme désirable un destin de ménagère domestique béate, qui ne serait rien sans le prince qui l’a choisie parce qu’elle était jeune et jolie. Si au contraire l’on faisait rêver les enfants avec des modèle de femmes courageuses, indépendantes, intelligentes, on tournerait alors l’ambition des filles d’un autre côté. De même, une langue qui respecte la règle de grammaire inique « le masculin l’emporte sur le féminin » (voir les travaux brillants d’Eliane Viennot), implique la domination des hommes contre les femmes de manière sibylline dans chacune de nos phrases lues ou dites. Or, le langage structure la pensées, qui engendre des actions. Une langue féministe, comme celle que j’ai inventée pour porter mes idées, « la Féminine Universelle », me paraît donc une des clefs de notre émancipation. Comme je dis souvent : « les imaginaires égalitaires font naître les réalités de l’égalité ». Je voulais donc revisiter les contes de fées, ainsi que le langage pour les transmettre, de manière fée-ministe, à rebours de qu’on noues a raconter.

La seconde idée : pour transmettre ces nouvelles histoires plus justes, je voulais donner la parole aux Princesses, Reines, Petites Filles ou encore Sorcières que noues pensions connaître par cœur. Abandonnées après le joli mot de « fin » qui devait clore leurs piètres destinées de femmes domestiquées et passives, ou diabolisées et vaincues, les unes appropriées par les hommes et les autres par eux combattues, et toujours divisées entre elles, dans Contes à Rebours elles remontent le fil de leur véritable histoire pour se rendre enfin justice. Elles délivrent leur version des contes de faits. Elles font écho à nos vies de femmes, à notre héroïsme quotidien dans un système patriarcal qui noues maltraite sans cesse. Elles noues offrent des pistes de soins, de compréhension des systèmes d’oppression et d’émancipation via les luttes collective et la sororité. Remontante chrono-logiquemente ainsi le fil de leur récit, depuis la « fin » imposée dans la version des hommes, jusqu’au début de leur parcours, elles se content à rebours.

La troisième idée : je voulais exprimer le compte-à-rebours dans lequel noues sommes prises, broyées, en tant que femmes, et féministes. En effet, chaque seconde sur la terre, implacable, des filles et des femmes sont en train d’être violées, battues, tuées, par des hommes, parce qu’elles sont des filles et des femmes, et parce qu’ils sont des hommes. À rebours de ces crimes, noues comptons les victimes, noues décomptons nos mortes. Chaque seconde sur la terre noues perdons plusieurs des nôtres, féminicidées. Chaque seconde l’urgence est plus grande. Le compte à rebours de notre défaite finale, ou de notre délivrance, est ainsi enclenché.

T.M. – Comment as-tu choisi tes héroïnes ?

T.D. – J’ai prise au fil de l’écriture les premières qui me venaient à l’esprit… Certaines m’avaient particulièremente émue et attendrie dans mon enfance, comme les 7 Filles de l’ogre dans le petit poucet, dont le sort révoltant est d’être sacrifiées, jetées en pâture à leur père violent, pour que vivent 7 frères. Ou encore le petit chaperon rouge, « qui n’aurait pas été mangée si elle avait obéit à sa maman », noues dit-on, « c’est donc bien de sa faute voyons »…

D’autres avaient été pour moie des sources de rêveries et d’identification, comme la petite Sirène pour laquelle j’avais beaucoup d’affection. La petite fille que j’étais y avait vue autre chose que la femme sous emprise d’un inconnu qui ne la mérite pas, mais plutôt une adolescente qui souhaitait quitter son monde, son milieu, sa famille, s’en émanciper « partir là-bas. » Et cela pouvait me parler…

D’autres encore étaient des figures qui m’avaient marquée, que j’avais pu trouver fascinantes dans leurs forces, leur splendeur digne et puissante. Je parle bien sûr des différentes personnages de sorcières dont enfante je prenais le parti, qu’elle s’agisse de celle de Blanche Neige, de Hansel et Gretel ou de la Belle au bois dormant.

Je voulais aussi redonner de l’intelligence et de la dignité à ces princesses qui noues étaient dépeintes comme fragiles, frivoles, un brin neu-neues aussi… J’incarne par exemple une Blanche Neige qui ne s’en laisse pas compter, ou une belle au bois… très éveillée !

Et qui, pour parler mieux de mille et une nuits de frayeur et de harcèlement imposées par les hommes dans l’espace public, que Shéhérazade ?
Ce ne sont que des exemples, bien d’autres personnages sont à découvrir dans le spectacle et le livre qui en est tiré (et que l’on peut toujours se procurer1). Et comme le spectacle évolue au fil des tournées ou de l’actualité, plusieurs autres Héroïnes viendront peut-être un jour rejoindre la joyeuse troupe à leur tour !

T.M. – Un parallèle à établir entre la fin joyeuse de tes Contes à rebours et celle, toute aussi pétillante, de « Petit Bonhomme » d’Anne Sylvestre ?

T.D. – Le parallèle est très juste en effet ! Bien que je n’ai découverte cette merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre (ma préférée) qu’après l’écriture du monologue dynamique de La Belle au Bois Éveillée qui clos le livre, j’ai, en l’écoutante, ressentie la même sorte de jubilation féministe et sorore que celle que j’avais voulu impulser en bouquet final !
En effet, les différentes personnages de Contes à Rebours placent chacune le projecteur sur des discriminations et violences sexistes et sexuelles spécifiques, et comme ces réalités sont difficiles à affronter pour les opprimées, noues méritons bien aussi d’être soulagées par du rire, de l’espièglerie, de la revanche aussi ! Dans Contes à Rebours, on varie les registres et les émotions, passante tour à tour du stand-up à la poésie comme de la colère à l’euphorie, du chant au slam comme du rire aux larmes. Ce mélange des genres permets je crois de toute dire et de mieux entendre aussi. L’humour allège les propos les plus dures, et inversemente ces derniers empêchent les premiers de manquer de consistance. Ce jeux de ruptures revient à prendre les femmes du public par la main pour les amener pas à pas vers une plus grande conscience de notre condition. Anne Sylvestre maniait ce jeu à la perfection.

Dans « Petit Bonhomme » comme dans Contes à Rebours, on trouve d’abord une dénonciation  forte de violences masculines, de manipulation, d’exploitation. Mais, dans la chanson comme dans la pièce, les femmes ouvrent les yeux, résistent aux tentatives des hommes de les mettre en division, et finalemente s’allient toutes ensemble pour s’organiser, s’évader, s’émanciper ! À chaque fois cette sororité espiègle se traduit en victoire totale, les hommes rendus impuissants perdent ainsi leur capacité de noues nuire, et dans un monde entre femmes, les jours d’euphorie, d’amusement et de jubilation commencent !

Noues avons voulue entre autres, je crois, toutes les deux avec notre art, faire rêver les femmes à une émancipation féministe et sorore désirable !

T.M. – Est-ce que la fin sorore que tu as choisie ne peut pas être envisagée comme un enfermement ? Comment tes héroïnes et toutes celles qui les rejoignent sèmeront-elles la révolte et l’égalité dans l’univers si elles restent entre elles ? Ou est-ce une étape, afin de jouir enfin d’une vie tranquille, avant de retourner, soudées, heureuses et flamboyantes, au combat contre le patriarcat ?

T.D. – Pour moie c’est le système patriarcal qui constitue notre enfermement. 

Vivre entre femmes, enfantes et personnes animales, dans la nature, réinventer un monde en paix et durable, là se situe en revanche le bol d’air et la liberté, enfin !
Le simple fait de laisser courir la rumeur qu’une telle monde pourrait exister, heureuse, sans oppression, sans oppresseur, ouvre comme un pan d’horizon dans les consciences des femmes, jusque-là très interdit, même de pensée.

Vivre sans homme, ces hommes qui mettent tant d’énergie à faire la publicité du fait qu’ils noues seraient si indispensables, mais vous n’y pensez pas ?

Je pense que cette idée seule sème la révolte, en ancrante dans la tête de chacune que la solution ne viendra jamais d’eux. Mais bien de notre nécessaire union entre opprimées, qui créera le rapport de force suffisant pour ne plus laisser d’autres choix que celui de l’abolition de l’ensemble des violences et des discriminations quelles qu’elles soient (de tout ce qui constitue donc le système social en patriarcat).

Il ne s’agit donc pas de retourner lutter contre le patriarcat “ensuite”, car les Héroïnes des « Contes à Rebours », dans leur château sorore, n’ont jamais cessé de lutter en vérité. Noues aimer noues-même et les unes-les-autres, noues rassembler, noues organiser, noues soigner, noues entraider, noues rendre heureuses, noues préférer enfin, constitue à la fois des victoires, des inspirations pour les autres femmes, et des armes de combat très puissantes contre le patriarcat.

Parvenir à créer cette sororité politique, réelle, forte, est pour moie LE principal défit des années à venir, et la clé de notre désaliénation.
Alors pour commencer, avec mes outils d’artiste engagée, aujourd’hui, en patriarchy, je propose de la rêver, cette utopie féministe et sorore, jubilatoire et victoRieuse, de la fantasmer, de la désirer !

Tant que les violences masculines seront si massivemente commises par les hommes, banalisées, souvent érotisées et impunies, je ne vois pas d’autres choix que d’entrer en lutte féministe radicale ! 

Ensuite, quand l’ensemble des violences et des discriminations patriarcales seront abolies, quand la non-mixité ne sera plus tant une urgence et une vitale nécessité… alors les petites soeurs qui noues suivront aviseront. 😉 Je leur fais confiance.

T.M. – Quelles sont tes intentions (scène, écriture, autre) ?

T.D. – Je souhaite continuer de jouer mes trois spectacles féministes partout en France et à l’étrangère, en ligne et en scène, suivante ce que noues imposera encore la pandémie. Je propose Contes à Rebours d’une part, spectacle qui existe d’ailleurs en différentes versions (pour adultes, pour enfants ou ado, en version humour ou centrée sur différents thèmes, etc). Je joue aussi La Pérille Mortelle, ma one-feminist-show humoristique, où je revisite l’actualité et les attaques anti-féministes, toute en m’exprimante « à la féminine universelle » (l’équivalante féminisée du masculin universel qui est encore tranquillement appris aux enfant·es à l’école primaire aujourd’hui). Égalemente Opinion d’une femme sur les femmes manifeste féministe brillant de l’autrice de notre matrimoine Fanny Raoul.
J’ai aussi comme projet de rééditer Contes à Rebours, qui est paru en livre en 2016. Je souhaite y ajouter à la précédente édition les personnages qui sont nées en scène depuis, ainsi que différents autres textes en annexe, comme mon discours sur les féminicides pour lequel j’ai été lauréate du prix Gisèle Halimi lors du concours d’éloquence de la Fondation des Femmes avec France Culture.

Par ailleurs, j’écris et tourne des vidéos sur différents sujets via ma chaine YouTube2 et les différents réseaux sociaux, mon rêve étant un jour d’avoir une chronique dans les médias du service public, pour proposer régulièremente une lecture résolumente féministe de l’actualité et des grands sujets de société… « Elle était une fois l’actue » ? « La chronique à l’endroit de Typhaine D » ? Je compte bien y parvenir, car si heureusemente de plus en plus de femmes portent une voix féministe dans les médias, une parole d’autrice, comédienne et militante féministe radicale de longue date, formées notamment sur la question des violences par des organisme comme l’AVFT et le CFCV, apporterait un point du vue nécessaire et encore bien trop rare aux oreilles française !
Cela fait des années que j’y pense, que je tourne autour du micro : je sais que j’ai quelque chose à faire à Radio France.
Je suis égalemente engagée auprès de Sandrine Rousseau dans sa campagne pour la présidentielle de 2022, qui présentera le premier projet politique de l’histoire résolumente éco-féministe !

De plus, je continue de donner des formations en entreprise, pour les syndicats ou associations ou encore en individuelle, d’une part sur les questions d’égalité femmes-hommes et de prévention des violences sexistes et sexuelles, notammente dans le monde du travail ; et d’autre part je suis coach en assurance dans la prise de parole en public et tout ce qui peut aider à une meilleure estime de soi, et à un développement épanouissant des parcours personnels et professionnels.

Enfin, je suis en discussion avec une maison d’édition pour de nouveaux livres… Un recueil de nouvelles féministes cette fois sur un thème précis que je garde encore pour moie… Un album pour enfants en martenariate avec d’autres artistes féministes… Je ne vous en dis pas plus, mais j’y travaille chaque jour !

Et dans toute cela, si je pouvais continuer à trouver parfois le temps de lire, d’écrire, de composer, de peindre, de chanter, de déguster, de me faire plaisire, de rencontrer, de découvrir, de comprendre, d’apprendre, de m’informer, d’aimer, de me nourrir, de me promener dans la nature avec mes chien·nes… je serais comblée !

Typhaine D

1 https://www.typhaine-d.com/index.php/actualites/135-sortie-du-livre-contes-a-rebours

2 https://www.youtube.com/c/TyphaineDsoeurciere

Pour en savoir plus : https://www.linktr.ee/typhained

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Typhaine D, « Sororités comblées – Interview de Typhaine D », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1139

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Beauvoir P. Rhavel

Trouver sa propre liberté grâce à Beauvoir

Je suis Pedro Rhavel, professeur au lycée, doctorant en philosophie à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, après un Master en Philosophie par la même université. Mes recherches portent, principalement, sur l’histoire des femmes philosophes et l’épistémologie féministe. Les principales philosophes qui m’intéressent sont Simone de Beauvoir, Hannah Arendt, Simone Weil, Anne Conway et Emilie du Châtelet.

I am Pedro Rhavel. High School teacher at State Secretariat of Education of Rio de Janeiro (SEEDUC) and substitute high school teacher of Federal Institute of Education of Espírito Santo. phd candidate of philosophy at Federal University of Rio de Janeiro. Master degree at the same University. I research above all History of Women Philosophers and Feminist Epistemology. The main philosophers of my interest are Simone de Beauvoir, Hannah Arendt, Simone Weil, Anne Conway and Emilie du Chatelet.

Traduction française de Tiphaine Martin ; texte originel de Pedro Ravel en portugais ci-dessous.

Texte français :

Il est caractéristique de la trajectoire philosophique de suivre le chemin tortueux de la lecture, en même temps inspiratrice et parfois interminable, des philosophes masculins, avec leurs questions traditionnelles de la pensée occidentale. À 19 ans, cependant, je ne savais pas ce que je pourrais attendre de la philosophie ; en tant que jeune adulte ou adolescent mature, mon questionnement existentiel concernait le sexe.

Ce que nous appelons maintenant le genre, Simone de Beauvoir le nommait « sexe », ou plutôt, le sexe dans une perspective beauvoirienne a des tonalités de genre. Mais il était évident qu’à 19 ans, lorsque j’ai lu Le Deuxième Sexe, je n’avais aucune idée d’un tel fait. Ma trajectoire philosophique commence alors, non pas par l’être de Parménide ou la grotte de Platon, mais par les idées d’une Française sur les injustices historiquement commises envers les femmes. Après tout, elles sont – ou étaient – l’autre du sujet en Occident. Et ce sujet était moi. Ou, du moins, j’en étais un prototype en formation, car je n’ai jamais laissé le patriarcat imposer une définition à mon corps, dessin principale de mon existence.

Mais pourquoi lire Beauvoir à 19 ans ? À cette époque, j’étais en cycle 1 d’études de mode. La discipline de la recherche scientifique m’a appris les bases des concepts de vérité et de mensonge, ainsi que la méthodologie du travail scientifique. Je me suis intéressé au fait que certaines femmes utilisaient leurs vêtements pour protester. Ce qui était et est encore une prison, avec un peu de subversion, pouvait devenir un message libérateur. Dans l’Histoire de l’habillement, j’ai rencontré Amelia Bloomer, une personnalité célèbre qui portait un pantalon en guise de protestation. En remontant les siècles, nous trouvons comme exemple les pantalons d’équitation de Marie-Antoinette : un simple geste, un simple échange de vêtements, a pu générer un grand bruit sur la question du rôle social des femmes et de l’autonomie sur leur propre corps.

Je n’étais pas satisfait de mes icônes de mode. La réflexion conceptuelle me manquait. J’avais besoin de savoir ce qui sous-tendait ces idées et idéaux. J’ai trouvé la réponse dans les mouvements féministes. Sans entrer dans ses vagues spécificités, il m’a semblé prudent de lire Le Deuxième Sexe, car j’y pourrais trouver les réponses aux questions fondamentales que je cherchais. J’ai fini par trouver l’un des livres de ma vie (l’autre est La Condition humaine d’Hannah Arendt). Dès les premières pages, dans le chapitre dense sur la biologie, j’ai réalisé que j’avais appris la science d’une manière biaisée. Le sexe a incrusté la pensée humaine de manière à créer les préjugés les plus élevés. Plus tard, j’ai découvert l’avènement du patriarcat, et comme tous les jeunes, j’ai voulu le détruire.

En lisant Le Deuxième Sexe, j’ai trouvé ma propre liberté. J’ai découvert que je vivais une farce. J’adorais la fausse idole de la masculinité, qui a dominé tous mes gestes tout au long de mon existence. J’ai envié la liberté de Simone et j’ai voulu en savoir plus en lisant ses mémoires d’une jeune fille pas rangé du tout. Alors que j’étais, jusqu’à cet âge, le prototype d’un homme au comportement viril, elle était mon antithèse. J’étais un jeune LGBT qui avait à peine une idée de sa propre condition. J’avais déjà surmonté (mais pas autant que plus tard) bon nombre des liens sociaux qui emprisonnent notre existence authentique. J’ai décidé de ne plus jouer le Sujet. Ce qui me coûte une écoute vigilante. Presque impossible comme le dit Simone.

Comment envier la place d’une femme ? À cette époque, j’étais piégé par le mythe de la masculinité. En même temps, je m’identifiais au féminin, mais pas comme une identité à assumer. En tant qu’homme, j’aurais toutes les libertés, sauf celle d’abdiquer ma propre masculinité – sans conséquences qui me mettraient à une place vulnérable, bien sûr – et c’est grâce à Beauvoir que j’ai réussi à faire ce geste. Ceci, cependant, n’assimile pas la même forme d’oppression vécue par les femmes à mon expérience personnelle, et je ne propose pas de dire que les hommes souffrent d’une oppression systématique. J’affirme donc que les hommes qui abdiquent la masculinité pour différentes raisons doivent faire face à une série de conséquences néfastes et violentes dans les sphères privées et publiques.

Par ailleurs, il faut se souvenir que la liberté chez Beauvoir est un engagement. Cela signifie que lorsque je me place comme lecteur et chercheur de Simone, je dois expliquer ses théories à d’autres hommes, afin d’attirer leur attention sur l’oppression systémique qu’ils pratiquent, sur la violence qu’ils exercent et sur la vie fausse qu’ils mènent. Malheureusement, très peu sont prêts à écouter. Enfin, j’ai envié la force de l’intellect de Beauvoir, précis, qui identifie l’idolâtrie1 présente dans la vie quotidienne et au cours de l’histoire.

Nommer les philosophes par leurs prénoms permet de ne pas utiliser leur patronyme, donc l’appeler par son prénom a un double sens, d’intimité et de révolte. La révolte, car je souligne qu’elle est une penseuse, écrivaine, philosophe (bien qu’elle refuse ce titre) et n’appartienne à aucun homme. Me basant des idées de Simone, j’ai rejoint la Faculté de philosophie de l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Il y a un étage à cette école qui, à ma connaissance, a été donné par la Sorbonne. C’est ma version brésilienne de l’académie française de philosophie, qui s’est avérée plus tard être un autre lieu d’oppression.

Mon horaire de cours permettait un large choix de cours. Je me suis activement battu pour étudier Simone de Beauvoir de manière systématique dans le cycle 1. J’ai trouvé une enseignante qui a accepté l’idée, la Docteure Susana de Castro. En 2014, avant d’obtenir mon diplôme, j’ai finalement pu suivre un cours sur Le Deuxième Sexe. Mais à cette époque, j’avais déjà d’autres intérêts. Après tout, qui étaient les autres femmes de l’histoire de la philosophie ? Avec la professeure Susana de Castro et une camarade de cycle 1, maintenant doctorante comme moi, Roberta Saavedra, nous avons créé un groupe d’étude sur l’histoire des femmes en philosophie en 2013-2014.

Le groupe, dont fait partie la professeuse Castro, a réalisé un documentaire, L’Échec des stéréotypes de genre, au sein du groupe Antigone de philosophie et de genre, créé en 2014.

J’ai terminé mes études avec une monographie sur le concept de travail chez Hannah Arendt. Pendant ma Maîtrise, j’ai comparé les deux penseuses, Simone de Beauvoir et Hannah Arendt. J’ai intitulé mon travail « Intersections en philosophie et littérature ». J’ai essayé de travailler sur des aspects moins connus de ces autrices (du moins dans mon pays).

Face à l’absence de femmes en philosophie, qui s’est produite depuis que Platon, par la voix d’un de ses personnages, a expulsé les femmes du Banquet, j’ai décidé dans mon doctorat de rechercher le Sujet de la raison, l’homme cognoscente, dans une épistémologie beauvorienne et arendtienne. Ce sujet de recherche m’a conduit à Descartes, qui m’a amené à croiser le chemin d’une philosophe anglaise, pour laquelle j’ai aussi un amour intellectuel sincère : Anne Conway.

J’espère avoir pu démontrer que Simone de Beauvoir a été remarquable dans ma vie, dans ses aspects les plus divers : au cœur de l’existence, dans la pensée philosophique et l’action politique.

Pedro Rhavel

Texte originel, en portugais :

É próprio da trajetória filosófica percorrer o caminho tortuoso da leitura ao mesmo tempo inspiradora e, por vezes interminável, de filósofos homens, com suas questões tradicionais do pensamento ocidental. Aos 19 anos, contudo, eu não sabia o que esperar da filosofia; enquanto jovem adulto ou adolescente maduro, a minha questão posta era a do sexo.

O que hoje chamamos de gênero, Simone de Beauvoir entendia como sexo, ou melhor, o sexo numa perspectiva beauvoriana tem tons de gênero. Mas era evidente que aos 19 quando li pela primeira vez O Segundo Sexo eu não fazia ideia de tal fato. Minha trajetória filosófica começa então não com uno ser de Parmênides, ou a caverna de Platão, mas com as ideias de uma mulher francesa sobre as injustiças cometidas historicamente contra às mulheres. Afinal, elas são — ou eram — o outro do sujeito no ocidente. E este sujeito era eu. Ou, ao menos, um protótipo em formação, já que nunca me enquadrei na designação imposta pelo patriarcado diante de meu corpo: o esboço primário de minha existência.

Mas por quê ler Beauvoir aos 19? Cursava graduação em design de moda. A disciplina de metodologia da pesquisa científica me ensinava o bê a bá dos conceitos de verdade e falsidade e como redigir um trabalho científico. Me interessei pelo fato de que algumas mulheres usavam as roupas como forma de protesto. O que era uma prisão e ainda o é, com um pouco de subversão poderia se tornar uma mensagem libertadora. Na História da Indumentária me deparei com Amelia Bloomer, notável figura que usava calças como forma de protesto. Retrocedendo alguns séculos se chega até mesmo as roupas de cavalgar de Maria Antonieta: calças. Um simples gesto, uma simples troca de peça de vestuário era capaz de engendrar um burburinho sobre a questão do papel social da mulher e da autonomia do próprio corpo.

Não estava satisfeito com meus ícones de moda. Sentia falta de pensamento conceitual. Precisava saber o que embasava tais idéias e ideais. Encontrei a resposta nos movimentos feministas. Sem entrar em suas ondas específicas, me pareceu prudente que lesse o Segundo Sexo, pois ali estava, em meu achar, as questões fundamentais que procurava. Acabei encontrando um dos livros de minha vida (o outro é A Condição Humana de Hannah Arendt). Logo nas primeiras páginas, no denso capítulo sobre a biologia me dei conta de que havia aprendido ciência de forma enviesada. O sexo incrustava o pensamento humano de tal forma a edificar os mais altos preconceitos. De forma ulterior, descobri o advento do patriarcado, e como todo jovem, quis destruí-lo.

Ao ler O Segundo Sexo encontrei minha própria liberdade. Descobri que vivia uma farsa. Cultuava o falso ídolo da masculinidade que comandava cada gesto meu ao longo de meus anos de existência. Invejei a liberdade de Simone e quis saber mais lendo suas Memórias nada comportadas. Enquanto era eu, até aquela idade, o protótipo de moço comportado másculo, ela era minha antítese. Era um jovem LGBT que mal tinha ideia da minha própria condição. Já havia superado (nem tanto fui descobrir anos depois) muitas das amarras sociais que aprisionam nossa existência autêntica. Decidi não mais representar o papel de sujeito. O que me custa uma escuta vigilante. Quase impossível como afirma a própria Simone.

Como invejar o lugar de uma mulher? Ora, estava eu aprisionado pelo mito da masculinidade. Ao mesmo tempo me identificava com o feminino, mas não como uma identidade a ser assumida. Como homem eu teria todas as liberdades, exceto a de abdicar a própria masculinidade – sem consequências que me colocassem em um lugar vulnerável, é claro – e foi por Beauvoir que consegui fazer este gesto. Isto contudo, não equipara a forma de opressão vivenciada pelas mulheres com minha vivência pessoal e nem proponho dizer que os homens sofrem opressão sistemática. Afirmo, pois, que homens que abdicam da masculinidade por questões diversas estão fadados a enfrentar uma série de consequências nefastas e violentas no âmbito privado e público.

Em um segundo momento, devemos lembrar que liberdade em Beauvoir é engajamento. Isto significa que ao me colocar como leitor e pesquisador de Simone devo explicá-la aos outros homens, como uma forma de alertá-los sobre a opressão sistêmica que praticam, sobre a violência exercida e sobre a falsa vida que levam. Infelizmente, pouquíssimos estão dispostos a ouvir. Por último, invejei a força de seu intelecto preciso que identifica a idolatria presente no cotidiano da vida e no desenrolar da História.

Chama-lá pelo primeiro nome tem um duplo significado: intimidade e revolta. A revolta, pois marco que se trata de uma pensadora, escritora, filósofa (ainda que recuse o título) e não propriedade de homem algum. Baseado nas ideias de Simone, ingressei na faculdade de Filosofia da Universidade Federal do Rio de Janeiro. Lá há um piso que ao que me consta foi doado pela Sorbonne. Era a minha versão tupiniquim da academia de filosofia que depois se revelou outro lugar de opressão.

A grade de meu curso permitia um quórum grande de disciplinas eletivas. Lutei ativamente para que pudesse estudar Simone de Beauvoir na graduação de forma sistemática. Encontrei uma discente que topou a ideia. Professora Doutora Susana de Castro. Em 2014, no meu penúltimo período na graduação, finalmente pude assistir a uma disciplina sobre O Segundo Sexo. Mas nesta época já tinha outros interesses. Afinal, quem eram as outras mulheres da História da filosofia? Ou devo dizer história com h minúsculo pois não são contadas? Junto com a professora Susana de Castro e uma colega de graduação, hoje doutoranda como eu, Roberta Saavedra, iniciamos um grupo de estudos de História das Mulheres na Filosofia em 2013.2 e 2014.1 e 2014.2.

O grupo, junto às outras pesquisas em andamento da professora Susana como o documentário O Fracasso dos Estereótipos de Gênero, criou o Laboratório Antígona de Filosofia e Gênero no ano de 2014.

Terminei minha graduação com uma monografia sobre o conceito de trabalho em Hannah Arendt. Durante o meu mestrado comparei ambas as pensadoras, Simone de Beauvoir e Hannah Arendt. Intitulei a obra de Intersecções em Filosofia e Literatura. Procurei trabalhar aspectos não tão conhecidos das autoras (ao menos em meu país).

Em minha aflição pela ausência de mulheres na filosofia, que ocorre desde que Platão pela voz de um de seus personagens expulsa as mulheres do Banquete, decidi no doutorado pesquisar o Sujeito de razão a partir de uma epistemologia beauvoriana e arendtiana. A pesquisa desse sujeito me levou a Descartes, o qual me encaminhou a uma filósofa inglesa com quem nutro um sincero amor intelectual: Anne Conway.

Espero ter conseguido demonstrar que Simone de Beauvoir foi marcante em minha vida nos mais diversos aspectos. No âmago da existência, no pensar filosófico e no agir político.

Pedro Rhavel

Pour citer cet article : Pedro Rhavel, « Trouver sa propre liberté grâce à Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1028

1 Idolâtrie au sens d’adorer des fausses idoles, des images et des mythes.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte The Perfect Candidate

The Perfect Candidate : lueurs féministes en Arabie Saoudite

Film vu dans la sélection « 52 semaines, 52 films de femmes » du cinéma Agnès Varda de Joigny, il est réalisé par Haifaa al-Mansour, déjà autrice de la biographie filmée Mary Shelley (2017) et de Wajda (2013). Ce film-ci narrait l’existence de l’héroïne éponyme, une adolescente en quête d’un vélo, ce qui lui permettrait d’avoir une sensation de liberté, au moins sur le toit de son immeuble.

Sept ans plus tard, Wajda est devenue Maryam, jeune femme célibataire, médecine aux urgences d’une bourgade, flanquée de deux sœurs (une photographe de mariage, une encore au lycée) et d’un père musicien qui fuit ses responsabilités. Le film commence sur des chapeaux de roue… boueuses, puisqu’il n’y a pas de route goudronnée pour accéder aux urgences. Maryam (Mila Alzahrani) est appelée à soigner un vieux monsieur accidenté, qui refuse tout contact avec une femme, fût-elle doctoresse. le caractère bien trempé (surtout au bas de son voile intégral, bien imprégné de boue) de Maryam se révèle : elle refuse de laisser son malade aux mauvais soins des infirmiers, non formés à son niveau d’expertise. Si elle cède finalement la place à ces derniers, ce n’est pas sans avoir exprimé haut et fort son mécontentement.

Cette scène tragi-comique donne le ton au film, bien moins glaçant que Wajda. Maryam va, pour des raisons que je ne vous dévoilerai pas (ah ah), se porter candidate aux élections municipales. Ses sœurs l’aident, avec réticence puis franchement portées par l’enthousiasme et le ras-le-bol de cette société ultra-patriarcale qui les relègue quasi systématiquement dans des espaces non mixtes : école pour la sœur cadette, soirées, travail de photographe pour la sœur aînée… pendant que leur père fait partie d’une troupe de musiciens uniquement masculine et se produit devant des publics très majoritairement mâles. Alors qu’en France nous voyons tous les jours des groupes parfaitement mixtes (une chanteuse, trois musiciennes et trois musiciens et l’inverse parfait), sans compter que la biographie filmée Walk the Line (2005) nous montre le parfait équilibre mathématiques entre les chanteurs qui sillonnent les USA et … l’unique chanteuse, June Carter (Reese Witherspoon), dans les années soixante puis soixante-dix. Y aurait-il encore du chemin égalitaire à parcourir dans notre belle Europe de 2020 ?

La fin de The Perfect Candidate est magnifique, car Maryam récolte les fruits de son engagement politique : la route des urgences est goudronnée, elle n’a perdu les élections que de très peu de voix, à la grande surprise du candidat homme qui remporte les élections. Et son patient âgé lui montre qu’il a voté, et pour elle encore !

L’héroïne avait pourtant abandonné tout espoir, après avoir parlé sans voile (horreur n°1), sans passer par la visioconférence (horreur n°2) et, horreur n°3, oser pénétrer dans la tente de son public masculin pour lui parler en face-à-face. Cette scène au pinacle montre que des percées de mixité sont envisageables hors terrain sanitaire, puisque Maryam n’est ni arrêtée ni fouettée ni torturée ni violée pour ce coup d’éclat. Si les hommes sont choqués et tentent de la déstabiliser, elle parvient à se faire écouter et respecter en tant que candidate.

Les évolutions de la société saoudienne, légères mais tangibles cependant, que nous avons pu suivre ses dernières années depuis l’Occident, sont présentes à l’écran : le meilleur ami du père de Maryam ne porte aucun jugement négatif sur l’indépendance et les choix de cette dernière, le père laisse ses filles suivre leur route, et aucun châtiment ne vient leur rappeler que ce ne serait pas la bonne voie éducative – même s’il y a une large part d’abandon de la part du père depuis le décès de son épouse. Pas de romance avec mariage à la fin non plus pour Maryam, nous évitons le retrait de la vie publique dans le foyer, corde matrimoniale au cou. Enfin, elle conduit seule sa voiture et elle se rend seule à l’aéroport, ce qui était inexistant il y a encore si peu d’années.

Je terminerai par une nouvelle comparaison entre nos deux pays. J’ai eu l’occasion de participer en 2018 au colloque Femmes et politique, femmes politiques. Quelle·s place·s pour les femmes1 ? Les témoignages de femmes politiques françaises actuelles et les différentes communications résonnent fortement avec le sexisme auquel fait face Maryam : même paternalisme dégoulinant de fausse bienveillance, mêmes bâtons dans les roues pour être médiatisée et faire des conférences grand public, mêmes questions qui ramènent aux sphères dites féminines (enfants, foyer, enfants, éducation des enfants, vie privée de la candidate). Sommes-nous si évolué·es ?

Film à voir absolument. Saluons la bravoure de Maryam, des autres personnages et de la réalisatrice, et inspirons-nous de leur courage à barrer les interdits et à s’engouffrer dans les chaudes lueurs féministes qui passent à travers les grillages.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « The Perfect Candidate : lueurs féministes en Arabie Saoudite », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=642

 

1 Actes ici : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63592&razSqlClone=1 

Lien du site du colloque : https://www.femmesdeslumieresetdelombre.com/pecedentes-editions-librairie

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Dans un jardin qu'on dirait éternel

Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé

La cérémonie du thé étant devenue un cliché pour touriste en mal de japonisme, j’ai hésité, malgré une bande-annonce alléchante, à aller voir Dans un jardin qu’on dirait éternel. Heureusement, je me suis ravisée et j’ai bien fait, car c’est un beau film existentiel et relaxant.

Noriko (Haru Kuroki), narratrice est en voix-off, déroule le fil de son existence en partant de l fin de sa scolarité, en 1993. Timide et mal dans sa peau, Noriko est entraînée par sa cousine Michiko (Mikako Tabe) à prendre des cours de cérémonie du thé. Maîtresse Takeda (Kiki Kirin) sera leur enseignante pendant dix ans pour Michiko, pendant vingt-quatre années pour Noriko. NB : les sous-titres traduisent par « maître », étrangement …

Outre les scènes faussement paisibles de la préparation du thé, nous assistons aux conversations entre les cousines. Noriko est passionnée par la littérature et par le cinéma, elle mime pour sa cousine les évolutions hésitantes de Gelsomina (Giulietta Masina) dans La Strada de Fellini, qu’elle a vue petite, puis revue plus tard. Bien plus rationnelle, Michiko ne comprend pas les enthousiasmes de sa parente, et elle préfère orienter la conversation vers leur avenir : elle voit Noriko éditrice, et elle, avec plus ou moins d’hésitations, dirigeante d’une entreprise d’import-export. Rien de tout cela ne se réalisera, car toutes deux échouent à combattre le patriarcat japonais, aussi virulent que ceux qui sévissent en Europe.

Si Noriko conquiert son indépendance matérielle, spatiale et mentale, c’est au prix d’un statut de précaire comme pigiste, puis d’un échec au concours d’éditeur·trice, à une vie d’autrice repliée sur elle-même dans un appartement désert, après son refus (courageux) d’un mariage tout confort, et à une culpabilité lancinante, dont il lui faudra toute la dernière partie du film pour se libérer, celle de ne pas avoir été une assez bonne fille et d’avoir donc laissé mourir son père sans l’avoir revu une dernière fois. De manière typiquement féminine, elle se refuse ainsi de couper le cordon ombilical – son père lui reprochait de ne pas venir assez souvent depuis qu’elle avait quitté le domicile de ses parents, à trente ans passés. S’accomplir de manière hors normes (ne pas être mariée, avoir son propre appartement sans y habiter en couple) est dur et demande des années.

Quant à Michiko, elle se rend compte au bout de trois ans que sa carrière ne décollera jamais, car le plafond de verre est trop épais dans les entreprises japonaises pour donner une chance aux femmes. Elle baisse les bras et accepte un mariage arrangé et devient une bourgeoise au foyer, mettant trois enfants au monde et souriant avec son gentil mari et ses enfants (fils en bleu, fille en rose), sur la photographie qu’elle envoie à sa cousine.

Si Michiko échoue à vivre sa propre existence pour se contenter de reproduire le modèle sexiste de base, c’est qu’elle s’est refusée à prendre le temps pour regarder autour d’elle et à laisser courir son imagination. Noriko a continué pendant vingt-quatre ans à venir chaque samedi apprendre à servir le thé selon un rituel immuable, qu’il « ne faut pas chercher à comprendre mais à ressentir », selon Maîtresse Takeda. Dans ce cheminement intérieur, les longues stations devant son jardin d’une beauté à couper le souffle sont aussi importantes que de suivre ses instructions mille fois répétées ou que de déchiffrer les slogans inscrits en écriture ancienne et apposés dans la salle de cours. On aimerait être aussi sur le bord de la maison, en kimono (pêche, fleur de cerisier, bleu pâle, jaune délicat, vert amande, ceinture noire à motif fleuri, ceinture de la même couleur que le kimono), genoux repliés (aïe), mains sur les genoux. On contemplerait le rouge des feuilles, l’or du soleil adouci de l’automne, les dessins des végétaux qui ressortent grâce à la neige qui les recouvrent, les gouttes d’eau glissant de ci de là en plein cœur de l’été. Et, bien sûr, à écouter encore et encore et encore le son des différentes pluies, puisque maintenant l’on sait, tout comme Noriko, faire la différence entre le bruit de l’eau chaude du bol du thé et l’eau froide qu’on y verse avec une louche : pluie d’été, fortes pluies, petites pluies pépiantes sur les plantes. Sans oublier le glouglou imperturbable de la fontaine située à l’extrémité du jardin, près de la maison.

Le voyage intérieur de l’apprentissage existentiel de Noriko se conclut par son remplacement de Maîtresse Takeda à la tête de la maison de thé, en compagnie d’une jeune parente de son enseignante. Noriko est enfin prête à transmettre et à vivre au milieu d’autres femmes (les clientes de la maison du thé) et à partager les responsabilités de la pédagogie. Les hésitations à la Gelsomina sur la plage sont terminées, place à sa propre « strada » (« voie, chemin » en italien) : celle du thé.

Si ce film souligne les destins étouffés des femmes par le système patriarcal, il est dommage que les solutions proposées soient aussi renfermées spatialement et closes sur un univers uniquement féminin. A (re)voir cependant !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé», Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/633

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn