Archives par étiquette : Patriarcat

Yentl anti-Titanic VADMC

Yentl, l’anti-Titanic

Être une jeune fille et parvenir à être libre sans aide est possible, que ce soit dans la réalité ou dans la fiction. Dans certaines fictions. Ainsi, la longue, très longue, comédie romantique Titanic (James Cameron, 1997) est-elle d’un sexisme absolu de ce point de vue-là, contrairement à la comédie dramatique Yentl (Barbra Streisand, 1983). S’il est dommage que ce soit le film le plus ancien qui soit féministe et non le plus récent, il n’est hélas pas étonnant que ce soit le long-métrage réalisé par une femme qui montre l’ascension vers sa liberté de l’héroïne.

Yentl (Barbra Streisand) est une jeune fille juive polonaise du début du vingtième siècle. Orpheline de mère, fille de rabbin, elle étudie le Talmud en cachette, car interdit aux filles et aux femmes, trop impures pour toucher le saint texte et pour avoir le droit de prendre goût aux études. La réalisatrice montre l’intégrisme religieux dans toute sa splendeur, donc la misogynie et le machisme de ce milieu, qui ne doit pas être moindre chez les catholiques et les orthodoxes polonais.

À la mort de son père, Yentl décide de partir à la découverte du monde et de faire des études. Par mesure de sécurité et parce qu’elle n’a pas le droit d’étudier en tant que femme, elle coupe ses cheveux et revêt un costume masculin. Croisant la route d’Avigdor (Mandy Patinkin), elle fait des études en sa compagnie. Amoureuse de lui, dans le cheminement habituel des jeunes filles de son époque retranscrit dans les contes, les romans puis dans les films classiques, elle fait la connaissance de sa fiancée, Hadass (Amy Irving).

La réalisatrice évite avec brio l’affrontement sexiste, via la chanson « No wonder » (« Ce n’est pas étonnant »). Yentl y exprime sa jalousie, vite remplacée par la liste des qualités d’Hadass, tant physiques que ménagères. Hadass correspond en effet au topique de la jeune bourgeoise européenne de la Belle Époque : cheveux longs, élégante, polie, devançant les moindres désirs de ces messieurs, sachant coudre, cuisiner, tenir une conversation mondaine. Elle est tout ce que Yentl n’est pas, non seulement de par sa classe sociale, mais également par son conformisme aux cadres patriarcaux. Et c’est Yentl, Pygmalionne pleine d’allant, qui va l’en émanciper, un peu, en lui apprenant à lire et à écrire, quand elle va se marier avec elle, sous son identité masculine.

Mais la destinée de Yentl ne s’arrête pas dans l’enclos de cette demeure bourgeoise. Afin de réunir son épouse à son ancien fiancé, qui l’aime toujours, Yentl révèle qu’elle est une femme, et émigre aux États-Unis. Elle rejoint sa classe sociale d’origine, mais avec de la maturité, et en étant libre de ses mouvements, sans aucune tutelle ni entraves. Sur le pont du bateau qui s’éloigne, elle chante son bonheur de tout son cœur, faisant rimer « voice » (voix) avec « choice » (choix), dans « A Piece of Sky » (« Un morceau de ciel »). Yentl, femme indépendante, n’a besoin de personne pour parcourir le bateau et s’accouder au rebord, tournée vers son futur pays. Alors que James Cameron n’a su qu’imaginer son héroïne bourgeoise Rose (Kate Winslet) en besoin de soutien – masculin. Et ce, alors que le début du film montre le caractère rebelle de Rose et son peu d’empressement à se plier aux règles de la bonne société. Mais le réalisateur l’a dotée d’un Pygmalion, Jack (Leonardo di Caprio) qui la porte et la retient au fronton du paquebot. Et qui, étant d’un milieu populaire, lui fait découvrir la « vraie vie ». Qu’elle vivra seule, bien entendu, telle une veuve éternelle, sans être là aussi autorisée par le réalisateur à avoir une vie sexuelle.

Au contraire, l’histoire de Yentl n’est pas terminée à la fin du film, libre à elle de vivre, d’étudier, d’aimer, de travailler. Et, peut-être, sa petite-fille étudiera-t-elle à Cornell, rencontrant un bel étudiant (Robert Redford), et nous serons alors dans Nos plus belles années (The Way We Were, Sydney Pollack, 1973).

En attendant, place au chant, au ciel, aux mouettes et à la liberté conquise par soi-même.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Yentl, l’anti-Titanic », Voyages autour de mon cerveau, avril 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9711

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Thésardes en film VADMC

Thésardes en film

Les métiers intellectuels ont peu d’attrait pour les cinéastes français·es, et les étudiantes sont plus représentées dans leurs histoires sentimentales que comme des travailleuses, tant à l’université que dans les petits boulots qui leur permettent de poursuivre leurs études. Il semble que le mariage soit leur horizon indépassable, tout comme une intelligence limitée, qui ne leur permet pas de s’intéresser à leurs cours. Sauf si elle n’a pas un physique de rêve, puisqu’une étudiante intéressée par ses études ne peut être que laide, donc bas-bleue, intello, vieille fille (aucune mention n’est à barrer).

Cette représentation patriarcale et classiste – dont un des pires exemples restera à jamais le feuilleton Hélène et les garçons (Jean-François Pory, 1992-1994), ex-æquo avec L’Auberge espagnole (Cédric Klapisch, 2002) – est parfois battue en brèche, au moins dans sa partie travail, intelligence et beauté.

Outre une rapide mention dans Lui (Guillaume Canet, 2021), où la maîtresse du personnage principal (Guillaume Canet) est jouée par Laetitia Casta et où elle déclare être titulaire d’un doctorat en Lettres, il y a Camille (Agnès Jaoui) dans On connaît le chanson (Alain Resnais, 1997) et Dominique dite Do (Hélène de Fougerolles) dans Va savoir (Jacques Rivette, 2001).

La persona de ces trois actrices est un mélange de beauté physique et d’intelligence, les spectateurs et les spectatrices les attendent dans des rôles de femmes qui ont un cerveau. C’est le cas dans Lui, où la maîtresse ne s’en laisse pas compter par son amant et fait alliance avec l’épouse (Virginie Efira). On reste cependant dans le domaine sentimental, uniquement.

Le doctorat de Do et de Camille est pris plus au sérieux. Do, jeune bourgeoise, planche à la bibliothèque parisienne de l’Arsenal et chez elle, elle écrit et dessine pour son sujet consacré au péplum tourné en Italie et aux États-Unis et à l’Antiquité gréco-romaine (cinéma et Lettres classiques). Ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire, de tomber amoureuse d’un séduisant metteur en scène italien (Sergio Castellitto), un peu plus âgé qu’elle. De l’art d’aller jusqu’au bout de son sujet, en l’actualisant un tant soit peu… Pour Hélène de Fougerolles, ce rôle est le prolongement de celui de Christine, la lycéenne déléguée de classe du Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), qui faisait honte de leur paresse au groupe de petits mecs héros du film, et qui n’était donc pas béate d’admiration devant leurs bêtises, sans pour autant faire partie de la bande de militantes féministes de leur établissement scolaire.

Le sens de la répartie ne fait pas non plus défaut à Camille, qui, agacée par l’incompréhension abyssale de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), ami de sa sœur Odile (Sabine Azéma), devant son sujet de thèse en histoire médiévale : « Mais pourquoi t’as choisi ce sujet ? », lui répond frontalement : « Pour faire parler les cons. » Un très très grand merci au tandem Jaoui-Bacri, également scénaristes, d’avoir écrit cet échange percutant, qui a vengé, venge, et vengera tant de doctorantes en Sciences humaines. Et qui, comme je l’ai expérimenté en distribuant cet extrait à des proches et amies, fait office de catharsis, en provoquant un rire salvateur. Tout au long du film, Camille est montrée comme prenant sa thèse très au sérieux, tout en se questionnant sur son utilité. Le public assiste à la fin de sa soutenance, ainsi qu’aux félicitations chaleureuses qu’elle reçoit de sa famille – et même de son petit ami Marc (Lambert Wilson), un salaud ordinaire (voir pourquoi dans le film…), pour lequel la seule réponse aux multiples angoisses existentielles de Camille est un morceau de sucre. Ne manque à Camille que le collier et la laisse pour devenir la parfaite animale de compagnie de Marc.

Si Do est dans sa thèse, Camille parcourt les derniers mois de la sienne et la soutient, et la maîtresse de Lui est docteure. Ces trois films déroulent le spectre de la fin des études universitaires, les doctorantes et docteure étant jouées par des actrices au physique agréable et à la vive intelligence, déjà connues du public pour des rôles de femmes à l’esprit délié, de sujets et non d’objets. De quoi chasser, le temps de ces films, le poids du sexisme ambiant. Pas si mal.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thésardes en film », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7375

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Joyeuses communautés antipatriarcales, 1

L’écrivaine Christiane Rochefort et la chanteuse-compositrice Anne Sylvestre expriment leur lassitude avec humour face au machisme, en roman et en chanson. La première dans Les Stances à Sophie (1963), la seconde dans « Petit Bonhomme » (Comment je m’appelle, 1977). Elles offrent à leurs personnages féminins une porte de sortie, non pas vers une solitude desséchante, mais vers des communautés, joyeuses et parfois non-mixtes. Tout en montrant que le chemin pour y parvenir est long et dû au système patriarcal.

Si la chanson de Sylvestre est musicalement enlevée et foncièrement drôle, avec une narration féminine à la première personne, à l’instar du roman de Rochefort, les conduites machistes des hommes qui y sont dénoncées le sont moins. Adultère et veulerie sont au programme, ce qui aboutit à un questionnement de la narratrice : « Le mari de Maryvonne était mon amant/Quelquefois je m’en étonne encore maintenant » (notes personnelles). Mais pourquoi ai-je été anti-sorore en prenant pour amant un homme marié ?

Cet homme marié est systématiquement désigné comme « le mari de Maryvonne », c’est-à-dire avec une identité sociale dépendant de sa femme, en un renversement du stéréotype machiste, encore plus présent en 1977 qu’aujourd’hui, qui voulait qu’une épouse soit désignée uniquement par le nom ET le prénom de son mari. Ainsi, madame Maryvonne Dupont n’existait pas, mais seulement madame Jean Dupont. Rappelons que l’obligation pour une femme de prendre le nom de son époux n’a jamais été inscrit dans la loi et que c’est toujours le cas.

De même, la chanteuse, après avoir reconnu que son amant était « bien élevé/Il descendait la poubelle en repartant » (de chez elle), note que « c’était grâce à Maryvonne, il me l’avait caché ». L’épouse a donc appris à son mari à … mettre la poubelle du ménage dans la poubelle de l’immeuble, et, à refaire le lit chaque matin. D’où, sans doute, un traumatisme profond dans la virilité de ce monsieur, qui a donc pris une maîtresse, tout en conservant un très léger automatisme ménager, acquis, n’en doutons pas, dans le sang et les larmes.

Alors, quand la maîtresse et l’épouse finissent par s’unir pour bouter le monsieur hors de leurs pénates, celui-ci passe de femme en femme, tel le coucou qui s’installe chez les autres et en profite. D’abord, retour chez maman. Mais maman a écouté le titre 2 de l’album où « Petit Bonhomme » figure en place 5, soit la chanson « Clémence en vacances », où une dame âgée arrête de servir de bonne à tout à faire – et même pire, puisque pas payée – à son mari, ce qui lui vaut le blâme général, du moins dans un premier temps… Et donc, la maman dudit « Petit Bonhomme » vire son fiston et va rejoindre son ex-belle-fille et l’amie de celle-ci. Début de la joyeuse communauté.

La narratrice s’adresse alors à la nouvelle et jeune maîtresse de son ex-amant : « Moi, sa mère et Maryvonne on l’a bien dit à Sophie : “On t’attend ma toute bonne dans le midi” » Tant qu’à former une bande à part, autant que ce soit dans de bonnes conditions climatiques, et non dans la Normandie pluvieuse des Petites Filles modèles (1858) de la Comtesse de Ségur, par exemple.

D’ailleurs, ce prénom de jeune femme choisi par Sylvestre est-il un clin d’œil littéraire ? À l’héroïne ségurienne, qui a vécu une petite enfance malheureuse, entre une mère maltraitante et un père indifférent qui laisse faire sa femme (Les Malheurs de Sophie, 1858), puis avec une belle-mère tyrannique et brutale (Les Petites Filles modèles), peut-être. Ou à la destinataire des Stances à Sophie de Christiane Rochefort ?

À suivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joyeuses communautés antipatriarcales, 1», Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6093

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview de F. Montreynaud

Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud

L’écrivaine féministe Florence Montreynaud a répondu à nos questions, qu’elle en soit adelphiquementremerciée. 

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment ouvrir les yeux chaque matin dans un monde patriarcal2 ?

Florence Montreynaud – Avec une énergie renouvelée pour travailler à le changer. Cela ne peut plus durer, c’est trop injuste, trop violent.

T.M. – Etes-vous née féministe ou êtes-vous devenue féministe ?

F.M. – Je ne suis pas née féministe, je la suis devenue vers l’âge de 22 ans, quand j’ai pris pleinement conscience de l’injustice et de la violence de ce monde contre les femmes et les filles.

T.M. – Le Dictionnaire de citations, Appeler une chatte. Mots et plaisirs du sexe et LAventure des femmes. XXe-XXIe siècle : quel(s) rapport(s) entre ces titres ? Et quels liens tracez-vous entre vos différentes œuvres et vos associations ?

F.M. – Mes premiers livres — des dictionnaires — m’ont été commandés. Tous les suivants sont des livres dont j’ai eu l’idée et que j’ai proposés à un éditeur.

Le livre sur les Zéromachos est directement issu de mon expérience : les rencontres avec des centaines d’hommes à travers le monde, qui refusent la prostitution.

Les autres viennent de ma réflexion sur des idées féministes.

Le livre qui a changé ma vie est l’encyclopédie Le XXe Siècle des femmes (première édition en 1989, dernière en 2001). Il m’a demandé 15 ans de travail et a eu un grand succès.

T.M. – De quelle(s) envie(s) est née l’association Zéromacho ?

F.M. – Du désir que la prostitution disparaisse de notre monde. D’une analyse féministe : c’est la demande masculine qui est à l’origine de la prostitution.

Dans un monde d’égalité il n’y aura pas de prostitution.

T.M. – Quels sont vos projets, vos désirs  ?

De nouveaux livres féministes, de nouveaux réseaux féministes pour continuer à changer ce monde, avec d’autres féministes.

Florence Montreynaud

 

1 Son néologisme pour réconcilier le « fraternellement » trop masculin et le « sororalement », non mixte.

 En référence à l’ouvrage de Florence Montreynaud, Chaque matin, je me lève pour changer le monde. Du MLF aux Chiennes de garde. Mémoires féministes, Paris, Eyrolles, 2014.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Florence Montreynaud, « Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1435

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview de T. Dee

Sororités comblées – Interview de Typhaine D

Typhaine D est autrice, comédienne, metteuse en scène, formatrice, coach, conférencière engagée pour les Droits des Femmes, des Enfants et des personnes animales.

Tiphaine Martin – Pourquoi tes contes sont-ils « à rebours » ? Un hommage au masculiniste Huysmans ?

Typhaine D – Pas du tout, je n’ai pas eu le déplaisir d’entendre parler de ce monsieur !

Comme Alice Coffin l’a dite dans un passage de son livre  Le Génie lesbien qui a fait scandale chez les masculinistes (bien délicats tout de même pour être effarouchés si souvent par la moindre de nos déclarations féministes), je ne lis que des femmes, et ce depuis des années.

De plus, je ne rends jamais d’hommages, mais bien des Femmages !
J’ai nommée ma première pièce de théâtre Contes à Rebours pour articuler trois principales idées, mises en résonance dans ce jeux de mots.

La première : je voulais remettre à l’endroit ces histoires qui noues sont livrées à l’envers, dont la morale est retournée, marche sur la tête, où les victimes sont les coupables et les bourreaux nos soit-disant alliés. En effet, elles ont bercé notre enfance et forment, de gré, ou plutôt de force via l’empire Disney, notre imaginaire commun. Pétries de propagande misogyne, misopédique (haineuse des enfants), spéciste (haineuse des autres espèces animales), validiste (discriminantes des personnes en situation de handicap), et tout à loisir racistes et classistes, elles insinuent un imaginaire inégalitaire et violent dans les esprits des enfant·es. Or, c’est l’imaginaire qui constitue notre machine à rêver. Et ce que nous rêvons devient ce qui est désiré. Or, par les contes traditionnels, on présente aux petites filles comme désirable un destin de ménagère domestique béate, qui ne serait rien sans le prince qui l’a choisie parce qu’elle était jeune et jolie. Si au contraire l’on faisait rêver les enfants avec des modèle de femmes courageuses, indépendantes, intelligentes, on tournerait alors l’ambition des filles d’un autre côté. De même, une langue qui respecte la règle de grammaire inique « le masculin l’emporte sur le féminin » (voir les travaux brillants d’Eliane Viennot), implique la domination des hommes contre les femmes de manière sibylline dans chacune de nos phrases lues ou dites. Or, le langage structure la pensées, qui engendre des actions. Une langue féministe, comme celle que j’ai inventée pour porter mes idées, « la Féminine Universelle », me paraît donc une des clefs de notre émancipation. Comme je dis souvent : « les imaginaires égalitaires font naître les réalités de l’égalité ». Je voulais donc revisiter les contes de fées, ainsi que le langage pour les transmettre, de manière fée-ministe, à rebours de qu’on noues a raconter.

La seconde idée : pour transmettre ces nouvelles histoires plus justes, je voulais donner la parole aux Princesses, Reines, Petites Filles ou encore Sorcières que noues pensions connaître par cœur. Abandonnées après le joli mot de « fin » qui devait clore leurs piètres destinées de femmes domestiquées et passives, ou diabolisées et vaincues, les unes appropriées par les hommes et les autres par eux combattues, et toujours divisées entre elles, dans Contes à Rebours elles remontent le fil de leur véritable histoire pour se rendre enfin justice. Elles délivrent leur version des contes de faits. Elles font écho à nos vies de femmes, à notre héroïsme quotidien dans un système patriarcal qui noues maltraite sans cesse. Elles noues offrent des pistes de soins, de compréhension des systèmes d’oppression et d’émancipation via les luttes collective et la sororité. Remontante chrono-logiquemente ainsi le fil de leur récit, depuis la « fin » imposée dans la version des hommes, jusqu’au début de leur parcours, elles se content à rebours.

La troisième idée : je voulais exprimer le compte-à-rebours dans lequel noues sommes prises, broyées, en tant que femmes, et féministes. En effet, chaque seconde sur la terre, implacable, des filles et des femmes sont en train d’être violées, battues, tuées, par des hommes, parce qu’elles sont des filles et des femmes, et parce qu’ils sont des hommes. À rebours de ces crimes, noues comptons les victimes, noues décomptons nos mortes. Chaque seconde sur la terre noues perdons plusieurs des nôtres, féminicidées. Chaque seconde l’urgence est plus grande. Le compte à rebours de notre défaite finale, ou de notre délivrance, est ainsi enclenché.

T.M. – Comment as-tu choisi tes héroïnes ?

T.D. – J’ai prise au fil de l’écriture les premières qui me venaient à l’esprit… Certaines m’avaient particulièremente émue et attendrie dans mon enfance, comme les 7 Filles de l’ogre dans le petit poucet, dont le sort révoltant est d’être sacrifiées, jetées en pâture à leur père violent, pour que vivent 7 frères. Ou encore le petit chaperon rouge, « qui n’aurait pas été mangée si elle avait obéit à sa maman », noues dit-on, « c’est donc bien de sa faute voyons »…

D’autres avaient été pour moie des sources de rêveries et d’identification, comme la petite Sirène pour laquelle j’avais beaucoup d’affection. La petite fille que j’étais y avait vue autre chose que la femme sous emprise d’un inconnu qui ne la mérite pas, mais plutôt une adolescente qui souhaitait quitter son monde, son milieu, sa famille, s’en émanciper « partir là-bas. » Et cela pouvait me parler…

D’autres encore étaient des figures qui m’avaient marquée, que j’avais pu trouver fascinantes dans leurs forces, leur splendeur digne et puissante. Je parle bien sûr des différentes personnages de sorcières dont enfante je prenais le parti, qu’elle s’agisse de celle de Blanche Neige, de Hansel et Gretel ou de la Belle au bois dormant.

Je voulais aussi redonner de l’intelligence et de la dignité à ces princesses qui noues étaient dépeintes comme fragiles, frivoles, un brin neu-neues aussi… J’incarne par exemple une Blanche Neige qui ne s’en laisse pas compter, ou une belle au bois… très éveillée !

Et qui, pour parler mieux de mille et une nuits de frayeur et de harcèlement imposées par les hommes dans l’espace public, que Shéhérazade ?
Ce ne sont que des exemples, bien d’autres personnages sont à découvrir dans le spectacle et le livre qui en est tiré (et que l’on peut toujours se procurer1). Et comme le spectacle évolue au fil des tournées ou de l’actualité, plusieurs autres Héroïnes viendront peut-être un jour rejoindre la joyeuse troupe à leur tour !

T.M. – Un parallèle à établir entre la fin joyeuse de tes Contes à rebours et celle, toute aussi pétillante, de « Petit Bonhomme » d’Anne Sylvestre ?

T.D. – Le parallèle est très juste en effet ! Bien que je n’ai découverte cette merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre (ma préférée) qu’après l’écriture du monologue dynamique de La Belle au Bois Éveillée qui clos le livre, j’ai, en l’écoutante, ressentie la même sorte de jubilation féministe et sorore que celle que j’avais voulu impulser en bouquet final !
En effet, les différentes personnages de Contes à Rebours placent chacune le projecteur sur des discriminations et violences sexistes et sexuelles spécifiques, et comme ces réalités sont difficiles à affronter pour les opprimées, noues méritons bien aussi d’être soulagées par du rire, de l’espièglerie, de la revanche aussi ! Dans Contes à Rebours, on varie les registres et les émotions, passante tour à tour du stand-up à la poésie comme de la colère à l’euphorie, du chant au slam comme du rire aux larmes. Ce mélange des genres permet je crois de toute dire et de mieux entendre aussi. L’humour allège les propos les plus dures, et inversemente ces derniers empêchent les premiers de manquer de consistance. Ce jeux de ruptures revient à prendre les femmes du public par la main pour les amener pas à pas vers une plus grande conscience de notre condition. Anne Sylvestre maniait ce jeu à la perfection.

Dans « Petit Bonhomme » comme dans Contes à Rebours, on trouve d’abord une dénonciation  forte de violences masculines, de manipulation, d’exploitation. Mais, dans la chanson comme dans la pièce, les femmes ouvrent les yeux, résistent aux tentatives des hommes de les mettre en division, et finalemente s’allient toutes ensemble pour s’organiser, s’évader, s’émanciper ! À chaque fois cette sororité espiègle se traduit en victoire totale, les hommes rendus impuissants perdent ainsi leur capacité de noues nuire, et dans un monde entre femmes, les jours d’euphorie, d’amusement et de jubilation commencent !

Noues avons voulue entre autres, je crois, toutes les deux avec notre art, faire rêver les femmes à une émancipation féministe et sorore désirable !

T.M. – Est-ce que la fin sorore que tu as choisie ne peut pas être envisagée comme un enfermement ? Comment tes héroïnes et toutes celles qui les rejoignent sèmeront-elles la révolte et l’égalité dans l’univers si elles restent entre elles ? Ou est-ce une étape, afin de jouir enfin d’une vie tranquille, avant de retourner, soudées, heureuses et flamboyantes, au combat contre le patriarcat ?

T.D. – Pour moie c’est le système patriarcal qui constitue notre enfermement. 

Vivre entre femmes, enfantes et personnes animales, dans la nature, réinventer un monde en paix et durable, là se situe en revanche le bol d’air et la liberté, enfin !
Le simple fait de laisser courir la rumeur qu’une telle monde pourrait exister, heureuse, sans oppression, sans oppresseur, ouvre comme un pan d’horizon dans les consciences des femmes, jusque-là très interdit, même de pensée.

Vivre sans homme, ces hommes qui mettent tant d’énergie à faire la publicité du fait qu’ils noues seraient si indispensables, mais vous n’y pensez pas ?

Je pense que cette idée seule sème la révolte, en ancrante dans la tête de chacune que la solution ne viendra jamais d’eux. Mais bien de notre nécessaire union entre opprimées, qui créera le rapport de force suffisant pour ne plus laisser d’autres choix que celui de l’abolition de l’ensemble des violences et des discriminations quelles qu’elles soient (de tout ce qui constitue donc le système social en patriarcat).

Il ne s’agit donc pas de retourner lutter contre le patriarcat “ensuite”, car les Héroïnes des « Contes à Rebours », dans leur château sorore, n’ont jamais cessé de lutter en vérité. Noues aimer noues-même et les unes-les-autres, noues rassembler, noues organiser, noues soigner, noues entraider, noues rendre heureuses, noues préférer enfin, constituent à la fois des victoires, des inspirations pour les autres femmes, et des armes de combat très puissantes contre le patriarcat.

Parvenir à créer cette sororité politique, réelle, forte, est pour moie LE principal défit des années à venir, et la clé de notre désaliénation.
Alors pour commencer, avec mes outils d’artiste engagée, aujourd’hui, en patriarchy, je propose de la rêver, cette utopie féministe et sorore, jubilatoire et victoRieuse, de la fantasmer, de la désirer !

Tant que les violences masculines seront si massivemente commises par les hommes, banalisées, souvent érotisées et impunies, je ne vois pas d’autres choix que d’entrer en lutte féministe radicale ! 

Ensuite, quand l’ensemble des violences et des discriminations patriarcales seront abolies, quand la non-mixité ne sera plus tant une urgence et une vitale nécessité… alors les petites soeurs qui noues suivront aviseront. 😉 Je leur fais confiance.

T.M. – Quelles sont tes intentions (scène, écriture, autre) ?

T.D. – Je souhaite continuer de jouer mes trois spectacles féministes partout en France et à l’étrangère, en ligne et en scène, suivante ce que noues imposera encore la pandémie. Je propose Contes à Rebours d’une part, spectacle qui existe d’ailleurs en différentes versions (pour adultes, pour enfants ou ado, en version humour ou centrée sur différents thèmes, etc). Je joue aussi La Pérille Mortelle, ma one-feminist-show humoristique, où je revisite l’actualité et les attaques anti-féministes, toute en m’exprimante « à la féminine universelle » (l’équivalante féminisée du masculin universel qui est encore tranquillement appris aux enfant·es à l’école primaire aujourd’hui). Égalemente Opinion d’une femme sur les femmes manifeste féministe brillant de l’autrice de notre matrimoine Fanny Raoul.
J’ai aussi comme projet de rééditer Contes à Rebours, qui est paru en livre en 2016. Je souhaite y ajouter à la précédente édition les personnages qui sont nées en scène depuis, ainsi que différents autres textes en annexe, comme mon discours sur les féminicides pour lequel j’ai été lauréate du prix Gisèle Halimi lors du concours d’éloquence de la Fondation des Femmes avec France Culture.

Par ailleurs, j’écris et tourne des vidéos sur différents sujets via ma chaine YouTube2 et les différents réseaux sociaux, mon rêve étant un jour d’avoir une chronique dans les médias du service public, pour proposer régulièremente une lecture résolumente féministe de l’actualité et des grands sujets de société… « Elle était une fois l’actue » ? « La chronique à l’endroit de Typhaine D » ? Je compte bien y parvenir, car si heureusemente de plus en plus de femmes portent une voix féministe dans les médias, une parole d’autrice, comédienne et militante féministe radicale de longue date, formées notamment sur la question des violences par des organisme comme l’AVFT et le CFCV, apporterait un point du vue nécessaire et encore bien trop rare aux oreilles française !
Cela fait des années que j’y pense, que je tourne autour du micro : je sais que j’ai quelque chose à faire à Radio France.
Je suis égalemente engagée auprès de Sandrine Rousseau dans sa campagne pour la présidentielle de 2022, qui présentera le premier projet politique de l’histoire résolumente éco-féministe !

De plus, je continue de donner des formations en entreprise, pour les syndicats ou associations ou encore en individuelle, d’une part sur les questions d’égalité femmes-hommes et de prévention des violences sexistes et sexuelles, notammente dans le monde du travail ; et d’autre part je suis coach en assurance dans la prise de parole en public et tout ce qui peut aider à une meilleure estime de soi, et à un développement épanouissant des parcours personnels et professionnels.

Enfin, je suis en discussion avec une maison d’édition pour de nouveaux livres… Un recueil de nouvelles féministes cette fois sur un thème précis que je garde encore pour moie… Un album pour enfants en martenariate avec d’autres artistes féministes… Je ne vous en dis pas plus, mais j’y travaille chaque jour !

Et dans toute cela, si je pouvais continuer à trouver parfois le temps de lire, d’écrire, de composer, de peindre, de chanter, de déguster, de me faire plaisire, de rencontrer, de découvrir, de comprendre, d’apprendre, de m’informer, d’aimer, de me nourrir, de me promener dans la nature avec mes chien·nes… je serais comblée !

Typhaine D

1 https://www.typhaine-d.com/index.php/actualites/135-sortie-du-livre-contes-a-rebours

2 https://www.youtube.com/c/TyphaineDsoeurciere

Pour en savoir plus : https://www.linktr.ee/typhained

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Typhaine D, « Sororités comblées – Interview de Typhaine D », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1139

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube