Archives par étiquette : Pays basque

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Auvergne. Pluvieuse contemplation

Auvergne : juin 1924

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Pluvieuse contemplation

Juin, 1924, week-end de Pentecôte. Zaza a seize ans et demi, elle va bientôt passer la première partie de son baccalauréat et elle voyage avec sa famille en Auvergne. Elle en profite pour envoyer des cartes postales à ses grand-mères. Attention, top départ pour le jeu des sept différences sur un séjour identique !

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du lac Pavin, datée du dimanche 8 juin 1924, est envoyée par Zaza à Marie Darracq (Bonne-Maman), sa grand-mère paternelle de Haubardin. L’adresse du sud-ouest a été barrée – par qui ? – et remplacée par celle de la capitale, et remplacée par celle de Paris, avec une orthographe et une précision approximatives, « 6 rue du Prés au Clers, Paris 27 (14ieme) que l’on peut transcrire facilement par « 6 rue du Pré-aux-Clercs, Paris (7ème) »[1]. La carte fait partie de la série « L’Auvergne pittoresque », comme celle envoyée par l’adolescente à Anmé (cf. document suivant). Le timbre vert des deux cartes fait référence aux jeux olympiques organisés à Paris à l’été 1924. Un timbre de surtaxe de vingt centimes a été collé sur toutes les cartes postales.

©Association Élisabeth Lacoin

Le ton de cette carte est plus guilleret que celui du 11 juin. Zaza retrace l’itinéraire du voyage familial : Mont-Dore – Puy de Sancy – Lac Pavin – Besse. Le tour auvergnat se conclut par une ville, après les beautés naturelles. Le climat est maussade, mais la conclusion est positive : « Nous avons eu un brouillard intense et pourtant quelques échappées merveilleuses. » La formule est vague, quoique poétique. Faut-il aussi la prendre au sens métaphorique ?

Zaza retrouve l’Auvergne de manière elle aussi métaphorique quatre ans plus tard. Lors de son séjour en Allemagne, fin 1928 et début 1929, elle fait la connaissance de la famille Besse[2].

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte du mercredi 11 juin 1924, titrée « L’Auvergne pittoresque », est adressée à Céline Darracq (Anmé) à Gagnepan, par Zaza, depuis le Puy-de-Dôme, d’après le second tampon sur le verso de la carte, à droite, près du timbre vert.

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza décrit son séjour familial dans la ville de Besse en Auvergne. Le voyage a été chargé : journée de randonnée, puis visite de Besse le lendemain. L’adolescente de presque dix-sept ans note avec précision que les conditions climatiques n’ont pas été optimales : « (…) nous avons marché à travers le brouillard et la pluie ce qui manquait de charme. » La couleur locale n’est pas au rendez-vous. Apprécier pleinement la cité est compliqué dans ces conditions. Zaza, qui trouve Besse « intéressante », n’a pas un mot pour les habitations et les monuments, dont elle aurait pu goûter l’architecture ou, du moins, noter la différence avec les maisons, églises et châteaux landaise et du Pays basque.

Elle évoque, en fin de message, le lac Pavin (cf. document précédent), qui « n’a rien de remarquable mais fait si bien dans le paysage. » Rien ne lui a plu dans ce séjour auvergnat, ni les beautés naturelles, ni les réalisations humaines.

Il pleut, il pleut, il pleut. Mais les sites visités (ville de Besse, lac Pavin) sont jolis. Fin de l’excursion et de l’opinion de Zaza sur cette partie de la France.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Auvergne. Pluvieuse contemplation», Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3113


[1] Chez Gaston Lacoin, frère de Maurice.

[2] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 186, 187, 203, 206.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 16

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

Janvier 2022, nouvelle année. Je me replonge dans mes souvenirs du printemps 2021 pour clore le récit de voyage de mes premières approches territoriales du continent Zaza-le-Chatfoin. Nous en restions resté·es à ma journée à Lourdes en compagnie de Françoise, ma guide et mon hôtesse pour cette seconde semaine dans le Sud-Ouest. Ce dimanche 9 mai, après une matinée studieuse et un bon déjeuner, nous partons à Arcangues, joli village typique, avec son église à bateau suspendu dans la travée centrale, son autel doré avec de belles statues de saints,

©Tiphaine Martin

ses maisons blanches peintes en rouge basque,

©Tiphaine Martin

son terrain de pelote basque, 
©Tiphaine Martin

son lavoir à eau autrefois thérapeutique, et…

Lavoir Arcangues

©Tiphaine Martin

… son cimetière où se trouve la tombe de l’idole des jeunes des années trente, j’ai nommé Luis Mariano.

 

Tombe Luis Mariano

©Tiphaine Martin

Quoique absolument pas fanatique de ses braiments[1] roucoulés à « r » appuyés, j’aime suffisamment l’opérette, l’opéra-bouffe et la comédie musicale pour m’intéresser à ce monument basque-franco-espagnol, dont j’avais lu par hasard la biographie par Jacques Rouhaud et Patchi[2]avant mon départ pour les Landes. Mais je préfère quand même Dario Moreno, son entrain et son souffle de grand interprète de « L’Air du Brésilien » de La Vie parisienne d’Offenbach (1866).

Donc, la tombe de Mariano était très fleurie en ce dimanche de mai, ce qui m’a permis de visualiser l’adoration dont il est toujours l’objet.

Et, sans le savoir, je me suis ainsi psychologiquement préparée au visionnage – merci ARTE et sa programmation estivale – de la version filmée par Richard Pottier en 1956 du Chanteur de Mexico avec, tenez-vous bien et n’éteignez pas votre téléviseur ou votre ordinateur, Annie Cordy, Bourvil et donc Luis Mariano en trio amoureux. Sans commentaire. Mais j’ai eu plaisir à retrouver les vues des maisons rouges et blanches et de place de village basques dans la séquence d’ouverture du film.

Retour en mai et à Arcangues, que nous quittons pour nous rendre sur la plage de Bidart, mais d’un autre côté que celui goûté le 2 mai[3]. Ce dimanche, le temps n’est plus aussi ensoleillé qu’il y a une semaine – à cause de mon départ demain ? Cependant, le vent qui souffle fait de belles vagues et de beaux reflets sur l’océan, tout en accompagnant la progression des nuages dans le ciel bleu, limite Nicolas de Staël.

©Tiphaine Martin

Un peu brumeuse et déjà nostalgique, je me rends avec Françoise chez son amie Cécile, qui nous accueille à nouveau, tout aussi sympathiquement que l’autre jour[4]. Ensuite, je boucle ma valise, nous dînons en devisant, au dodo et…

©Tiphaine Martin

 

 

Départ le lendemain matin. Ma fidèle cavale bleue s’étant reposée une semaine, elle démarre en hennissant, sentant que les huit cents kilomètres qu’elle va avaler la conduisent à son écurie habituelle. Je presse le bouton de mon autoradio et la Providence/Zaza m’envoie tout de suite un signe. La première chanson qui s’en échappe entonne : « Hasta la vista Señora », soit « Ce n’est qu’un au revoir Madame » en traduction libre. Cette chanson de Ricchi e Poveri se trouve sur un cd de tubes[5] de ce groupe italien des années 80 que j’écoute volontiers, histoire d’entretenir mon italien, bien entendu … et surtout pour cette chanson parsemée d’espagnol, et pour le tube des tubes « Sarà perche ti amo », magnifié par Claude Miller et son interprète Charlotte Gainsbourg dans L’Effrontée (1985). Je reviendrai donc dans le Sud-Ouest.

J’arrête ici mon récit, mon voyage s’étant déroulé sans incident.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 16 », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2393


[1] Pardon les ânes et les ânesses.

[2] Jacques Rouhaud et Patchi, Luis Mariano. Une vie, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2006.

[3] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

[4] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

[5] Ricchi e Poveri, Greatest Hits, ZYX, 2002.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 12

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

05 mai 2021 : Matinée de travail, puis visite de Bayonne, où Zaza se rendait régulièrement pour voir ses cousins Cassaigne… et déguster un chocolat chaud de chez Cazenave. Heureusement pour moi qui déteste ce type de boisson, le salon de thé est fermé, et je peux acheter des tablettes de chocolat pour mes parents et des proches :

©Tiphaine Martin

Françoise me fait découvrir les « kanougas » de chez Pariès, soit des caramels sublimes – j’ai oublié de prendre une photo, trop pressée d’y goûter. Vive le Pays basque !

Depuis la place de la mairie, nous voyons l’emplacement de la cordonnerie ancestrale des Lacoin sur la rive droite, du côté du Petit Bayonne.

©Tiphaine Martin

La jeune fille décrit la ville à son correspondant allemand Hans Miller, rencontré fin 1928, lors de son séjour en terre germanique :

Ici tu me manques beaucoup, parce que Bayonne est une petite ville charmante ; des petites ruelles, de vieilles maisons, le port romantique où s’ennuient de grands navires qui me font rêver de contrées étrangères, de voyages autour du monde. Les environs sont magnifiques, le temps si agréable que tout le monde est joyeux et aimable1.

Ce 23 mars 1929, Zaza découvre à son ami les beautés d’un coin de sa patrie, tout en exprimant son souhait, jamais réalisé, de départs vers l’ailleurs et de découvertes multiples. Influence sur ou de Beauvoir, qui a tant et tant voyagé ?

Nous terminons par une partie de la côte d’Anglet, faite à vélo par Zaza, toujours en plein soleil.

©Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 12 », Voyages autour de mon cerveau, juin 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1790

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 230.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 10

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

03 mai 2021 : Le matin, nous visitons l’extérieur et le parc de Barroilhet, demeure des Laborde, cousin·es de Zaza. Le parc est superbe, de grands arbres s’y épanouissent, la maison est en parfait état.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

Zaza s’est sans doute assise devant le crépi, en compagnie de ses parentes, avant de reprendre la route, toujours à vélo. Ensuite, direction Espelette et ses piments, Itxassou où je retrouve Beauvoir :

A Ixtassou [sic], notre chambre avait comme annexe un arbre, auquel on accédait par une passerelle : on avait construit parmi les feuillages une plate-forme où Sartre s’installait pour travailler pendant que je courais les collines des environs. Je marchais dans les fougères, les yeux remplis de soleil et du rose des pruniers1.

Nous sommes au printemps 1938, le couple profite des vacances de « Pâques », comme elles s’appelaient alors, pour prendre le soleil au Pays basque, avec d’autant plus de ferveur pour Simone qu’elle a été malade avant leur départ. Comme je l’ai démontré dans ma thèse, c’est aussi un hommage caché à Zaza, qui propose à son « inséparable » de venir s’y reposer.

Nous nous rendons ensuite au Pas de Roland, magnifique paysage composé d’eau, de rochers et de verdure…

©Tiphaine Martin

… avant de nous promener dans l’arrière-pays basque, parmi les maisons rouges ou vertes, au crépi d’un blanc immaculé. Nous terminons par le Moulin de Bassiloure, ses parts individuelles de gâteau basque (cerise ou crème) et de sablés (au beurre).

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 10 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1748

 

Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Folio, 1999, p. 372.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn