Archives par étiquette : Poids de la virilité

Les J'aime pas VADMC

Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS…

Les Éditions Talents Hauts ont publié une série de six albums anti-sexistes intitulés « J’aime PAS… », écrits par Stéphanie Richard et illustrés par Gwénaëlle Doumont. Trois d’entre eux ont une héroïne : J’aime PAS la danse (2015), J’aime PAS être belle (2016), J’aime PAS  les poupées (2018). Les trois autres récits ont un héros : J’aime PAS le foot (2015), J’aime PAS être grand (2017), J’aime PAS les super-héros (2018).

Chaque album décrit une situation du quotidien enfantin et parental, à savoir les injonctions genrés de la société adulte. Ainsi, dans J’aime PAS la danse, la jeune héroïne, contrainte et forcée par sa mère de faire de la danse classique, finit-elle par faire ses propres pas sur scène, le jour du spectacle de fin d’année. Et gagne le droit à ne plus correspondre aux attentes maternelles, mais à faire ce qui lui plaît comme loisir(s).

Dans J’aime PAS être belle, la petite Tiphaine est-elle habillée comme une poupée par sa mère, pour la photo de classe : jupe rose à volants et cœurs rouges, haut blanc, souliers vernis, chaussettes blanches, coiffure élaborée. Sauf que la poupée est une fillette en bonne santé et de son temps, c’est-à-dire qu’elle bouge, qu’elle court, qu’elle joue au foot avec ses copains et copines, qu’elle fait de la peinture, qu’elle reçoit de l’encre du stylo-plume d’un voisin et des zestes de repas à la cantine. Et qu’elle se bagarre avec sa meilleure amie Aglaé. D’où un aspect sympathiquement hirsute sur la photo de classe.

Lili n’est pas non plus une petite fille bien sage, et surtout pas une « maman ». Elle revendique le droit à être une « enfant », qui préfère lire, mâcher du chewing-gum et jouer avec la, le chien·ne. Et qui en a plus qu’assez qu’on lui offre poupées, dînettes et poussettes. Par conséquent, quand une de ses grand-mères lui donne une poupée imitant parfaitement l’aspect et la taille d’une petite fille, Lili est-elle gênée, puis angoissée. Heureusement, elle trouve la bonne solution. Son ultime poupée sert donc de doudou au reptile de compagnie, dans son aquarium.

Trois bonnes raisons d’être une fille bien dans ses baskets, et trois bonnes raisons d’être un garçon sans poids de virilité toxique. Six bonnes raisons de lire et relire les albums de Stéphanie Richard et Gwénaëlle Doumont.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS… », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9026

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube