Archives par étiquette : Jacques Prévert

Interview S. Maeght

Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght

2013. Université Paris 7-Denis Diderot. Préparation de l’agrégation de Lettres modernes. Rencontre avec Sarah Maeght, enseignante en Lettres.
2016. Bibliothèque Nationale de France, Café des Lettres. Scellement de l’amitié entre l’écrivaine Maeght et la chercheuse Martin.
2020. Publication de l’interview de S.M. par T.M. dans VADMC.
Tiphaine Martin – Y a-t-il un rapport entre ton deuxième et ton premier roman ?
Sarah Maeght – Oui, le personnage principal, Basile, apparaissait déjà dans C’est où, le Nord ? C’est un enfant de dix ans, qui était élève dans la classe d’Ella. Ce personnage me trottait dans la tête depuis longtemps.Il es tinspiré de tous les enfants auxquels j’enseigne, et surtout un, Max, asperger, qui m’a beaucoup émue.
L’enfance est un thème très important pour moi. Paris est un autre fil conducteur. J’ai aussi réalisé que j’avais, sans le réfléchir, utilisé la même structure. Une première partie qui se passe à Paris, un moment de crise qui aboutit à un voyage précipité (Budapest dans C’est où, le Nord ? et le Contentin dans Les Imbattables), et la résolution, ou tout du moins un apaisement, dans une dernière partie.
J’ai aussi été très attentive aux dialogues et au rythme resserré.
T.M. – Pourquoi écrire un deuxième roman, d’ailleurs ? C’est-à-dire, qu’est-ce qui te pousse à écrire de la fiction, à écrire tout court ?
S.M. – C’est ça ou je m’ennuie et je me sens empétrée dans le quotidien. Ce qui me pousse à écrire de la fiction, c’est le réel. J’ai envie de “consigner” ce que j’entends et qui m’amuse, m’interpelle, me surprend. J’ai tout le temps envie d’enregistrer, de photographier, de noter des détails.Donc j’ai tout le temps envie d’écrire. Ce qui n’est pas vraiment la même chose qu’avoir envie d’écrire un ROMAN. Ça c’est de la pure folie et franchement je me demande pourquou je me lance dans un truc aussi compliqué et long. Je ne réfléchis pas souvent à pourquoi j’écris de la fiction, mais pour te donner une répone, j’aime raconter des histoires. J’en parlais avec une amie il y a quelques jours, et j’ai réalisé que ce qu’il se passait dans mes livres ne pourrait pas se passer dans la vraie vie. Pas VRAIMENT. C’est intéressant sur ce qu’est la fiction, le vraisemblable, la vérité, le vrai. Non, une baby-sitter de 23 ans ne se retrouverait pas du jour au lendemain avec le gamin qu’elle garde sur les bras. Non, elle ne l’embarquerait pas sur un coup de tête en Normandie pour visiter la maison de Prévert.
T.M. – Quelles sont les influences sur ton œuvre (littéraires, mais également cinématographiques, musicales, artistiques, autres) ?
S.M. – Carson Mc Cullers, Salinger, John Fante, Bukowski, j’adore leur rythmes, leurs personnages, leurs façons d’exploiter le quotidien. J’aime qu’on me raconte des histoires alors j’adore aussi la littérature jeunesse, Marie – Aude Murail, J.K. Rowling, John Green… Pour la musique, j’adore écouter du classique quand je bosse, mais j’ai aussi des moments rap (nekfeu), pop (Angèle, Vampire Weekend)… La musique me plonge dans des états, des émotions. Un peu comme quand on regarde par la fenpêtre d’une voiture avec un walkman et qu’on s’imagine dans un film. Et le cinéma… J’aime bien les séries. J’ai beaucoup re-regardé des épisodes de la première saison de Girls. Gloria, de Cassavettes, m’a beaucoup inspirée pour Les Imbattables. Je vais au cinéma trois fois par semaine avec la carte UGC.
T.M. – Une, des personnes qui t’ont mis le pied à l’étrier en tant qu’écrivaine ?
S.M. – Katherine Pancol, et ça sera toujours ma réponse numéro 1. C’est elle qui m’a dit que je savais écrire, elle qui m’a conseillé d’écrire un roman, elle qui m’a dit que j’étais capable d’en écrire un deuxième. Elle m’a donné tous ses trucs. J’admire sa façon d’écrire, sa concentration. C’est la plus grande bosseusse que je connaisse. C’est une chance immense de l’avoir pour “mentor”.
T.M. – Une, des relation(s) entre tes romans et la pédagogie que tu mets en œuvre en tant que professeure de Lettres dans le Secondaire ?
S.M. – Le naturel, je crois. J’ essaie le plus possible de coller à moi-même. Quand je suis en classe ou quand j’écris,, je ne fais pas semblant. Devant mon clavier ou avec les élèves, je n’adopte pas de posture. J’aime rire avec eux, les considérer comme mes égals, je sais qu’ils ont beaucoup à m’apprendre, je leur fais confiance. C’est sans prétention, comme pour l’écriture. C’est pas tous les jours idylliques, il y a des découragements, des déceptions, mais les instants de joie sont puissants et, encore une fois, sincères. L’enseignement et l’écriture, c’est plein de surprises, c’est jamais tous les jours la même chose malgré une apparence routinière. En fait je considère les deux métiers comme deux immenses chances,  et je m’y sens exactement à ma place.
T.M. –  Quels sont tes projets ?
S.M. – Je travaille sur un troisième roman, un livre pour enfant avec un copain qui vient de sortir des Beaux Arts, une anthologie et des dossiers pédagogiques avec Le Livre de Poche, un petit livre illustré pour lutter contre l’homophobie au collège, j’ai envie d’écrire un roman jeunesse aussi..
Et je veux reprendre un poste en septembre !
Sarah Maeght
Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Maeght,« Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=812

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tous les hommes sont mortels

François Masclanis est Docteur ès Sciences Politiques et Beauvoirien de cœur. Il nous explique pourquoi :

Tous les hommes sont mortels. Le 21 avril 1985, je lis mon premier livre de Simone de Beauvoir. J’ai alors 22 ans, et je suis passionné (entre autre) par toutes les formes de littérature françaises ou étrangères.

Depuis la fin des années 70, je picore anarchiquement la littérature américaine (Steinbeck, Poe, Faulkner, Kerouac, Melville, Hemingway), découvre et dévore l’âge d’or des auteurs russes (Dostoïevski, mon premier grand choc littéraire et philosophique, mais aussi Tolstoï, Pouchkine, Tourgueniev, Lermontov, Gogol, Tchekhov), et, indistinctement, au gré du hasard, découvre et savoure de précieuses découvertes de la littérature internationale (Driss Chraïbi, Mishima, Italo Calvino, Kafka, Orwell, Koestler, Nabokov) et française (Kessel, Malraux, Prévert, Proust, Vian, Yourcenar).

Au début des années 80, mes lectures se classent en différentes catégories : les auteurs mythiques de mon enfance (Homère, Jules Verne), ceux que je détestent (Maurras, Péguy, Claudel, Giraudoux), ceux qui m’indifférent ou que je ne comprends pas (Joyce, Gide, Duras).

J’ai cinq « héros » soit purement littéraires (Céline), soit littéraires et philosophiques : Homère, Dino Buzzati, Herman Hesse, Albert Camus.

Je viens à Sartre par amour pour Camus : comment ne pas lire l’un quand on est épris de l’autre ? Je veux comprendre ce qui les rapproche et ce qui les éloigne. Je viens à Simone de Beauvoir, je l’avoue, car c’est la compagne de Sartre : en quoi se différentie-t-elle de lui ? Un peu au hasard, je consulte plusieurs de ses ouvrages en librairie, et m’arrête, intrigué et attiré par la quatrième de couverture de l’un d’entre eux : « Si l’on nous offrait l’immortalité sur la terre, qui est-ce qui accepterait ce triste présent ? demande Jean-Jacques Rousseau dans l’Émile. Ce livre est l’histoire d’un homme qui a accepté ».

Ce livre, je l’ai littéralement lu d’une traite : je ne l’ai pas aimé, je l’ai adoré. A peine refermé, je n’ai eu qu’une envie, le relire, plus calmement, pour en saisir toutes les richesses, toutes les nuances. Ce roman mélange tant d’aspects, tous passionnants à mes yeux : la fresque historique (l’histoire est une autre de mes passions), le fantastique maîtrisé au service du récit, la psychologie des personnages, notamment Fosca bien sûr, et la réflexion philosophique sur la condition humaine. Ce dernier aspect m’a particulièrement troublé : prendre conscience que la mort, inéluctable, donne tout son sens à l’existence. Que les rêves et les passions, les sentiments et les émotions, l’essence des choses, n’ont de sens que dans la fragilité de l’existence même. Ce n’est pas Jean-Paul Sartre qui m’a fait comprendre l’existentialisme, c’est Simone de Beauvoir.

Dans les années qui suivirent, j’ai lu l’intégralité de ses œuvres : son théâtre, ses récits autobiographiques, ses romans et nouvelles, ses essais. Rien ne m’a déçu. Tout m’a appris quelque chose d’important sur moi-même et sur ma relation aux autres. Mais l’apport intellectuel n’est pas tout : Simone de Beauvoir, de par son style d’écriture, est aussi à mes yeux un très grand écrivain ; le fond et la forme se mêlent en un plaisir et cérébral et sensuel, les deux aspects s’enrichissant mutuellement.

Une réticence malgré tout ? Le Deuxième Sexe. Ce livre, m’a choqué à ma première lecture : autant l’apport philosophique et sociologique m’a conquis, autant la crudité de certains passages sur le sexe féminin m’a gêné à l’époque : on ne dit pas ces choses-là… Il me faudra plusieurs années pour dépasser ma pudibonderie, cette pudeur excessive liée à mon éducation, pour comprendre la nécessité de ces descriptions. Malgré cette réticence, l’ouvrage fut une révélation : je ne faisais aucune distinction qualitative entre hommes et femmes que ce soit en littérature (pour moi, Yourcenar, Triolet, Arendt n’étaient pas des femmes- écrivains, mais des écrivains tout court), que dans ma vie privée ou professionnelle. Mais, plus ou moins enfermé dans ma bulle, je n’avais pas non plus conscience de l’existence du sexisme sociétal, intellectuel, politique, culturel, religieux, qui sévissait à travers le monde. Le deuxième sexe sera une révélation de cet aveuglement. Cet ouvrage m’ouvrit à l’évidence de la nécessité politique du combat « féministe » et la conscience de ma propre ontologie : je n’étais pas né homme, je l’étais devenu…

Un livre intime ? Une mort très douce. Ma mère est décédée le 7 septembre 2017. Pendant des années j’ai eu des relations plus ou moins conflictuelles avec elle, surtout marquées par une immense incompréhension : elle était bourgeoise parisienne, détachée de tout attrait pour le monde de la culture, attachée aux valeurs du paraître social et des préjugés de caste. Elle était l’antithèse de tout ce que à quoi je croyais. Mais durant les quatre dernières années de sa vie, Alzheimer me révéla une autre personnalité, emplie de gentillesse, qui était peut être bien finalement la sienne. L’ouvrage de Simone de Beauvoir m’a aidé sur les dernières heures de sa vie à penser la réconciliation possible.

Beauvoir en un mot ? en un symbole ? cela me semble impossible. De façon superficielle, je soulignerait sa très grande beauté. De façon intellectuelle, sa très grande intelligence, son immense talent d’écrivain et de penseur. De façon personnelle, Simone de Beauvoir fait partie intégrante de ma famille imaginaire, peuplée de personnages qui m’aident à vivre mieux chaque jour. Grâce à elle, ainsi qu’elle le disait dans ses Cahiers de Jeunesse, « j’accepte la grande aventure d’être moi ».

Et pourtant, je reste paradoxal sur les leçons qu’elle a pu m’apporter. Ainsi, si l’on me proposait, à l’instar de Fosca, de boire l’élixir de vie, refuserais-je ? Certainement pas.

François Masclanis

Pour citer cet article : François Masclanis, « Tous les hommes sont mortels », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/464

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn