Archives par étiquette : Reda Kateb

Nos frangins VADMC

Nos frangins : solidarités, République, justice

Paris, la morgue, décembre 1986. Un infirmier, Oussmane (Wabinlé Nabié) parle à un cadavre et lui promet que personne ne l’oubliera, lui, le cadavre inconnu. Tandis que le cadavre à côté, lui, a une identité : Malik. Oussekine.

Le réalisateur Rachid Bouchareb continue d’explorer l’histoire de France au vingtième siècle, après Indigènes (2006). Il revient sur la mort d’un jeune étudiant français, Malik Oussekine, tué par des policiers en marge de manifestations étudiantes demandant le retrait de la loi Devaquet, qui instaurait une sélection à l’entrée de l’université : « Devaquet, t’es foutu, les étudiants sont dans la rue ! » scandent les étudiant·es face au CRS : « CRS, vos enfants sont aussi des étudiants ! » lancent les jeunes aux policiers bottés, casqués, matraque et bouclier au poing.

L’heure n’est pas à la joie, les sinistres voltigeurs (policiers à moto) sillonnent les rues du Quartier Latin, matraquent, blessent et tuent1. Ils tuent Malik Oussekine, qui était extérieur à la manifestation, et qui s’était réfugié dans un immeuble rue Monsieur-le-Prince2. Et ne feront jamais de la prison, malgré le soulèvement de l’opinion publique et les demandes de justice de la famille Oussekine, ici interprétée par Lyna Khoudri (la sœur de Malik) et Reda Kateb (son frère aîné), comme le précise un carton à la fin du film.

Entre-temps, on a rendu son identité au cadavre sans nom : Abdel Benyahia, jeune homme habitant à Pantin, tué par un policier en civil et ivre3. Abdel tentait de séparer deux hommes qui se battait devant un bar. Son action d’apaisement l’a tué. Et l’inspecteur de l’IGN Daniel Mattei (Raphaël Personnaz, aussi opaque qu’Alain Delon chez Melville) est obligé d’affronter la colère du père d’Abdel (Samir Guesmi) et du frère d’Abdel (Laïs Salameh), auquel il a sciemment menti au début du film, prétendant qu’Abdel était toujours en vie et que les circonstances de son décès étaient inconnues. Le policier qui a tué Abdel sera, lui, condamné, et fera, lui, de la prison, un peu, comme le précise un carton à la fin du film.

Ce qui frappe, et qui, à la fois fait chaud au cœur et nous le brise, est la confiance des deux familles dans les institutions de la République. Et, bien sûr, la solidarité des étudiant·es, qui manifestent silencieusement, en hommage à Abdel et à Malik.

Laissons un instant nos larmes couler, et retenons bien les paroles de « Petite », chanson de 1988 de Renaud, qui clôt le film :

Garde-leur ton amour

Garde-toi de la haine

Non aux violences, oui à la démocratie, à la République et à la solidarité.

1 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/malik-oussekine-mort-voltigeur

2 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/on-vous-raconte-l-histoire-de-malik-oussekine-tue-par-des-policiers-en-1986

3 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/abdel-benyahia-malik-oussekine

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Nos frangins : solidarités, République, justice », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7491

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube