Archives par étiquette : Révolution française

Mai 68 en chansons VADMC

Souvenirs de Mai 68 en chanson

Une fois les évènements historiques passés, vient le temps du souvenir, donc de la reconstitution. Reconstitution orientée selon l’âge, la classe sociale, le sexe, l’orientation politique. Les chansons sur Mai 68 que nous avons choisies sont toutes chantées par des hommes, blancs, installés dans le confort bourgeois, quelle que soit leur origine sociale.

Le chanteur et acteur Philippe Clay se produit en 1971 avec « Mes universités » (vinyle Mes universités), soit trois ans après la révolution étudiante. Sans surprise, l’orientation de la chanson est à droite, avec un mépris générationnel et viriliste pour les étudiants qui contestent le pouvoir :

Mes universités

C’était pas la peine d’être bachelier

Pour pouvoir y entrer

Mes universités

T’avais pas d’diplômes

Mais t’étais un homme

Car, pour le chanteur, il est bien entendu que seuls les jeunes hommes ont manifesté – il est vrai que les médias de l’époque et d’après ont mis en avant uniquement les étudiants, idem pour la résistance à l’occupation nazie et au régime vichyste. Il n’empêche que Clay insiste lourdement sur la transformation en vrai mâle qui se serait opérée en lui lors de ses actes de résistance, ce qui ne serait pas le cas pour les étudiants en Mai 68 – pourquoi ? Sans oublier l’anti-intellectualisme de base, avec le mépris pour l’institution universitaire et la culture et la pensée qu’elle fournit. Clay se moque également du groupe au succès planétaire – contrairement à lui ? -, à savoir Les Beatles, qui auraient remplacé « la voix, drôle de voix, profonde et saccadée » (Gilbert Bécaud, « Tu le regretteras », Tu le regretteras, 1965) de Londres, celle de De Gaulle. La voix politique franco-française contre la pop musique anglaise. Si ce n’est que Les Beatles contestent la société avachie et ennuyeuse de leur époque dans leurs chansons et leur musique, même sans courir de danger.

Le chanteur, compositeur et écrivain Yves Simon, ancré à gauche de l’échiquier politique, appartenant à la génération contestataire, fait entendre un autre son, tant sur le fond que sur la forme, dans « Mass Media Song » (Au pays des merveilles de Juliet, 1973), cinq années après Mai 68 :

Sur l’écran de télé y’avait des images pour les p’tits enfants

Des vieux marchands de sable à la barbe rose qui endorment les gens

Dans la rue y’avait le tonnerre ;

Le monde était en guerre

Sur les écrans bleus on voyait Molière

Son ton et la musique qui le soutient sont tout aussi décidées que celui de Clay, mais l’idée est exactement à l’opposé. Simon souligne la main-mise étatique sur la télévision, donc les médias et la censure qui y règne. À cette époque, la radio et la télévision étaient en effet sous le contrôle direct du ministère de l’information ( https://francearchives.gouv.fr/findingaid/15ececd34f79bef1d0525929fbf7a4fcf646126e), avec la censure qui en découlait. Simon ironise sur le contraste entre la violence des combats de rue (qui, rappelons-le, n’étaient pas que parisiens) et les programmes télévisuels, qui montrent une culture desséchée, infantilisante et vieillie. Et qui ne donnent donc aucune information sur ce qui se passe dans le pays, à savoir la révolte des jeunes contre les vieux, pour schématiser. Vieux et un peu moins vieux qui n’ont pas forcément été impeccables pendant l’Occupation puis pendant les guerres d’indépendance en Indochine et en Afrique du Nord.

Le chanteur, compositeur et acteur Gilbert Bécaud joue la carte de la fausse nostalgie dans  « Mai 68 » (Mai 68, 1980), avec un refrain explicitement orienté à droite de l’échiquier politique : « Et Mai 68, c’est une chanson d’un autre âge ». Il est vrai que les « années fric » commencent quand Bécaud créé cette chanson. Il n’est plus question de contester la société, mais de s’y faire une place au soleil, avec une confortable valise de « stock-options », des vêtements et un train de vie clinquants, et en revenant, doucement mais sûrement, sur les acquis égalitaires arrachés par les militant·es féministes dans les années soixante-dix, tout en continuant à se vautrer dans la LGBTQUIA+ – phobie. Bécaud joue la carte de la chanson d’amour, amour sanctifié par la naissance d’un fils, on n’est pas né en Provence (à Toulon) pour rien. La virilité du sud de la France s’étale, bien machiste. Le couple – non marié, oh là là quelle audace ! – de la chanson suit son chemin à travers les années, de non contestataire à… non contestataire. Il est vrai que toute la France ne s’est pas révoltée en Mai 68 et dans les années qui ont suivi, et que Bécaud fait partie de la génération âgée qui n’a certes pas soutenu les demandes des étudiant·es et des ouvrier·es.

Le chanteur et compositeur Pierre Bachelet, tout au contraire, se souvient avec une belle nostalgie et un bel élan de ses « Vingt ans » (Vingt ans, 1987) révolutionnaires et amoureux – amoureux parce que révolutionnaires, révolutionnaires parce qu’amoureux, à gauche toute :

Et puis y avait le mois d’mai qui préparait ses pavés

C’est là qu’on s’est rencontré, mouchoir sur le nez

Le monde était à refaire et dans ta chambre à Nanterre

C’est justement c’qu’on a fait

En ce temps-là j’avais vingt ans

Et toi t’en avais presque autant

T’avais un parfum de verveine

Et de grenade lacrymogène

Le couple formé grâce à la manifestation est celui de deux étudiant·es, les fameux diplômés conspués par Clay. Quand ils font l’amour, c’est à la fameuse cité universitaire de Nanterre, là où tout a démarré, en mars 1968, par la demande de mixité des dortoirs. Et ils continuent à manifester :

L’amour chantait sa carmagnole

En descendant Rue des Ecoles

Affiche d’une main, de l’autre le pot d’colle

La passion se dit en chanson révolutionnaire (« La Carmagnole » de la Révolution française) et en outils révolutionnaires (pot de colle et affiche, les fameuses qui laissent « l’imagination au pouvoir »), dans une déambulation poétique dans la rue où se situe la Sorbonne, autre lieu mythique de la contestation étudiante de Mai 68.

Allez, on chante debout, debout, pour la société nouvelle et libre, avec Simon et Bachelet ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Souvenirs de Mai 68 en chanson », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/15439

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview Catel Muller

Héroïnes – Interview de Catel Muller

Un grand merci à la dessinatrice Catel Muller de nous avoir accordé cette interview !

Tiphaine Martin – Quels sont les liens entre les différentes femmes et hommes dont vous retracez l’existence dans vos biographies graphiques (« biographiques ») ?

Catel Muller – Comme je suis une femme, il est assez naturel que je parle de femmes. Je souhaite faire sortir certaines héroïnes de l’oubli de l’Histoire, de parler de personnalités qui me semblent  importantes, dont la vie , romanesque et  aventureuse, ont laissé une empreinte. Dans mes biographiques, il y a aussi des hommes bien sûr. Ma dernière biographique est d’ailleurs consacrée à René Goscinny, à travers les yeux de sa fille Anne.

J’ai commencé au début des années deux mille à parler d’une figure oubliée : Kiki de Montparnasse, dont les  mémoires venaient d’être rééditées chez José Corti. Elle était un modèle qui posait pour le Tout-Paris artistique, elle dessinait et écrivait aussi. Elle est restée célèbre dans l’inconscient collectif grâce à la célèbre photo de Man Ray, où elle pose  avec des ouïes de violoncelle peintes sur son  dos.

C’était une double inspiration pour le scénariste José-Louis Bocquet, et moi-même. Nous voulons réaliser un roman graphique, un album sans nombre de pages limitées. Une seule éditrice y a cru et ça a été un succès ! Puis, j’ai travaillé sur Olympe de Gouges. Elle a écrit la « Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne » en 1791. Elle a été l’inspiratrice des mouvements féministes ultérieurs. Je voulais aussi raconter la Révolution française. Pour Joséphine Baker, ça a été un travail sur une femme connue en tant que  première danseuse noire avec une ceinture de bananes. Cette image colonialiste est, malheureusement, celle qu’on a le plus retenue d’elle. Celle d’une résistante humaniste est beaucoup moins connue. Au départ, en tant que Blanche européenne, je ne me sentais pas de dessiner une femme afro-américaine, mais Baker ne voyait pas ni les couleurs ni les origines, comme elle le disait, d’où l’appellation de «tribu arc-en-ciel », donnée aux enfants qu’elle a adoptés aux quatre coins du monde. J’ai eu la chance d’avoir accès à sa vie intime et ses archives, grâce à un de ses fils adoptifs. Je me suis rendue compte que j’avais travaillé sur des valeurs fondamentales , incarnées par Kiki, Olympe et Josephine : la liberté, l’égalité et la fraternité. J’en ai  conçu une exposition avec Casterman. Au fil des trois albums, il y a eu une conscientisation de mon travail sur le matrimoine.

Pour Ainsi soit Benoîte Groult, c’était la première fois qu’on faisait une biographie dessinée sur une personne vivante. Benoîte Groult est une de mes idoles, elle m’a révélé la condition féminine à mon adolescence avec son livre Ainsi soit-elle.

J’ai également travaillé avec Claire Bouilhac sur des adaptations littéraires : Adieu Kharkov, La Princesse de Clèves, Indiana. Nous avons établi un parallèle entre la vie des autrices, Mylène Demongeot, Mme de La Fayette et George Sand, et les héroïnes de leurs œuvres.

J’ai aussi travaillé dans  l’audiovisuel, en participant au film Colette l’insoumise. Je collabore toujours avec Arte, pour un documentaire graphique sur Alice Guy, la première cinéaste, dont la diffusion est fin août 2021.

T.M. – Lucrèce, Marion, Les Papouses et Cie, vos personnages pour adolescentes, sont-ils aussi forts et déterminés que les personnes de vos biographiques ?

C.M. – Ce sont des personnages de fiction, à destination des enfants : le point de départ est plus léger, plus loufoque, plus amusant. Par son tempérament et ses aventures, Lucrèce a des liens avec ses autrices, puisque nous trouvons notre inspiration, Anne Goscinny et moi, à travers nos filles.

C’est un moment de récréation par rapport aux biographiques, qui est un travail beaucoup plus lourd.

T.M. – L’édition jeunesse n’est-elle pas une sorte de refuge pour les scénaristes et illustratrices, qui peinent encore à se faire une place dans le monde bédéaste adulte, «sérieux » parce que ultra-masculin ?

C.M. – Oui, d’une certaine façon. Chez Fluide glacial,  dans les années 90, quand je me suis présentée comme  dessinatrice, il n’y avait  que des hommes. Je me sentais isolée, décalée,  regardée comme un martien du genre « fille » ! J’ai trouvé refuge dans la presse jeunesse, où il y a principalement  des femmes. J’y ai rencontré des scénaristes (femmes et hommes ) avec lesquels je travaille toujours. Chez Bayard-Presse, j’ai crée  le personnage de Linotte qui aujourd’hui existe toujours chez Fleurus-Presse dans Les P’tites sorcières. L’édition jeunesse est à la fois  un terrain d’essai et de perfectionnement professionnel.

C’est en 1999 que  ma première bande dessinée, Lucie s’en soucie, est parue aux Humanoïdes associés. C’était mon premier roman graphique, en noir et blanc, puis une série en a été tirée, en grand format cartonné  couleur, de manière plus classique, chez Casterman. Je racontais des petites  histoires du quotidien , humoristiques, avec ds héroines fictives. Puis, j’ai eu envie de changement, de parler de dessins réels, d’héroïnes dont la vraie vie dépassait la fiction. Je suis passée à la grande histoire, avec  des récits plus réalistes, plus durs, souvent extraordinaires.

Pour moi, la bande dessinée jeunesse, au-delà de la joie d’univers légers et joyeux à dessiner, a constitué un tremplin et un savoir-faire technique pour la bande dessinée adulte. Et je continue aujourd’hui à faire des livres pour les enfants, car c’est un équilibre dans ma création. Le rapport effort-plaisir est comparable à faire du vélo ou à galoper à cheval sur une plage.

Dans  ma carrière d’autrice de BD depuis 30 ans, j’ai eu – du fait que je sois une femme -des ennuis, des bâtons dans les roues, des injures de la part d’hommes. Mais je me suis accrochée et je fais maintenant partie d’une génération qui peut servir de modèle aux suivantes. Aujourd’hui, les métiers d’auteur, d’éditeur et d’attaché de presse dans l’univers de la bande dessinée sont devenus très féminins. Avant 2000, ce monde était presque exclusivement masculin. On est passé d’un quota de 4% à 35% de femmes.

T.M. – Quelles consœurs vous ont inspirées/vous inspirent ?

C.M. – Claire Bretécher est un modèle, j’ai grandi avec. Elle était magnifique, drôle, charismatique, j’avais envie de ressembler à mon héroïne, j’avais envie d’être Claire Bretécher et de faire « Claire Bretécher » comme métier. J’admire aussi Florence Cestac, Annie Goetzinger, Chantal Montellier. J’ai fait la connaissance de Marjane Satrapi après les  Arts Décos (nous avions fait nos études à Strasbourg dans la même école). Son  Persepolis m’a beaucoup impressionnée et m’a poussé à raconter , d’une autre manière , de vraies histoires.

J’ai aussi des modèles hommes, dont René Goscinny, scénariste de génie. J’ai du mal à écrire ds histoires, c’est toujours laborieux pout moi ; je me sens plus dessinatrice que scénariste. Parmi mes modèles de militantes féministes il y a Benoîte Groult, Gisèle Halimi, Simone de Beauvoir, Simone Veil…

T.M. – Aimeriez-vous créer un festival graphique uniquement consacré aux femmes, sur le modèle du festival des femmes de Créteil (pour le cinéma) ?

C.M. -Je pense qu’un festival que femmes serait vu comme un entre-soi, sectaire et donc critiqué, rejeté. En plus, comme la situation change vite, les femmes sont de plus en plus nombreuses,  il n’y a pas forcément besoin d’un festival de femmes. Ce qui me paraît important , c’est de mettre la lumière sur la création des femmes, et cela  à travers des prix.

Il existe le prix Artémisia, créé par Chantal Montellier et Jeanne Puchol en 2007, et qui aurait  vocation à disparaître, une fois la parité atteinte. Le  jury d’Artémisia est mixte et paritaire. Ce prix est né en réaction au festival d’Angoulême. Celui ci – rebaptisé  par certaines autrices «  Angoul’men »-   n’a élu, depuis sa création en 1974 , que 2 présidentes face à 45  présidents !  Les chiffres parlent par eux mêmes…

T.M. – Pourriez-vous nous parler de vos trois projets de biographiques (Colette, Nico, Alice Guy) ? Vos choix, des commandes, des hasards heureux ?

C.M. – Je n’ai plus jamais de commandes, sauf de la part de l’université de Paris-Saclay pour l’exposition consacrée à l’égalité femmes-hommes1 (voir le lien du site à la fin de l’article), car c’est un partenariat. J’ai des propositions et des envies, j’ai la chance de pouvoir suivre mes choix personnels pour continuer de faire ce que j’aime faire, dans une complète liberté éditoriale. Je m’occupe et me préoccupe du matrimoine, en général. Mes projets sont, outre la bande dessinée sur la première réalisatrice de cinéma  Alice Guy, qui sortira en même temps que le docugraphique pour Arte , une biographique avec mon complice Bocquet sur la première écologiste de la mer, Anita Conti, et une autre sur la chanteuse mythique du Velvet Underground, Nico.

Ces portraits de femmes remarquables, libres et audacieuses,  nous permettent de raconter, au-delà de leur incroyables destins personnels , une époque et un sujet sociétal. Elles ont marqué leur temps, elles sont pourtant souvent oubliées ; nous rendons hommage à ces « clandestines de l’Histoire » qui deviennent des héroïnes de BD.

Catel Muller

1 http://www.catel-m.com/expositions-ventes/

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Catel Muller, « Héroïnes – Interview de Catel Muller », Voyages autour de mon cerveau, avril 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1550

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube