Archives par étiquette : Roman

Interview S. Hettinger

Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger

Séverine Hettinger est artiste et performeuse, c’est-à-dire… Merci à elle pour ses réponses à nos questions.

Tiphaine Martin – Où puises-tu ton inspiration, dans quel(s) lieu(x), avec, grâce à qui ?

Séverine Hettinger – J’ai une conscience féministe qui date de tôt. Dès l’âge de treize ans j’ai lu Simone de Beauvoir et j’en ai compris que je pouvais créer ma vie. Bien sûr, la réalité des conditions sociales matérielles et économiques ne sont pas les mêmes et favorables pour tout le monde, mais il y a quelque chose à faire, même dans l’adversité. Je lis énormément, ça me sert à me montrer que je ne me suis pas trompée de chemin. Et quant à mes influences picturales, c’est l’Art Moderne qui m’a forgée à travers mon éducation au lycée. Comme Hannah Arendt, je comprends que c’est l’une des plus grandes réalisations au XXe siècle. Après il y a l’Art Féministe à accomplir, c’est-à-dire reconnaitre et creéer une genéalogie de femmes créatrices.

T.M. – L’inspiration, c’est bien, mais la technique, ça aide : quel est ton parcours ?

S.H. – J’ai étudié à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon jusqu’au diplôme National d’Arts Plastiques. Puis, j’ai suivi un Master en Arts et médias numériques à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. J’ai pris de la distance par rapport à mes études aux Beaux-Arts, où la peinture dite « figurative », peinture envisagée comme médium, était vue comme quelque chose d’éculé, de contre-artistique. N’était reconnu que l’art conceptuel, ou l’ironie en peinture. Il y a un artiste, Joseph Kosuth, conceptuel, qui dit que si vous adhérez à la représentation du monde c’est que vous êtes d’accord avec le monde des traditions d’avant. J’interpète ceci comme « réactionnaire ». Or, pour moi, il n’y a rien de plus froid, de plus dominateur, que ces artistes hommes conceptuels. La peinture figurative et d’imaginaire est pour moi quelque chose d’intuitif, que l’on peut fabriquer dans sa cuisine comme Kiki Smith, pourtant fille d’un conceptuel, qui faisait ses petites sculptures dans sa cuisine. De plus, la peinture parle au plus grand nombre, ceux qui ont été élevés avec des calendriers de la Poste ; dans la représentation picturale il y a encore des choses à renverser, surtout d’un point de vue féministe. Et puis j’aime que la matière, les expérimentations échappent à la rhétorique du langage où ont essayé de les circonscrire les conceptuels.

T.M. – Quels domaines et techniques artistiques pratiques-tu ?

S.H. – J’ai beaucoup dessiné dans les années 2010, depuis quelques années je peins uniquement et de temps en temps je réalise des vidéos. Certaines de mes vidéos ont été montrées aux Instants Vidéos à Marseille. Je prépare également une performance avec une artiste mexicaine, ouverte sur la question du droit des femmes, Laura Ramirez.

J’écris. Ma pièce de théâtre a été publiée en 2011 à l’Harmattan dans la collection «Créations au féminin » de Michèle Ramond. La pièce s’intitule Mémoires d’une poupée allemande : pièce philosophique en deux actes et dix tableaux. C’est une pièce qui met en scène la poupée Barbie qui a écrit ses mémoires et sa révolte de poupée. Actuellement je finis un roman, Fétue de paille, qui cherchera un·e éditeur·trice.

T.M. – L’égalité femmes-hommes, en quoi est-ce utile dans le monde de la culture?

J’ai écrit un dossier là-dessus dans le journal d’Osez le féminisme dans les années 2010. Je n’ai pas ma place dans le monde de la culture, je suis plutôt dans des réseaux militants. Malgré mes diplômes, il y a très peu de place pour celleeux qui ont moins. Moi, pour vivre à Paris, lieu de tous mes fantasmes féministes, je devais me loger et travailler. Donc, je suis devenue prof contractuelle et j’ai habité dans un quartier populaire. J’y ai rencontré le sexisme de rue, simplement pour pouvoir regagner son logement à pied ; et en classe, en étant jeune et inexpérimentée face à des attitudes violentes. Donc, ces expériences de vie m’ont amenée à vouloir changer d’une façon directe le monde d’où mon expérience militante. Je n’ai eu ni le temps ni la disponibilité mentale pour réseauter dans le monde artistique. Où est l’exclusion, où est l’auto-exclusion ? Où des diktats commencent à vous exclure et où vous vous commencez, en revêtissant des choses pas à la mode dans le milieu de l’art, comme être prof dans le secondaire, à vous exclure vous-même. Il y avait un prof d’arts plastiques en collège qui était reconnu comme artiste contemporain, c’était Jean-Le-Gac, parce qu’il parodiait l’artiste du dimanche ! Mais moi, ma position en tant que prof en zone prévention violence n’est pas si confortable, je suis contente de fournir un travail social en face des réalités et ne pas être que dans l’art pour l’art.

 T.M. – Où et quand pourra-t-on voir tes œuvres et tes performances ?

S.H. – Du 10 au 20 juin à la Galerie AAB 1 rue Francis Picabia 75020 Paris pour l’exposition « Sœurcières ! » C’est un sujet très dans l’air du temps mais il a le mérite de devoir être exploré. Je prépare donc pour cette expo une performance avec l’artiste Laura Ramirez, qui a étudié au Mexique les Arts plastiques et est venue en France par la suite. Une petite vidéo, Marionnette confinée, faite pendant le confinement sera montré à « Sorti de rout(in)e » pendant Vidéoformes 2021 du 18 mars au 4 avril.

Séverine Hettinger

Site de Séverine Hettinger : https://severinehettinger.cargo.site

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Hettinger, « Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1295

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview S. Maeght

Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght

2013. Université Paris 7-Denis Diderot. Préparation de l’agrégation de Lettres modernes. Rencontre avec Sarah Maeght, enseignante en Lettres.
2016. Bibliothèque Nationale de France, Café des Lettres. Scellement de l’amitié entre l’écrivaine Maeght et la chercheuse Martin.
2020. Publication de l’interview de S.M. par T.M. dans VADMC.
Tiphaine Martin – Y a-t-il un rapport entre ton deuxième et ton premier roman ?
Sarah Maeght – Oui, le personnage principal, Basile, apparaissait déjà dans C’est où, le Nord ? C’est un enfant de dix ans, qui était élève dans la classe d’Ella. Ce personnage me trottait dans la tête depuis longtemps.Il es tinspiré de tous les enfants auxquels j’enseigne, et surtout un, Max, asperger, qui m’a beaucoup émue.
L’enfance est un thème très important pour moi. Paris est un autre fil conducteur. J’ai aussi réalisé que j’avais, sans le réfléchir, utilisé la même structure. Une première partie qui se passe à Paris, un moment de crise qui aboutit à un voyage précipité (Budapest dans C’est où, le Nord ? et le Contentin dans Les Imbattables), et la résolution, ou tout du moins un apaisement, dans une dernière partie.
J’ai aussi été très attentive aux dialogues et au rythme resserré.
T.M. – Pourquoi écrire un deuxième roman, d’ailleurs ? C’est-à-dire, qu’est-ce qui te pousse à écrire de la fiction, à écrire tout court ?
S.M. – C’est ça ou je m’ennuie et je me sens empétrée dans le quotidien. Ce qui me pousse à écrire de la fiction, c’est le réel. J’ai envie de « consigner » ce que j’entends et qui m’amuse, m’interpelle, me surprend. J’ai tout le temps envie d’enregistrer, de photographier, de noter des détails.Donc j’ai tout le temps envie d’écrire. Ce qui n’est pas vraiment la même chose qu’avoir envie d’écrire un ROMAN. Ça c’est de la pure folie et franchement je me demande pourquou je me lance dans un truc aussi compliqué et long. Je ne réfléchis pas souvent à pourquoi j’écris de la fiction, mais pour te donner une répone, j’aime raconter des histoires. J’en parlais avec une amie il y a quelques jours, et j’ai réalisé que ce qu’il se passait dans mes livres ne pourrait pas se passer dans la vraie vie. Pas VRAIMENT. C’est intéressant sur ce qu’est la fiction, le vraisemblable, la vérité, le vrai. Non, une baby-sitter de 23 ans ne se retrouverait pas du jour au lendemain avec le gamin qu’elle garde sur les bras. Non, elle ne l’embarquerait pas sur un coup de tête en Normandie pour visiter la maison de Prévert.
T.M. – Quelles sont les influences sur ton œuvre (littéraires, mais également cinématographiques, musicales, artistiques, autres) ?
S.M. – Carson Mc Cullers, Salinger, John Fante, Bukowski, j’adore leur rythmes, leurs personnages, leurs façons d’exploiter le quotidien. J’aime qu’on me raconte des histoires alors j’adore aussi la littérature jeunesse, Marie – Aude Murail, J.K. Rowling, John Green… Pour la musique, j’adore écouter du classique quand je bosse, mais j’ai aussi des moments rap (nekfeu), pop (Angèle, Vampire Weekend)… La musique me plonge dans des états, des émotions. Un peu comme quand on regarde par la fenpêtre d’une voiture avec un walkman et qu’on s’imagine dans un film. Et le cinéma… J’aime bien les séries. J’ai beaucoup re-regardé des épisodes de la première saison de Girls. Gloria, de Cassavettes, m’a beaucoup inspirée pour Les Imbattables. Je vais au cinéma trois fois par semaine avec la carte UGC.
T.M. – Une, des personnes qui t’ont mis le pied à l’étrier en tant qu’écrivaine ?
S.M. – Katherine Pancol, et ça sera toujours ma réponse numéro 1. C’est elle qui m’a dit que je savais écrire, elle qui m’a conseillé d’écrire un roman, elle qui m’a dit que j’étais capable d’en écrire un deuxième. Elle m’a donné tous ses trucs. J’admire sa façon d’écrire, sa concentration. C’est la plus grande bosseusse que je connaisse. C’est une chance immense de l’avoir pour « mentor ».
T.M. – Une, des relation(s) entre tes romans et la pédagogie que tu mets en œuvre en tant que professeure de Lettres dans le Secondaire ?
S.M. – Le naturel, je crois. J’ essaie le plus possible de coller à moi-même. Quand je suis en classe ou quand j’écris,, je ne fais pas semblant. Devant mon clavier ou avec les élèves, je n’adopte pas de posture. J’aime rire avec eux, les considérer comme mes égals, je sais qu’ils ont beaucoup à m’apprendre, je leur fais confiance. C’est sans prétention, comme pour l’écriture. C’est pas tous les jours idylliques, il y a des découragements, des déceptions, mais les instants de joie sont puissants et, encore une fois, sincères. L’enseignement et l’écriture, c’est plein de surprises, c’est jamais tous les jours la même chose malgré une apparence routinière. En fait je considère les deux métiers comme deux immenses chances,  et je m’y sens exactement à ma place.
T.M. –  Quels sont tes projets ?
S.M. – Je travaille sur un troisième roman, un livre pour enfant avec un copain qui vient de sortir des Beaux Arts, une anthologie et des dossiers pédagogiques avec Le Livre de Poche, un petit livre illustré pour lutter contre l’homophobie au collège, j’ai envie d’écrire un roman jeunesse aussi..
Et je veux reprendre un poste en septembre !
Sarah Maeght
Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Maeght,« Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=812

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview A. Le Floch

Les Points communs – Interview d’Aurélie Le Floch

Autrice, éditrice et journaliste, Aurélie Le Floch anime aussi des ateliers d’écriture. Elle évoque ici son rapport à l’écriture, les liens entre ses différents métiers et son récit autobiographique paru en 2019, Pour te voir cinq minutes encore.

Tiphaine Martin – As-tu décidé de devenir écrivaine, ou bien l’écriture est-elle venue à toi ?

Aurélie Le Floch – Dès que j’ai su lire, j’ai eu beaucoup d’appétit pour les livres et les histoires qu’ils racontent. Vers l’âge de dix ans, j’ai eu envie d’écrire moi-même des histoires. J’en ai écrit quelques-unes dans mon adolescence, je tenais aussi un journal. Quand j’étais collégienne, j’écrivais des lettres presque chaque jour, j’avais plusieurs correspondants étrangers : une Allemande, une Roumaine, un Marocain, une Japonaise. On se racontait nos vies très différentes mais avec aussi des points communs, dans un anglais ou un français plus ou moins hésitant selon les cas… J’adorais recevoir des lettres « By air mail » frangées de rouge et de bleu, couvertes de timbres colorés !

À 20 ans, j’ai commencé à écrire mes premiers articles publiés dans des journaux locaux. Puis, en 2006, j’ai participé à un atelier d’écriture de nouvelles proposé par Isabelle Mercat-Maheu aux ateliers Élisabeth Bing. J’ai découvert cet univers avec bonheur, je m’amusais beaucoup avec les expérimentations formelles qui nous étaient proposées. Je n’ai jamais eu peur de la page blanche car mes autres activités, le journalisme notamment, m’ont permis très tôt d’exercer ma plume. Cependant, je trouvais que les textes que j’écrivais en atelier ne sonnaient pas juste, comme si je n’allais jamais vraiment au fond des choses.

En 2017, j’étais enfin prête à m’impliquer tout entière dans l’écriture, après avoir vécu une expérience difficile qui a été comme un catalyseur. J’ai compris que, même si cela pouvait me plonger par moments dans des états émotionnels douloureux, il fallait que j’écrive d’abord l’histoire de mon père, que je partage cette histoire dans sa dimension singulière mais aussi dans ce qu’elle peut avoir d’universel. Finalement, j’ai découvert que le fait d’écrire des choses éprouvantes peut procurer d’autres émotions comme la joie ou un sentiment de liberté. Je crois qu’on ne peut pas vraiment séparer l’ombre de la lumière, c’est valable dans la vie et aussi pour l’écriture…

T.M. – Pourquoi avoir choisi l’autobiographie pour ton passage à l’écriture hors journalisme ?

ALFMon récit, Pour te voir cinq minutes encore1, retrace ma relation avec mon père, l’histoire de sa vie et de sa mort à cause du sida. J’avais alors 15 ans, et lui seulement 36 ans. Je pensais qu’il était important de partager cette histoire-là, car il existe encore peu de récits sur ce qu’on pourrait nommer les « dommages collatéraux » de l’épidémie des années 1990-2000, sur la façon dont les proches des personnes malades ont vécu cette période. Lors des rencontres en librairie notamment, j’ai constaté qu’un grand nombre de personnes sont concernées directement par cette thématique, bien plus que ce que j’aurais cru au départ… J’espère que mon livre a contribué à briser un tabou, à libérer un peu la parole sur ce sujet ; il me semble que c’est le cas d’après les retours que j’ai pu avoir.

En même temps, je crois que mon histoire est surtout celle de la relation entre un parent et son enfant, un sujet qui peut toucher presque n’importe qui. Cette sorte d’universalité est importante pour moi.

T.M. – Quels sont les liens entre l’écriture et tes autres métiers (éditrice, journaliste, animatrice d’ateliers d’écriture) ?

ALF – Dans le journalisme, il y a des vases communicants avec le travail d’auteur, notamment lors des interviews. L’interview est un exercice que j’adore car il me permet de rencontrer des personnes très différentes : un scientifique, un architecte, une soignante, une députée, un batelier, un jardinier… Quand on se présente comme journaliste, dans le contexte actuel, on suscite souvent une forme de défiance. J’essaie donc de commencer par établir une relation de confiance, avec d’abord un principe essentiel qui est de faire relire l’interview à la personne avant publication. La plupart du temps, souvent en fin d’interview, la personne sort un peu de son rôle social et se dévoile, s’exprime de façon plus personnelle. Sans l’avoir forcément demandé, je suis alors dépositaire d’histoires et de points de vue inattendus. Ces moments de confidence n’apparaissent pas dans la retranscription de l’interview, mais ils nourrissent indirectement mon écriture, c’est là qu’on est au cœur de l’humain…

Dans mon métier d’éditrice, par rapport à mon statut d’auteure, je suis de l’autre côté de la barrière. Je collabore avec des maisons d’édition qui, notamment, me confient des manuscrits pour les retravailler avec un ou plusieurs auteurs, selon les cas. J’aime beaucoup mettre mes mains dans le texte, en dialogue avec le ou les auteurs. J’apprécie la rigueur et la précision que demande le travail éditorial, avec parfois un aspect artisanal : proposer des coupes, inverser l’ordre des chapitres, inviter l’auteur à préciser une idée, à revoir le texte en profondeur pour qu’il soit le plus abouti possible, en tenant compte des contraintes liées à la fabrication et en se mettant autant que possible à la place du lecteur, qui est le destinataire final de l’ouvrage… N’importe quel auteur a besoin de ce regard extérieur sur son texte : faire exister un livre est un travail d’équipe, à toutes les étapes de la chaîne du livre. Avoir conscience de ces enjeux-là m’aide à porter un regard plus critique sur mes propres textes, mais bien sûr, comme je viens de le dire, cela ne remplace absolument pas la lecture qu’un autre éditeur peut faire de ce que j’écris !

Depuis 2018, j’anime aussi des ateliers d’écriture. Dans cette nouvelle activité, je m’inspire beaucoup de la façon dont j’accompagne habituellement les auteurs – et aussi de mon propre travail d’écriture, qui me permet de localiser certains points de blocage chez ceux qui écrivent.

T.M. – Je confirme, pour avoir suivi ton atelier d’écriture sur le récit de voyage en juin 2020, tu es une relectrice aidante, très délicate. Cela stimule notre créativité tout en nous rassurant sur la qualité de nos essais littéraires. Au fait, de quoi traite le dernier texte que tu as écrit ?

ALFJ’ai terminé un manuscrit récemment, qui fonctionne un peu en diptyque avec le premier. Il raconte l’histoire de ma grand-mère paternelle, qui a vécu 93 ans et qui avait beaucoup de vitalité. C’est elle qui m’a élevée et, à l’âge de 20 ans, j’ai découvert un secret de famille dans lequel elle était impliquée, qui a transformé notre relation en profondeur. Sur le plan formel et en termes de construction, ce texte est assez similaire au premier : il fonctionne par petits épisodes courts qui sont un peu comme des nouvelles que l’on pourrait presque lire indépendamment les unes des autres, mais qui font aussi progresser l’intrigue.

De façon générale, avant d’écrire, je commence par poser quelques jalons : j’ai besoin de connaître le début et la fin de l’histoire, et peut-être un ou deux épisodes importants. À partir de ces balises, j’écris chaque chapitre comme il vient, en général d’un seul jet. Ensuite, je scinde certains chapitres un peu longs, j’en ajoute un ou deux, mais je supprime très rarement du texte. Pour parler en ingénieur, je fonctionne plutôt par fabrication additive, je ne fais pas d’élagage ! Il y a aussi des phrases que je note dans un carnet ou dans mon téléphone quand elles me viennent, au supermarché, dans le bus, en faisant la cuisine… Ces phrases-là, je les intègre dans les chapitres déjà écrits, à l’endroit où elles trouvent le mieux leur place.

T.M. – En quoi le confinement a-t-il infléchi ton écriture ?

A.L.F.  Pour en avoir discuté avec deux ou trois auteurs et pour le ressentir aussi de façon intime, je crois que l’écriture peut être transformée de deux façons par la crise actuelle : soit on est tenté de regarder vers le passé voire de s’y réfugier, soit on est travaillé par le présent, par tout ce qui est en jeu dans ce moment de bascule que nous vivons. Pour ma part, je me retrouve plutôt dans cette deuxième attitude, et c’est assez inconfortable : cet été, j’ai commencé à écrire un recueil de nouvelles, mais aujourd’hui ces histoires me paraissent dater littéralement du siècle dernier, avec certains aspects presque superficiels ou un peu vains… Je voudrais presque tout réécrire en faisant porter des masques à mes personnages, en leur ajoutant du gel hydro-alcoolique et une anxiété diffuse face à l’avenir !

J’ai le sentiment que nous entrons seulement maintenant dans le xxie siècle, que nous passons un point de non-retour avec l’obligation de changer de paradigme pour continuer de vivre, individuellement et collectivement. Dans ce contexte, j’ai de plus en plus envie de simplement faire la chronique de ce qui se déroule sous mes yeux en croisant journalisme, littérature et sciences humaines. C’est vers cela que je me dirige actuellement, en attendant de revenir un jour vers l’autobiographie ou la fiction.

Aurélie Le Floch

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Aurélie Le Floch, « Les Points communs – Interview d’Aurélie Le Floch », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=796

1 Paru en 2019, Editions Ateliers Henry Dougier.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn