Archives par étiquette : Saint-Pandelon

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

04 mai 2021 : Matinée de travail, puis promenade active dans Biarritz l’après-midi. Nous allons en navette gratuite jusqu’au phare. De là, nous progressons tranquillement sur le front de mer,

©Tiphaine Martin

… admirant  là les surfeurs, ici les grosses vagues scintillant au soleil, là encore une partie de l’exposition Jackie et les Kennedy. Nous faisons halte chez le glacier Dodin (chocolat-pêche pour moi), fournisseur de la famille Lacoin sur plusieurs générations.

©Tiphaine Martin

Françoise me montre le rocher du Boucalot jusqu’où Zaza nageait, en face du Port-Vieux (le gros rocher au troisième plan de ma photo) :

©Tiphaine Martin

C’était une véritable sportive, loin de l’image coincée d’une jeune bourgeoise d’une famille catholique ultra-traditionnelle. Le sport féminin a pourtant eu du mal à s’implanter en France, se heurtant aux réticences des médecins et des prêtres. À l’été 1928, Zaza exprime sa joie marine et pique gentiment une de ses sœurs :

A Biarritz, où nous nous sommes arrêtés un moment, la mer était splendide ; j’ai pris un bain délicieux en compagnie de Germaine qui n’avait pas voulu enlever ses lunettes et qui, les cheveux bien collés par l’eau salée, avait l’air de quelque grosse bête marine. Elle se laissait rouler par toutes les vagues et se retrouvait avec ahurissement dans les jambes ou sur le dos d’un gros monsieur non moins surpris qu’elle1.

Les corps féminins bougent avec aisance et sans mauvaise honte, la joie de vivre et d’être entre sœurs éclate.

De retour en 2021 et en haut de la côte des Basques, nous avons ensuite pris l’apéritif chez une collègue du lycée agricole de Saint-Pandelon de Françoise, Cécile, très sympathique, après cette journée bien chargée, surtout au niveau de mon bronzage, qui s’améliore de jour en jour.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

 

Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

25 avril 2021 : Le matin, j’ai vu avec émotion le tombeau de Zaza, enterrée à Saint-Pandelon avec un de ses frères cadets, Joseph, décédé quelques jours après sa naissance ; sa grand-mère maternelle Céline Darracq dite Anmé et propriétaire de Gagnepan, à environ quatre-vingts kilomètres de Haubardin ; ses parents, Marguerite et Maurice Lacoin ; une de ses sœurs cadettes, Françoise, dite Bichon ; son dernier petit frère, Vincent Lacoin.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

J’ai ensuite aperçu le beau château de Saint-Pandelon (fermé au public), à moins de deux kilomètres de Haubardin. C’était la résidence française du cousin qui a le plus compté pour Zaza, André L. André vivait la plupart du temps au Chili avec ses parents, ce qui ne l’a pas empêché de tomber éperdument amoureux de sa parente, et réciproquement, lorsqu’il s’est installé dans les Landes pour cause de mauvaise santé.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

La jeune fille note dans son journal intime du 19 juillet 1927 : « Du jour où il m’a aimée, j’ai vécu, j’ai tout compris, j’ai tout admis et j’ai aimé toutes choses. (…) Nous avons eu ensemble quelques vacances splendides1. » L’histoire est sans lendemain, car Zaza est issue du mariage de cousins germains, et André étant un de ses cousins issu de germains, l’hérédité serait alors trop chargée pour de futurs enfants. Le parc du château est très Cocteau, avec ses herbes folles, ses grands buissons, qui mènent à une fontaine à sec, couverte de lierre et de mousse. Atmosphère poétique s’il en est, éloignons-nous pour ne pas réveiller les fantômes des évêques qui s’y sont promenés il y a longtemps, très longtemps.

Changement d’époque pour la halte suivante, nous passons, mes guides et moi-même, au dix-huitième siècle restauré, c’est-à-dire au Moulin de Bénesse, à deux kilomètres de Haubardin. Zaza s’y est rendue un matin de 24 avril 1924, avec André et d’autres cousin·es, comme elle le narre à son père : « Entre deux parties de tennis, nous avons été ce matin au moulin de Bénesse. Une vue ravissante avec des jeux d’ombre très bizarres et une lumière très chaude2. » Pour la chaleur lumineuse on repassera (temps gris et venté), mais le site est très joli et me console de ma déception enfantine lors de ma visite au Moulin de Daudet, dans le sud-est. Je me souviens d’un tertre pelé et d’une habitation close, ne dégageant en rien de la magie tragique des Lettres de mon moulin.

©Tiphaine Martin

Depuis les années vingt, le moulin de Bénesse a donc été restauré, les arbres ont poussé. Ceci dit, il est très agréable de s’y promener et de prendre pain et brioche bio à la boutique du moulin. J’ai souri en voyant écrit « chocolatine » devant les pains au chocolat, le vocabulaire est bien différent d’une région du nord (chez moi) à une région du sud (ici). Le pain s’appelle « bénessois », il est au curcuma, le « pastis », une sorte de brioche, est très moelleux et parfume délicieusement le palais de son arôme de vanille-rhum-beurre. Zaza se proposait d’ailleurs de flatter la gourmandise de Beauvoir en lui en confectionnant3.

©Tiphaine Martin

L’après-midi, nous nous sommes rendues, Anne-Marie et moi, à Arzeth, après un accueil chaleureux chez deux neveux de Zaza, Dominique Le Masne puis Pierre Le Masne, tous deux fils de Geneviève Lacoin (Bichette, une des jumelles), qui habitent chacun non loin d’Arzeth et avec lesquels nous échangeons sur Zaza, en compagnie de Chantal, épouse de Pierre.

 

©Tiphaine Martin

Arzeth a été construite au dix-neuvième siècle par l’arrière-grand père de Zaza, Emile Darracq. Deux de ses filles, Marie (Bonne-Maman) et Céline (Anmé) ont marié leurs enfants Maurice et Marguerite, futurs parents de Zaza. Au retour, nous avons bu l’eau de la Fontaine salée, dont les vertus curatives seraient attestées depuis la plus haute Antiquité.

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1605

 

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 93.

2 Ibid., p. 57.

3 Lettre du 5 août 1928. Ibid., p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn