Archives par étiquette : Séverine Hettinger

Interview S. Hettinger

Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger

Séverine Hettinger est artiste et performeuse, c’est-à-dire… Merci à elle pour ses réponses à nos questions.

Tiphaine Martin – Où puises-tu ton inspiration, dans quel(s) lieu(x), avec, grâce à qui ?

Séverine Hettinger – J’ai une conscience féministe qui date de tôt. Dès l’âge de treize ans j’ai lu Simone de Beauvoir et j’en ai compris que je pouvais créer ma vie. Bien sûr, la réalité des conditions sociales matérielles et économiques ne sont pas les mêmes et favorables pour tout le monde, mais il y a quelque chose à faire, même dans l’adversité. Je lis énormément, ça me sert à me montrer que je ne me suis pas trompée de chemin. Et quant à mes influences picturales, c’est l’Art Moderne qui m’a forgée à travers mon éducation au lycée. Comme Hannah Arendt, je comprends que c’est l’une des plus grandes réalisations au XXe siècle. Après il y a l’Art Féministe à accomplir, c’est-à-dire reconnaitre et creéer une genéalogie de femmes créatrices.

T.M. – L’inspiration, c’est bien, mais la technique, ça aide : quel est ton parcours ?

S.H. – J’ai étudié à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon jusqu’au diplôme National d’Arts Plastiques. Puis, j’ai suivi un Master en Arts et médias numériques à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. J’ai pris de la distance par rapport à mes études aux Beaux-Arts, où la peinture dite « figurative », peinture envisagée comme médium, était vue comme quelque chose d’éculé, de contre-artistique. N’était reconnu que l’art conceptuel, ou l’ironie en peinture. Il y a un artiste, Joseph Kosuth, conceptuel, qui dit que si vous adhérez à la représentation du monde c’est que vous êtes d’accord avec le monde des traditions d’avant. J’interpète ceci comme « réactionnaire ». Or, pour moi, il n’y a rien de plus froid, de plus dominateur, que ces artistes hommes conceptuels. La peinture figurative et d’imaginaire est pour moi quelque chose d’intuitif, que l’on peut fabriquer dans sa cuisine comme Kiki Smith, pourtant fille d’un conceptuel, qui faisait ses petites sculptures dans sa cuisine. De plus, la peinture parle au plus grand nombre, ceux qui ont été élevés avec des calendriers de la Poste ; dans la représentation picturale il y a encore des choses à renverser, surtout d’un point de vue féministe. Et puis j’aime que la matière, les expérimentations échappent à la rhétorique du langage où ont essayé de les circonscrire les conceptuels.

T.M. – Quels domaines et techniques artistiques pratiques-tu ?

S.H. – J’ai beaucoup dessiné dans les années 2010, depuis quelques années je peins uniquement et de temps en temps je réalise des vidéos. Certaines de mes vidéos ont été montrées aux Instants Vidéos à Marseille. Je prépare également une performance avec une artiste mexicaine, ouverte sur la question du droit des femmes, Laura Ramirez.

J’écris. Ma pièce de théâtre a été publiée en 2011 à l’Harmattan dans la collection «Créations au féminin » de Michèle Ramond. La pièce s’intitule Mémoires d’une poupée allemande : pièce philosophique en deux actes et dix tableaux. C’est une pièce qui met en scène la poupée Barbie qui a écrit ses mémoires et sa révolte de poupée. Actuellement je finis un roman, Fétue de paille, qui cherchera un·e éditeur·trice.

T.M. – L’égalité femmes-hommes, en quoi est-ce utile dans le monde de la culture?

J’ai écrit un dossier là-dessus dans le journal d’Osez le féminisme dans les années 2010. Je n’ai pas ma place dans le monde de la culture, je suis plutôt dans des réseaux militants. Malgré mes diplômes, il y a très peu de place pour celleeux qui ont moins. Moi, pour vivre à Paris, lieu de tous mes fantasmes féministes, je devais me loger et travailler. Donc, je suis devenue prof contractuelle et j’ai habité dans un quartier populaire. J’y ai rencontré le sexisme de rue, simplement pour pouvoir regagner son logement à pied ; et en classe, en étant jeune et inexpérimentée face à des attitudes violentes. Donc, ces expériences de vie m’ont amenée à vouloir changer d’une façon directe le monde d’où mon expérience militante. Je n’ai eu ni le temps ni la disponibilité mentale pour réseauter dans le monde artistique. Où est l’exclusion, où est l’auto-exclusion ? Où des diktats commencent à vous exclure et où vous vous commencez, en revêtissant des choses pas à la mode dans le milieu de l’art, comme être prof dans le secondaire, à vous exclure vous-même. Il y avait un prof d’arts plastiques en collège qui était reconnu comme artiste contemporain, c’était Jean-Le-Gac, parce qu’il parodiait l’artiste du dimanche ! Mais moi, ma position en tant que prof en zone prévention violence n’est pas si confortable, je suis contente de fournir un travail social en face des réalités et ne pas être que dans l’art pour l’art.

 T.M. – Où et quand pourra-t-on voir tes œuvres et tes performances ?

S.H. – Du 10 au 20 juin à la Galerie AAB 1 rue Francis Picabia 75020 Paris pour l’exposition « Sœurcières ! » C’est un sujet très dans l’air du temps mais il a le mérite de devoir être exploré. Je prépare donc pour cette expo une performance avec l’artiste Laura Ramirez, qui a étudié au Mexique les Arts plastiques et est venue en France par la suite. Une petite vidéo, Marionnette confinée, faite pendant le confinement sera montré à « Sorti de rout(in)e » pendant Vidéoformes 2021 du 18 mars au 4 avril.

Séverine Hettinger

Site de Séverine Hettinger : https://severinehettinger.cargo.site

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Hettinger, « Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1295

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn