Archives par étiquette : Simone de Beauvoir

Fanfan la Tulipe VADMC

Fanfan la Tulipe : vraie misogynie ou faux féminisme ?

Et là, elle le gifle. Puis, elle court, trouvant refuge chez la marquise de Pompadour (Geneviève Page). Ravie, cette dernière avoue, dans un soupir, après le récit haletant d’Adeline (Gina Lollobrigida) : « Mon rêve. » (… de le gifler). Ces yeux pleins d’étoiles sont-ils un réflexe de classe, de sexe, ou les deux ? Et Adeline, dans tout ça ?

Dans le Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque (1952), les relations femmes-hommes ont plus à voir avec la France de 1950 qu’avec celle du dix-huitième siècle et des « guerres en dentelle », encore que l’image du « Bien-Aimé » corresponde à son image d’Épinal, à savoir libidineux et harceleur sexuel, chargeant son premier valet Lebel d’enlever filles et femmes pour son bon plaisir.

Les portraits de femmes sont contrastés, entre la douce et timide Henriette de France (Sylvie Pelayo), la marquise pleine d’allant mais sans vulgarité, madame Tranche-Montagne (Georgette Anys), femme de soldat, massive et maternelle, Marion (Irène Guillot), jeune paysanne amoureuse de Fanfan, et Adeline, qui passe de la libre gaieté à la presque soumission amoureuse.

La vision du réalisateur, de ses scénaristes et de son dialoguiste reste, à première vue, conforme à la condition féminine post-Seconde Guerre mondiale. Les femmes sont définies par leur utilité sexuelle alliée au physique canonique des vedettes de l’époque, telle Michèle Morgan (blonde, mince, élégante, plutôt bourgeoise). Telle sont la fille du roi, sa maîtresse, et même Marion. Adeline, en revanche, est plutôt du côté de la nouveauté Martine Carol (en brun), avec poitrine avancée et pigeonnante, et de classe populaire. À une classe sociale correspond un type physique, donc moral, selon l’essentialisation habituelle du patriarcat. Comme le déclare Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe (1949), au sujet de l’encadrement des femmes :

Dès qu’elle pense, qu’elle rêve, qu’elle dort, qu’elle désire, qu’elle respire sans consigne, elle trahit l’idéal masculin1.

La singularité individuelle est réduite à un type, la femme. Ce qui n’est pas le cas pour les hommes.

Même esquissée à grands traits, chaque femme acquière une personnalité. Henriette de France est caractérisée par sa naïveté et son peu de courage, comme une jolie poupée. Le contraste entre son effarement et l’irruption intrépide de Fanfan, à deux reprises, peut prêter à sourire. Cependant, sa peur de se trouver seule, la seconde fois, avec un homme inconnu qui surgit, le soir, dans sa chambre, est tout à fait compréhensible… pour le public du vingt-et-unième siècle.

De même, la goujaterie de Fanfan avec Marion, qu’il humilie publiquement, n’est combattue par aucun des personnages présents, des hommes en majorité, qui rient des larmes de la jeune fille. Aucun épisode ultérieur ne remet en cause son machisme, puisqu’il est condamné à mort non pour attentat à la pudeur, mais pour effraction dans un domicile royal. Marion, de son côté, est condamnée à se marier parce qu’elle vaut de l’argent (comme dot, la prime d’engagement de Fanfan), et non par amour, comme cela se passe tant au dix-huitième que dans les années 1950 dans les milieux paysans.

Toute cette partie de l’intrigue ne figure pas dans le récit, tiré du film, raconté par Gérard Philippe et édité en vinyle. Parce que le public visé est ici enfantin, donc forcément angélique, dans la mentalité de l’époque ? De même, la tentative de viol de Louis XV sur Adeline est passée sous silence. Par contre, le rédacteur/la rédactrice anonyme du Film complet décrit Marion comme « une jolie blonde, appétissante2 » et l’écrivain Georges-Gustave Toudouze, dans sa novélisation du film, décrit les « témoins amusés de la bagarre qui se déroule sous leurs yeux pour la possession de la bourse3 », sans autre commentaire.

Madame de Pompadour est mieux traitée, dans le film. Elle tente de défendre Henriette de France des voleurs de grand chemin, avant l’arrivée de Fanfan, tout en gardant son sang-froid. Toujours calme et souriante, elle offre sa broche en forme de tulipe au jeune homme, après qu’il a tué les bandits. Elle intercède pour que Louis XV reçoive Adeline, venue demander la grâce de Fanfan, en sa présence. Elle cache Adeline et fait confiance à Fanfan pour l’emmener loin du roi, ce qui échoue, par la faute de Fier-à-bras, espion et collaborateur zélé du pouvoir, prêt à tout pour avoir Adeline.

Il est d’autant plus étonnant que Toudouze transforme Madame de Pompadour, personnage montré comme honnête dans le film, en femme complaisante aux violences sexuelles de son royal amant4.

Explicitement, dans le long-métrage, rien ne justifie qu’elle reste avec le pervers sexuel qu’est le Louis XV campé par un Marcel Herrand au sommet de sa méchanceté froide. Nous sommes certes dans un film historique, avec images d’Épinal had hoc, dont, dans ce cas, la maniaquerie sexuelle royale et sa maîtresse en titre, protectrice des Arts et des Lettres. C’est le décalage entre ces clichés et l’explosion de joie anti-sexiste qui provoque la connivence entre les deux femmes, et du public, ainsi que son rire. Le roi, giflé, par une femme, du peuple, empêché dans sa tentative de viol, mais à quand la Révolution ?… politique, donc féministe. Peut-être dans La Tulipe noire (1964), du même Christian-Jaque ?

En effet, Adeline n’est pas qu’un symbole sexuel, dont l’incarnation très charnelle va lancer la carrière de Gina Lollobrigida5. Notons que la remarque machiste de Fanfan sur la gorge décolletée d’Adeline est assortie d’un plan en plongée sur cette partie de l’anatomie de la jeune fille. Le regard masculin personnage et spectateur est explicite. Il en est de même dans la novélisation6. On peut se demander ce qu’en a pensé l’actrice, ainsi que les spectatrices et lectrices de 1952. L’habitude de l’objectification a-t-elle été la plus forte ? Notons que dans Pain, amour et fantaisie (Pane, amore e fantasia, Luigi Comencini, 1953), tourné plus tard par l’actrice italienne, la bergère qu’elle interprète est en butte au harcèlement constant des hommes, quel que soit leur âge ou leur classe sociale. Mais c’est elle qui a mauvaise réputation, ce dont elle se plaint amèrement au curé de son village.

Adeline est, heureusement, également actrice de sa destinée. Elle tient à distance le maréchal des logis Fier-à-bras (Noël Roquevert) et sa drague très lourde, elle résiste des poings et des pieds lorsqu’elle est enlevée sur ordre du roi, elle saute de la calèche de ses ravisseurs sur le cheval de Fanfan, venu à sa rescousse, elle crie pour l’avertir du danger. Son langage est simple mais non populaire, contrairement à Madame Tranche-Montagne (qui n’a pas de prénom ni de fonction autre qu’épouse et mère). De même, l’actrice Claire Guibert, qui double Gina Lollobrigida, a une voix claire et châtiée, à l’inverse du débit haut, rapide, avec des mots avalés, de Madame Tranche-Montagne. En outre, contrairement à Fanfan, elle ne rêve pas d’un amour impossible, mais à sa portée, tout en se faisant respecter par tous et toutes, roi compris. Louis XV reconnaît dans son discours final son intégrité, méritoire.

Le film oscille entre misogynie et tentatives, réussies pour partie, de créer des personnages féminins qui sont des sujets. Tant mieux.

1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. II., Paris, Gallimard, 1987, p. 276.

2 Film complet, n°318, 10 juillet 1952, p. 3.

3 Georges-G. Toudouze, Fanfan la Tulipe, Paris, Taillandier, 1952, p. 47.

4 Ibid., p. 164.

5 Gina Lollobrigida, in Le Cercle De Minuit, France 2, 28/12/1992 : https://www.youtube.com/watch?v=bjDDP92WPX0

Georges-G. Toudouze, Fanfan la Tulipe, op. cit., p. 106.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Fanfan la Tulipe : vraie misogynie ou faux féminisme ? », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8064

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Quoi mon âge VADMC

Quoi mon âge ?

Les tabous sexuels du patriarcat occidental ont la vie dure, mais des brèches sont toujours possibles, qui, goutte à goutte, font finalement avancer la société. Nous avons déjà vu comment Douglas Sirk offre à son héroïne quadragénaire un jeune amour dans Tout ce que le Ciel permet, bravant sa classe et la soumission à un homme plus âgé, que ses enfants la verraient bien épouser. Ce film se termine bien pour les deux héros, mais en est-il toujours autant ?

Dans Les Dames de Cornouailles (Ladies in Lavander, Charles Dance, 2004), il n’est pas envisageable – par le réalisateur, également scénariste – que le jeune Andrea (Daniel Brühl) soit sensible aux charmes d’Ursula (Judi Dench), qui se déchire en silence. Il en est de même pour Youssef Chahine, si nous sortons du cadre français pour aller vers le francophone – dans Silence… on tourne (co-production franco-égyptienne, 2001). Malak (Latifa), star de la chanson pop en plein divorce, refuse l’amour patient et fidèle du scénariste Alphi (Ahmed Bedir), pour se jeter dans les bras de l’apprenti acteur – mais gigolo consommé – Lamei (Ahmed Wafik). Tout finit bien, et, peut-être Malak finira-t-elle par répondre à l’affection d’Alphi, homme un peu plus âgé qu’elle.

Nous avons vu que dans la version de Divine (Dominique Delouche, 1975) avec Danielle Darrieux, la comédienne âgée repousse l’amour du jeune homme, qui revient alors à sa petite amie. Sur le mode comique, Tanya (Christine Baranski) commence par se moquer de la drague de Pepper (Philipp Michael) dans le morceau « Does your mother know ? », avant de succomber à ses charmes pour une nuit, dans la comédie musicale Mamma Mia (Phyllida Lloyd, 2008). Notons que ce rôle masculin est joué par un acteur à la peau noire, et que le nom de son personnage est « Pepper », soit « Poivre », ce qui laisse songeur·se sur l’arrière-plan raciste de ce protagoniste. Sans oublier que la brièveté de la liaison entre Tanya et Pepper, le tout dans un cadre exotique, rappelle de fâcheuses habitudes occidentales de tourisme sexuel (cf. par exemple Vers le Sud, Laurent Cantet, 2005).

Dans Duo d’escrocs (The Love Punch, Joel Hopkins, 2013), le pittoresque de Paris et de la Provence sert de cadre aux folles aventures des Anglais, âgés, Kate (Emma Thompson) et Richard (Pierce Brosnan), lancés aux trousses d’un voleur de pensions, Vincent (Laurent Laffite, qui se rôde sans le savoir pour l’adaptation d’Au revoir là-haut). Cette comédie de remariage est d’autant plus intéressante que si Richard reste de marbre devant les charmes de Manon (Louise Bourgoin), fiancée de Vincent, Kate a pris rendez-vous, via un site de rencontres, avec un charmant jeune Français, Jean-Baptiste (Olivier Chantreau). Outre son statut prestigieux de deus ex machina, celui-ci est irrésistible en tous points, puisque Kate et lui passent la nuit ensemble. Le réalisateur et scénariste a choisi un faux parallèle, mais finalement à l’avantage du personnage féminin, qui quitte son amant d’un jour et d’une nuit. La relation tourne court, ce qui est explicable par le reste du film, l’amour ayant resurgi entre Richard et Kate. Tout cela n’empêche nullement la spectatrice et le spectateur de goûter les retrouvailles finales de Kate et de Richard, au soleil couchant, dos à Notre-Dame, sur les quais parisiens. Parfois, les clichés sont sublimes.

Parfois, ils durent, comme dans Vingt ans d’écart (David Moreau, 2013), où Balthazar (Pierre Niney) tombe amoureux d’Alice (Virginie Ephira) et se balade avec elle à moto. Il est vrai qu’il s’y était psychologiquement préparé, en lisant l’Éloge des femmes mûres de Stephen Vizinczey (In Praise Of Older Women, 1966), qui décrit avec complaisance les apprentissages sexuels de l’auteur, sous un vague masque fictionnel. Chez Moreau, Balthazar a plus d’élégance morale que Vizinczey, encore que l’affiche du film puisse faire penser le contraire, puisque Alice y subit le baiser de Balthazar. Mais après tout, cinq ans avant #MeToo, qui aurait pu penser au consentement féminin, et ne pas afficher la violence masculine ? Au cours du film, Balthazar accepte d’entrer dans le monde superficiel et snob d’Alice, rédactrice de mode en passe d’être licenciée, car trop âgée, à quarante ans, pour représenter le magazine. Si l’on ne peut qu’agacé·e par la récurrence et le nombre pléthorique de films occidentaux qui, au vingt-et-unième siècle, n’envisagent pour les femmes qu’un métier dans la mode, il est vrai que ce long-métrage souligne le rejet violent de femmes assignées à une barre de limite d’âge. Il semble que depuis La Femme de trente ans de Balzac (1842), les femmes n’aient gagné que dix ans de séduction, avant d’être jetées dans les poubelles de la collectivité. Ce que refuse le réalisateur et son scénariste Amro Hamzawi.

Quelquefois, le réalisateur ou la réalisatrice est logique dans la non progression de l’amour entre un homme jeune et une femme âgée. C’est le cas, hélas, pour l’adaptation de Harold et Maude de Colin Higgins, par lui-même, pour le réalisateur Hal Asby, en 1971. Maude (Ruth Gordon)  finit par se suicider le jour de ses quatre-vingts ans, préférant choisir sa mort plutôt que de la subir. Quant à son jeune compagnon et amant Harold (Bud Cort), il aura appris à vivre et à gérer son rapport compliqué à sa mère.

Plus commune est l’aventure du jeune Zeffirelli (Timothée Chalamet, clin d’œil au réalisateur italien ?) avec Lucinda (Frances McDormand) dans The French Dispatch (Wes Anderson, 2021). Leur amour commun du papier imprimé les rapproche, la révolution étudiante les séparera.

Plus décevante, mais pour qui ? est la passion de Fabrizio (Francesco Barilli) et sa tante Gina (Adriana Asti) dans Prima della Rivoluzione (Bernardo Bertolucci, 1964). Fabrizio exprime ainsi, aussi, sa révolte contre son milieu bourgeois du nord de l’Italie. Gina, elle, s’ouvre enfin à l’amour, alors qu’elle est séparée de son mari plus âgé qu’elle – pas de divorce avant 1975 pour nos cousin·es transalpin·es. Si ce n’est que ces moments de bonheur, avec l’acmé déjà nostalgique d’une scène de course(s) sur fond de la chanson pop « Ricordati » de Gino Paoli, ne durent pas. Fabrizio, après avoir erré dans les méandres de la politique des gauches italiennes, se range gentiment et épouse gentiment la blonde, douce, bourgeoise et posée Clélia (Cristina Pariset), tandis que Gina retourne, mort dans l’âme, auprès de son époux. Si l’on frémit en imaginant l’existence de Gina, on ne peut que se dire qu’elle l’a échappé belle, au vu du retournement de Fabrizio, qui se transforme en bon bourgeois. Et, après tout, même si les personnages de 1964 ne le savent pas, les mouvements de révolte estudiantine ne sont pas si loin, seulement quatre années plus tard, suivis des nouveaux mouvements féministes.

Il arrive aussi que la différence sociale joue dans la durée écourtée des histoires d’amour, comme dans Un pique-nique chez Osiris (Nina Companeez, 2001). À la fin de l’année 1899, le trentenaire Ariel Cohen (Samuel Labarthe), riche bourgeois francophone d’Alexandrie, est quitté par sa maîtresse, la comédienne française Jenny Latour (Annie Duperey), plus âgée que lui. Jenny invoque leur différence d’âge, qui lui pèse. Mais, comme elle le lui dit, la blessure de leur séparation sera vite cicatrisée, puisque ce n’est qu’à l’amour-propre qu’il souffre, non dans son cœur. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais pas tout à fait faux non plus. Et Jenny a deviné l’amour qu’Ariel commence à éprouver pour Héloïse Ancelin (Marina Hands), Parisienne voyageant en Égypte avec sa mère (Dominique Reymond) et sa cousine (Dominique Blanc).

Raisons de convenance, raisons d’aller ailleurs chercher l’amour, telle est la trame de Man wanted (William Diertele, 1932). Lois (Kay Francis), directrice d’un magazine prestigieux, mariée à l’oisif Fred (Kenneth Thomson), est aimée de son secrétaire Tommy (David Manners), plus jeune qu’elle, pourtant fiancé à Ruth (Una Merkel), jeune bourgeoise. Il faut la découverte d’une énième tromperie de Fred, amoureux d’une jeune héritière anglaise, pour que Lois s’avoue son amour pour Tommy et son désir, latent, de divorcer. Et Tommy trouve enfin le courage de rompre ses fiançailles avec la piaillante Ruth, qui se rabat sur le colocataire de Tommy, Andy (Andy Devine).

Fred ne supporte pas si bien qu’il le dit d’avoir une femme cheffe d’entreprise, de son âge, qui l’entretient. Tommy s’est laissé fiancé avec Ruth. Andy n’arrive pas à dire non à Ruth, malgré sa non-envie de se marier. Flirter avec la fiancée de son colocataire et ami, oui, mais sans s’engager. Les personnages féminins sont ici plus forts que les caractères masculins, malgré la légère caricature de la jeune fille gâtée qu’est Ruth, dont le seul but dans l’existence est de devenir une femme mariée. Lois est, elle, mieux traitée, malgré les remarques sexistes qui lui échappent sur la poigne masculine de Tommy, dont elle avait besoin pour mener une partie de ses affaires, elle qui n’avait eu alors que des secrétaires femmes. Lois est une femme d’affaire accomplie, pour qui le travail et la réussite est tout, ce qui ne l’empêche pas d’aimer son mari, puis Tommy. Et d’être suprêmement élégante et confortable en toutes circonstances. Féminité de son époque (mince, sportive, ne buvant pas d’alcool, cheveux courts, volontiers en pantalons) dans un film féministe, qui prône le travail et l’engagement féminin.

De même, Margo Channing (Bette Davis) arrive finalement à équilibrer sa vie professionnelle de star de théâtre et sa vie amoureuse, en épousant son compagnon Bill Simpson (Gary Merrill), metteur en scène, plus jeune qu’elle, dans le Ève (All About Eve, 1950) de Joseph L. Mankiewicz. Sachant que ces deux interprètes se sont mariés juste après le tournage, la réalité rejoignant la fiction1.

Dans Les Jeunes Amants (Carine Tardieu, 2021), la différence d’âge est importante entre Shauna (Fanny Ardant) et Pierre (Melvin Poupaud) , mais leur passion a bien lieu et dure. Et l’épouse de Pierre, Jeanne (Cécile de France), n’est pas culpabilisée d’aimer son travail de chercheuse, ni Shauna d’avoir eu une belle vie professionnelle d’architecte. Ce beau film, inspiré du vécu de la mère de Sólveig Anspach2, réalisatrice de L’Effet aquatique, est ancré dans la réalité du vingt-et-unième siècle, où les femmes ont (presque) gagné le droit de travailler, grâce aux nombreux et séculaires combats féministes.

Si Angèle (Nathalie Baye) n’est plus passionnée par son métier d’esthéticienne au Vénus Beauté (Institut) dans le film de Toni Marshall (1999), elle est heureuse d’être indépendante financièrement et d’habiter seule dans une chambre de bonne. Cette liberté totale va être mise à mal par Antoine (Samuel Le Bihan), qui peine à la convaincre qu’un trentenaire comme lui peut aimer durablement une quinquagénaire comme elle. Mais tout peut arriver dans les films, même le meilleur, même un romantisme réaliste, pas stupide ni dégoulinant.

De même dans Le Prénom (Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, 2012), Claude  (Guillaume de Tonquédec) a convaincu la mère de ses ami·es d’enfance, Françoise (Françoise Fabian), de son amour. Et doit faire face à l’incrédulité de ses ami·es, d’abord quant à son hétérosexualité, puis au sujet de la véracité et de la réalité de son entente avec Françoise. La foire aux clichés éclate également à cette occasion, avec la jubilation qui caractérise le scénario, tiré de la pièce éponyme. Claude doit prouver qu’il n’est pas homosexuel, soupçon qui pesait sur lui depuis des années sans qu’il le sache, au motif qu’il est musicien, qu’il s’habille avec recherche et qu’il n’a jamais présenté de compagne à ses proches.

C’est ce qui se passe dans Thé et sympathie (Tea and Sympathy, Vincente Minelli, 1956) pour Tom (John Kerr), étudiant étatsunien qui n’aime pas le sport mais la culture (littérature, peinture), et qui tombe amoureux de Laura (Deborah Kerr), une femme mal mariée plus âgée que lui. Leur liaison est surtout envisagée du point de vue du jeune homme, mais nous sommes à des années-lumière du machisme du Lauréat (The Graduate, Mike Nichols, 1967), où la femme âgée est, classiquement, l’initiatrice sexuelle de l’homme jeune. Elle est aussi névrosée et alcoolique, n’hésitant pas à accuser le jeune homme de l’avoir violée. Rien n’explique son attitude ni ses angoisses, données comme une essence, et non le résultat du patriarcat et du capitalisme ambiants. Nous ne sommes pas loin de la goule, dévoreuse de chair fraîche, figure mythique qui a épouvanté et nourri l’imagination des Romantiques et des Symbolistes français.

A contrario, le poids étouffant des conventions est explicitement montré dans Les Vies de Pippa Lee (The Private Lives of Pippa Lee, Rebecca Miller, 2009). Pippa (Robin Wright Penn), n’est qu’épouse et mère jusque’à ses cinquante ans, date du retour chez ses parents d’un voisin, Chris (Keanu Reeves), trentenaire. Ils vont s’épauler et guérir leurs nombreuses blessures ensemble, avant de s’en aller de leur petite ville, au grand dam de leurs enfants et parents respectifs, en souriant. Oui, le patriarcat peut perdre la bataille des tabous.

Il peut aussi la perdre dans la réalité, une réalité reconfigurée par la caméra, soit dans des biographies filmées, soit dans des documentaires. Dans l’adaptation télévisuelle de L’Allée du Roi de Françoise Chandernagor par Nina Companeez (1995), Madame de Maintenon (Dominique Blanc) épouse en secondes noces Louis XIV (Didier Sandre), plus jeune qu’elle.

Les deux films de fiction consacrés au compagnonnage amoureux de l’écrivaine Marguerite Duras et de Yann Andréa, Cet amour-là (Josée Dayan, 2001) et Vous ne désirez que moi (Claire Simon, 2022) montrent une passion dévorante entre une autrice âgée et un homme jeune. L’une et l’autre sont engagées dans un processus amoureux et créatif qui dure jusqu’au décès de Duras, auquel les deux cinéastes rendent hommage, sans éluder l’aspect sexuel de ce duo. Rappelons que l’autrice Annie Ernaux a décrit dans Le jeune homme (2022) une semblable relation, quoique plus courte.

Le documentaire de Marianne Ahrne, Promenade au pays de la vieillesse (1974), dresse un état des lieux consternant du sort réservé aux personnes âgées en France à cette époque. Ahrne fait régulièrement intervenir l’écrivaine Simone de Beauvoir, dont l’essai La Vieillesse (1970) avait déjà tiré la sonnette d’alarme. Cependant, il y a des moments de joie et de réflexion calme, notamment quand Ahrne filme une dame âgée en scooter avec un jeune homme, son compagnon. D’autres femmes discutent ensemble de leur liaison avec des hommes plus jeunes, du problème de le dire ou pas à leurs enfants, et comment. C’est-à-dire, de leur dire si elles ont des relations sexuelles avec leur compagnon. Elles concluent à la difficulté du dialogue avec leurs rejetons.

Cependant, amour en avant et, tous et toutes ensemble ! Ensemble sur la montagne face au soleil levant, à dire : « Inter- ! Inter-Générationnalité ! Tous, toutes ensemble ! »

 

1 https://www.washingtonpost.com/archive/local/1990/03/07/actor-gary-merrill-74-dies/46bd48bc-1169-4de8-8161-607a98fd3ca0/?utm_term=.529cd6603c56

2 https://www.telerama.fr/cinema/les-jeunes-amants-le-film-reve-par-solveig-anspach-et-tourne-par-ses-amis-7008561.php

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quoi mon âge ? », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7904

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

CHLOE OLIVERES VADMC

Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès

Un très grand merci à l’autrice, metteuse en scène et comédienne Chloé Olivérès pour sa disponibilité et pour avoir bien voulu répondre à nos questions.

Tiphaine Martin – Y a-t-il des constantes dans vos spectacles ?

Chloé Olivérès – Que ce soit au sein des filles de Simone, compagnie que j’ai confondée en 2014 ou dans ce spectacle en solo, les questions qui m’animent sont celles de la condition féminine de façon générale. Ce sont des pièces ouvertement féministes. On y parle de sexualité et de corporeité, de conditionnements et de représentations, des relations hétérosexuelles, d’émancipation. D’un point vue formel, il y a également des points communs, car j’affectionne particulièrement la bande dessinée, et j’essaye d’injecter ce que cet art contient d’irrévérence, de liberté, de spontanéité, dans les différents spectacles que j’ai contribués à écrire.

T.M. – Vos spectacles se répondent-ils, ou sont-ils tous différents ?

C.O. – Ils se répondent, bien sûr! Le premier, cest un peu compliqué d’être lorigine du monde parlait de la maternité, le second, les secrets de gainage efficace avait pour thème la relation que les femmes entretiennent avec leur corps, le troisième, derrière le hublot se cache parfois du linge, questionne la norme du couple hétérosexuel, et quand je serai grande, je serai Patrick Swayze parle de mon rapport à l’amour. Ils ont tous pour point de départ des nœuds existentiels, des jalons cruciaux dans l’existence féminine. En cela, ils se répondent et se complètent les uns les autres. La principale différence c’est que je suis seule sur scène pour quand je serai quand je serai Patrick Swayze, et qu’il s’agit vraiment de mon expérience personnelle, c’est une sorte de journal intime théâtral, et il est peut-être un peu moins ouvertement militant que ceux que j’ai élaborés avec Les Filles de Simone.

T.M. – Quand, comment et pourquoi avez-vous concocté ce spectacle ?

C.O. – L’idée est née durant les confinements . J’ai réalisé et posté des vidéos de « comédienne confinée » sur YouTube pour conjurer l’angoisse de ces périodes vacantes. Ces vidéos ont eu du succès, et des producteurs m’ont repérée. Ils m’ont contactée pour me proposer de m’accompagner dans l’écriture d’un seule-en-scène. J’ai accepté et c’est comme ça que je me suis lancée. Petite, j’ai été très influencée par des comédies romantiques, que je regardais en boucle quand j’étais en vacances chez ma mamie à Toulouse, et ces films ont énormément influencé l’amoureuse que je suis (ou que j’étais), et ont fait naître mon désir de devenir comédienne. J’avais envie de parler de ça, des représentations qui nous forgent, des fictions qui nous accompagnent et nous influencent, de notre rapport à l’amour, et de ce que le féminisme fait à tout ça. Comment on peut se libérer de ces représentations souvent sexistes, comment on arrête d’attendre le prince charmant, comment on se construit une vie à soi ?

T.M. – Quelles sont vos sources d’inspiration pour ce spectacle ?

C.O. – En premier lieu, mes souvenirs d’enfance et d’adolescence, et les films qui ont jalonné ces périodes, en particulier des comédies romantiques : Dirty Dancing surtout, mais aussi Ghost, Pretty Woman, Out of Africa… Et puis bien-sûr, Simone de Beauvoir, et en particulier son chapitre sur la femme amoureuse dans Le Deuxième Sexe. Il y a également une scène où je m’inspire beaucoup de Thérèse Clerc qui a mené un combat magnifique pour le droit à l’avortement, et qui a fondé la maison des Babayagas à Montreuil. Pour moi c’est un modèle de femme puissante qui a merveilleusement vieilli.

T.M. – Votre dernier spectacle, Quand je serai grande, je serai Patrick Swayze, est-il un déplacement du féminisme universaliste vers la transidentité ?

C.O. – Non, il ne s’agit pas du tout de transidentité dans ce spectacle. Même si le titre peut l’évoquer. En fait, c’est plutôt une façon de dire qu’à 40 ans, j’ai décidé de ne plus attendre le prince charmant, et que je suis mon propre prince, que c’est moi l’homme de ma vie. C’est un spectacle sur l’émancipation, sur la quête de soi. 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Chloé Olivérès, « Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=7755

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Annie Colère VADMC

 Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3

Être une femme libérée, ce n’est pas si facile, notamment en France en 1974. La lutte pour le droit à l’avortement, réactivée après les années noires de l’Occupation, mobilise les militant·es féministes. En effet, il n’est pas question, comme toujours dans l’histoire des droits des femmes, à de rares exceptions près, d’écarter les hommes du combat pour l’égalité.

C’est ce que fait le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), en intégrant des médecins hommes à son équipe de militantes et de médecines qui pratique des avortements de moins en moins clandestins, en toute sécurité sanitaire pour les femmes. La réalisatrice Blandine Lenoir insiste sur ce point, en filmant les avortements pratiqués dans le calme et le confort, là dans une librairie, ici chez une institutrice, ou encore chez une grande bourgeoise – coiffée et habillée comme Delphine Seyrig, une des figures stars de la lutte des années soixante-dix pour l’IVG, avec Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi et Benoîte Groult, pour citer d’autres femmes célèbres et engagées.

Car la lutte des classes, si elle ne disparaît pas avec les revendications féministes, est soluble dans la sororité, qui est montrée tout au long du film. Blandine Lenoir montre bien que toutes les classes sociales sont touchées par des grossesses non désirées et que tous les pays y sont confrontés : les militantes font allusion aux bus du MLAC qui partent de France vers des pays plus hospitaliers car plus en avance, tels l’Angleterre et la Hollande. Les femmes qui ont l’argent en donne, celles qui ont du temps en donne, ou plutôt le prenne, comme Annie (Laure Calamy), ouvrière dans une usine de matelas.

Le chemin qui mène à la lutte pour les droits des femmes éclaire son visage, la rend forte et joyeuse, à l’instar des autres militantes. Elle qui enfilait les jours, sans tristesse, mais sans joie non plus, sait pourquoi elle est vivante, grâce à qui (le MLAC). Et si elle divorce, c’est sans rancœur, son mari ayant fait des efforts pour comprendre ce qui se passait, et, lui aussi, horrifié par les avortements clandestins et l’hypocrisie de la loi. Mais de là à prendre part aux tâches ménagères et éducatives à cinquante pour cent et de lui-même, et à admettre que le militantisme d’Annie vaut le sien (au sein d’un syndicat ouvrier), il y a tout un univers à changer.

Le film déroule différentes situations, parfois bien noires : femme battue, femme morte dans un avortement clandestin, femme surchargée d’enfants, inceste, femme dont le compagnon ne veut pas d’enfant (et elle fait primer le désir de monsieur sur le sien, qui serait de garder le fœtus), manque de contraception, là aussi parce que « mon mari ne veut pas », etc. … Et c’est la sororité, l’entraide, la solidarité, qui ouvre l’horizon de toutes, grâce aux avortements. La réalisatrice n’oublie pas de nous faire partager leur soulagement et leur joie, autour d’un bon repas et d’un bon verre, que les médecins hommes partagent volontiers, tout en laissant ensuite les femmes entre elles, à échanger.

Par ailleurs, la mixité des équipes du MLAC ne signifie pas que les hommes ne sont pas conscients que leur présence peut brider – à cette époque – la libre conversation des femmes, du fait d’habitudes sexistes, avec les hommes se plaçant, même inconsciemment – en position de supériorité et en donneurs de leçon, tandis que les femmes n’osent pas prendre la parole et argumenter.

Blandine Lenoir refuse l’agressivité et le communautarisme pour nous présenter un film joyeux, plein d’espoir et de lumière.

En conclusion, chantons avec les femmes et les hommes et Indochine1 :

Délivrez-nous des maux

Je veux un monde nouveau !

 

1 Indochine, « Suffragettes BB », in Indochine, 13, 2017.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3 », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7545

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Second degré VADMC

Pour en finir avec le second degré

Face aux œuvres d’art, il peut être de bon ton de prendre de la hauteur  et de les décortiquer jusqu’à la moelle. Mais, ce faisant, ne prend-on pas le risque de perdre le plaisir du contact avec l’oeuvre ?

Prendre de la distance, analyser, décrypter, penser, oui, bien sûr. Sans réflexion, impossible d’avoir prise sur le monde, et d’aller au-delà du conformisme et de l’emprise du religieux. Cependant, à trop se poser dans l’éloignement d’un objet, d’un ouvrage, d’un être, ne se trouve-t-on pas dans une nouvelle orthodoxie et dans du snobisme ?

Pour les films, prendre plaisir à un drame auctoriel en noir et blanc muet sur-titré en tchèque n’empêche pas d’apprécier une comédie populaire étasunienne en Technicolor, d’autant que, dans les deux cas, des mécanismes similaires sont à l’œuvre. Les deux films peuvent faire preuve à parts égales d’âgisme, d’antisémitisme, de classisme, d’homophobie, de racisme, de sexisme, de spécisme, de transphobie, de validisme. Avoir un statut d’auteur/d’autrice, qu’il soit auto-accordé ou décerné par la critique, ne garantit pas de toute analyse sur le fond, justement. Et, inversement, une réalisation sans imagination, voire, comble de l’horreur, chronologique, et sans dix mille mouvements de caméra, peut aboutir à une œuvre que l’on suit avec plaisir, grâce au jeu des acteurs et des actrices, à l’intérêt du récit, à des rapports humains égalitaires (race, classe, sexe), à un dialogue bien ficelé, à des décors bien campés.

De même pour les livres. C’est ce qu’écrit Simone de Beauvoir dans Tout compte fait (1972) :

Il faut d’abord que l’univers fictif où je pénètre ait assez de cohérence pour que je puisse m’y ancrer (…). Ainsi dans ses romans Patricia Highsmith commence par inventer une atmosphère, un milieu, des personnages assez vraisemblables pour que j’accepte leur existence ; la suite de l’histoire bénéficie de ce crédit. (…) j’accepte de jouer le jeu. Si dès le début un roman policier m’accroche – par un dialogue vivant, une énigme bien posée, un défi, un pari – l’intrigue peut être extravagante : il me suffit qu’elle soit bien construite, et je feindrai d’y croire ; aiguillonnée par le désir de savoir quel est le coupable, si le hold-up réussira, comment s’y prendra l’agent secret pour accomplir sa mission, je consentirai à considérer comme un héros un agent de la C.I.A., à tenir les Chinois, les Soviétiques ou les Coréens pour des suppôts de Satan1.

L’autrice jongle avec humour entre les clichés des romans d’espionnage des années soixante et ses orientations politiques, à gauche et antiracistes. Beauvoir analyse ses attentes en matière de plaisir de lecture, qui concerne la construction de l’histoire plus que son fond, tout en étant consciente du lieu où elle se trouve, c’est-à-dire de ce qu’elle lit, et, lorsqu’elle évoque les films de James Bond2, de ce qu’elle regarde.

Bien entendu, il ne s’agit pas tomber dans l’excès contraire, à savoir aplanir toutes les œuvres (film, téléfilm, série, chanson, livre, tableau, sculpture, installation…) et les mettre sur le même plan, après analyse. Certaines œuvres sont complexes car elles proposent une vision fouillée du monde, ce qui les place au-dessus d’un simple divertissement, qu’il soit comique ou tragique.

Il s’agit surtout de retrouver de la fraîcheur quand on regarde un film, quand on lit un livre, quand on contemple une œuvre d’art. Et d’éprouver du plaisir, au premier degré.

 

1 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », p. 236-237.

2 Ibid., p. 247.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pour en finir avec le second degré », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7425

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube