Archives par étiquette : Simone de Beauvoir

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Affiche

©Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Affiche», Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3863

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Introduction et plan de l’exposition

La figure et l’existence d’Élisabeth Lacoin (1907-1929) sont aujourd’hui connues grâce à sa longue amitié avec l’écrivaine et philosophe féministe Simone de Beauvoir (1908-1986). Cette dernière trace un portrait émouvant, chaleureux et ébloui de sa meilleure amie dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958, sous le nom d’Élisabeth Mabille. C’est le décès d’Élisabeth, dite Zaza, qui clôt ce premier tome autobiographique, à tel point que l’on peut s’interroger sur le titre de ce volume et sur l’importance accordée à cette jeune fille de la bonne bourgeoisie du Sud-Ouest par Beauvoir.

C’est sous un angle autre que nous envisageons Zaza dans cette exposition. Nous souhaitons mettre en lumière ses propos, à travers des extraits de sa correspondance et de son journal intime, ainsi que des images de son existence. Notre but est de montrer Zaza, qui signe ses lettres familiales « votre chatfoin », en vie, avec son humour – son orthographe personnelle de « chafouin » en témoigne -, ses passions (son violon, l’auto qu’elle conduisait, ses études, ses lectures), son envie de secouer les cadres de son éducation, mais aussi ses hésitations, ses difficultés à entrer dans sa vie d’adulte, donc à se détacher de son amour pour sa mère et pour sa grand-mère maternelle, afin d’être elle-même. Cette indépendance mentale et spatiale lui sera refusée par son brusque décès, le 25 novembre 1929, d’une encéphalite infectieuse, c’est-à-dire une méningite très grave.

Mais auparavant, il y a eu beaucoup : la vie quotidienne à Paris ; l’existence, toujours en famille, dans différents points du Sud-Ouest (Aire-sur-l’Adour, Biarritz, Dax, Lourdes) ; les voyages familiaux en Italie ; un voyage raté en Auvergne ; les séjours en Ardèche, chez son amie Geneviève de Neuville ; le départ imposé par sa mère en Allemagne, entre novembre 1928 et février 1929. C’est à ces alternances France/étranger que nous vous convions, avec Zaza comme guide, en ces presque trente premières années du vingtième siècle.

Affiche de l’exposition

Introduction et plan de l’exposition

Chronologie simplifiée de Zaza

Chronologie des voyages présentés dans l’exposition

Arbre généalogique de Zaza simplifié

Interview d’Anne-Marie Taupin, présidente de l’Association des amis d’Élisabeth Lacoin

La vie à Paris – Famille, amitiés, musique, scolarité. 1908-1929

1) Paris, la vie du quotidien

2) Landes-Paris, lettre à son père, 31 mars 1921

3) Paris-Landes, lettre à Anmé, 28 mai 1921

4) Paris-Landes, lettre à Bonne-Maman, 19 mars 1922

5) Paris-Landes, lettre à Anmé, 24 octobre 1922

6) Au Bois de Boulogne, juin 1928, en barque avec…

7) Retour d’Allemagne, 1929

8) Le porte-cartes de Zaza, s.d.

Italie – La beauté des paysages est infinie. 15 avril – 04 mai 1922

1) Lettre à ses grand-mères, 15 avril 1922

2) Lettre à ses grand-mères, 19 avril 1922

3) Lettre à ses grand-mères, 25 avril 1922

4) Carte de Capri à Bonne-Maman, 30 avril 1922

5) Carte de Rome à Bonne-Maman, 1er ou 2 mai 1922

6) Carte de Gênes à Bonne-Maman, 3 mai 1922

Auvergne – Pluvieuse contemplation. Juin 1924

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924

Le Sud-Ouest – L’ABC de la famille. 1908-1929

1) Aire-Gagnepan, en famille avec Simone, 1927, 1928

2) Barroilhet, le cousinage, 1926

3) Bayonne, l’origine, 1924, 1929

4) Biarritz, filer l’eau de la tristesse, 1926

5) Cauterets, les randonnées, 1924

6) Dax-Haubardin, joies et colères, 1926, 1928

7) Lourdes, 1922, 1926

Ardèche – L’amie bien-aimée. Septembre 1925

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925

2) Photographies du Pont, s.d.

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925

4) Photographies d’Ardèche, septembre 1925

Allemagne – Une Française à Berlin. 10 novembre 1928 – 2 février 1929

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928

7) Les Lettres de Mozart, s.d.

8) Carte postale à Germaine, 31 janvier 1929

9) Le Sachs-Villatte, s.d.

Dactylographie des documents

1) Dactylographie Paris

2) Dactylographie Italie

3) Dactylographie Auvergne 

4) Dactylographie Sud-Ouest

5) Dactylographie Ardèche

6) Dactylographie Allemagne

Conclusion

Remerciements

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Introduction et plan de l’exposition », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3873

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Chronologie des voyages de Zaza présentés dans l’exposition

15 avril – 04 mai 1929 : séjour en Italie, avec ses parents et sa sœur aînée Marie-Thérèse.

Juin 1924 : séjour en Auvergne, avec ses parents.

Septembre 1925 : séjour au Pont, avec Marie-Thérèse, dans la famille des de Neuville.

10 novembre 1928 – 2 février 1929 : séjour à Berlin, seule.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Chronologie des voyages de Zaza présentés dans l’exposition », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3901

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Chronologie simplifiée de Zaza

25 décembre 1907 : Naissance au 1, rue Grécourt, à Tours, de Noéline-Marie-Amélie-Élisabeth Lacoin, fille de Maurice Lacoin, ingénieur, et de Marguerite Lacoin, née Lafabrie, femme au foyer.

03 juillet 1908 : Installation à Paris, au 28, rue de Varenne, des Lacoin : Marguerite, Maurice, leur fille aînée Marie-Thérèse (née à Rochefort le 07 janvier 1903), leur fils Pierre (né à Paris VIIe le 15 janvier 1906), leur fille Élisabeth. Les sept autres enfants naissent à Paris : Madeleine, Bernard, Germaine, Joseph (décédé après sa naissance), Françoise, Geneviève, Vincent.

02 avril 1914 : Première communion d’Élisabeth, surnommée Zaza.

1er octobre 1918 : Entrée de Zaza au Cours Désir, école privée catholique, 39, rue Jacob, à Paris. Elle est placée au même pupitre que Simone (-Lucie-Ernestine-Marie) de Beauvoir. Elles deviennent vite inséparables.

15 juillet 1924 : Zaza est reçue aux deux parties (littéraire et scientifique) du baccalauréat.

Octobre 1924-Juillet 1925 : Zaza prend des cours de philosophie et enseigne au collège Sainte-Thérèse/Cours Raoux, 1, rue Boinod Paris XVIIIème.

1er octobre 1925 : Zaza commence une licence de philologie à l’Institut catholique Sainte-Marie de Neuilly/Cours Daniélou, à Neuilly, et à la Sorbonne, à Paris.

Octobre 1927-Août 1928 : Zaza est cheftaine de louveteaux (jeunes scouts), dans le VIIe arrondissement parisien.

1er décembre 1927 : Emménagement de la famille Lacoin au 5bis rue de Berri.

30 juin 1928 : Zaza est reçue à sa licence.

10 novembre 1928 – 02 février 1929 : Séjour à Berlin de Zaza, car ses parents craignent pour elle la fréquentation prolongée des intellectuel·les de la Sorbonne, dont fait partie Simone de Beauvoir. À Berlin, Zaza suit des cours de littérature, d’art et de musique à l’université Frédéric-Guillaume (aujourd’hui Humboldt).

03 février – 25 novembre 1929 : De retour à Paris, Zaza ne reprend pas ses études. Elle occupe son temps avec les cours qu’elle donne gratuitement au collège Sainte-Thérèse/Cours Raoux (XVIIIe arrondissement), aux Équipes Sociales (XXe arrondissement) et aux louveteaux (VIIe arrondissement), ainsi qu’en assistant à des conférences et à des cours d’allemand. Elle tombe amoureuse, à la fin du printemps, de Maurice Merleau-Ponty, étudiant en philosophie à la Sorbonne et ami de Simone de Beauvoir. Zaza et Maurice se fiancent secrètement. Catholique, le jeune homme est accepté par Marguerite et Maurice Lacoin. Mais un secret de famille du côté de Merleau-Ponty, ses hésitations à s’engager, son échec à l’agrégation de juin 1929, donc l’incertitude de son avenir, font reculer le jeune homme. Zaza, de son côté, est également tourmentée par son existence future, ses relations compliquées avec sa mère  et par la valse-hésitation de Merleau-Ponty. Elle est atteinte le 11 novembre d’une encéphalite virale, dont elle meurt le 25 novembre au matin.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Chronologie simplifiée de Zaza », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3891

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Interview d’Anne-Marie Taupin

Tiphaine Martin – Quand et comment est née l’Association Élisabeth Lacoin ?

Anne-Marie Taupin – Suite à la parution de Mémoires d’une jeune fille rangée en 1958, Maurice Lacoin, père de Zaza, avait demandé à tous ses enfants d’écrire leurs souvenirs sur leur sœur décédée à l’âge de 21 ans. Françoise (Bichon) avait alors été chargée de faire l’inventaire des écrits de Zaza et de les dactylographier. Ce sont les frères et sœurs de Zaza qui ont décidé de créer l’Association en 1991, juste avant la parution de la première édition du livre Zaza (correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin) aux Éditions du Seuil. Le livre a été réédité chez L’Harmattan en 2004 dans une version plus complète.

T.M. – Quel est votre rôle au sein de cette association ?

A.M.T. – J’en suis la présidente, actuellement. 

T.M. – Quels sont les buts de l’association ?

A.M.T. – L’association a pour but de recevoir tous les manuscrits d’Élisabeth Lacoin, ou ceux reçus par elle ou relatifs à elle, et d’assurer leur conservation, de faire connaître sa vie et de diffuser ses écrits en les publiant et en les reproduisant comme un témoignage, et en prenant toute décision les concernant (article 2 des statuts).

T.M. – Quelles sont les nouveautés du site actualisé ?

A.M.T. – Il reprend les données de l’ancien site d’une manière plus interactive. 

T.M. – Quels sont vos projets ?

A.M.T. – Continuer à faire connaître les écrits de Zaza, si présente dans l’œuvre de Simone de Beauvoir, répondre aux demandes de ceux qui s’y intéressent comme Tiphaine Martin, dont l’exposition sur les voyages de Zaza montre d’elle une image différente qui permet aux lecteurs de la découvrir dans un autre univers que celui de Simone.

Site de l’Association des Amis d’Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Anne-Marie Taupin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Interview d’Anne-Marie Taupin », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3935

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube